Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Comme prévu, suite à l'accord entre les deux sociétés, le service de Replay est disponible, mais pas forcément bien organisé.

Ainsi, aucune liste par chaîne n'est proposée (contrairement aux autres groupes multi-chaînes), le seul véritable filtre proposé étant par catégorie de contenu (Séries & Fictions, Emissions, Informations et Jeunesse).

Seuls certains programmes sont mis en avant, et les saisons pas toujours complètes. Une pratique courante pour les chaînes de la TNT. Ainsi, vous ne pourrez voir La vérité sur l'affaire Harry Québert qu'à partir de l'épisode 3.

D'autres programmes diffusés sur les chaînes du groupe sont absents, mais cela n'est pas spécifique à myCanal. Tous les contenus proposés sont bien entendu accessibles via le moteur de recherche ou dans les différentes sections « à la demande » de l'application.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Alors que le Conseil d’État vient tout juste de s’opposer à la communication des « algorithmes locaux » de Parcoursup (voir notre article), les députés LFI vont tenter d’épauler les futurs bacheliers en quête de transparence et de compréhension de la sélection opérée à leur égard.

Profitant de l’examen de la proposition de loi de lutte contre la haine sur Internet (ça ne s’invente pas...), le groupe de Jean-Luc Mélenchon vient de déposer un amendement qui obligerait l’administration à rendre publique « l’ensemble des documents permettant de prouver que les algorithmes utilisés n’ont pas pour conséquence, intentionnelle ou non, directement ou indirectement, un traitement défavorable des personnes candidates », par exemple « en raison de leur origine », ou « de leur situation de famille ».

Au regard des forces politiques en présence, cet amendement n’a quasiment aucune chance d’être adopté.

Les députés examineront cet après-midi une proposition de résolution « relative à la couverture numérique du territoire ». Ce texte (PDF), dépourvu de toute valeur contraignante, plaide notamment pour une « accélération du déploiement de la fibre optique », afin que la France soit totalement couverte « au plus tard d’ici 2025, conformément aux objectifs adoptés par la Commission européenne ».

Christine Dalloz (LR), à l’origine de cette initiative, invite en outre le gouvernement à « évaluer l’efficacité » du plan France Très Haut Débit.

Les discussions ne devraient pas débuter avant 17 heures. Elles pourront être suivies en direct ou en replay sur le portail vidéo de l’Assemblée nationale (voir ici).

La mission de la NASA a décollé en septembre 2016, puis est arrivée à destination deux ans plus tard. Après une première image en « super résolution » à 330 km de distance, l'agence spatiale américaine en publie une seconde à 690 mètres cette fois-ci.

L'image a été capturée le 13 juin après la seconde manœuvre orbitale par NavCam 1, une des trois caméras de navigation de TAGCAMS (the Touch-and-Go Camera System). « À cette distance, des détails de 0,5 m peuvent être identifiés au centre de l'image », indique la NASA.

La mission est loin d'être terminée puisque Osiris-Rex doit effectuer un « touch-and-go » sur Bennu en 2020, puis ramener des échantillons sur Terre en 2023. C'est du moins le plan initial.

Selon un article de Wired sur certaines découvertes de Kaspersky, certains pirates se servent d’invitations à Google Agenda pour simuler des demandes paraissant légitimes.  

Ces demandes se basent sur une capacité du service activée par défaut pour simplifier la vie des utilisateurs : toute source externe peut placer un évènement dans le calendrier de l’utilisateur.

Problème, ces évènements peuvent déclencher des notifications, dont le contenu peut être trompeur. Des utilisateurs ont ainsi observé des évènements dont ils ne savaient rien, suivis d’invitations à répondre à un questionnaire, avec lien et formulaire réclamant informations personnelles et financières.

Les notifications portent souvent des noms « attrayants », tout du moins pour qui ne se méfie pas instantanément d’une nouvelle paraissant trop belle pour être vraie. Par exemple, « Vous avez reçu une récompense » ou « Un transfert de fonds a été fait en votre nom ».

Google a été averti du problème et indique que tout est actuellement fait pour enquêter sur l’origine de ces attaques. L’éditeur rappelle qu’une fonction permet de signaler un spam sur tout évènement suspect.

Dans les options d’Agenda, on peut en outre s’assurer de garder la pleine maîtrise des invitations. Dans le premier écran par exemple, la liste déroulante « Ajouter automatiquement les invitations » peut être réglée sur « Non, n’afficher que les invitations auxquelles j’ai répondu ». Par défaut, le service affiche également les évènements refusés. Il suffit de décocher la case idoine.