Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Depuis la fin de la semaine dernière, il ne se passe pas un jour ou presque sans que des sociétés annoncent qu’elles ne viendront pas à Barcelone, ou avec des effectifs réduits, en raison de l’épidémie de coronavirus 2019-nCoV (Covid-19).  

Dans le lot, on retrouve : Amazon, Ericsson, Intel, LG, NTT Docomo, NVIDIA, Samsung, Sony, TCL et ZTE. On peut désormais ajouter AT&T, Cisco, Facebook et Vivo. L’OMS a récemment rappelé que Covid-19 représentait une « très grave menace » pour le monde, expliquant les désertions en série à Barcelone.

Mais on constate un effet boule de neige : une fois les premiers partis, d’autres ont rapidement suivis. Pendant ce temps, la position officielle de la GSMA reste la même : le salon est maintenu avec quelques mesures de sécurité supplémentaire. Mais les choses pourraient bouger : selon une source de Reuters, les représentants de la GSMA (dont Stéphane Richard est l’actuel président du Conseil d’administration) devraient se réunir vendredi pour discuter d’une éventuelle annulation.

La question pour la GSMA est maintenant de savoir si elle doit maintenir un salon qui pourrait n'être que l’ombre de lui-même, devant éviter tout problème sanitaire, ou s'il faut désormais arrêter les frais. Un choix qui aurait évidemment de très importantes répercussions financières pour les organisateurs et la région catalane. 

De son côté, le ministre de la Santé espagnol (Salvador Illa) a indiqué hier à des journalistes qu’il n’y avait, selon lui, pas de raison d’annuler cette manifestation. Il a ajouté que la GSMA pourrait annoncer de nouvelles mesures dès aujourd’hui, sans préciser lesquelles... en espérant qu'aucun autre gros équipementier n'annonce son retrait complet.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief