Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Le VTC veut depuis plusieurs années proposer ce moyen de transport à ses clients. Il s'est d'ailleurs trouvé un partenaire de choix : la NASA.

Les premiers tests sont prévus pour 2020, à Dallas et Los Angeles. En attendant, le CES est l'occasion pour l'américain Bell Helicopter Textron de présenter un prototype, qui sera utilisé par Uber pour son service de taxis volants autonomes : le Nexus. Il est équipé de six rotors pivotables pour décoller et atterrir à la verticale, sur le toit d'un immeuble par exemple.

Le cockpit propose cinq places et une capacité de charge de 272 kg. Le fabricant a opté pour un système de propulsion hybride afin de disposer d'une autonomie plus importante qu'avec un système uniquement électrique, c'est du moins ce qu'il affirme à The Verge.

Bell a signé un partenariat avec Thales en octobre dernier pour le développement de systèmes de contrôle de vol, que ce soit avec un pilote derrière les commandes ou de manière entièrement autonome.

En plus de Thales, Safran, EPS, Moog et Garmin sont également partenaires de Bell pour le développement du Nexus.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Le décret de Donald Trump plaçant le Chinois sur liste noire a de lourdes conséquences pour ses clients, ses partenaires et lui-même. Le président et fondateur de Huawei estime que les pertes de son chiffre d'affaires sur l'année 2019 atteindraient 30 milliards de dollars.

Il ne s'attendait visiblement pas à ce que la volonté de « démolir » Huawei soit « aussi forte et omniprésente ». En cause, la fameuse liste noire sur laquelle se retrouve l'équipementier lui interdisant tout échange avec des sociétés américaines. Pour l'instant, il dispose d'un peu de répit avec une autorisation temporaire valable jusqu'à mi-août.

Un autre fabricant, américain cette fois-ci, en fait les frais : Broadcom. Lors de la publication de ses résultats trimestriels, il prévoit un chiffre d'affaires de 22,5 milliards de dollars pour 2019. C'est 2 milliards de dollars de moins qu'au premier trimestre, dont les résultats sont tombés le 14 mars, juste avant le décret.

Toujours dans les estimations pour l'année fiscale 2019, la marge d'exploitation est en baisse de 3 %

Alors que le Conseil d’État vient tout juste de s’opposer à la communication des « algorithmes locaux » de Parcoursup (voir notre article), les députés LFI vont tenter d’épauler les futurs bacheliers en quête de transparence et de compréhension de la sélection opérée à leur égard.

Profitant de l’examen de la proposition de loi de lutte contre la haine sur Internet (ça ne s’invente pas...), le groupe de Jean-Luc Mélenchon vient de déposer un amendement qui obligerait l’administration à rendre publique « l’ensemble des documents permettant de prouver que les algorithmes utilisés n’ont pas pour conséquence, intentionnelle ou non, directement ou indirectement, un traitement défavorable des personnes candidates », par exemple « en raison de leur origine », ou « de leur situation de famille ».

Au regard des forces politiques en présence, cet amendement n’a quasiment aucune chance d’être adopté.

Selon un article de Wired sur certaines découvertes de Kaspersky, certains pirates se servent d’invitations à Google Agenda pour simuler des demandes paraissant légitimes.  

Ces demandes se basent sur une capacité du service activée par défaut pour simplifier la vie des utilisateurs : toute source externe peut placer un évènement dans le calendrier de l’utilisateur.

Problème, ces évènements peuvent déclencher des notifications, dont le contenu peut être trompeur. Des utilisateurs ont ainsi observé des évènements dont ils ne savaient rien, suivis d’invitations à répondre à un questionnaire, avec lien et formulaire réclamant informations personnelles et financières.

Les notifications portent souvent des noms « attrayants », tout du moins pour qui ne se méfie pas instantanément d’une nouvelle paraissant trop belle pour être vraie. Par exemple, « Vous avez reçu une récompense » ou « Un transfert de fonds a été fait en votre nom ».

Google a été averti du problème et indique que tout est actuellement fait pour enquêter sur l’origine de ces attaques. L’éditeur rappelle qu’une fonction permet de signaler un spam sur tout évènement suspect.

Dans les options d’Agenda, on peut en outre s’assurer de garder la pleine maîtrise des invitations. Dans le premier écran par exemple, la liste déroulante « Ajouter automatiquement les invitations » peut être réglée sur « Non, n’afficher que les invitations auxquelles j’ai répondu ». Par défaut, le service affiche également les évènements refusés. Il suffit de décocher la case idoine.

Les députés examineront cet après-midi une proposition de résolution « relative à la couverture numérique du territoire ». Ce texte (PDF), dépourvu de toute valeur contraignante, plaide notamment pour une « accélération du déploiement de la fibre optique », afin que la France soit totalement couverte « au plus tard d’ici 2025, conformément aux objectifs adoptés par la Commission européenne ».

Christine Dalloz (LR), à l’origine de cette initiative, invite en outre le gouvernement à « évaluer l’efficacité » du plan France Très Haut Débit.

Les discussions ne devraient pas débuter avant 17 heures. Elles pourront être suivies en direct ou en replay sur le portail vidéo de l’Assemblée nationale (voir ici).

Il est désormais possible de consulter la liste des personnes ayant soutenu l’organisation d’un premier référendum d’initiative partagée, au sujet de la privatisation des Aéroports de Paris.

Comme l’avait réclamé la CNIL, il faut remplir un captcha avant de pouvoir accéder à chaque page de cette liste (classée par ordre alphabétique). L’objectif ? Éviter une extraction automatisée, notamment par des personnes malintentionnées. Cela n’a néanmoins pas empêché certains internautes de procéder à un comptage du nombre de soutiens. Benjamin Sonntag, par ailleurs co-fondateur de La Quadrature du Net, les a par exemple estimés à plus de 125 000.

Sont ainsi librement accessibles : le nom, le ou les prénoms et le lieu de vote de chaque électeur ayant apporté son soutien.

Un moteur de recherche est également proposé. Celui-ci est cependant destiné aux citoyens qui souhaitent par exemple vérifier que personne n’a « voté » pour eux. Il faut en effet fournir différentes informations dont seuls les intéressés disposent en principe : date et lieu de naissance, commune d’inscription sur les listes électorales, etc.

Cette liste sera consultable durant toute la période de recueil des soutiens (soit jusqu’au 12 mars 2020) et même au-delà, le temps que le Conseil constitutionnel rende sa décision arrêtant le nombre de soutiens définitivement exprimés en faveur de la proposition de loi référendaire. Les noms des électeurs seront accessibles jusqu’à dix jours après cette décision, puis détruits dans les deux mois.