Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Les testeurs Insider dans le canal rapide ont reçu hier soir une nouvelle build de la branche 19H1, désignant l’évolution majeure du premier semestre 2019. Estampillée 18277, elle apporte plusieurs améliorations bienvenues.

Outre une compatibilité pour Emoji 12 (lui-même toujours en cours d’élaboration), la préversion introduit une nouveauté sympathique pour l’assistant de concentration : son activation automatique dès qu’une application passe en plein écran. Pratique si on travaille souvent sur de grands tableaux Excel, que l’on regarde un film ou n’importe quelle activité nécessitant de ne pas être interrompu. Seules les alarmes fonctionnent alors.

D’autres apports sont présents, comme la présence d’une réglette de luminosité de l’écrans dans le centre d’action, plutôt qu’un simple bouton pour y accéder. Une demande récurrente des utilisateurs selon Microsoft. En outre, les boutons du centre peuvent être réarrangés sans passer par une interface dédiée.

La build renforce également la gestion du HiDPI pour les anciens logiciels Win32. Un réglage permettait ainsi de calculer la mise à échelle pour éviter les situations de flous. Il est désormais actif par défaut.

Enfin, le centre de sécurité intègre un nouveau paramètre pour Windows Defender Application Guard. Ce dernier permet pour rappel à Edge de fonctionner en mode isolé, avec sa propre machine virtuelle. Le réglage permet quant à lui de gérer indépendamment l’accès à la caméra au micro.

Pour rappel, l’actuelle branche de développement 19H1 doit déboucher sur la future évolution majeure de Windows 10, d’ordinaire finalisée en mars et déployée en avril. Les builds ne sont pour l’instant sorties que dans le canal rapide, beaucoup attendant souvent la première dans le canal lent pour s’y mettre.

On espère également que Microsoft aura tiré la leçon d’une année 2018 bien complexe pour ses mises à jour, l’April et l’October Update ayant provoqué leur lot de catastrophes. La seconde n’est d’ailleurs toujours pas remise en diffusion dans Windows Update.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Clippy, l’assistant trombone apparu avec Office 97 et supprimé dans la version XP quelques années plus tard, a failli reprendre un peu de service dans Microsoft Teams.

La semaine dernière, un petit projet sur le GitHub d’Office accouchait d’un pack de GIF animés à la gloire du trombone. 24 heures plus tard, le pack était supprimé, sans explication.

Selon une source de The Verge, le département interne veillant au respect des marques aurait peu gouté à ce retour, déclenchant sa suppression.

Ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Dans la foulée, une pétition était lancée dans le forum UserVoice de Microsoft. Peine perdue, malgré presque 4 000 signatures, la demande du retour de Clippy ayant été refusée hier.

Ce matin, sur France Inter, Jean-Marie Cavada a qualifié pour sa part les Gafa de « terroristes Pac-Man », voulant manger l’argent de la culture, sans vouloir payer. Il les a accusées de « corruption », de mensonges sur le thème de la directive sur le droit d’auteur (1’06’10).

Google aurait ainsi payé 300 euros « beaucoup » d’opposants venus manifester dans la rue ce week-end. En réalité, le groupe de défense des droits numérique EDRi a pris en charge une partie des frais supportés par quelques militants venus rencontrer des eurodéputés quelques semaines avant ces manifestations. Une douzaine de personnes étaient concernées (voir cet article de TechDirt ou sur Medium)

Cavada s’en est pris aussi à Wikipédia. Le site encyclopédique a fait campagne contre le copyright « avec l'argent de Mozilla, c’est-à-dire la fondation de Google », assure-t-il. France Inter ne l’a pas une seule fois contredit.

La décision doit encore être entérinée par le vote des actionnaires en mai. Bryant a néanmoins indiqué qu'il n'irait pas au-delà d'un mandat d'un an, terminant en 2020. Il aura alors 70 ans.

Il s'agit surtout pour la société de continuer à faciliter la transition, alors que Bob Swan vient à peine d'être nommé PDG, la période à venir s'annonçant tant complexe qu'importante pour Intel.

Andy Bryant connaît bien les arcanes du fondeur, pour y avoir opéré à différents postes depuis 1981, dont directeur financier ou vice-président, puis directeur et enfin vice-président du conseil d'administration.

Cette opération avait été annoncée lors de la publication de son bilan annuel. Elle est « proposée à environ 8 100 salariés du Groupe en France et en Italie, vise à associer les collaborateurs aux objectifs stratégiques et au développement d'Iliad ».

Le prix de souscription sera fixé le 21 mai 2019 et « égal au prix de référence diminué d'une décote de 20 % ». La période de réservation est ouverte depuis aujourd'hui et jusqu'au 16 avril 2019, tandis que « le règlement-livraison des actions nouvelles à émettre devrait intervenir le 18 juin 2019 ».

Tous les détails sont disponibles par ici.

En juin dernier, France Télévisions s'associait à M6 et TF1 pour lancer une plateforme commune de vidéos par abonnement. Une initiative qui avait été saluée par le CSA.

Aujourd'hui, l'Autorité de la concurrence annonce qu'elle va procéder à l'examen de Salto, en rappelant que la plateforme « a vocation à proposer les chaînes de la TNT en clair (flux en direct et télévision de rattrapage) ainsi qu'une offre de services de vidéos à la demande ».

L'ADLC explique que « la Commission européenne a considéré que l'Autorité française était la mieux placée pour étudier cette opération de concentration, au regard notamment de l'impact de cette opération sur le marché national et de l'expérience de l'Autorité dans ce secteur ».

Cette opération de renvoi entre la CE et l'ADLC arrive plusieurs fois par an et n'est pas surprenante. Depuis 2009, 28 opérations ont ainsi été transmises à l'Autorité de la concurrence.