Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Les utilisations des produits du genre sont très nombreuses : alarmes connectées pour personnes âgées, suivi des déplacements pour les enfants et les véhicules, etc.

Problème, via l'envoi d'un simple SMS, un traceur GPS vendu en marque blanche par un fabricant chinois laisse fuiter des informations très sensibles, comme l'explique TechCrunch qui s'appuie sur une publication de Fidus. Nos confrères expliquent qu'il est utilisé par de nombreux fabricants : Pebbell, OwnFone Footprint et SureSafeGo pour ne citer qu'eux.

Les petits boîtiers utilisent la 2G pour se connecter aux réseaux mobiles et, même s'ils ne permettent pas d'accéder à Internet, l'envoi d'un SMS permet en retour d'obtenir la localisation avec des données sur l'altitude et la vitesse, le numéro IMEI et bien plus encore.

Il est aussi possible de désactiver les alarmes de mouvement, de chute ou de batterie faible, éteindre l'appareil et même… d'écouter à distance en appelant le numéro de téléphone. TechCrunch a pu tester ces vulnérabilités et confirme qu'elles sont réelles.

Un code PIN peut être ajouté pour protéger l'accès, mais il est désactivé par défaut. Pire, même s'il est présent, les commandes reboot et reset ne nécessitent pas le code PIN pour être utilisées. Cette dernière remet l'appareil dans sa configuration par défaut… sans code PIN.

Pour les chercheurs, réparer cette faille serait « trivial », par exemple en imprimant un code unique sur chaque appareil, nécessaire pour accéder à celui-ci à distance. Ils estiment par contre que rien ne peut être fait pour ceux déjà en circulation, notamment à cause de la commande reset accessible sans authentification.

Contactés en amont, certains constructeurs ont commencé à rappeler leurs produits, tandis que d'autres n'ont pas répondu.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief