Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Depuis plusieurs mois maintenant, le géant du Net intensifie son lobbying autour de ses principes sur l'intelligence artificielle. L'actuel PDG de Google avait ainsi publié un billet de blog en juin.

Il y détaillait les sept points de la charte maison : socialement bénéfique, pensé et testé pour la sécurité, responsable envers les gens, etc. Plus récemment, c'est d'équité dont il était question.

Lors d'une interview au Washington Post, il reconnaît que les inquiétudes autour de l'IA sont « très légitimes » et appelle les sociétés à se responsabiliser sur le sujet : « Je pense que la technologie doit réaliser qu'elle ne peut pas simplement la construire, puis la réparer. Je pense que ça ne marche pas ».

« Parfois, je crains que les gens sous-estiment l'ampleur des changements possibles à moyen et long terme, je pense que ces questions sont en réalité assez complexes », ajoute-t-il. Dans le même temps, les bénéfices peuvent être très importants.

« Réguler une technologie à ses débuts est difficile, mais je pense que les entreprises devraient s'autoréguler. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes efforcés d’énoncer un ensemble de principes d’IA. Nous n’avons peut-être pas tout compris, mais nous pensons qu’il était important de commencer un dialogue ».

En attendant un éventuel organe indépendant , Google promeut l'autorégulation et veut être un moteur de discussions sur ce thème. Il n'était pas question non plus de laisser trop de champ à Microsoft, qui s'est exprimé récemment sur un code de conduite pour la reconnaissance faciale.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Sur son site dédiée à l'assistance, Canal explique que « pour les abonnés câbles, les offres Canal arrivent sur les décodeurs SFR/Numéricable ». Elles étaient pour rappel déjà disponibles pour les clients fibre et xDSL. Les contenus à la demande sont également accessibles sur le replay.

Il existe par contre plusieurs limitations. Seuls les décodeurs câble (réseau SFR/Numéricable) dont le numéro de carte commence par 38/115/116 sont éligibles, tandis que les « décodeurs HD Box ne permettent pas d'accéder à l'ensemble des chaînes des offres Canal ».

Ce n'est pas tout : « certaines chaînes ne sont pas disponibles via les décodeurs SFR/Numéricable (exclusivité câble) : TCM, CNN INT, BOOMERANG, CARTOON NETWORK, BOING, TOONAMI ».

Windows Defender Advanced Threat Protection change de nom, remplaçant « Windows » par « Microsoft ». Une appellation plus générique pour préparer le terrain de la version Mac du service.

Defender ATP est un outil prévu pour les entreprises, leur permettant de bloquer des menaces grâce aux algorithmes fournis par Microsoft.

Le service sera bientôt complété par Threat and Vulnerability Management (TVM), qui devrait donner aux entreprises plus de contrôle sur les priorités et actions : retours temps réel en fonction des vulnérabilités de chaque point du réseau, contexte des vulnérabilités pendant chaque incident et réparation via Intune et System Center Configuration Manager.

La version Mac de Defender ATP n’est pour l’instant disponible que sous forme de préversion fermée. Une publique sera disponible le mois prochain. Ce produit ne concerne que les entreprises.

Après une vingtaine de mois sans mise à jour, voilà que le client SSH PuTTY publie une version 0.71 colmatant huit vulnérabilités.

On trouve un peu de tout : risque d’exploiter l’interface pour générer un faux jeton d’authentification, exécution de code arbitraire via un fichier CHM malveillant, dépassement de mémoire tampon dans les PuTYY Tools, réutilisation de nombres aléatoires pour le chiffrement, etc.

Les développeurs encouragent donc les utilisateurs à mettre à jour le logiciel dès que possible.

Instagram s’est associé à PayPal pour proposer en bêta une nouvelle fonction baptisée Instagram Checkout. Disponible uniquement aux États-Unis, elle veut simplifier l’acte d’achat, les utilisateurs cliquant régulièrement sur les produits proposés.

Adidas, Anastasia Beverly Hills, Balmain, Burberry, ColourPop, Dior, Huda Beauty, H&M, KKW Beauty, Kylie Cosmetics, MAC Cosmetics, Michael Kors, NARS, Nike, NYX Cosmetics, Oscar de la Renta, Outdoor Voices, Ouai Hair, Prada, Revolve, Uniqlo, Warby Parker et Zara : les marques sont nombreuses à avoir répondu présentes pour la phase de test.

Le partenariat a un double avantage pour ses promoteurs. D’abord, fluidifier l’achat en supprimant les zones de friction. Ensuite, pour enchainer plusieurs achats sans avoir à valider à chaque fois ses coordonnées, puisque PayPal assurera le lien à chaque fois.

Les cartes Visa, Mastercard, American Express et Discover sont acceptées, de même que le compte PayPal lui-même. Chaque commande sera accompagnée d’un écran de suivi pour en vérifier le statut et la date de livraison estimée. Les commandes pourront être annulées ou retournées.

Le service sera progressivement déployé outre-Atlantique dans les semaines qui viennent. Les marques intéressées devront elles aussi attendre que la phase de test soit terminée. Aucune information n’a été donnée pour les autres marchés.

Elle incarne Lucy Cola, « qui revient sur Terre après une expérience transcendante au cours d'une mission dans l'espace, et commence à perdre pied dans un monde qui lui semble maintenant trop étriqué ».

L'histoire est inspirée de la vie de l'astronaute Lisa Nowak. Le film est réalisé par Noah Hawley à qui nous devons les séries Fargo et Legion. La vidéo se termine avec quelques notes de musique de la chanson Lucy in the Sky with Diamonds des Beatles.