Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Sale temps pour le constructeur chinois. Alors que la société fait face à des interdictions autour de ses équipements pour la 5G dans plusieurs pays, le ministère canadien de la Justice confirme son arrestation à l'AFP.

« Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre à Vancouver. Les États-Unis réclament son extradition et une audition pour sa remise en liberté conditionnelle doit avoir lieu vendredi », détaille un porte-parole. « Puisqu'une interdiction de publication est en vigueur [demandée par Mme Meng, ndlr], nous ne pouvons pas fournir pour l'instant de plus amples détails », ajoute-t-il.

De son côté, la Chine « proteste avec force » contre l'arrestation d'une citoyenne « n'ayant violé aucune loi américaine ni canadienne ». Pékin demande ainsi la libération de Meng Wanzhou et « prendra toutes les mesures pour résolument protéger les droits et les intérêts légitimes des citoyens chinois ».

De leur côté, les États-Unis reprocheraient à Huawei d'avoir violé des sanctions contre l'Iran en exportant (depuis 2016) des produits d'origines américaines. Enfin, Huawei affirme n'avoir que « très peu d'informations en ce qui concerne les accusations et n'est pas au courant d'un quelconque méfait de la part de Mme Meng ».

Notez que le Canada était le dernier membre de l'alliance Five Eyes sur le renseignement (avec les États-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni) à ne pas avoir été impliqué d'une manière ou d'une autre dans un problème avec Huawei.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

La nouvelle version du navigateur vient d'arriver dans le canal bêta et introduit quelques améliorations pour les développeurs.

Il est question du support des éléments privés dans une classe pour JavaScript, de nouvelles méthodes pour Feature Policy, permettant de déclarer ou de connaître la liste des fonctionnalités autorisées, etc.

Une page ne pourra désormais plus utiliser window.open() pour en ouvrir une autre à la fermeture de celle en cours, même si le bloqueur de pop-ups est désactivé. La liste complète des changements est accessible par ici.

Les outils développeurs vont également être renforcés. Le détail est visible par là. On attend désormais de voir les nouveautés côté utilisateur, outre un renforcement de la navigation privée, déjà évoqué.

Au début du mois, Microsoft publiait sur GitHub le code source de son application, sous licence MIT. En plus d'être accessible à tout le monde, cela permet de suivre les évolutions de la calculatrice.

Comme l'a repéré ZDNet.com, l'ajout d'un Mode graphique proposé par un membre de Microsoft a été approuvé. Il est désormais en « préproduction ». Il permettrait de tracer des courbes.

Pour le moment, rien ne dit que cette fonctionnalité sera finalisée, quelles seront ses possibilités et quand elle sera disponible.

L'affaire avait éclaté la semaine dernière et le régulateur finlandais avait ouvert une enquête, comme l'explique Engadget. Parmi les données envoyées par le téléphone à un serveur chinois se trouvaient l'emplacement géographique, le numéro de la carte SIM et le numéro de série du smartphone.

Nokia confirme l'envoi de données, mais tente de rassurer en ajoutant « qu'aucune information personnellement identifiable n'a été partagée avec une tierce partie ». Le fabricant (HMD) affirme qu'il s'agit d'une erreur : « Nous avons constaté que notre client d'activation destiné à la version chinoise du smartphone avait été installé par erreur dans un lot unique de Nokia 7 Plus ».

Il ajoute que ce problème avait déjà été identifié et corrigé en février. « Tous les smartphones concernés ont reçu le correctif et presque tous l'ont déjà installé ». Si le numéro de build est 00WW_3_39B_SP03 ou 00WW_3_22C_SP05, vous avez le patch.

Le constructeur balaie de la main des accusations affirmant que d'autres smartphones sont concernés : « Toutes les données des terminaux Nokia autres que les versions chinoises sont stockées sur les serveurs de HMD Global à Singapour, via Amazon Web Services ».  

Vendredi soir, Microsoft a diffusé la préversion 18362 dans le canal rapide, avant de la répercuter dans le canal lent.

Une bascule aussi rapide signifie la fin du cycle de développement. Elle ne corrige d’ailleurs que deux problèmes, l’un bloquant la mise à jour automatique des applications dans le Store, l’autre provoquant des plantages de l’application Connect.

Cette build 18362 est probablement une Release Candidate, en dépit d’une liste de problèmes à corriger toujours existants, notamment un plantage du système avec certains titres exploitant un système antitriche et des soucis avec les cartes son X-Fi de Creative.

Il s’agit probablement de soucis techniques nécessitant un travail commun avec les entreprises concernées, qui seront donc corrigés par de nouveaux pilotes ou patchs spécifiques.

Il s’écoulera de toute façon quelques semaines entre la finalisation de la version 1903 et le début de la diffusion sur Windows Update. Hypothèse la plus probable : les machines ayant un problème répertorié ne seront tout simplement pas mises à jour tout de suite.