Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Hier midi, le commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici, a présenté un plan en deux étapes pour renforcer la taxation des entreprises du numérique. Une demande de longue date de certaines industries européennes, faisant de la fiscalité un cheval de bataille.

« Les profits du numérique en Europe sont peu ou pas taxés » confirme le commissaire européen. Ces sociétés auraient un impôt à 9 %, contre 23 % en moyenne pour toutes les entreprises.

Moscovici propose d'abord une taxe de 3 % sur des activités qui échappent aujourd'hui à la fiscalité européenne. Sont concernés celles dont les revenus dépendent principalement des données (comme les moteurs de recherche ou réseaux sociaux) ou d'intermédiation commerciale (marketplaces ou services de VTC par exemple).

La taxe est limitée à celles générant 750 millions d'euros de revenus annuels dans le monde ou 50 millions en Europe. Elle serait collectée par l'État où habite l'utilisateur. L'exécutif communautaire estime qu'elle rapportera au moins cinq milliards d'euros par an aux pays.

Ensuite, la solution de long terme est une définition juridique de la « présence numérique », qui s'ajoute à celle de présence physique, justifiant déjà d'un impôt. Pour être éligible, une société doit remplir une de ces conditions : soit avoir des revenus numériques dépassent 7 millions d'euros dans l'État membre concerné, soit compter plus de 100 000 utilisateurs par an, soit plus de 3 000 contrats avec d'autres entreprises.

La Commission assure qu'il ne s'agit pas d'une taxe anti-américaine, la mesure concernant aussi les acteurs européens. Dans un communiqué, le G5 (Allemagne, Espagne, France, Italie et Royaume-Uni) affiche son enthousiasme (PDF). Il espère « des discussions constructives  au sein du Conseil [européen, où siègent les États] afin de parvenir à un accord aussi vite que possible ».

Comme nous l'évoquions lors de l'annonce de DirectX Raytracing (DXR), Futuremark est l'un des partenaires de Microsoft travaillant à cette nouvelle évolution de DirectX 12.

La société profite de la GDC pour diffuser une démonstration de ce que peut déjà faire avec son moteur dans ce domaine. L'implémentation est jugée « relativement facile » puisqu'il s'agit d'un prolongement de l'existant plutôt que d'un bouleversement complet.

« Avec les GPU modernes, on peut désormais utiliser la rastérisation pour la majeure partie du rendu et le ray tracing pour certains éléments comme les ombres, les réflexions et autres effets difficiles à mettre en œuvre avec des techniques traditionnelles » précise l'équipe, qui confirme que le ray tracing n'est pas utilisé seul.

La scène fonctionne ainsi sur un GPU actuel, mais le modèle ou les conditions d'utilisation (fréquences, performances, etc.) ne sont pas détaillées. D'ici la fin de l'année, une nouvelle scène de 3DMark exploitant DXR sera proposée. Ce sera sans doute l'occasion d'en savoir plus.

Espérons que cette mise à jour accompagnera le lancement de nouveaux GPU, le marché étant plus ou moins figé ces derniers temps. Notez au passage qu'Epic Games a également dévoilé une petite démo DXR à l'occasion de la GDC, autour de l'Unreal Engine 4 et de la franchise Star Wars.

Le PDG de Twitter et de la solution de paiement Square semble beaucoup miser sur la crypto-monnaie. Dans une interview accordée au Times, il indique qu'elle pourrait devenir la seule monnaie mondiale d'ici dix ans rapporte The Verge.

« Au final, le monde n'aura qu'une seule monnaie, Internet n'aura qu'une seule monnaie. Je pense personnellement qu'il s'agira de Bitcoin » précise-t-il. Conscient des limites de cette solution, il croit néanmoins en son évolution et son adoption à terme.

Pour rappel , Square permet depuis peu d'acheter et vendre des bitcoins depuis son interface. Reste néanmoins quelques soucis à régler, comme le nombre de transactions pouvant être gérées chaque seconde, le montant des commissions et autres subtilités.

Ce sont d'ailleurs ces « freins » qui poussent certains à croire en des alternatives à Bitcoin plutôt qu'à la plus célèbre des crypto-monnaies (voir notre analyse).

Le service de partage de fichiers en ligne autorise désormais jusqu'à 20 téléchargements d'un même fichier, toujours pour 24 heures au maximum, et de modifier le mot de passe associé.

Le service se veut également plus stable, et surtout compatible avec le navigateur Edge et d'anciennes versions de Safari.

Une partie du travail de ces dernières semaines s'est aussi concentrée sur la documentation et la facilité pour des tiers de participer au projet.

En septembre, Google dévoilait ses plans pour revoir la gestion des vidéos en lecture automatique au sein de son navigateur. Comme nous l'expliquions à l'époque, derrière une évolution pouvant paraître louable se cachait un dispositif pas toujours à l'avantage de l'utilisateur, puisque pouvant entrainer une collecte de données de navigation et d'interactions avec des sites.

On aurait apprécié une option permettant de n'autoriser cette lecture que sur l'onglet actif, comme le propose Vivaldi. Mais ce ne sera pas le cas. La fonctionnalité est présente dans le canal bêta de Chrome, qui passe à la version 66

Google se garde d'ailleurs bien de revenir sur les détails de son dispositif et se contente d'évoquer cette évolution parmi une longue liste de nouveautés, pariant (sans doute à raison) que personne n'ira creuser derrière ce qui est présenté comme un bienfait.

Notez que Chrome 66 apporte au passage la gestion des API asynchronous clipboard et Decoding Info, de CSSOM ou de l'objet AudioWorklet entre autres petites améliorations. Tous les détails se trouvent par ici.

Comme prévu, le fabricant vient d'annoncer que les premiers échantillons étaient actuellement envoyés à certains clients triés sur le volet. Il faudra par contre attendre cet été pour la production de masse.

Les Exos X14 utilisent la technologie PMR (Perpendicular Magnetic Recording), contrairement à l'Ultrastar Hs14 de Western Digital exploitant le SMR (Shingled Magnetic Recording) et nécessitant un contrôleur compatible (lire notre analyse)

Pour rappel, Toshiba avait annoncé mi-décembre un disque dur PMR de 14 To : le MG07ACA.

Dans un entretien à Contexte, son président Sébastien Soriano a déclaré la mort à terme de cette diffusion télé hertzienne. « L’avenir, ce n’est pas la TNT. Il serait temps que l’État le dise clairement aux acteurs de l’audiovisuel, de façon à ce que chacun puisse s’organiser, prendre les décisions d’investissements, et bâtir des modèles économiques » a-t-il lancé.

Sur l'idée d'une fusion avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), un serpent de mer, Soriano maintient sa position. « Je crois à une séparation entre la régulation des contenus et des infrastructures » assure le responsable… qui ne souhaite pas non plus fusionner avec l'Agence nationale des fréquences (ANFR).

Né le 21 mars 1768 à Auxerre, le mathématicien et physicien est notamment connu pour les séries et transformations portant son nom. « Des images JPEG à la détection des ondes gravitationnelles, les travaux de Joseph Fourier ont conduit à de nombreuses applications contemporaines » explique le centre national de la recherche scientifique.

L’Académie des sciences a également célébré ce mathématicien à sa manière, avec une longue conférence de plus de deux heures intitulée « Fourier et la science d’aujourd’hui » le 13 mars. Elle est disponible en replay par ici.

Jusqu'à fin juin, les syndicats ont déposé des préavis pour deux journées de grève par semaine contre le projet de réforme du gouvernement.

En cette période de tension, la SNCF annonce que « pendant le mouvement social interprofessionnel du 22 mars, vos covoiturages sont offerts* avec @iDVROOM », son service de covoiturage domicile-travail lancé fin 2014. L'étoile est importante et le diable se cache dans les détails.

Cette opération est ainsi valable « dans la limite de 2 trajets par jour pendant toute la durée des perturbations et au maximum jusqu’au 28 juin 2018 inclus, pour un équipage de trois personnes maximum. Remboursement de chaque trajet à hauteur de 80 km maximum ».

iDVROOM en profite pour remettre en avant son offre d'une carte d'essence Total de 15 euros offerte pour les conducteurs effectuant un premier covoiturage. Cette offre est valable « pour le premier covoiturage réellement effectué à partir du 21 mars 2018 20h, pour un trajet de 80 km maximum [...] et s’applique au covoiturage entre personnes qui ne se connaissaient pas avant le premier trajet ».

Sur Twitter, les conditions provoquent la colère de certains : « faire passer une offre commerciale pour une mesure de compensation et de solidarité avec les personnes impactées par les grèves, c’est limite ».

Comme d'autres, le service de streaming prépare la mise en place d'une offre payante autour de son contenu musical. Afin de pousser les utilisateurs à l'abonnement, la solution semble toute trouvée : ajouter plus de publicités à l'offre gratuite.

YouTube est largement utilisé par les majors pour diffuser les clips de leurs artistes, et donc par les utilisateurs pour les visionner ou même simplement écouter de la musique. Bloomberg indique que de la publicité va être ajoutée entre les vidéos, un peu à la manière de ce que font des plateformes musicales classiques pour leur offre Freemium.

L'idée serait de viser spécifiquement ceux qui ont un usage surtout musical de la plateforme, plus susceptibles de payer, à la manière de ce que la société propose à la presse en détectant les internautes qui pourraient s'abonner (voir notre analyse).

Cet abonnement payant devrait également proposer du contenu exclusif autour des artistes, comme Apple commence à le faire. Reste la question des bloqueurs de publicités, qui ne sont pour le moment pas spécialement « combattus » par Google sur YouTube.

Quasiment un an jour pour jour après le lancement de la bêta de Synology C2 Backup en Europe (lire notre prise en main), le service est enfin disponible.

Pour rappel, cette solution maison permet de sauvegarder les données de son NAS sur le cloud public du fabricant. Elle est disponible chez nous à partir de 9,99 euros par an pour 100 Go de stockage.

En Europe, les données sont stockées à Francfort, en Allemagne. Le fabricant ne précise pas si de nouveaux datacenters sont ouverts pour ce lancement global et, le cas échéant, dans quels pays.

Dans une conversation commune, certains participants pourront désormais avoir des droits plus importants, comme dans les groupes classiques proposés sur le réseau social.

Ils pourront ainsi approuver l'ajout de membres, en retirer, désigner d'autres administrateurs. Des liens d'accès depuis l'extérieur pourront également être créés et partagés. Jusqu'à 250 personnes peuvent rejoindre de tels groupes.

Ces fonctionnalités (optionnelles) ne seront pas toujours très utiles pour le grand public, mais il y a une subtilité : elles sont aussi introduites dans Workplace, la version de Facebook dédiée aux entreprises.

La police de Tempe a mis en ligne les images de deux caméras du SUV Volvo ayant fauché et tué un piéton. Même si elles s'arrêtent juste avant la collision, elles peuvent néanmoins être choquantes, pensez-y avant de les regarder.

La première partie montre la capture effectuée à l'avant la voiture, la seconde se focalise sur le chauffeur censé reprendre le contrôle en cas de danger ou de problème. Dans le premier cas, nous pouvons apercevoir les pieds d'Elaine Herzberg au bout de trois secondes.

Cette vidéo soulève deux questions : pourquoi ni la voiture ni le chauffeur n'ont identifié le piéton ? Il n'y a en effet aucune trace de freinage avant l'impact selon la police locale. « La victime n'est pas sortie de nulle part. Elle se déplace sur une route sombre, mais c'est une route ouverte, donc le Lidar (laser) et le radar auraient dû la détecter et l'identifier » explique Bryant Walker Smith, professeur d'université de droit étudiant les véhicules autonomes, à Tri-Cityherald.

Dans la seconde partie de la vidéo, nous pouvons voir que le chauffeur ne semble pas très concentré sur la route. À plusieurs reprises ses yeux ne sont pas en direction du pare-brise, mais vers le bas, sans que l'on sache ce qu'il regarde exactement.

« La vidéo est troublante et déchirante à regarder, nos pensées continuent d'aller vers les proches d'Elaine. Nos voitures restent clouées au sol et nous aidons les autorités de toutes les manières possibles » explique Uber dans un communiqué. L'enquête officielle suit son cours.

Le fabricant profite de la GDC pour effectuer quelques annonces : un kit de développement de réalité virtuelle comprenant un SDK et un casque de VR exploitant le Snapdragon 845.

Qualcomm explique que son système « est conçu comme une plateforme de VR mobile complète et autonome ». Plusieurs technologies sont intégrées : localisation et cartographie simultanées (SLAM), prise en charge des six degrés de liberté (6DoF), optimisation du rendu et de la consommation avec Adreno Foveation, suivi du mouvement des yeux en partenariat avec Tobii, etc. Tous les détails sont expliqués sur cette page.

Le casque de réalité virtuelle et le SDK seront disponibles d'ici le mois de juin, sans précisions sur le tarif.

Alors que l'annonce de Microsoft DirectX Raytracing (DXR) a surtout été faite en partenariat avec NVIDIA – qui a dévoilé quelques outils dédiés aux développeurs pour l'occasion – AMD ne veut pas rester sur le bord de la route.

Outre l'annonce, assez légère, de son travail autour de cette évolution de DirectX 12, la société a profité de la GDC pour présenter d'autres initiatives, surtout concentrées sur le marché professionnel.

Il a notamment été question de Radeon Rays, une solution open source proposée depuis quelques années, qui supporte désormais Unity Lightmappper. Le moteur ProRender exploite de son côté Vulkan pour mixer rastérisation et ray tracing (voir cette vidéo).

AMD précise néanmoins qu'elle aura l'occasion de revenir un peu plus tard sur l'utilisation de cette technique dans le cadre des jeux vidéo. Au passage, la société évoque l'arrivée prochaine de Radeon GPU Profiler 1.2 (voir cette vidéo), de Compressonator 3.0 et le support de Vulkan 1.1 dans ses pilotes (voir cette précédente actualité).

Cette fonctionnalité avait été annoncée en novembre dernier et déployée sur le moteur de recherche pour commencer. Une mise à jour des applications mobiles Maps était attendue, et c'est désormais le cas sur iOS.

Les notes de versions indiquent en effet que la version 4.47 affiche « le temps d'attente moyen dans plus d'un million de restaurants à travers le monde ». De plus, vous pouvez profiter « des fonctions de recherche et de tri intégrées aux avis sur les lieux ».

L'application Android a également été mise à jour cette semaine, mais les nouveautés ne sont pas précisées.

Apple, Google, Lenovo, LG, Motorola, Samsung et Sony ont tous signé le nouveau « Memorandum of Understanding » (MoU) proposé par la Commission. Ces constructeurs s'engagent ainsi à ne proposer sous trois ans que des connecteurs USB Type-C pour leurs smartphones. Il y a toutefois une subtilité.

Le MoU distingue trois cas :

  • Le smartphone propose directement un connecteur Type-C, mais pas son chargeur
  • Le smartphone a une connectique propriétaire mais un chargeur en Type-C
  • Le smartphone et le chargeur proposent un connecteur Type-C

Pour la Commission, les trois sont bons. Dans les grandes lignes, il suffit qu'au moins un des deux connecteurs mâles du câble soit donc en Type-C. Puisqu'Apple est signataire, il faut s'attendre à voir débarquer des chargeurs Type-C, avec câble adapté se terminant en Lightning.

L'objectif principal de la Commission est de favoriser autant que possible la réutilisation des blocs chargeurs. En 2009, une trentaine de types de chargeurs se débattaient en Europe, pour environ 500 millions d'appareils mobiles. Il est estimé que les foyers contiennent aujourd'hui pour 51 000 tonnes de vieux chargeurs devenus inutiles.

La Commission espère évidemment reproduire le même succès qu'avec le précédent MoU de 2009, qui avait consacré l'USB Type-A comme prise unique sur les chargeurs et encourageait les constructeurs à adopter le micro-USB sur les smartphones. Le nouveau entend répéter l'opération avec le Type-C, mais la souplesse dans l'adoption n'aboutira peut-être pas au même résultat.

Il est probable cependant que la situation se résumera vite à deux cas : des couples chargeur/smartphone en Type-C, ou des chargeurs Type-C avec des smartphones à connectique spécifique. Hors Apple actuellement, tous les smartphones ont après tout un connecteur micro-USB ou, plus rarement, Type-C.

Prochaine étape : faire de même sur d'autres appareils, notamment les ordinateurs portables.

La société s'était fait connaître en 2012 avec sa caméra plénoptique capable d'effectuer la mise au point a posteriori. En 2015, elle changeait d'orientation avec Immerge, un modèle pensé pour le cinéma et la réalité virtuelle.

Selon plusieurs sources concordantes de TechCrunch, Lytro serait désormais dans le giron de Google. Les deux protagonistes (et divers investisseurs) ont par contre refusé de commenter cette information pour le moment.

Google récupérerait 59 brevets de Lytro, mais une partie seulement de ses employés. Certains seraient partis, tandis que d'autres auraient d'ores et déjà été remerciés, avec une indemnité de départ.

Le montant de la transaction serait de 25 à 40 millions de dollars selon les sources. Des chiffres peu élevés puisque la société était valorisée 360 millions de dollars en 2017, après un tour de table de 200 millions de dollars.

Microsoft avance rapidement sur les mises à jour des deux versions principales de son IDE. Sous Windows, la mouture 15.7 dispose ainsi déjà d'une Preview 2.

Les principales nouveautés sont une amélioration d'Intellisense pour le XAML conditionnel, un plus grand respect de la norme C++17, l'inclusion de TypeScript 2.8, le débogage des fichiers JavaScript via Edge ou encore des outils pour éviter les soucis de permissions avec les applications web.

Côté macOS, c'est la mouture 7.5 Preview 1 que les développeurs peuvent tester. Les apports sont plus manifestes : nouveau support pour Razor, JavaScript et TypeScript, support du SDK .NET Core Preview et des nouveaux modèles Azure Functions, prise en charge des dernières versions de .NET Core et C#, meilleures performances et autres corrections de bugs.

Il n'y a pas d'installeur spécifique pour les préversions sur macOS. Il faut lancer la vérification de mises à jour depuis Visual Studio. Dans la fenêtre qui s'ouvre, le développeur pourra changer de canal et basculer sur Beta.

Le président du régulateur américain des télécoms, la FCC, a de nouveau déclaré hier que cette régulation était le pire ennemi de l'investissement dans les réseaux. Le décret qui a institué la neutralité du Net en 2015, avant d'être annulé à la mi-décembre 2017 par la FCC, était « une mésaventure de la régulation », selon Ajit Pai.

Cette déclaration a été tenue devant l'association des câblo-opérateurs américains, dont les études ont servi le discours anti-neutralité du président de la FCC, toute l'année passée. Pour lui, imposer cette non-discrimination des services était une entrave pour les petits opérateurs.

« Contrairement à ce que certains politiciens de la Beltway [Washington] et des groupes d'intérêt spécifiques disent, la principale complainte des consommateurs n'a jamais été le blocage des contenus par les fournisseurs d'accès, mais un manque d'accès et de concurrence » tance-t-il… créant une confrontation bien artificielle entre un Internet neutre et la concurrence sur le terrain.

Netflix a présenté hier sa propre police de caractères. Nommée Netflix Sans, elle se veut particulièrement claire et neutre. Dans son annonce, l'entreprise explique que le développement d'une police suivait deux objectifs.

D'un côté, le renforcement d'une identité propre, comme Helvetica a pu le faire avec Apple, ou Segoe chez Microsoft. De l'autre, des économies puisque la police utilisée jusqu'à présent, Gotham, était loin d'être gratuite. Netflix Sans sera donc utilisée dans tous les communications officielles et campagnes marketing.

Plus important, l'entreprise dispose désormais d'un véritable programme de chasse aux bugs ouvert à tous. Il était en test privé depuis environ 18 mois, avec un total de 145 failles validées et récompensées sur 275 déclarées. La plus haute récompense financière a été de 15 000 dollars, maximum actuel du programme.

Netflix s'engage à réagir dans un délai de sept jours aux rapports qui lui seront soumis, la moyenne étant actuellement de 2,7 jours. Notez que le délai pourrait s'allonger avec l'ouverture mondiale du programme.

La plateforme fournit bien sûr des règles à respecter, notamment de ne jamais accéder aux données des utilisateurs ou à des contenus qui n'auraient pas encore été diffusés, même si les accidents sont tolérés (le chercheur doit arrêter immédiatement et signaler le problème).

Les vulnérabilités détectées ne devront être communiquées qu'à Netflix, via le compte créé sur Bugcrowd.

Après AT&T au début de l'année, ce serait au tour du revendeur de couper les ponts avec le fabricant chinois, de nouveau selon Reuters. L'agence de presse s'appuie sur des révélations de CNet.com affirmant que le revendeur aurait arrêté de commander des smartphones à Huawei.

Interrogée sur le sujet, l'enseigne a refusé de commenter cette affaire, expliquant simplement prendre des décisions pour changer les produits qu'elle propose dans ses rayons « pour diverses raisons », sans plus de détail.

Même son de cloche chez le fabricant : « Huawei vend actuellement ses produits par l'intermédiaire de détaillants d'électronique grand public aux États-Unis », ajoutant que ses smartphones répondent aux « plus hautes normes de sécurité, de confidentialité et d'ingénierie de l'industrie ».

Car c'est en effet de sécurité nationale dont il serait question dans cette affaire. Depuis l'administration Obama, les États-Unis affichent ouvertement leur méfiance vis-à-vis des équipementiers chinois à cause des risques d'espionnage.

Le lecteur multimédia et multiplateforme supporte depuis longtemps les clés HDMI de Google. Après des mises à jour mineures, la société passe la seconde avec des changements plus profonds.

Parmi les nouveautés : meilleure prise en charge des Chromecast Audio, amélioration du support de HEVC sur les consoles SHIELD de NVIDIA, possibilité de redimensionner les sous-titres à la volée depuis l'application Plex, intégration des critiques de Rotten Tomatos et IMDB, etc. Tous les détails sont disponibles par ici. L'ajustement automatique de la qualité de l'image arrivera plus tard, indique l'équipe.

La version 6.15 pour Android, qui arrivera prochainement (sans plus de détails), permettra d'envoyer des fichiers stockés localement sur votre smartphone vers des appareils compatibles, y compris Chromecast. Si besoin, le terminal mobile peut également transcoder la vidéo à la volée.

La société Vi Company a trouvé un défaut dans la plateforme d'échange de crypto-monnaies Coinbase, rapporte The Next Web. En créant un smart contract (contrat à exécution automatique) spécifique, il était possible de se transférer à soi-même une infinité d'argent via la blockchain d'Ethereum.

L'idée : créer plusieurs portefeuilles Ethereum sur Coinbase et lancer un transfert d'ethers de l'un d'entre eux vers les autres. L'astuce était de faire échouer la dernière transaction. Dans ce cas, les fonds arrivent bien sur les portefeuilles destinataires, sans quitter le compte de départ, selon Coinbase. Il suffisait de répéter l'opération à l'envi, puis de convertir ces ethers factices en vrai argent.

Pour les plus joueurs, l'astuce est similaire à un transfert de Pokémon entre deux Gameboy, en débranchant le câble Link pendant la sauvegarde de l'opération. Au lieu d'un seul objet, deux coexistent au final après son « échec ». La découverte a été menée en décembre, via le programme de recherche de bugs de Coinbase sur HackerOne. Vi Company a gagné 10 000 dollars (et une bonne publicité) pour son action.

Depuis iOS 11, les utilisateurs disposent d'un réglage bien pratique pour la vie privée. Dans les paramètres de notifications, ils peuvent demander à ce que leur contenu ne soit jamais affiché, ou uniquement si l'appareil est déverrouillé.

Malheureusement, cette protection est aisément contournable : il suffit de demander à Siri de lire les notifications en attente. Si vous avez reçu des messages provenant de WhatsApp, Signal, Telegram ou encore Skype, Siri va en lire le contenu, sans déverrouiller l'appareil.

Le bug, découvert par Mac Magazine, est actuellement présent aussi bien dans la dernière révision stable du système (11.2.6) que la plus récente préversion (11.3 bêta 6). Seule exception : la propre application Messages d'Apple. Cette fois, Siri refuse de lire, réclamant à l'utilisateur un déverrouillage de l'appareil.

Nous avons pu reproduire le problème sur un iPhone 8 équipé d'iOS 11.3 bêta 6, en demandant simplement à Siri : « Lis mes notifications ». Interrogée par nos confrères, Apple a confirmé être au courant du problème, qui « sera corrigé dans une prochaine mise à jour ».

On imagine que la faille est assez sérieuse pour que le correctif soit rapidement ajouté à iOS 11.3 avant publication de la version finale, qui ne devrait plus tarder.

Au mois de décembre, le fabricant annonçait son lancement, mais en Chine seulement. Vendu 3 999 yuans, il se place donc en dessous des Vive (4 888 yuans) et Vive Pro (6 488 yuans).

Lors de la GDC, HTC a précisé qu'il le vendrait dans le reste du monde, dès cette année. En attendant, les développeurs intéressés peuvent se rendre sur cette page pour s'inscrire et demander un kit de développement.

Pour rappel, ce casque exploite un Snapdragon 835, dispose d'un écran AMOLED de 2 880 x 1 600 pixels (même définition que le Vive Pro), prend en charge six degrés de liberté, dispose d'un champ de vision de 110°, intègre des capteurs de proximité, etc.

Le prix n'a pas été dévoilé, mais en Chine, il est d'ores et déjà vendu 3 999 yuans, soit un peu plus de 510 euros avec une simple conversion.

Selon Motherboard, la plateforme s'est lancée dans un grand ménage des contenus sur les armes à feu. Que ce soit des vidéos liées à des magasins ou amateurs.

Les accessoires interdits incluent ceux permettant de simuler un tir automatique ou les convertissant pour cet effet, ainsi que les chargeurs de grande capacité. Les vidéos destinées à la création DIY de ces objets sont aussi bannies.

Certains vidéastes amateurs auraient aussi vu certains de leurs contenus disparaître. Si les nouvelles règles sont claires, elles n'ont pas été explicitées en amont aux concernés, regrettent certains d'entre eux. Par ailleurs, la chaine d'une boutique d'armes de Floride, Spike's Tactical, a été supprimée.