Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Pour l’IETF (Internet Engineering Task Force), il semble maintenant clair que HTTP-over-QUIC va devenir HTTP/3. Ce qui n’était qu’une fonction expérimentale de Google servira donc de base à la prochaine révision majeure du protocole HTTP.

QUIC, pour Quick UDP Internet Connections, se veut un remplaçant de TCP. Une nouvelle couche de transport supportant les connexions UDP multiplexées entre points, conçue pour réduire la latence et la bande passante nécessaire, ainsi bien sûr qu’une meilleure sécurité (données chiffrées par défaut).

Google réitère donc la genèse de HTTP/2, largement basé sur son protocole SPDY. Le passage de QUIC en spécification signifiera donc une adoption par les autres navigateurs. QUIC, bien que non finalisé, est cependant déjà implémenté dans Chromium et se retrouve ainsi dans les navigateurs l’utilisant, dont Opera.

On attend maintenant l’annonce officielle.

 


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Le service de streaming musical a lancé, fin décembre, une application proposant jusqu’à 30 000 stations, sans publicité supplémentaire. Pour le moment uniquement outre-Manche.

Elle est utilisable sans inscription et, Deezer oblige, permet d’identifier directement les morceaux écoutés. Les chansons aussi présentes dans le catalogue de Deezer peuvent être sauvegardées dans les favoris, à condition de disposer d’un compte.

La découverte d'un bug dans l'une des propositions d'améliorations d'Ethereum (EIP) devant être implémentée avec la mise à jour Constantinople vient de retarder à une date ultérieure le déploiement de cette dernière.

Le bug est semblable à l'un de ceux exploités lors de la fameuse attaque de The DAO. En bref, si un contrat contient une fonction faisant appel à un autre contrat, l'attaquant peut être en mesure de faire appel plusieurs fois de suite à cette fonction pendant qu'elle est exécutée, sans préciser qu'un autre appel est déjà en cours. De quoi lui permettre de réclamer plusieurs fois de suite le versement de fonds… et les obtenir.

La fondation Ethereum a estimé qu'il n'était pas possible de colmater cette brèche proprement d'ici l'heure prévue pour le fork, soit à peu près le 17 janvier à 4h du matin heure française. La mise à jour est donc repoussée jusqu'à nouvel ordre. Les plus taquins l'ont déjà rebaptisée Constanti-Nope.

L'annonce a été faite par le spécialiste Troy Hunt sur son blog. Il explique que plus de 12 000 fichiers pour un poids total de 87 Go étaient accessibles sur MEGA.

Il a identifié près de 2,7 milliards lignes contenant des adresses email et des mots de passe, pour environ 1,1 milliard de combinaisons uniques. Ils proviennent de centaines de fuites de données différentes, certaines remontant à près de 20 ans.

Dans le détail, le chercheur décompte plus de 772 millions d'adresses email uniques et 21 millions de mots de passe différents. Bien évidemment, toutes ses informations ont été intégrées dans le service Have I Been Pwned permettant de savoir si son adresse email ressort dans des fuites de données.

Sachez enfin que Collection #1 est le nom de la fuite donnée par Troy Hunt.

En novembre dernier, le revendeur annonçait Neural TTS (NTTS) ou Neural Text-To-Speech. Basée sur l'intelligence artificielle, elle permet d'avoir « une voix plus naturelle et, en fonction du contexte, permet à Alexa d’adapter également son style de voix ».

Outre-Atlantique, lorsque vous demandez à Alexa quelles sont les dernières nouvelles, l'intelligence artificielle sait désormais « quels mots ou quelles phrases doivent être accentués pour une présentation plus réaliste des informations ».

Des exemples avec différentes voix sont disponibles par ici.

La société explique que son premier (et précédent) logo datait de la création de l'entreprise et était difficile à reproduire avec exactitude, notamment car il comportait pas moins de onze couleurs.

Pour réaliser son nouveau logo, qui n'est d'ailleurs pas sans rappeler l'ancien dans la forme et les couleurs, l'équipe de Slack s'est rapprochée du graphiste Michael Bierut (Pentagram).

« Au cours des mois à venir, nous allons harmoniser notre identité graphique et mettre notamment à jour le site web, les publicités et notre produit », précise enfin Slack.