Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Alors qu'Amazon devrait proposer son assistant personnel chez nous d'ici peu, des tests étant en cours auprès de clients français, ses deux concurrents ont décidé de s'allier.

Dans un communiqué,  Fnac Darty annonce « le déploiement d’espaces de démonstration des produits Google dans l’ensemble de ses magasins ». Ces « espaces expérientiels » occuperont de 15 à 50 m², à la manière de ce que l'on trouve déjà autour des produits Microsoft ou Samsung.

Ici, c'est surtout des possibilités autour de Google Assistant dont il sera question : « Les produits Google seront également mis en avant de façon différenciée sur les sites internet du groupe et au sein des catégories de produits embarquant ses services : Son, Téléphonie, IT, Photo… ».

À l'inverse, Fnac Darty sera un revendeur privilégié par Google pour ses lancements de produits. Mais pas seulement, puisqu'il est aussi question de mises en avant et promotions spécifiques.

Le « Bouton Darty » (voir notre analyse) est également proposé via l'assistant numérique, tout comme des fonctionnalités d'achat à la Fnac pour quatre catégories de produits : musique, livre, vidéo et jouets.

« En quelques échanges vocaux, l'internaute pourra choisir son article, et après confirmation sur son téléphone via l’application de l’Assistant Google, payer avec son compte Fnac puis identifier le point de vente le plus proche de chez lui où il pourra récupérer sa commande dès le lendemain » précise l'annonce.

Le géant américain s'est montré très généreux avec les revendeurs français ces derniers mois, leur permettant par exemple de proposer des enceintes Google Home à prix cassés dans certaines conditions, pour tenter d'occuper le marché français rapidement.

Pour ces boutiques en ligne, Google a l'avantage de ne pas être un concurrent direct, mais plutôt un partenaire à travers les produits qu'il vend ou de services tels que le comparateur de prix Shopping.

C'était annoncé, c'est désormais effectif : Mozilla active par défaut la protection contre le pistage dans son navigateur, au sein des appareils mobiles d'Apple. Une première action dans le cadre de sa feuille de route pour 2018 qui va être marquée par de nombreuses évolutions en faveur de la protection de la vie privée.

Pour rappel, Apple a de son côté mis en place il y a quelques mois son Intelligent Tracking Protection (ITP). Ici, la méthode est plus directe puisque tout sera bloqué par défaut, en navigation privée comme classique.

Une action prévue, mais qui prend place dans un contexte favorable avec l'affaire Cambridge Analytica, où il sera plus compliqué pour les acteurs du monde publicitaire de faire entendre leurs critiques. Mozilla explique que cela devrait également accélérer la navigation sur de nombreux sites.

Au passage, l'équipe introduit quelques nouveautés sur iPad comme la possibilité de réorganiser les onglets, le glisser-déposer de liens à travers différentes applications ou encore de nouveaux raccourcis clavier (voir la liste complète).

La nouvelle mise à jour majeure de Windows aurait dû sortir le 10 avril. Presque une semaine plus tard, on ne sait toujours pas quand elle sera diffusée.

Selon Windows Central, la build 17133, considérée jusqu'à présent comme finale, ne le serait plus. D'après une source interne, elle aurait perdu son statut « RTM ». Si tel est le cas, il est probable que ce soit à cause d'un bug sérieux de dernière minute. Les préversions récentes n'avaient en effet plus de problèmes connus.

C'est en tout cas la première fois qu'un souci de ce type survient. On imagine que les ingénieurs sont à pied d'œuvre. Deux solutions maintenant : soit Microsoft intègre directement le correctif et produit une évolution de la 17133, soit une nouvelle build sera d'abord proposée aux testeurs. Auquel cas la mise à jour aura besoin d'un peu plus de temps.

Il y a quelques mois, nous évoquions un partenariat entre les deux sociétés, il semble désormais se concrétiser.

En effet, les clients du FAI peuvent désormais commander un pack à 149,90 euros comprenant un boîtier et un mois d'abonnement. Il est précisé que l'offre est sans engagement, malgré un tarif de 29,95 euros.

Pour rappel, le service de PC « dans le Cloud » est habituellement facturé 44,95 euros sans engagement, et 29,95 euros dans le cadre d'un contrat de 12 mois. Le boîtier, lui, est proposé pour 119,95 euros.

Il ne semble pas nécessaire d'être client Orange pour en profiter.

Toute application ciblant la prochaine version d'Android via son SDK devra communiquer en TLS. Les transmissions en clair seront interdites sur le nouveau système. Cela ne signifie pas que toutes les applications arrêteront de fonctionner, une partie se servant déjà de TLS depuis un moment selon Google. Dans ce cas, aucune modification n'est nécessaire.

Les éditeurs n'ayant pas sauté le pas sont par contre encouragés à le faire. Pour l'instant, il n'est pas question de date butoir pour les mises à jour d'application existantes. Mais tout éditeur souhaitant utiliser les nouvelles fonctionnalités d'Android P devra passer par le nouveau niveau d'API, et donc se servir de TLS.

Notez que Google ménage une voie pour les développeurs qui, pour des raisons précises, auraient encore besoin de connexions HTTP classiques. La société fournit cependant quelques « bonnes pratiques » pour le faire dans les meilleures conditions possibles.

Dans un autre billet de blog, Google indique qu'Android P supportera également DNS over TLS, appliquant ce dernier à toutes les requêtes DNS. Ces dernières, ainsi que les réponses, ne peuvent donc être lues ou modifiées par un observateur sur le réseau. Contrairement au TLS sur les connexions, il peut cependant être désactivé par l'utilisateur, ou remplacé par un DNS privé.

Alors que les ventes de jeux dématérialisés grignotent celles des versions physiques, obtenir des données reste une affaire difficile. À partir des profils publics des joueurs, Steam Spy compte le nombre de copies possédées de chaque jeu.

S'il s'agit d'estimations, les nombres obtenus étant devenus une base de référence pour les observateurs, voire certains éditeurs. Le 10 avril, Steam a décidé de masquer par défaut cette liste, au nom du respect de la vie privée, tuant la collecte de données du site de statistiques.

« Steam Spy dépendait de ces informations publiques par défaut et ne sera désormais plus capable d'opérer » écrit son concepteur sur Twitter. Il n'est tout de même pas dit que l'existence du site ait joué dans la décision de Valve. Pour mémoire, la visibilité du profil peut être limitée aux seuls amis ou à soi-même, via une page dédiée des paramètres du compte.

Racheté l'année dernière par BNP Parisbas, le service bancaire distribué chez les buralistes change de nom : Nickel. Ainsi, il « réaffirme ses valeurs, sa singularité et son ambition à travers une évolution de son identité de marque » peut-on lire dans le communiqué.

La symbolique du logo évoque celui des buralistes, alors que la signature « Compte pour tous » rappelle l'objectif de départ de cette offre, qui a fait évoluer ses conditions et augmenté certains tarifs ces derniers mois.

Le mois prochain, les clients pourront choisir un niveau supérieur d'offre pour 30 euros de plus par an (soit 50 euros par an au total). Celle-ci proposera des assurances complémentaires, un coloris noir, argenté, doré ou orangé, des paiements gratuits et des retraits à 1 euro, dans le monde entier.

Une manière de répondre à la montée en puissance des néo-banques (voir notre comparatif) et de permettre à Nickel de dépasser le million de clients pendant l'été. Les deux millions sont visés d'ici 2020.

Selon une information de Deadline, confirmée par Variety, l'entreprise a confié le projet à David S. Goyer et Josh Friedman, qui l'écriront et le produiront chez Skydance Television.

Le cycle de Fondation comprend de nombreux livres, mais si les informations de nos confrères sont exactes, l'histoire se concentrerait sur la trilogie principale, à savoir Fondation, Fondation et Empire, et Seconde Fondation. Fondation foudroyée ainsi que Terre et Fondation passeraient donc à la trappe.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le cycle, Fondation raconte comment un Empire galactique voit sa fin annoncée par Hari Seldon, créateur de la psychohistoire. Cette discipline particulière applique les mathématiques aux grands ensembles humains pour en prévoir l'évolution.

Grâce à la psychohistoire, il expédie à l'extrême bordure de la galaxie un groupe de savants chargés de créer une encyclopédie de toutes les connaissances : la Fondation. Elle devra par la suite constituer le noyau d'un nouvel empire, plus solide que le premier. La suite, on l'imagine, ne sera pas si simple.

Même si la série ne dépasse pas Seconde Fondation et n'opère donc pas la jonction avec le cycle des Robots, les fans seront quand même heureux : la série se terminerait avec le grand affrontement contre le Mulet, « méchant » emblématique d'une partie de l'histoire.

Voilà un petit projet qui replongera certains utilisateurs dans la nostalgie l'espace de quelques minutes.

Pour le grand public, l'Explorateur règne en maître depuis Windows XP. Mais avant, il fallait utiliser le Gestionnaire de fichiers, ou File Manager (WinFile).

Un développeur de chez Microsoft, Craig Wittenberg, en publie le code source sous licence MIT, même si ce n'est pas exactement le code original.

Il est disponible en deux versions. Une première, proche de l'originale, mais modernisée pour fonctionner sur un Windows 10 x64 (compatibilité Visual Studio 2015 et 2017, conversion de vieux appels, etc.).

L'autre, nommée Master, davantage modifiée pour en faire une application plus utile au quotidien, avec prise en charge des raccourcis clavier, du glisser/déposer OLE, le lancement de Notepad ou Notepad++ via F12 sur un fichier, l'ajout de menus contextuels et autres.

L'une des différences entre la série Westworld diffusée sur HBO l'année dernière et le film d'origine Mondwest réside dans la présence d'une unique « zone de jeu ».

Dans l'œuvre de 1973, il était en effet question d'un parc médiéval et d'un autre consacré à l'empire romain. Mais cela devrait changer. Comme on l'a vu dans la bande-annonce, l'univers médiéval japonais est largement représenté, et devrait être intégré via « Shogun World » dans la série.

Jonathan Nolan et Lisa Joy l'ont confirmé dans une interview accordée à Entertainment Weekly, évoquant un épisode entièrement en japonais. Sur le site promotionnel de Delos, qui accompagne le marketing de la série, on peut y voir la description d'un monde bien plus violent, ainsi que quatre autres parcs en préparation.

Après plusieurs mois de test de sa version alpha, le service de messagerie français, misant sur le respect de la vie privée, passe en version 0.9.0. La 0.8.0 avait été mise en ligne fin janvier.

L'occasion de commencer l'implémentation de la nouvelle interface, qui fait suite à des échanges avec les utilisateurs sur ce qu'ils aimeraient améliorer.

Ce design se veut « plus clair et aéré » et doit permettre de mieux gérer les discussions. « Il va évoluer au fil des versions pour intégrer de plus en plus la notion de vie privée à travers chaque interaction » promet l'équipe.

D'autres évolutions sont au programme comme la gestion des pièces jointes ou les actions par lots. Ceux qui le souhaitent sont invités à donner leur avis via l'outil prévu à cet effet pour continuer d'améliorer Caliopen, qui arbore de nouveaux stickers.

L'escalade entre le service de messagerie et les autorités russes se poursuit. Suite au refus de Telegram de fournir ses clés de chiffrement, fin mars, la justice russe a validé son possible blocage par les fournisseurs d'accès.

Selon le New York Times, il n'aura fallu que 18 minutes à un tribunal moscovite pour fournir cette autorisation au Roskomnadzor, l'autorité des télécoms. Le blocage ne serait pas encore effectif et les chances sont minces que la Russie fasse plier le service, qui fournit un chiffrement de bout en bout.

Pavel Durov, le fondateur de Telegram, a simplement signifié son dédain. « Nous avons le luxe de ne pas nous inquiéter de nos revenus ou de nos ventes de publicités. La vie privée n'est pas à vendre, et les droits de l'Homme ne doivent pas être compromis par la peur ou l'avidité » a-t-il réagi, en référence à cette décision et au renoncement d'Apple en Chine sur le sujet.

Rappelons que la société est en pleine levée de fonds (ICO) via sa propre crypto-monnaie, récupérant l'équivalent de 850 millions de dollars en premier tour.

En dépit de son numéro de version, cette 1.1.0 est une mouture majeure, tant les nouveautés sont nombreuses. Notamment une interface rafraîchie et rendue plus cohérente, avec un ordre plus logique des réglages à effectuer, de haut en bas et de gauche à droite.

Le transcodeur vidéo multi-plateformes propose de nouveaux préréglages pour l'Apple TV 4K, ChromeCast Ultra, la Fire TV et Rokku, tandis que ceux pour Vimeo et YouTube ont été améliorés. Les utilisateurs pourront en outre exporter le contenu 2160p vers le conteneur MKV.

Point intéressant pour les possesseurs de grosses machines, les CPU récents et les configurations à plusieurs GPU sont mieux exploités pour la compression H.265.

Dans un message à ses clients professionnels (G Suite), le géant de Mountain View a annoncé l'arrivée prochaine d'une refonte du webmail, à l'apparence encore épurée, appuyant les arrondis. Les autres services de la suite, comme l'agenda, seront plus aisément accessibles. TechCrunch en a obtenu des captures d'écran.

Quelques nouvelles fonctions font aussi leur entrée. La principale est l'envoi de messages confidentiels, qui s'auto-détruisent après un temps défini. À la manière de ProtonMail, l'e-mail ne sort pas du service, qui envoie un lien au destinataire pour le consulter. La copie de texte ainsi que l'impression sont désactivées, mais rien n'empêche la copie d'écran.

Parmi les autres nouveautés, figurent les suggestions de réponses (smart replies) d'Inbox font leur entrée dans la version web de Gmail, ainsi que la possibilité de reporter un message pour qu'il remonte plus tard dans la boîte de réception.

Chrome devrait aussi faire l'objet d'une refonte graphique en septembre, pour ses dix ans.

Depuis l'été dernier, la fondation propose un tel service via Test Pilot, pour tester l'intégration à Firefox. La quatrième évolution majeure vient d'être mise en ligne, et apporte (enfin) la gestion de plusieurs notes. Sans surprise, il s'agissait de la fonctionnalité la plus demandée par les utilisateurs.

Chaque note dispose d'un menu permettant un export ou une suppression. Une fonctionnalité « Send to Notes » est également proposée. Bien entendu, l'équipe en a profité pour corriger quelques bugs, adapter un peu l'interface ou encore la faire plus coller aux règles Photon.

Aucune date n'a par contre été donnée pour une intégration native d'un tel outil au sein de Firefox. Le code source du projet est disponible via GitHub, sous licence MPL 2.0.

À l'annonce des failles Meltdown et Spectre, la position d'AMD a été d'affirmer ne pas être concerné par le problème. Mais au fur et à mesure, on a vu la société livrer quelques détails et finalement admettre être concerné dans certains cas. Dans une mise à jour de sa position, la société précise que seule la variante 2 (Spectre) nécessite une mise à jour spécifique de sa part, la première étant traitée au niveau logiciel et la troisième (Meltdown) ne concernant qu'Intel.

« Bien que nous considérons qu'il est difficile d'exploiter cette faille, nous travaillons activement avec nos clients et partenaires pour déployer ces correctifs » précise la société. Elle indique que Microsoft propose une mise à jour du microcode via Windows Update, alors qu'il faudra passer par des mises à jour du BIOS/UEFI dans d'autres cas.

Tous les produits depuis l'architecture Bulldozer (2011) sont concernés par la mise en ligne de ces correctifs.

Dans le même temps, la société nous a confirmé ses précédents propos concernant les failles découvertes par CTS Labs lors d'une rencontre. Là aussi, les failles sont considérées comme complexes à exploiter, nécessitant un accès administrateur au système.

Des patchs seront néanmoins déployés dans les prochaines semaines. Nous n'avons par contre obtenu aucune précision supplémentaire sur ce point.

Le laboratoire d'innovation numérique de la CNIL a mis en ligne une liste qui vise à mieux informer les internautes en matière de protection des données.

Cela prend la forme d'une cartographie réalisée via Framindmap, un service proposé par l'association Framasoft. Notons que Kimetrak y a trouvé sa place, dans la section « Naviguer ».

L'action est menée dans le cadre de la mission de la CNIL visant à la « promotion de l’utilisation des technologies protectrices de la vie privée, notamment les technologies de chiffrement des données ».

Bleeping Computer rapporte l'envoi par Mozilla d'un élément système sur les installations actives de Firefox. L'extension, invisible pour les utilisateurs, active TLS 1.3 chez 50 % d'entre eux en réglant l'option security.tls.version.max sur 4. Comme les autres, elle est accessible via la page about:config.

La nouvelle version du protocole de sécurisation des connexions a été validée par l'Internet Engineering Task Force (IETF) fin mars. Elle signe la mort de certains algorithmes de calcul d'empreinte (hash), dont le vénérable MD5, et est censée raccourcir les temps de connexion en accélérant la négociation initiale des connexions chiffrées.

L'assistant de gestion des finances a annoncé l'acquisition de la société de paiement groupé, rencontrée au Village de l’innovation by CA à Paris. « Les deux Fintech ont identifié des complémentarités dans leur vision des nouveaux usages » précise le communiqué.

David Finel, co-fondateur de Sharepay est nommé directeur paiements de Linxo Group. De quoi permettre aux deux services de proposer une solution complète en France mais aussi en Europe, à l'image de ce qu'a récemment annoncé Lydia. Cette dernière a en effet décidé de miser sur une agrégation de comptes en complément de son offre de paiement.

Les deux français devraient donc se faire face de manière croissante dans les mois à venir… en attendant un nouveau rachat ?

Lancée en 2015, l'application permet de contrôler un ordinateur à partir d'un smartphone Android, à partir d'une zone tactile et d'un clavier virtuel.

Elle souffre de problèmes de sécurité assez importants pour qu'Intel décide de la retirer du Google Play Store et réclame sa suppression par les utilisateurs.

Elle est destinée à contrôler certains petits ordinateurs, à l'image des NUC ou des Compute Stick. Elle contient deux failles de haut niveau et une faille critique, ouvrant toutes trois à une élévation de privilèges sur le PC ciblé.

Selon la note d'Intel, cela passe par l'injection de frappes clavier non authentifiées par un attaquant à proximité. Si vous disposez de l'Intel Remote Keyboard, mieux vaut donc le supprimer et opter pour une alternative, comme Unified Remote.

Le 12 avril, la mairie de Paris annonce l'assignation en référé de la plateforme de location (PDF). La bataille entre la municipalité et le groupe américain passe donc un nouveau cap.

En février, la société avait pris des engagements en trompe-l'œil, pour éviter l'enregistrement de ses membres loueurs auprès de la mairie, en fixant une limite de 120 nuitées commercialisées par an. Pas de quoi satisfaire la collectivité. « En cinq ans, le parc locatif traditionnel de Paris a perdu au moins 20.000 logements, dont  la majorité a été transformée en location touristiques  meublées, louées à la nuit ou à la semaine durant toute l’année » écrit-elle dans son communiqué.

Selon Paris, contrairement à ce qu'impose la loi, seules 16,1 % des annonces font figurer un numéro d'enregistrement auprès de la mairie. Ce, alors qu'elle propose aux plateformes un moyen d'enregistrer leurs clients, depuis début décembre. Le service Windu est aussi assigné. La première audience est prévue pour le 12 juin. Airbnb n'a pas encore réagi.

Dans un communiqué, le groupe de Redmond annonce l'arrivée de la révision du protocole HTTP pour l'ensemble des utilisateurs de son offre App Service. Il s'agissait de la principale demande de ces clients, selon la société.

La principale promesse de HTTP/2 est la vitesse de connexion, en éliminant le besoin d'ouvrir une connexion pour chaque nouvelle requête.

La fonction est désactivée par défaut sur les comptes Azure, l'interface d'activation n'étant pas encore disponible. Dans son communiqué, Microsoft fournit la marche à suivre pour l'activer manuellement, à partir de l'explorateur de ressources.

Dans la série de procès opposant les deux géants, Qualcomm a réclamé une déposition du patron d'Apple devant la justice américaine. Il accuse la marque à la pomme d'avoir menti pour obtenir une enquête des autorités américaines. L'événement est prévu pour le 27 juin.

Qualcomm est sous le feu des autorités de plusieurs pays pour des pratiques anti-concurrentielles. Fin janvier, la Commission européenne a condamné Qualcomm a une amende de 997 millions d'euros, après qu'il a payé des milliards de dollars à Apple pour qu'il ne s'approvisionne que chez lui en puces LTE.

Le 1er avril, Cloudflare lançait son résolveur DNS 1.1.1.1 Deux semaines plus tard, le spécialiste de la livraison de contenus et de la protection DDoS annonce Spectrum.

Il s'agit d'une offre destinée à couvrir d'autres protocoles que le web, aujourd'hui utilisé pour les sites, ainsi que la plupart des applications et API. La société justifie cette extension par les besoins de ses clients, en premier lieu du monde financier, dont les données transitent par d'autres canaux.

« Spectrum permet aux clients de placer leurs serveurs e-mail, leurs serveurs de jeux ou objets connectés (IoT) derrière la protection anti-DDoS de Cloudflare, quel que soit le protocole utilisé » promet la société. L'un des principaux gains vantés est le chiffrement de protocoles historiques, qui n'ont pas été conçus pour le supporter.

Le chercheur Will Dormann a découvert une brèche dans le client e-mail il y a plus de 18 mois. Microsoft a fini par fournir un correctif lors du Patch Tuesday du 10 avril, mais il ne colmate qu'en partie la vulnérabilité.

Cette dernière réside dans la manière d'Outlook d'afficher du contenu OLE hébergé à distance dans un email au format RTF. Outlook initie alors une authentification via SMB, dans laquelle il lance le nom d'utilisateur et un hash NTLMv2. Adresse IP, nom de domaine et nom d'hôte sont également communiqués.

La faille, bien que non critique, était quand même classée importante, car elle pouvait être exploitée pour révéler le mot de passe de la session Windows. Le correctif de Microsoft bloque l'authentification SMB, mais le chercheur estime que tous les scénarios n'ont pas été passés en revue.

Il fournit dans son billet explicatif une série de mesures à prendre pour se protéger de toute attaque. L'installation du correctif (normalement automatique) est dans tous les cas recommandée.

Gravée en 10 nm, cette nouvelle famille de processeurs Xeon sera l'occasion pour le constructeur d'introduire un nouveau socket, encore plus gros (LGA 3647 actuellement).

Selon les dernières informations, issues de documents de partenaires d'Intel, ces CPU pourraient afficher un TDP allant jusqu'à 230 watts, huit canaux pour de la DDR4 étant inclus.

On sait pour le moment peu de choses sur cette nouvelle génération, Intel ayant prévu de tirer la corde du 14 nm au moins jusqu'à la fin de l'année.

Depuis quelques jours, les entreprises clientes de la G Suite peuvent enregistrer des macros directement depuis l'interface de Sheets. La fonction se trouve dans le menu Outils et permet d'enregistrer des suites d'actions. Ces dernières pourront ensuite être appliquées à d'autres lots de données, tableaux, imports, exports et ainsi de suite.

Dans son billet, Google explique que la série d'actions est convertie en Apps Script. Il peut être édité pour modifier par exemple une étape du processus. Il n'est donc pas besoin de tout recommencer. Ceux qui le souhaitent peuvent également écrire leurs propres scripts et les importer sous forme de macros.

S'il s'agit de la nouveauté la plus visible dans Sheets, elle n'est pas la seule. Google a ainsi ajouté l'impression des sauts de page, la taille personnalisée du papier d'impression, davantage d'options pour les groupes de lignes et colonnes, ou encore la possibilité (enfin) d'ajouter des signes check dans les cellules.

Une fonctionnalité réclamée depuis un moment par les utilisateurs. Mais ceux n'étant pas prêts à se plonger dans le programme Insider devront attendre, car elle n'existe pour l'instant que dans la build 17643, pour la future mise à jour de septembre (version 1809).

Les consoles Linux/WSL sont ainsi compatibles avec le copier-coller, dans les deux sens. Pour l'instant, Microsoft souhaite s'assurer que ce comportement ne casse rien. Il faut donc cocher une case dans les options de la console. Le raccourci est alors Ctrl+Maj+C/V.

Le réglage est commun à toutes les consoles, sauf dans le cas où elles ont été épinglées au menu Démarrer ou à la barre des tâches. Il devient alors possible de modifier les paramètres des raccourcis pour écraser le réglage par défaut.

La situation ne manque pas d'ironie, mais les employés de la firme sont avertis : il n'y aura aucune tolérance pour ceux qui enfreindront les règles et communiqueront ses secrets aux journalistes.

D'après la direction, 29 salariés ont ainsi perdu leur emploi l'année dernière. Et ce n'est pas tout : 12 ont été arrêtés par la police, avec à chaque fois d'éventuelles amendes et peines de prison.

Apple veut bien sûr propager un petit frisson de peur le long des colonnes vertébrales de ses employés et leur rappeler les risques. Il est évident que l'entreprise garde beaucoup moins bien ses secrets qu'autrefois. La plupart des nouveaux produits ont en effet été révélés avant leur présentation.

La firme donne même des exemples : iPad Pro, AirPods et l'iPhone X étaient largement connus avant leur officialisation. Apple argue d'une communication non maîtrisée nuisant à l'image de l'entreprise, puisque le public peut se faire une idée fausse sur la base de renseignements incomplets.

Prévue pour le 26 juin, cette version empêchera le chargement de fichiers via des balises HTML (comme img, script ou iframe) via le protocole FTP.

La raison invoquée est la sécurité défaillante du protocole, rapporte Bleeping Computer, puisqu'il permet de contourner des protections comme HSTS ou la Content Security Policy.

Un blocage similaire est déjà en place sur Chrome depuis septembre dernier. Le support du protocole FTP lui-même serait sur la sellette. Selon l'équipe de Chrome, il serait très peu utilisé et poserait un trop grand risque en matière de sécurité.

La nouvelle version ouvre la voie à l'utilisation du service de streaming musical sans création de compte. Il offre en outre trois mois d'abonnement, à l'offre classique (en MP3) ou à la version Hi-Fi (qualité CD).

Cette nouvelle mouture est proposée dans le Free Store. Attention, il faudra bien créer un nouveau compte pour utiliser les applications sur PC et mobile, comme l'ensemble des utilisateurs.