Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

CNBC publie une lettre signée par des mastodontes de l'économie américaine, d'Apple à la Coca-Cola Company, en passant par Google, IBM, Facebook et Microsoft. Elles sont, pour la plupart, issues de la Silicon Valley.

La lettre suit un article du New York Times, selon lequel l'administration Trump compte limiter la définition du genre à celui attribué à la naissance. C'est une négation des droits des personnes transgenres, selon ces sociétés.

Les sociétés estiment, entre autres, que les lois écartant les personnes transgenres nuisent à leurs affaires. Elles appellent l'administration à mener une politique transparente et égalitaire sur la question.

« Considérant le consensus médical et scientifique croissant, des tribunaux ont reconnu que les politiques imposant une définition binaire du genre, déterminée par l'anatomie à la naissance, ne reflète aucunement les réalités complexes des identités de genre et de la biologie humaine » estiment ces entreprises.

Les questions sociales – qu'elles concernent l'immigration ou le genre – sont un important sujet de désaccord entre ces sociétés et l'administration républicaine. Elles font partie des antagonismes exprimés dès l'arrivée à la Maison blanche de Donald Trump, qui accuse ces groupes de chercher à lui nuire.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Motherboard affirme que « plusieurs départements du géant des médias sociaux Snap ont des outils dédiés pour accéder aux données des utilisateurs, et des employés ont abusé de leur privilège pour espionner les utilisateurs »

Nos confrères expliquent avoir eu confirmation de la part de plusieurs employés, dont un encore en poste, via des copies d'emails internes. Des employés auraient ainsi eu accès à la localisation d'utilisateurs, leurs Snaps et des informations personnelles (numéro de téléphone, email).

Un des outils utilisés a été baptisé SnapLion et, selon un des anciens employés, il fournit « les clés du royaume ». Son utilisation initiale devait être de fournir des informations en cas de demandes des forces de l'ordre. Toujours selon les sources de Motherboard, des accès abusifs aux données ont été commis « plusieurs fois » chez Snap.

Problème, SnapLion serait désormais utilisé plus généralement dans les équipes, notamment pour réinitialiser les mots de passe des comptes piratés.

La mise à jour sera d'abord déployée aux États-Unis ce mois-ci, avant d'arriver en Europe (et en France) au cours des prochaines semaines.

L'assistant numérique d'Alexa se place donc à côté de celui de Google dans les téléviseurs depuis les modèles 2018.

Le fabricant annonce au passage que ses TV 2019 Oled et certaines NanoCell recevront une mise à jour au milieu de l'année pour les compatibilités AirPlay 2 et HomeKit.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) explique que ses 36 pays membres (dont la France) ont été rejoints par l’Argentine, le Brésil, la Colombie, le Costa Rica, le Pérou et la Roumanie.

Pour Angel Gurría (secrétaire général de l'OCDE), « l’intelligence artificielle révolutionne nos modes de vie et de travail et offre des avantages considérables pour nos sociétés et nos économies. Pourtant, elle soulève de nouveaux défis, suscite également des inquiétudes et pose des problèmes d’éthique ».

L'organisation précise que ses principes ne sont « pas juridiquement contraignants », mais qu'ils ouvrent « la voie à l’élaboration de normes internationales et aide[nt] les pouvoirs publics à concevoir leurs législations nationales ».

Cinq points sont mis en avant, dans la lignée de ce que l'on a déjà pu voir chez d'autres organisations/sociétés :

  1. L’IA devrait servir les intérêts des individus et de la planète en favorisant la croissance inclusive, le développement durable et le bien-être.
  2. Les systèmes d’IA devraient être conçus de manière à respecter l’État de droit, les droits de l’homme, les valeurs démocratiques et la diversité, et être assortis de garanties appropriées – permettant par exemple l’intervention humaine en cas de besoin – afin de tendre vers une société juste et équitable.
  3. Il convient d’assurer la transparence et la divulgation responsable des informations liées aux systèmes d’IA, afin de faire en sorte que les individus sachent lorsqu’ils interagissent avec de tels systèmes et puissent en contester les résultats.
  4. Les systèmes d’IA devraient être robustes, sûrs et sécurisés tout au long de leur cycle de vie ; les risques connexes éventuels devraient être évalués et gérés en permanence.
  5. Les organisations et les individus chargés de développer, de déployer ou d’exploiter des systèmes d’IA devraient être responsables de leur bon fonctionnement, dans le respect des principes susmentionnés.

L'Organisation de coopération et de développement économiques formule cinq recommandations :

  • Faciliter l’investissement public et privé dans la recherche et le développement, afin de stimuler l’innovation dans une IA digne de confiance.
  • Favoriser la mise en place d’écosystèmes d’IA accessibles, comprenant les technologies et infrastructures numériques, ainsi que des mécanismes de partage des données et des connaissances.
  • Bâtir un cadre d’action ouvrant la voie au déploiement de systèmes d’IA dignes de confiance.
  • Doter les individus des compétences dont ils ont besoin dans le domaine de l’IA et assurer une transition équitable pour les travailleurs.
  • Favoriser la coopération transnationale et intersectorielle afin de partager des informations, définir des normes et collaborer à l’adoption d’une approche responsable au service d’une IA digne de confiance.

À l’index, DoubleClick/Authorized Buyers, le cœur des enchères publicitaires de l’entreprise américaine. Une plainte avait été initiée en septembre 2018 par Johnny Ryan, l’un des responsables de Brave, le navigateur qui se veut respectueux de la vie privée.

Celui-ci considère que le système publicitaire en cause engendre une violation massive et permanente de données personnelles. « Chaque fois qu'une personne visite un site utilisant le système d'achats DoubleClick/Authorized de Google, des données personnelles intimes et sur ce qu'elle consulte sont communiquées via une « demande d'enchères » adressée à des dizaines ou des centaines d'entreprises, pour solliciter des offres d'annonceurs potentiels ».

« Nous devons réformer la publicité en ligne pour protéger la vie privée, mais aussi les annonceurs et les éditeurs des risques juridiques inhérents au RGPD » ajoute Johnny Brave, dans ce billet de blog.