Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Avec les avancées continues dans ce domaine, les outils de détection des artefacts classiques (zones d'ombres, détourages approximatifs, etc.) ne sont pas suffisants pour détecter correctement des deepfakes, c'est-à-dire des vidéos ou le visage d'une personne a été remplacé par celui d'une autre.

Pour mener son combat, Facebook s'est associé à Partnership on AI, Microsoft et plusieurs universités : MIT, Oxford, Berkeley, Maryland, College Park, etc. Google est absent, mais le géant du Net a déjà lancé son propre combat sur les deepfakes audio il y a quelques mois.

Le but de l'opération est de proposer « une technologie que tout le monde pourrait utiliser pour mieux détecter quand une IA a été utilisée pour modifier une vidéo afin d'induire le spectateur en erreur ». Une vidéo explicative avec des exemples de deepfakes a été mise en ligne par ici.

Facebook a commandé des jeux de données réalisées par des acteurs rémunérés et « clairement consentants » sur l'utilisation qui sera faite de leur image (un effort louable de la part du réseau social…). Facebook prend les devants : « Aucune donnée d'utilisateurs Facebook ne sera utilisée ».

Au total, plus de 10 millions de dollars sont consacrés à ce projet, qui comprend notamment des prix pour encourager les participants. 


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief