Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Alors que l’Assemblée nationale entame aujourd’hui l’examen du projet de loi sur l’école, la députée Aude Luquet vient de déposer un amendement visant à interdire « tout équipement numérique exposant l’enfant à un écran », en maternelle, à des fins pédagogiques comme de loisir.

« De nombreuses études démontrent que l’abus d’écrans entraîne des troubles non négligeables dans le développement de l’enfant, que ce soit de la vue, de l’attention ou encore du sommeil » fait valoir la parlementaire, suivie par une quarantaine d’élus Modem. Brandissant également le « principe de précaution » Aude Luquet estime qu’il « convient de ne pas faire entrer les écrans dans l’enseignement avant l’école élémentaire ».

« Faire entrer les tablettes ou autres outils numériques à l’école, c’est exposer encore un peu plus l’enfant alors même que celui-ci l’est déjà souvent bien trop chez lui » argumente-t-elle encore.

Le vote de cet amendement pourrait toutefois nécessiter une réforme des programmes de maternelle, puisqu’il est prévu depuis de nombreuses années que les enfants apprennent à « utiliser » un ordinateur, une tablette et même un appareil photo numérique avant leur entrée en CP. Bien entendu, il est question d’une utilisation de base, telle que manipuler une souris ou « agir sur une tablette ».


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Après un lancement aux États-Unis et au Royaume-Uni vendredi dernier, le jeu s'ouvre à des dizaines d'autres pays. L'attente n'aura pas été longue puisqu'une première fournée de 25 pays était ajoutée samedi en fin de journée.

Dimanche matin, le titre s'ouvrait à près de 140 nouvelles destinations. Parmi les absents notables, il y a la Chine. La liste complète est disponible par ici.

Fondée à l’initiative de Xavier Niel en 2013, l'école 42 s'était déjà internationalisée avec Fremont (dans la Silicon Valley) et des partenariats avec la Belgique, le Maroc, la Finlande, les Pays-Bas et la Russie.

L'école ne compte pas en rester là et annonce 11 nouveaux campus d'ici 2020 : Angoulême en France, Rio et São Paulo au Brésil, Jakarta en Indonésie, Yerevan en Arménie, Tokyo au Japon, Bogota en Colombie, Madrid en Espagne, Québec au Canada et deux School 21 en Russie (Novossibirsk et Kazan).

Le rover se balade depuis près de 7 ans sur la planète rouge, notamment à la recherche de traces de vie. Il a récemment identifié du méthane dans l'air, avec une quantité plus élevée que d'habitude, comme l'explique le New York Time.

Les données arrivées jeudi et vendredi étaient suffisamment intéressantes pour que la NASA réorganise son week-end afin de « mener une expérience de suivi ».

Cette découverte est potentiellement importante car elle pourrait être synonyme de vie. Attention, ce n'est pas la seule possibilité, des réactions géothermiques peuvent aussi en être à l'origine, entre autres…

Seule certitude pour nos confrères : le méthane a été libéré dans l'air « récemment » (à l'échelle de la planète). S'il était présent depuis quelques siècles, le Soleil et les réactions chimiques en seraient venus à bout.

Pour rappel, la mission Mars2020 va justement fouiller Mars à la recherche d'une vie passée.

Alors que la cryptomonnaie n'était qu'aux alentours des 4 000 dollars au début de l'année, son cours progresse rapidement depuis avril. Les 8 500 dollars étaient franchis fin mai, et c'est donc la barrière symbolique des 10 000 dollars qui est tombée ces jours-ci.

Sa valeur joue régulièrement au yo-yo : elle était pour rappel descendue sous les 3 000 dollars fin 2018, et s'approchait des 20 000 dollars fin 2017. Dans tous les cas, il est impossible de prévoir ce qui nous attend dans les prochains mois.

Cette brèche a été dévoilée par The Wire Cutter. Le cœur du problème réside dans la fonctionnalité Works with Nest qui permet aux applications tierces de se connecter à la caméra.

Lors d'une remise à zéro, ces liens n'étaient pas réinitialisés. Résultats, l'ancien propriétaire d'une caméra Nest pouvait voir les images provenant du nouveau propriétaire en passant par une application tierce auparavant autorisée.

Google indique avoir déployé automatiquement un correctif. Nos confrères confirment qu'il fonctionne correctement.