Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

LibreOffice 6.2 vient répondre à une demande de longue date des utilisateurs selon l’équipe de développement : rendre l’interface adaptable et plus agréable.

Avec son approche MUFFIN (My User Friendly & Flexible Interface), LibreOffice propose donc une nouvelle NotebookBar, qui vient compléter les modes existants : onglets, compacte et textuelle. La première tout particulièrement, faite pour les transfuges de la suite Office de Microsoft, onglets n’étant ici qu’une autre manière de dire « rubans ».

La NotebookBar est le résultat d’une longue période de test, car ces nouvelles barres d’outils modulaires ont été initialement introduites dans LibreOffice 5.3 fin 2016, mais sous forme expérimentale seulement. Il aura donc fallu plus de deux ans pour affiner les choix et intégrer les retours de la communauté, les barres ayant beaucoup changé depuis.

Version « majeure » oblige, les nouveautés sont nombreuses dans les applications de la suite. Writer permet par exemple enfin de copier-coller des données de tableur dans un tableau déjà présent dans le document. Le collage créait jusqu’à présent un nouveau tableau.

Calc gagne plusieurs nouvelles fonctions, dont REGEX pour comparer du texte à une expression régulière. Il renforce également sa partie statistiques, avec par exemple la possibilité de lancer une analyse de régression multivariée depuis l’outil Régression. Ce dernier peut afficher les intervalles de confiance pour les paramètres estimés.

Impress et Draw gagne plusieurs nouveautés communes, comme la définition d’une trajectoire de déplacement des animations par un glisser-déposer de ses points de contrôle. On note également plusieurs nouveaux styles de dessin pour le texte, ou encore l’arrivée d’un sous-menu Tableau dans le menu Format dans Draw.

LibreOffice Online reçoit quant à lui de nombreuses améliorations, notamment sur les appareils mobiles. L’interface a été simplifiée, les performances augmentées et le clavier virtuel se veut plus efficace.

Comme toujours, les notes de versions mentionnent des évolutions plus générales, comme un support encore amélioré des formats propriétaires de fichiers. C’est particulièrement vrai avec de vieux formats abandonnés par Microsoft, permettant de « ressusciter » de vieux fichiers.

Notez que cette version 6.2 est sur la branche Evolution, qui permet de tester (en version stable) toutes les dernières nouveautés. Les entreprise préférant attendre peuvent rester sur la branche 6.1, plus éprouvée et qui vient de recevoir une mouture 6.1.5 avec des correctifs.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Il prendra place dans l'Engineering Center (créé en 2011) sur le campus du géant du Net à Issy-les-Moulineaux, dans la région parisienne.

La société explique que « ce centre a pour mission d’accompagner les entreprises du monde entier dans leur transformation digitale (sic) et dans leur quête d’efficacité et de productivité accrues grâce à l’IA ».

Microsoft ne donne pas plus de détails pour l'instant.

Hier, la société américaine a envoyé dans l'espace une fusée Falcon 9 avec un premier étage recyclé (éprouvé dans le discours commercial de SpaceX) déjà deux fois.

Il a en effet déjà été utilisé pour la mission Iridium-7 en juillet 2017 et SAOCOM 1A en octobre 2018. Les charges utiles ont été larguées sans encombre et le premier étage est revenu se poser sur la barge Of Course I Still Love You. Bref un sans faute avec trois lancements et trois récupérations.

Parmi les engins envoyés dans l'espace se trouve l'atterrisseur lunaire Beresheet de la société israélienne SpaceIL. La NASA félicite la société dont l'engin est « en passe de devenir le premier modèle commercial à atteindre la surface de la Lune ».

En trois jours, un vent de panique a soufflé sur YouTube. La vidéo de Matt Wattson sur la facilité à trouver des vidéos à tendance pédopornographique (sans l’être explicitement) et commentaires particulièrement flagrants a provoqué une détonation.

Les sanctions ne se sont pas faites attendre. De grosses entreprises comme Epic, Disney et Nestlé ont retiré leurs publicités de YouTube, le temps que le ménage soit fait et qu’une enquête soit prestement diligentée.

Dans la soirée du 20 février, une autre vidéo a intensifié la polémique. Publiée par le youtubeur Philip DeFranco, elle remet une couche sur un vrai problème au sein de la plateforme, déjà pointé par Wattson : comment, par les algorithmes de recommandations et avec les bons mots clés, on peut tomber sur des contenus et commentaires choquants.

En conséquence, YouTube a tiré dans toutes les directions. Dans un message à DeFranco, l’équipe lui annonce avoir supprimé plus de 400 chaînes et désactivé les commentaires sur « plusieurs dizaines de millions de vidéos ». Les commentaires illégaux ont été signalés aux autorités.

L’éditeur semble avoir eu besoin d’un électrochoc pour réagir, mais s’il s’agit pour l’instant d’un tapis de bombes. On ne sait pas par exemple si le blocage des commentaires s’est fait après constat d’un problème ou à titre préventif.

Le problème n’est en effet pas neuf, comme le rappelait la journaliste Chloé Woitier hier soir. La chaine YouTube Le roi des Rats pointait ainsi déjà en juin 2018 la naissance d’un « réseau malsain » d’échange de vidéos de petites filles faisant de la gymnastique.

La lutte contre la pédopornographie est pourtant loin d’être nouvelle sur YouTube. Dans sa vidéo, DeFranco évoque ainsi un « combat constant » et des révisions régulières des recommandations à la communauté lors de la publication de vidéos avec des enfants.

Il est probable que YouTube aiguise en permanences ses armes pour détecter ce type de contenu mais que des personnes se soient montrées plus malignes. Il est tout aussi probable que le service va serrer la vis et prendre de nouvelles mesures. L’entreprise vit de la publicité, et perdre des clients comme Disney et Nestlé, même temporairement, peut avoir de lourdes conséquences.

La start-up, qui a obtenu sa licence bancaire en décembre, continue sur sa lancée et affiche une belle croissance. Après trois millions d'utilisateurs en mi-novembre, elle passe à quatre millions en un peu plus de trois mois. Pour rappel, il lui avait fallu cinq mois pour passer de deux à trois millions.

Pour le moment, la banque en ligne n'est disponible que dans les pays de l'espace économique européen, mais elle prévoit de se lancer dans le reste du monde, sans plus de détails pour l'instant.