Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Fin 2018, AT&T annonçait un tour de magie dont il a le secret : remplacer l'icône LTE (4G) de certains smartphones par une « 5G E » pour « 5G Evolution ». T-Mobile s'était d'ailleurs ouvertement moqué de son concurrent avec un morceau de post-it pour passer de la 4G à la 9G.

L'opérateur n'en est pas à son coup d'essai. Comme l'expliquait l'Arcep en 2017, AT&T avait labellisé 4G son réseau HSPA (en France on parle de 3G+). Le gendarme des télécoms était d'ailleurs lucide : « Il est donc fort probable que les premiers réseaux 5G largement déployés soient des réseaux 4.9G, ayant recours à l’agrégation de porteuses, au massive MIMO ou au NFV (Network Function Virtualization) ».

Début janvier, l'icône 5G E est arrivée sur certains smartphones Android, suivis par les iPhone il y a quelques jours, avec la mise à jour 12.2 bêta d'iOS. C'en est trop pour Sprint qui a décidé de porter l'affaire devant la justice pour « publicité mensongère », comme le rapporte AdAge

Pour rappel, Sprint est en train de fusionner avec T-Mobile, justement pour déployer rapidement un large réseau 5G.

De son côté, AT&T persiste et signe : « Nous comprenons pourquoi nos concurrents n’aiment pas ce que nous faisons, mais nos clients adorent ça », explique l'opérateur à TechCrunch.

Il ajoute : « Nous avons introduit la 5G Evolution il y a plus de deux ans, la définissant clairement comme une étape vers la 5G. La 5G Evolution et l'indicateur 5G E permettent simplement aux clients de savoir quand leur appareil se trouve dans une zone où la vitesse est deux fois supérieure à celle du LTE standard ». « 4G+ » était probablement trop banal.

La position du régulateur américain sera d'autant plus intéressante à analyser. En France, l'Arcep veille au grain pour éviter de telles pratiques.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

En préparation de la loi contre la cyberhaine, dite loi Avia, la commission des Lois de l’Assemblée nationale lance une consultation sur les contenus haineux ou injurieux en ligne sur Internet. Jusqu’au 12 mai, il est possible de répondre à un questionnaire sur le site officiel.

Les réponses « alimenteront la réflexion des membres de la commission des Lois et de leurs collègues ». Anonymes, elles seront dans un format ouvert et librement réutilisable.

Parmi les questions, vous devrez indiquer si vous avez déjà été victime ou témoin de contenus « haineux ou injurieux » (racistes, antisémites, sexistes, etc.) mais aussi les suites apportées aux éventuels signalements effectués auprès de l’hébergeur ou à la justice.

Autre question : « qui doit, selon vous, réguler les contenus haineux ou injurieux sur internet ? ». Dans les différents scénarios, il est envisagé l’intervention d’une administration ou d’une « autorité indépendante », qui pourrait être le Défenseur des droits, le CSA, l’HADOPI ou encore l’ARCEP. Et s’agissant des sanctions à l’encontre de ces propos, est imaginée une peine « d’interdiction temporaire d’accéder à Internet ou à un ou plusieurs sites »

Deux pistes respectivement dessinées par l’auteur de la PPL, la députée Laetitia Avia, et Emmanuel Macron.

Première mise à jour majeure pour le nouvel Edge rebâti sur Chromium dans le canal Dev. La version passe à la 75.0.131.0, très proche finalement de la 75.0.133.0 de la branche Canary.

L’ajout principal est la disponibilité du Media Cast, qui permet tout simplement de « streamer » le contenu d’un onglet, du bureau ou d’un fichier vers un appareil compatible.

D’après nos premiers essais, lancer le cast d’une vidéo YouTube vers un téléviseur connecté sous Android TV n’a pas posé de problème particulier, pas plus que vers une barre de son (HT-ZF9) après le choix d’un MP3.

Les travaux avancent donc, mais il manque encore de très nombreux éléments dans Edge, comme nous aurons l’occasion de le voir plus tard dans la journée.

Notez que le navigateur peut maintenant être installé sur les moutures 32 bits de Windows 10. Les versions pour Windows 7, 8.1 et macOS sont toujours attendues.

Comme prévu, Amazon propose une version gratuite avec publicité de son service Music, mais uniquement sur Alexa aux États-Unis pour le moment.

Il permet d'écouter des listes de lecture et des milliers de « stations » basées sur un artiste ou un style par exemple. Rien n'est précisé sur une ouverture au reste du monde pour le moment.

Google fait de même avec YouTube Music sur Google Home. « “Ok Google, mets de la musique” vous permettra d’écouter gratuitement, sur l’ensemble de la gamme d’enceintes Google Home, des contenus musicaux via YouTube Music », mais « l’écoute sera quelquefois interrompue par des coupures publicitaires de 30 secondes ».

Cette fonctionnalité est disponible dans de nombreux pays, notamment en France.

Votre rendez-vous matinal avec l'actualité du numérique reprendra le lundi 29 avril, une partie de l'équipe profitant de cette période de vacances pour prendre quelques jours de repos.

Bien entendu, les rédactions d'INpact Hardware et Next INpact continueront de publier des articles. Nous aurons l'occasion de revenir sur les évènements de ces quelques jours dans une édition spéciale.