Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Dans un bras de fer lancé par Max Schrems contre Facebook, le premier s’était attaqué aux transferts de données vers les États-Unis. L’Autrichien avait déjà donné son nom à une importante affaire où il était parvenu à faire tomber le Safe Harbor

Il estime cette fois que les clauses contractuelles utilisées par Facebook ne seraient pas conformes à celles éditées par la Commission européenne en 2010. Elles visent les transferts de flux vers des sous-traitants établis dans des pays tiers à l’UE.

En outre, les clauses types de la Commission seraient elles-mêmes non conformes au droit de l’Union. Il dénonce en particulier l’absence de voie de recours pour permettre aux personnes de faire valoir aux États-Unis leurs droits au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel.

Fin 2019, l’avocat général avait au contraire conclu à leur validité dans ses (longues) conclusions


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief