Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

En 2017, la Commission européenne avait infligé 2,4 milliards d’euros d’amende à Google, accusé d'abus de position dominante sur la comparaison de prix. Aux yeux de l’institution bruxelloise, Google Shopping avait été trop avantagé dans le moteur de recherche.

« Il est établi que même le service concurrent le mieux classé n'apparaît en moyenne qu'à la page quatre des résultats de la recherche de Google, les autres figurant encore plus bas » expliquait à l’époque l’institution. Google a fait appel de la décision devant les juridictions européennes. Les audiences ont lieu actuellement. 

Parmi les principaux arguments avancés par le géant américain, « Google a lancé les résultats groupés par produit pour améliorer la qualité et non pas pour diriger le trafic vers un comparateur de prix Google ». De même, avance-t-il, « la Commission ne démontre pas dans la décision attaquée que le comportement prétendument abusif a réduit le trafic des recherches effectuées au moyen de Google allant vers des agrégateurs ».

Il estime également que l’institution a calculé de façon erronée le montant de l’amende.

La décision est attendue dans plusieurs mois.  


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief