Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Vendredi 28 septembre au soir, Facebook a révélé un sérieux problème de sécurité : une brèche a été découverte et colmatée, après avoir été exploitée. Résultat, les jetons de connexion d’environ 50 millions de comptes ont été dérobés.

Nous reviendrons en détail sur cette vulnérabilité dans la journée. Pour l’instant, Facebook déclare que les utilisateurs concernés sont avertis, que leurs comptes ont été « sécurisés » et que personne n’a besoin de changer de mot de passe.

Dans la même soirée, des utilisateurs ont également signalé un autre problème : certains articles évoquant la faille ne pouvaient pas être partagés sur Facebook. Deux étaient a priori concernés, l’un du Guardian, l’autre d’Associated Press, des sources reconnues sérieuses.

Pourtant, Facebook suspectait du spam. Lorsque les liens étaient partagés, le réseau social bloquait l’action, expliquant qu’un grand nombre de personnes les partageaient déjà.

Le blocage n’a pas résisté longtemps. Quand la nouvelle s’est répandue dans les médias, Facebook a publié un tweet annonçant le retour des partages. La société ajoutait être désolée pour la gêne occasionnée.

On ne sait pas réellement ce qui s’est passé. Soit Facebook a simplement été confronté à un emballement de son système anti-spam – en montrant alors les limites – soit il a cherché à limiter le bruit autour de sa très sérieuse faille.

Remarquons qu’un nouveau dossier épineux s’ouvre pour le réseau social alors qu’il n’a plus aucun directeur de la sécurité. Depuis le changement de poste d’Alex Stamos, Facebook ne l’a en effet pas remplacé, expliquant à l’époque que sa sécurité serait réorganisée, avec des spécialistes répartis un peu partout dans l’entreprise.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Alors que la bêta publique se fait toujours attendre, une version interne de développement du nouvel Edge est en ballade sur la toile.

La version est estampillée 75, contre 44 pour la mouture la plus récente, actuellement dans la version 1903 de Windows 10.

Malgré le bond, cette version est essentiellement un Chrome avec une surcouche de Microsoft. Le travail est manifestement loin d’être terminé, puisqu’elle n’embarque presque aucune spécificité d’Edge, comme les annotations sur les pages ou Application Guard.

Nous reviendrons dans la journée sur cette préversion, mais avec les pincettes de rigueur, tant le navigateur semble très incomplet en l’état. En outre, méfiance sur le téléchargement, puisque l’installeur provient d’une source tierce.

Les deux agences spatiales sont partenaires sur cette étude réalisée en Allemagne dans l'Envihab.

Les participants vont devoir rester allongés sur un lit incliné avec la tête à 6° sous l'horizontal pour simuler un voyage dans l'espace. Ils passeront de temps en temps dans une centrifugeuse à bras court afin de « recréer la gravité » et renvoyer du sang vers les jambes. L'expérience devrait durer 60 jours.

But de l'opération : préparer des voyages de longue durée dans l'espace. Pour rappel, les astronautes dans la Station spatiale internationale passent actuellement jusqu'à 2h30 par jour à faire de l'exercice physique, avec une alimentation strictement contrôlée.

Le premier vol de Falcon Heavy s'est déroulé il y a plus d'un an maintenant. La fusée est pour rappel composée d'un premier étage renforcé avec deux boosters supplémentaires, en fait eux aussi des premiers étages de Falcon 9.

Elon Musk en profitait pour assurer le buzz en envoyant dans l'espace son roadster. Dans tous les cas, la mission était un succès pour SpaceX. Depuis, on attendait la suite.

Selon nos confrères de CNBC, le prochain lancement pourrait avoir lieu à partir du 7 avril. La mission s'appellerait Arabsat 6A et aurait pour but de placer en orbite des satellites pour l'Arabie Saoudite. SpaceX n'a pour le moment pas confirmé ou infirmé.

Elle est animée par un SoC avec huit cœurs, 3 Go de mémoire vive et 32 Go de stockage, le tout articulé autour d'Android 9.0 Pie avec « une interface dédiée ».

« Les joueurs doivent juste s'asseoir autour de la table, à 2 ou plus, pour entamer une partie, qu’il s’agisse d’un jeu de plateau, de cartes, de rôle, etc. », explique le fabricant.

La Play Tab sera disponible à la rentrée des classes pour 249 euros.

C'est le 21 mars 2001 que le premier opus de la série est sorti : The First Encounter. Il nous faisait alors découvrir un univers complètement barré, où Sam « Serious » Stone allait devoir affronter Mental et son armée.

Parfois vulgaire, souvent bourrin (et faisant quelques références à Doom), on se souvient surtout du titre pour ses batailles frénétiques où il fallait dégommer les « kamikazes » sans tête et autres monstres par dizaines, plus que son scénario.

Après plusieurs suites/prequels et de nombreux jeux dérivés (notamment en VR), la saga Serious Sam doit revenir dans le courant de l'année (à moins d'un nouveau retard). Mais excepté son support de DLSS de NVIDIA, on en sait encore assez peu à son sujet.