Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Nouvelle version pour le framework ML.NET de Microsoft, kit de machine learning pour développeurs .NET. Son évolution est particulièrement rapide puisque la mouture 0.1 n’est sortie qu’au printemps dernier, à l’occasion de la conférence Build.

Parmi les nouveautés, la plus importante est sans conteste la FCC (Feature Contribution Calculation), qui permet de montrer quelles fonctionnalités ont le plus d’influence sur la prédiction d’un modèle pour un échantillon spécifique de données.

Selon Microsoft, cette capacité est particulièrement utile quand on souhaite déterminer quelles fonctionnalités ont joué le plus grand rôle afin de les isoler, par exemple quand l’activation de toutes les fonctions entraine une trop grande chute des performances.

Autre apport majeur, le support de tous les GPU compatible CUDA 10.0 pour les modèles ONNX. Ce support n’est pour l’instant disponible que sous les éditions 64 bits de Windows. Les versions 32 bits, Linux et macOS seront pris en charge prochainement.

Outre l’apparition de modèles pour Visual Studio, on note une simplification du chargement des données texte, une nouvelle colonne pour les probabilités avec Calibrator Estimators, ou encore la possibilité d’exécuter ML.NET dans des conteneurs Windows Nano ou des machines Windows sans que Visual C++ soit installé.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Wizway est une co-entreprise créée en 2015 autour de la mobilité sans contact, avec le soutien des Ministères de l’Économie et des Transports. Elle est notamment derrière les expérimentations de dématérialisation des tickets de métro à la RATP.

Aujourd'hui, la joint-venture annonce un partenariat avec Samsung, qui « devient le premier constructeur mobile à ouvrir sa technologie au monde des transports en Europe ». « Ce service permet aux possesseurs de Samsung Galaxy compatibles d’acheter leurs titres de transport (abonnement, ticket unitaire, carnets) depuis leur application mobile et de les valider aussi simplement qu’avec une carte sans contact ».

Les possesseurs d'un smartphone compatible (Galaxy A5 2017, A8, S7 (edge), S8(+), S9(+), Note 8 ou 9) pourront « bénéficier de ce service dès le premier trimestre 2019 sur d’importants réseaux de transport pour lesquels la solution de Wizway est déjà opérationnelle, à l’image de l’Île-de-France, Lille et Strasbourg ».

Wizway rappelle que « les titres de transport peuvent être validés et contrôlés même lorsque le téléphone est éteint ou n’a plus de batterie ».

Une autre mouture importante pour Android Studio, qui est pour rappel l’environnement de développement intégré de Google pour la création des applications Android.

Parmi les nouveautés, on trouve le Navigation Editor, qui permet de construire visuellement des interactions prévisibles entre les écrans et zones de contenus. Il produit des ressources XML supportant le nouveau Jetpack Navigation Component.

On continue avec le passage à Kotlin 1.3.11 et Intellij 2018.2.2, le support de Clang-Tidy pour les analyses de code statique C++, un nouvel assistant de création de projet, une suppression simplifiée des anciens dossiers de cache et paramètres de Studio, le support des Instant Apps par les App Bundles ou encore diverses optimisations de performances.

Comme toujours, Android Studio peut être installé sur Linux, macOS et Windows. Plusieurs nouveautés réclameront l’installation de l’Android Emulator v28.0.22, que l’on peut récupérer depuis le SDK Manager de Studio.

C'est l'épilogue d'un feuilleton démarré cet été lorsqu'Intel et Micron ont annoncé leur divorce autour de la 3D Xpoint. Après avoir développé ensemble cette technologie, ils font chambre à part « afin d'optimiser la technologie pour leurs produits et besoins commerciaux respectifs ».

En octobre, Micron faisait part de son intention de prendre entièrement le contrôle de la co-entreprise IM Flash Technologies (IMFT). Elle avait jusqu'au 1er janvier pour confirmer son intention et, sans grande surprise, c'est désormais fait.

Micron précise que cette transaction sera clôturée dans les six à douze prochains mois, à une date qui sera choisie par Intel. Le montant est de 1,5 milliard de dollars environ, mais Micron estime que cela « n’aura pas d’incidence significative sur ses résultats financiers ».

Ensuite, « IMFT deviendra une filiale à 100 % de Micron et tous ses employés feront partie de l’équipe ».

Alors que le « grand débat national » voulu par Emmanuel Macron débute officiellement aujourd’hui, Matignon a annoncé hier que « les contributions des Françaises et des Français pourront être directement déposées sur le site www.granddebat.fr » (ou envoyées par courrier) à compter du 21 janvier prochain.

Sous le contrôle de « garants », « toutes les contributions seront rendues publiques, analysées et restituées au président de la République et au gouvernement », affirme l’exécutif.

Matignon promet en outre de « [prendre] en compte tous les avis et propositions exprimés », « selon les principes de transparence, de pluralisme et d’inclusion, de neutralité, d’égalité, de respect de la parole de chacun ». L’association Regards Citoyens a réagi en affirmant que le gouvernement devrait de ce fait opter pour une plateforme reposant sur du logiciel libre, notamment.

Le « grand débat national » doit durer deux mois, soit jusqu’au 15 mars.

C'est en tout cas ce que laissent entendre plusieurs rumeurs autour du fabricant, comme l'explique The Verge. Une conférence devrait avoir lieu demain afin de donner de plus amples détails.

Pour rappel, au MWC 2017 Oppo exposait des prototypes de smartphones avec un zoom 5x « sans perte » mélangeant un zoom optique 3x via un téléobjectif « couché » dans le sens de la largeur (avec un prisme pour récupérer l'image) et une solution logicielle.

Le fabricant n'était par contre pas allé plus loin puisqu'aucun smartphone équipé d'un zoom 5x « sans perte » n'a pour le moment été annoncé.