Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Depuis que Microsoft a racheté Wunderlist, il enrichit To Do et transfère peu à peu les fonctions. L’équipe originale de Wunderlist ne travaille plus que sur To Do, l’application étant à peu près au niveau de son modèle désormais, avec quelques bonus.

Microsoft remanie donc l’interface. To Do – qui a au passage a perdu le tiret dans son nom – n’affiche plus de gros en-tête personnalisable, libérant de la place pour les listes. En contrepartie, les thèmes sont plus nombreux et on retrouve d’ailleurs les fonds de Wunderlist (dont la fameuse tour TV de Berlin). Chaque liste peut avoir son propre thème.

Les éléments de liste changent eux aussi légèrement de design. Ils se détachent davantage du fond et s’affichent dans leurs propres rectangles aux angles désormais (un peu) arrondis. Enfin, l’icône de l’application évolue pour s’aligner avec les nouveaux canons de Microsoft, qui ont débuté pour rappel avec Office.

Ces changements sont en cours de déploiement et concernent toutes les versions de l’application : Android, iOS, macOS, Windows et web. À noter que la version iOS recevra bientôt un mode sombre, seule mouture actuellement à ne pas l’avoir encore.

Parallèlement, le créateur de Wunderlist, Christian Reber, a tweeté très sérieusement qu’il était désireux de racheter Wunderlist. Il propose à Microsoft de récupérer l’application, l’éditeur pouvant garder l’équipe.

Tout le monde serait alors « content » : Microsoft a To Do, lui récupère Wunderlist et les utilisateurs aimant cette dernière ne la voient pas disparaître. Elle est en effet condamnée à plus ou moins court terme avec la montée en puissance de To Do.

Reber promet, en cas de succès, de rendre l’application libre et gratuite. Il envisage déjà des fonctions supplémentaires comme les dossiers partagés et la collaboration entre équipes.

Il dit ne pas regretter le rachat par Microsoft, mais aimerait désormais que Wunderlist ne disparaisse pas. Il est vrai que l’application se montrait particulièrement efficace et véloce dans son domaine.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief