Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Comme prévu, le fabricant l'a annoncé durant sa conférence SDC à San Francisco. Un prototype fonctionnel de sa dalle Infinity Flex Display était présenté sur scène (avec des lumières tamisées pour éviter que les personnes dans la salle ne voient autre chose que l'écran). Pour rappel, le fabricant s'est fait couper l'herbe sous le pied par Royole avec son FlexPai à 1 388 euros.

Ce dernier affiche une diagonale de 7,8" (1 920 x 1 440 pixels) lorsqu'il est déplié, contre 7,3" (2 151 x 1 536 pixels) pour le smartphone Samsung. Une fois plié, l'utilisateur profite d'un second écran de 4,6 pouces (840 x 1 960 pixels).

Le fabricant annonce que trois applications peuvent fonctionner en même temps (deux sur l'écran pliable, une sur l'autre écran). Et c'est tout : aucune autre information n'a été données sur ce smartphone.

En même temps, Google publiait un tweet pour annoncer la prise en charge des terminaux pliables, « un nouveau format qui arrivera l'année prochaine chez les partenaires d'Android » affirme l'éditeur.

Pour ne froisser personne, la vidéo présente deux types de smartphones pliables. Le premier est dans le style de Samsung avec l'écran qui se replie sur lui-même, un second écran prend alors la relève. Le second reprend le fonctionnement du FlexPai de Royole : l'écran principal est « divisé » en deux et une partie reste visible par l'utilisateur.

Selon Justin Denison, un des responsables du groupe, le fabricant serait prêt pour la production de masse de sa dalle dans les mois qui viennent, là encore sans aucune précision supplémentaire. Aucun délai n'est donné concernant la disponibilité du premier smartphone pliable Samsung.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Après Voyages-SNCF qui est devenu Oui.SNCF, c'est au tour de l'application SNCF de changer de nom pour laisser sa place à Assistant SNCF. Au menu, « de nouveaux modes de transport et nouvelles fonctionnalités [...] pour vous accompagner dans tous vos déplacements et vous faire gagner du temps, partout en France ».

L'annonce avait été faite en octobre dernier, puis précisée la semaine dernière. L'Assistant SNCF permet l'achat et la validation de tickets de bus (Le Bus Direct Paris Aéroport, Compagnie des Transports Strasbourgeois), de trajets en taxis ou en VTC avec Karhoo, etc.

De nouveaux partenaires arriveront tout au long de l'année avec BlaBlaLines, Uber et Onepark d'ici la fin de l'année. Le groupe annonce au passage la généralisation du NFC à l'ensemble de l'offre TER.

Pour rappel, la promesse de cette version 2.0 est de « fusionner vos bibliothèques de jeux et vos listes d'amis, quelles que soient leurs plateformes ». Elle a été annoncée fin mai.

La bêta fermée est désormais en place, les premiers emails sont partis avec un lien pour télécharger Galaxy 2.0. Si vous n'étiez pas inscrit sur la liste d'attente, il est toujours possible de la rejoindre par ici. Sur Twitter, GOG précise que « des invitations sont envoyées petit à petit. Premier arrivé, premier servi ! ».

Gabe Aul était connu par les testeurs de Windows comme le responsable du programme Insider pendant ses premières années.

Il a passé le flambeau à Dona Sarkar il y a trois ans. La nouvelle responsable s’est d’ailleurs montrée encore plus active, avec une communication abondante. Un progrès, car le processus a gagné en transparence depuis.

Aul restait l’un des vice-présidents de Microsoft. Jusqu’à récemment, puisqu’il est désormais… l’un des vice-présidents de Facebook.

Il a indiqué hier dans un tweet débuter son premier jour en tant qu’employé du réseau social. Mais il faut se rendre sur son profil LinkedIn pour voir son nouveau poste. On n’en sait guère plus pour l’instant, le titre de vice-président restant vague.

WeTransfer est un service permettant d'envoyer des fichiers volumineux à des contacts. Ils sont hébergés sur les serveurs de la société et on peut y accéder via un lien. 

Problème, WeTransfer a découvert « un incident de sécurité le lundi 17 juin » : des emails ont été envoyés à d'autres personnes. Les clients concernés et les autorités sont informés de ce « bug ».

Cet « incident » s'est déroulé les 16 et 17 juin. Dès lundi, WeTransfer a pris des mesures pour essayer de limiter les dégâts : « Les utilisateurs peuvent avoir été déconnectés de leur compte ou invités à réinitialiser leur mot de passe. De plus, nous avons bloqué les liens de transfert pour assurer la sécurité des transferts de nos utilisateurs ».

La société enquête toujours sur la portée de cette faille de sécurité, ainsi que sur ses causes. Elle promet de plus amples informations prochainement.

La Commission d’enrichissement de la langue française a ajouté de nouvelles pierres à son édifice destiné à protéger la langue chère à Super Dupont des invasions barbares venues d’au-delà de nos frontières. 

Les amateurs du couple baguette-béret diront à l’avenir « bande dessinée en ligne » plutôt que l’affreux « webcomic ». Les marques en mal de modernité devront s'y faire : « Concept store » sera utilement délaissé au profit de « boutique-concept ». Les « advergames » n’existent plus. On les remplace dorénavant par l’expression « jeu vidéo publicitaire ». 

Vous étiez mordu de « data journalism » ? Vous voilà fan de « journalisme de données », à savoir un « journalisme qui exploite et analyse un très grand nombre de documents, le plus souvent numériques ».

Le « reflowable » n’est plus. Ce « mode d’affichage d’une publication numérique, généralement un livre, qui permet d’adapter la mise en page au terminal de lecture » se dit maintenant « mise en page adaptative ». 

INpactSuivant utilisait un « paywall » pour la plupart de ses actualités. Notre site a un modèle d’affaires reposant maintenant sur le « péage de lecture numérique ».

Adieu la « native advertising », cette « publicité en ligne, intégrée à un site dont elle adopte les codes formels, qui n’est pas toujours signalée comme telle ». Vive la « publicité caméléon » ! 

La liste de ces nouvelles traductions officielles, imposées à l’ensemble des administrations, est accessible sur l’Official Newpaper