Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Le but est toujours le même : vous proposer un tour d'horizon des actualités les plus importantes de la journée en fonction de vos centres d'intérêt.

Le géant du Net explique avoir travaillé avec The Associated Press, Hollywood Reporter, Universo Online et South China Morning Post (entre autres) pour adapter l'intelligence artificielle de Google Actualités au service de son assistant vocal.

La présentation commence par un résumé sur des sujets qui vous tiennent à cœur, puis continue avec un plus long format. Vous pouvez évidemment contrôler le déroulé des informations à la voix (suivant, précédent, stop).

Google précise avoir développé un format ouvert afin de laisser d'autres organismes proposer leurs actualités. Pour le moment, les actualités audio ne sont disponibles qu'en anglais et aux États-Unis.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Comme à chaque fin d'année, SplashData dévoile une liste des mots de passe que l'on retrouve le plus souvent dans les nombreuses fuites de données sur Internet (dont on ne connaît pas l'âge). Il s'agit donc des pires que l'on peut choisir avec l'illusion de protéger son compte.

Comme l'année dernière, 123456 et password arrivent en tête, puis viennent 123456789 et 12345678. Cette année, une dizaine de nouveaux font leur apparition dans le top 25 : sunshine, princess, 666666, 654321, !@#$%^&* (suite de tous les caractères sous les chiffres d'un clavier qwerty), charlie, aa123456, donald, password1 et qwerty123.

La société « estime que près de 10 % des internautes ont utilisé au moins l’un des 25 pires mots de passe figurant sur cette liste, et près de 3 % d’entre eux ont utilisé le pire, 123456 ».

Si ce n'est pas encore fait, une bonne résolution pour l'année prochaine peut être de s'assurer que vos comptes soient correctement protégés, avec des mots de passe suffisamment robustes et différents pour chacun. Idéalement, la création d'un compte devrait toujours refuser les mots de passe trop faibles. Il reste donc du travail chez certains éditeurs.

Pour rappel, nous avons publié un dossier sur le sujet afin de vous aider.

Comme prévu, suite à l'accord entre les deux sociétés, le service de Replay est disponible, mais pas forcément bien organisé.

Ainsi, aucune liste par chaîne n'est proposée (contrairement aux autres groupes multi-chaînes), le seul véritable filtre proposé étant par catégorie de contenu (Séries & Fictions, Emissions, Informations et Jeunesse).

Seuls certains programmes sont mis en avant, et les saisons pas toujours complètes. Une pratique courante pour les chaînes de la TNT. Ainsi, vous ne pourrez voir La vérité sur l'affaire Harry Québert qu'à partir de l'épisode 3.

D'autres programmes diffusés sur les chaînes du groupe sont absents, mais cela n'est pas spécifique à myCanal. Tous les contenus proposés sont bien entendu accessibles via le moteur de recherche ou dans les différentes sections « à la demande » de l'application.

Selon Bloomberg, la société multiplie les discussions avec le secteur pour relancer et sans doute mieux intégrer son service Texture, acheté il y a quelques mois.

Les médias seraient à la fois intéressés par le potentiel d'une telle offre, inquiets par les revenus qu'elle peut générer, et surtout de la dépendance éventuelle à Apple.

En France, l'initiative SFR Presse a montré que tout n'était pas si simple, même avec une grosse base de clients au départ. Reste maintenant à découvrir le modèle qui sera proposé, s'il est à même de financer la presse d'information et de véritables investigations.

Jerry Shen vient de démissionner de son poste de PDG pour se concentrer sur un projet en lien avec l'internet des objets qui sera en partie (30 %) financé par la société.

Il sera remplacé par Sy Hsu et Samson Hu, en charge jusqu'ici des PC et du service client.

Dans le même temps, Jonney Shih qui dirige Asustek s'est excusé des performances commerciales de la société sur la période récente et annonce du changement dans la stratégie, alors que la marque approche de ses 30 ans.

Ce sera surtout le cas pour les smartphones, où de lourdes pertes sont à couvrir (un peu plus de 200 millions de dollars) qui ne vont plus s'adresser au grand public mais se focaliser sur le marché du haut de gamme et des joueurs.

On se souvient que la société avait annoncé son RoG Phone au Computex cette année, disponible depuis peu. De telles initiatives devraient sans doute se multiplier dans les mois à venir.

Le marché de l'internet des objets va aussi faire l'objet d'un investissement important (plus de 300 millions de dollars), notamment en visant le marché de l'entreprise, avec des objectifs sur trois ans.

Des pertes sont ainsi attendues pour le dernier trimestre, mais la société devrait rester dans le vert au global sur l'ensemble de l'année 2018.

Lors de sa dernière assemblée générale, le 11 décembre, les actionnaires de Dell Technologies ont validé le retour en bourse de l'entreprise. Il aura lieu le 28 décembre, grâce au rachat des actions reflet de VMWare, pour 23,9 milliards de dollars. Après 5 ans d'absence, l'entreprise reviendra avec le symbole DELL.

L'opération a également vocation à simplifier la structure du capital de la société, aujourd'hui réparti entre des actions de classe A, B, C et V, et sous forme d'actions miroir représentant la valeur de sa participation dans VMWare. Un sacré casse-tête.