Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

L'an dernier, la filiale télécom du groupe Bouygues a engrangé 5,1 milliards d'euros (+7 % sur un an), grâce à l'arrivée de clients et au relèvement des prix sur les offres mobiles premium et sur les offres fixes de mai (PDF). La société affiche 260 millions d'euros de bénéfices (168 millions de mieux qu'en 2016), pour 1,208 milliard d'euros d'investissement.

Au 31 décembre, l'opérateur compte 14,4 millions de clients sur mobile, soit 150 000 clients de plus sur le trimestre, 500 000 de mieux sur l'année. Sur le fixe, 340 000 clients supplémentaires sont apparus sur l'année, 98 000 sur le trimestre. Cette progression compte le recrutement de clients fibre (FTTH) : ils sont 265 000, soit 2,2 fois plus qu'à fin 2016.

20 millions de prises fibre ont été « sécurisées » à fin 2017 (+11 millions face à la fin 2016). 4 millions de prises sont commercialisées (+2 millions sur l'année). Rappelons que l'opérateur ne déploie pas de fibre en propre, préférant cofinancer les efforts de ses concurrents, alors que le groupe Bouygues a une certaine expérience du BTP et de la construction de réseaux.

Notons aussi que TF1, en conflit avec certains opérateurs auxquels il tente d'imposer MyTF1 Premium, a vu son chiffre d'affaires grandir de 3 % l'an dernier, pour atteindre 2,1 milliards d'euros. Cela en partie via la hausse des revenus publicitaires. Le résultat net se situe à 60 millions d'euros, grâce notamment à un plan d'économie de 27 millions d'euros.

Lors du CES de Las Vegas, Brian Krzanich avait rapidement évoqué le 10 nm, expliquant que le planning était toujours le même, avec une production de masse prévue pour le second semestre.

Aujourd'hui, on apprend par le ministre de l'économie israélien que le fondeur prévoit de se renforcer sur cette technologie avec la mise à jour de son usine de Kiryat Gat dans le sud du pays (elle est pour le moment limitée au 22 nm).

Intel devrait ainsi investir 5 milliards de dollars. Les travaux devraient durer jusqu'en 2020. Nos confrères de Reuters ajoutent que la société bénéficierait d'une subvention de l'État, de l'ordre de 10 %.

Le Bureau de l’Assemblée nationale a décidé hier à l’unanimité que chaque commission permanente (affaires sociales, culture, lois...) aurait la possibilité d’organiser, à titre expérimental, « deux consultations citoyennes d’ici la fin du mois de septembre ».

La première pourra être « en lien avec des travaux législatifs, l’autre avec des travaux de contrôle et d’évaluation ». Au travers d’un communiqué, le Palais Bourbon explique qu’il incombera aux commissions concernées de « déterminer le champ et la méthode retenus pour ces consultations ».

Le Bureau souhaite toutefois qu’une « suite » soit donnée à chaque consultation. Une synthèse devra ainsi être publiée « à minima ».

 

De 20 000 mi-novembre, l'opérateur revendiquait 50 000 clients fin 2017. Aujourd'hui, quatre mois après le lancement (lire notre analyse), Stéphane Richard annonce que le total passe à 100 000. La croissance se serait donc a nouveau accélérée en début d'année, permettant de doubler la mise.

« Sur les 100.000 nouvelles recrues, plus de 30 % sont des clients de l'opérateur », ajoute Marc Rennard, directeur général adjoint en charge d'Orange Bank, à nos confrères des Échos. Par contre, pas un mot sur le nombre de comptes actifs, un élément pourtant important.

Orange Bank est pour le moment dans le rouge avec un résultat d'exploitation négatif de 93 millions d'euros. Mais cette situation est logique pour un lancement, et elle devrait encore durer quelques années.

Le fabricant explique qu'il s'agit de « la première solution 2x2 802.11ax prête à l'emploi pour les smartphones, tablettes et ordinateurs portables » ; une annonce parfaitement calibrée pour le MWC de Barcelone dont l'édition 2018 ouvre ses portes la semaine prochaine.

Le constructeur évoque des débits doublés avec une consommation réduite de 67 % au maximum par rapport au Wi-Fi 802.11ac Wave 2. Il ajoute que sa puce exploite le dernier brouillon de la norme, exactement comme Intel. Ce Draft 2.0 devrait servir de base pour la certification finale.

Concernant WPA3, Qualcomm ne donne pas plus de détail que la Wi-Fi Alliance, précisant simplement que la sécurité est renforcée. Attendu pour cette année, il permettra notamment de contrer la faille KRACK du WPA2.

Alors que le Bluetooth 5 est disponible depuis l'année dernière, Qualcomm explique qu'il a « entièrement repensé » sa puce pour « anticiper la prochaine norme 5.1 ». Celle-ci devrait permettre d'augmenter encore les débits, tout en diminuant la consommation.

Les premiers échantillons de WCN3998 seront envoyés aux partenaires durant le second semestre de cette année.

Cette année encore, nous serons sur place à Barcelone afin de voir si le 802.11ax prendra son envol, après un démarrage assez timide au CES de Las Vegas (lire notre compte rendu).

Twitter vient d'annoncer de nouvelles règles concernant les publications identiques ou similaires à travers de multiples comptes : celles-ci sont désormais purement et simplement interdites.

L'idée est de limiter les abus, notamment le spam et autres comportements agressifs. Cela concerne également les retweets, like, follow et même les publications planifiées à l'avance. Certaines exceptions existent bien entendu, pour les situations d'urgences et autres services publics qui peuvent avoir des besoins réels en la matière.

Dans la foulée, TweetDeck a été modifié pour prendre en compte ces changements. Ainsi, il ne sera plus possible d'effectuer une même action avec différents comptes. Les développeurs de services tiers sont invités à faire de même d'ici le 23 mars, sous peine de suspension.

Notez que certains utilisateurs ont rencontré hier des problèmes d'accès à TweetDeck, les obligeant à reconnecter leurs différents comptes. Un problème assez largement constaté, mais pas chez tout le monde.

Via une mise à jour de son application iOS, le fabricant ajoute la prise en charge (attendue) du système domotique d'Apple. Pour rappel, cette caméra fait également office d'écoute bébé et de veilleuse multicolore avec des berceuses.

Le fabricant précise que de nouveaux appareils Arlo devraient prendre en charge HomeKit d'Apple à l'avenir, sans plus de détails. Pour rappel, Netgear a récemment annoncé se séparer de sa branche Arlo pour l'introduire en bourse (elle reste néanmoins une filiale et Netgear devrait conserver 80 % des parts).

Via une série de communiqués de presse, Qualcomm donne quelques informations sur ces machines pensées pour être toujours connectées à Internet, fonctionnant sous Windows 10 et exploitant une puce Snapdragon 835.

En France, les ordinateurs seront notamment disponibles chez Boulanger et la Fnac « à partir de ce trimestre ». Qualcomm en profite pour annoncer que l'opérateur Transatel sera son partenaire pour les offres mobiles en France. Il était déjà présent dans une machine « Always connected PC » d'ASUS, à base de processeurs Intel.

Transatel multiplie d'ailleurs les annonces sur ce segment (et celui de l'eSIM) au cours des derniers mois, quand les autres opérateurs restent relativement discrets. Là encore, le MWC de Barcelone devrait permettre d'en savoir plus.

Dans un billet de blog, OpenWhisper Systems officialise sa fondation. Elle est soutenue par Brian Acton, cofondateur de WhatsApp, à hauteur de 50 millions de dollars.

Elle doit financer le développement du logiciel de manière pérenne. L'équipe comptait jusqu'ici sur le soutien fiscal de l'organisation Freedom of the Press. Elle comportait deux à trois développeurs à plein temps en général, sur une équipe qui n'a jamais dépassé sept personnes. Pas de quoi développer sereinement un outil si utilisé.

Pour mémoire, Signal est une application de messagerie, qui a contribué à démocratiser le chiffrement de bout en bout pour les discussions en ligne. Son moteur (libsignal) est entré dans de nombreux services de messagerie, comme Google Allo, Facebook Messenger ou WhatsApp, seul ce dernier l'activant par défaut.

Signal reste critiqué par certains défenseurs des libertés numériques, qui goûtent peu à la centralisation des communications (via un serveur géré par l'équipe), l'absence de fédération et l'appui sur les services de communication de Google pour les notifications sur mobile.

Des évolutions sont promises depuis quelques mois, sans grand effet pour le moment.

Face à l'émergence du marché des objets connectés, tous les constructeurs y vont de leur solution maison, devant leur permettre d'être LE leader qui fournira ces milliards d'appareils.

Dans cette course, ARM annonce une nouvelle initiative peu avant l'ouverture du MWC 2018 de Barcelone : un SoC contenant un microcontrôleur (MCU), un modem et une integrated SIM (iSIM).

Cette dernière est basée sur Kigen OS et la solution de sécurité CryptoIsland d'ARM, le tout étant compatible avec les standards de la GSMA.

Fin 2017, on apprenait que plusieurs groupes de médias américains étaient dans une fâcheuse posture, de Mashable à Oath en passant par BuzzFeed. La situation semble se répandre. Aujourd'hui, on apprend que c'est Vox Media qui se sépare d'une cinquantaine de personnes (soit 5% de ses équipes).

Les publications les plus concernées sont Racked, Curbed, SB Nation, ainsi que son équipe dédiée à la vidéo de manière plus large. Le navire amiral The Verge ne semble pas touché. Une douzaine d'employés sont invités à prendre un nouveau rôle au sein de l'entreprise.

La principale raison invoquée est celle de la non viabilité de la vidéo à destination des réseaux sociaux, malgré les succès en termes d'audience, notamment du fait « de changements dans l'industrie ces derniers mois ». Difficile de ne pas penser ici aux changements récents annoncés par Facebook, d'autant que Jim Bankoff, PDG de Vox Media, a été plutôt critique à cet égard récemment.

Nouvelle initiative de Google au sein de son programme publicitaire AdSense : Auto Ads. L'objectif est ici non plus d'automatiser le contenu ou la distribution des publicités, mais leur placement par rapport à l'espace disponible sur la page.

Un peu comme cela a été fait par Facebook dans les Instant Articles, l'idée est de laisser l'élément publicitaire s'adapter au contenu en fonction des opportunités et des formats acceptés par l'éditeur.  

Pour rendre l'ensemble plus « sexy », Google évoque la solution de machine learning utilisée pour ce dispositif, qui rendra les éditeurs un peu plus dépendants des solutions maison, tout en les incitant toujours à livrer les données de leurs visiteurs.

Interpelé au Sénat, le gouvernement a indiqué la semaine dernière que 134 entreprises ne respectant par la liste anti-démarchage téléphonique « Bloctel » avaient été condamnées depuis sa mise en œuvre, en juillet 2016. « Certaines d'entre elles » ont écopé du montant maximum prévu par la loi, soit 75 000 euros, a précisé la secrétaire d’État Delphine Gény-Stephann.

L’intéressée a renvoyé les problèmes d’application de ce dispositif au fait qu'un « nombre trop grand d'entreprises n'y a pas adhéré et continue de démarcher en toute illégalité ». « Seules 800 entreprises ont adhéré au dispositif Bloctel, ce qui semble très en deçà du nombre de professionnels tenus d'y recourir », a poursuivi la locataire de Bercy.

L’exécutif entend ainsi « inciter » les entreprises à adhérer à Bloctel. « Plusieurs campagnes de mailing à grande échelle ont été lancées et des rencontres avec les différents secteurs d'activité organisées » a déclaré Delphine Gény-Stephann. Dans une logique plus répressive, la DGCCRF aurait lancé de « nombreuses enquêtes, afin de sanctionner les entreprises contrevenantes ».

GitHub propose un moment déjà les labels. Ils servent à étiqueter les problèmes et autres pull requests pour pouvoir les trier plus facilement ensuite. Depuis cette nuit, ils ont droit à quelques améliorations bienvenues.

Ils prennent par exemple en compte les emojis, pour compléter les noms de symboles visuels qui peuvent accélérer une recherche. Surtout, les développeurs peuvent les accompagner de descriptions, des textes qui s’afficheront au survol de la souris pour donner un peu de contexte. Les développeurs concernés pourront donc être mieux informés.

GitHub ajoute deux autres bonus. D’une part, une recherche dans la page des labels pour retrouver plus vite des étiquettes en particulier. Les trier dans la base latérale trie également par description. D’autre part, une prévisualisation est disponible avant la création d’un label, permettant d’en vérifier la couleur, l’orthographe, l’éventuel emoji et ainsi de suite.

Ces fonctions sont disponibles dans GitHub, mais devront attendre encore un peu avant de se retrouver dans les API.

Kenneth Christiansen, contributeur sur Chromium, a partagé plusieurs captures d’écrans montrant le travail actuel d'intégration des applications web dans Chrome OS. Que Google concentre des efforts dans ce domaine n’étonnera d’ailleurs personne.

Il est déjà possible depuis longtemps d’ajouter n’importe quel site web dans la bibliothèque d’applications. Le site s’ouvre alors dans sa propre fenêtre, et donne une sensation raisonnable d’indépendance. Dans les dernières builds Canary et Dev de Chrome, cette intégration va plus loin.

La barre de titre récupère ainsi la couleur principale du site, et affiche le domaine principal. Un bouton fournit quelques informations supplémentaires, dont l’URL complète active. Les utilisateurs intéressés pourront activer le flag #enable-desktop-pwas dans chrome://flags.

En activant #enable-experimental-web-platform-features, ils débloqueront également une autre nouveauté : les Progressive Web Apps deviennent d’authentiques cibles de partage. Un bouton Twitter sur un site pourra par exemple appeler Twitter Lite, la version mobile du service.

Il est évident désormais que les PWA sont amenées à jouer un grand rôle. Le simple fait d’être poussées par Google ne peut que jouer en leur faveur, avec Android comme force de frappe principale. Mais Microsoft s’y met aussi et a annoncé récemment qu’elles auraient une place de choix dans Windows 10, jusqu’à être présentes dans son Store. De quoi faire changer peut-être d’avis Apple.

En l’absence de l’intéressé, sous le coup d’un mandat d’arrêt depuis 2011, le tribunal de Nanterre a décidé d’allouer des dommages et intérêts record aux nombreux ayants droit qui s’étaient portés partie civile (la SACEM, de grands studios de type Warner Bros ou Disney, etc.). D’après Le Monde, le prévenu, âgé de 41 ans, a été reconnu coupable de « contrefaçon » et « travail dissimulé ».

La plateforme de streaming litigieuse « attirait en moyenne 250 000 visiteurs uniques par jour et les quelque 40 000 films ont été totalisés environ 500 millions de vues », ajoute Le Figaro. Son administrateur était ainsi accusé d’avoir gagné jusqu'à 150 000 euros en deux ans, placés en partie sur un compte à l'étranger.

« Interpellé en 2011 avec 30 000 euros en liquide cachés dans des chaussettes puis remis en liberté, il ne s'est jamais présenté à la convocation par le juge d'instruction et fait depuis l'objet d'un mandat d'arrêt », poursuivent nos confrères.

À travers son initiative Project Zero, Google vient de dévoiler une nouvelle faille chez son concurrent. Après Edge la semaine dernière, c’est au tour de Windows 10, Microsoft n’ayant pas réagi dans le délai imparti de 90 jours.

La vulnérabilité est assez spécifique. Signalée à Microsoft le 10 novembre, elle réside dans la fonction d’appel à distance (RPC) SvcMoveFileInheritSecurity. Le problème peut survenir quand un fichier avec lien matériel est déplacé vers un nouveau dossier possédant des ACE (access control entries) héritables.

Les droits du fichier peuvent alors changer, récupérant ceux du nouveau dossier. S’il était en lecture seulement, il peut par exemple devenir modifiable, son descripteur de sécurité étant changé. Exploitée, cette brèche peut mener à une élévation de privilèges, prouvée par le chercheur dans un proof-of-concept disponible depuis la page de description.

Notez que cette faille, estampillée 1428, en accompagnait une autre, liée, la 1427. Cette dernière a bien été résorbée par Microsoft, mais l’éditeur tarde sur la seconde. À Redmond, on ne considère pas cette faille comme critique, mais elle reste de niveau élevé.

Tout comme la faille dans Edge, on peut espérer désormais un correctif pour le prochain Patch Tuesday, soit le 13 mars.