Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Séisme pour le web : l’avenir du HTML et du DOM est désormais entre les mains du WHATWG (Web Hypertext Application Technology Working Group), qui réunit les principaux développeurs de navigateurs.

Le groupe avait été créé en 2004 pour réagir à ce qui était alors considéré comme une trop grande lenteur des processus décisionnels du W3C, avant de faire cavalier seul en 2012. C’est le WHATWG qui a posé les bases de ce qui serait récupéré plus tard par le consortium pour devenir le HTML5.

Et voilà que dans un Memorandum of Understanding, le W3C et le WHATWG annoncent conjointement un changement de taille : toutes les décisions concernant le HTML et le DOM seront prises par le groupe de travail formé par les éditeurs.

Le W3C et ses centaines de membres plie donc face à un groupe composé de quelques entreprises. Son rôle sera essentiellement de proposer des recommandations, que le WHATWG acceptera ou pas.

Conséquence, les standards actuels deviennent le HTML Living Standard et le DOM Living Standard, hébergés sur le site du WHATWG.

Les éditeurs de navigateurs en reprennent ainsi la gouvernance et seront seuls responsables des décisions affectant le futur du web, même si elles seront prises sur la base de recommandations.

Cependant, le mémorandum met fin à un conflit de plusieurs années entre les deux entités. Désormais, leur alliance est inscrite dans le marbre et les avancées du HTML devraient gagner en cohérence et rapidité.

C’est dans tous les cas un changement de taille, car les éditeurs étaient de toute façon les cerbères des technologies du web : le W3C pouvait décider, mais les technologies ne pouvaient pas être utilisées si les navigateurs ne les supportaient pas. Surtout avec un Chromium dépassant les 60 % de parts de marché via toutes ses incarnations.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

C'est en tout cas le message qu'a fait passer Kenneth Bowersox, administrateur par intérim de la NASA en charge de l'exploration et des opérations humaines, comme le rapporte Associated Press.

Lors d'un passage devant un sous-comité du Congrès, il affirme que la NASA fait de son mieux pour tenir le calendrier annoncé par la Maison Blanche, mais qu'il « ne parierait pas le cadeau d’anniversaire de son fils aîné, ou quelque chose comme ça ».

« Ce qui est important, c'est de démarrer quand nous sommes prêts et que notre mission soit un succès.  Je ne vais pas m'asseoir ici pour vous dire arbitrairement que nous allons y arriver », ajoute-t-il. 

Depuis plusieurs années, la société met en avant son attachement au solaire et à l'éolien : « En 2017, nous sommes devenus la première entreprise de notre taille à compenser notre consommation annuelle d'électricité avec des énergies renouvelables (et nous l'avons refait en 2018) ».

Sundar Pichai annonce aujourd'hui la signature de 18 nouveaux contrats (aux États-Unis, au Chili et en Europe) pour un total de 1 600 MW supplémentaires, dont une bonne partie en solaire. « Ensemble, ces accords augmenteront de plus de 40 % notre portefeuille mondial d'accords sur l'éolien et le solaire, pour atteindre 5 500 MW ».

La ville a publié un communiqué expliquant que les services de police ont reçu un appel le 19 septembre à 11h30 (heure locale) leur « signalant qu'un homme adulte de sexe masculin avait sauté du 4e étage d'un immeuble ».

Sur place, les services de secours ont trouvé la personne inanimée. Ils n'ont rien pu faire, si ce n'est constater le décès. La ville ajoute que l'enquête préliminaire laisse penser qu'il n'y a aucun acte criminel dans « cet apparent suicide ».

Un porte-parole de Facebook confirme la situation à TechCrunch, mais ne donne aucun détail supplémentaire. Pour l'instant, aucune piste n'est évoquée concernant les raisons qui ont poussé cet homme à sauter du 4e étage.

Une semaine et demie après la sortie de cette mouture, Google publie une mise à jour de sécurité sans attendre Chrome 78.

Quatre failles sont pointées du doigt : une critique (remontée à Google le 5 septembre) et trois avec un niveau de dangerosité élevé. Les détails techniques seront dévoilés ultérieurement, lorsqu'une majorité des utilisateurs aura installé la mise à jour. Selon The Hacker News, un attaquant pourrait en profiter pour exécuter du code arbitraire.

Man Yue Mo, qui a découvert deux des quatre failles, a obtenu une récompense de 40 000 dollars (20 000 dollars pour chacune), tandis que le montant des deux autres (notamment celle critique) n'est pas précisé.

Dans tous les cas, il est urgent de se mettre à jour si ce n'est pas déjà fait. Vérifier que vous avez bien la version 77.0.3865.90 au minimum (sur Windows, macOS et Linux).