Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

La plateforme de streaming rappelle qu'elle « reverse environ 70 % de ses revenus aux ayants droit, qui eux-mêmes redistribuent aux artistes, auteurs et compositeurs la part qui leur est due selon le contrat qui les lie ». Il en est de même pour les autres plateformes. 

Actuellement, la répartition se fait sur une part de marché global, mais Deezer souhaiterait la faire évoluer vers « une rémunération basée sur les écoutes individuelles des utilisateurs – User Centric Payment System », ou UCPS.

Ainsi, « l’argent de chaque abonnement que Deezer reverse aux éditeurs et producteurs ne serait réparti qu’aux seuls artistes écoutés par l’abonné. C’est une mesure d’équité pour les artistes et de transparence pour nos clients », affirme Alexis de Gemini, directeur général France de Deezer.

Pour appuyer ses dires et mettre en image les deux systèmes de rémunération, Deezer a mis en ligne un mini site. Selon l'éditeur, l'UCPS aurait entre autres avantages de soutenir la création locale et les genres musicaux de niches, et de combattre la fraude (en lançant des écoutes en boucle massives).

Enfin, la plateforme permet à ses clients de voir quels artistes bénéficient de leur abonnement Deezer. Bref, la société profite de sa notoriété pour lancer le débat, mais il reste à convaincre les autres acteurs du secteur, à commencer par les majors.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief