Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Comme à chaque fin d'année, la plateforme de streaming met en ligne son bilan des 12 derniers mois, accompagné d'un mashup d'un peu plus de 8 min mettant en avant « les vidéos, les personnes, la musique et les moments ayant défini 2018 ». Le concept change un peu cette année, avec la parole donnée aux youtubeurs.

Des classements des vidéos les plus populaires par catégories et pays sont bien sûr toujours de la partie. Le top 3 des tendances de l'année au niveau mondial est : To Our Daughter de Kylie Jenner, Real Life Trick Shots 2 de Dude Perfect et We broke up de David Dobrik.

En France, Dragon Ball - Le son des enfers par Le Rire Jaune, L'invention du corps humain par Cyprien et Dans la tête des chats par Norman occupent les trois premières places. Du côté des bandes-annonces, Venom arrive en tête, suivi par Blackkklansman  et Hôtel Transylvanie 3.


Chargement des commentaires
À découvrir dans #LeBrief

Le fabricant explique à Droid Life qu'il a « arrêté plusieurs projets » et s'est séparé d'environ 30 employés (soit 2 % des effectifs). Une restructuration a aussi été mise en place pour réaffecter une partie du personnel.

Une source anonyme annonçait la fermeture de la branche mobile (après celle de la boutique en ligne). Le constructeur ne confirme ni n'infirme, et se contente d'une déclaration floue : « Dans notre division mobile, certains membres du personnel ont été licenciés et d'autres affectés à d'autres nouveaux projets ».

Razer affirme qu'il va continuer à travailler sur le mobile, avec « des initiatives matérielles et logicielles », sans plus de détail. Dans tous les cas, le Razer Phone 2 « continuera d'être vendu » et le constructeur s'engage « à le supporter avec les dernières mises à jour et fonctionnalités ».

Après quatre boutiques annoncées en novembre dernier, LDLC annonce une nouvelle franchise à Grasse, sur une superficie de 65 m² dans le centre commercial AXE 85. Un atelier de réparation et de montage est aussi présent.

Le groupe se félicite ainsi de passer « le cap des 40 points de vente en France ». Pour rappel, il possède également deux magasins en Espagne (Madrid et Barcelone). Sur l'année 2018, les boutiques ont rapporté 17,3 millions d'euros à LDLC, en hausse de 11,1 % sur un an.

Les sites se trouvent au Nevada Institute for Autonomous Systems à Las Vegas et Lone Star UAS Center for Excellence & Innovation à Corpus Christi (Texas).

But de l'opération : confirmer que le système UTM – UAS (Unmanned Aircraft Systems, ou drones) Traffic Management – de la NASA « peut gérer efficacement et en toute sécurité le trafic de drones dans une zone urbaine ».

Les résultats des expérimentations serviront de pistes pour des règles et procédures de gestion du trafic dans les zones urbaines. Entre les livraisons de produits en tout genre, les drones particuliers et les taxis volants autonomes, l'espace aérien proche promet d'être bien rempli dans les prochaines années.

Ce rachat s'inscrit dans le prolongement de celui de Keyyo (un autre opérateur pour entreprises) en octobre dernier, avec toujours le même but : « accélérer son développement sur le marché des TPE, PME et ETI ». Une annonce attendue puisque la rumeur courait depuis plusieurs semaines.

Bouygues Telecom veut ainsi récupérer 100 % du capital et des droits de vote. « Nerim conserverait son autonomie juridique et commerciale et bénéficierait de l’appui de Bouygues Telecom Entreprises pour poursuivre son développement », ajoute l'opérateur.

La réalisation de cette acquisition est attendue pour mars 2019.

Comme nous l'évoquions début janvier, c'est dans deux semaines que le FAI proposera sa nouvelle offre bancaire, plus chère. Elle est organisée autour d'une carte à cryptogramme dynamique, avec quelques services en plus. Un défi pour la société et ses clients, notamment en matière de recyclage.

Le service est en test auprès de 300 personnes « pour vous permettre, à son lancement, d’avoir un produit co-construit avec vous » promet un tweet qui dévoile le visuel (plutôt classique) de la carte.

Une proximité déjà largement utilisée par le passé dans la communication d'Orange Bank, qui a néanmoins peiné à écouter les besoins et demandes de ses clients.

Plus que d'une nouvelle offre, c'est d'une nouvelle impulsion dont le groupe semble avoir besoin pour inverser la tendance des recrutements.