Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

C'est probablement l'annonce que les joueurs de Fallout rêvaient d'entendre, et que Bethesda a confirmée après son teasing de Fallout 76. Le titre prendra place en Virginie-Occidentale, 25 ans seulement après la guerre nucléaire. Il s'agira donc, en quelque sorte, d'un préquel.

Le jeu pourra se faire en solo ou multijoueur. Dans le second cas, les serveurs ne prendront chacun en charge que quelques dizaines de joueurs pour s'assurer que rencontrer un autre être humain n'est pas trop monnaie courante. Il sera possible d'avancer dans le titre en mode coopératif et de construire des communautés, à la manière de Fallout 4 mais sans limitations de terrain. Les joueurs pourront en effet placer leurs constructions où ils le veulent (du moins selon le studio).

Six régions sont prévues, chacun avec un environnement (biome) différent. Bethesda a indiqué que des éléments propres à la Virginie-Occidentale avaient été inclus, et que le bestiaire compterait (évidemment) des créatures jamais vues. Le moteur semble, lui, largement basé sur celui de Fallout 4. Beaucoup de détails manquent à l'appel. Des questions demeurent notamment sur les phases de combat, puisque Fallout se joue traditionnellement au tour par tour ou en mode SVAV, avec un temps ralenti pour enchaîner les actions.

Le titre est prévu actuellement pour le 14 novembre. Bethesda a confirmé qu'une phase bêta aurait lieu, ce qui n'a rien d'étonnant vu l'ampleur potentielle du jeu. Ne manque plus que la date du test car les conditions d'accès semblent simples : précommander le jeu. Ce sera possible sur le Microsoft Store dès le 15 juin, donc pour PC et Xbox One. On ne sait pas encore pour la PlayStation 4. L'édition Collector aura notamment un casque d'armure T-51 en taille réelle.

Notez enfin que Bethesda en a profité pour confirmer Starfield, première nouvelle licence depuis 25 ans. On ne sait pas vraiment de quoi il s'agira, sinon d'une aventure solo dans l'espace. Le studio a également confirmé travailler sur The Elder Scrolls 6, qui n'a encore pas de nom et sortira dans plusieurs années.

 Il y a un peu moins de deux mois, Free trouvait un accord avec TF1 pour le replay MYTF1, les chaines TF1+1, TMC+1 et des programmes événementiels en 4K UHD. La première annonce vient de tomber : « les 28 meilleurs matchs de la compétition »  seront disponibles en 4K UHD, sur la nouvelle chaine TF1 4K du canal 101.

Pour en profiter, il faut disposer d'un abonnement fibre (dommage pour les clients VDSL) et avoir un abonnement Freebox Mini 4K ou Freebox Révolution avec l'option multi-TV mini 4K. Le premier match sera diffusé dès le 14 juin avec l'Arabie Saoudite contre la Russie.

Free en profite pour annoncer trois Grands Prix de Formule 1 en 4K UHD : celui de France le 24 juin, de Belgique le 26 août 2018 et d’Italie le 2 septembre.

 

Elle est développée et gérée par l'agence spatiale japonaise (JAXA) et emmène avec elle l'atterrisseur Mascot, issu d'une collaboration franco-allemande. Elle a été lancée le 3 décembre 2014 et fait route vers son astéroïde.

La sonde est désormais à moins de 1 300 km de son objectif et, pour la première fois depuis deux ans, la JAXA a remis en marche son altimètre laser (LIDAR). Bonne nouvelle, « il fonctionne bien » affirme l'agence spatiale. Un nouvel ajustement de la trajectoire a été effectué et une première « photo » de Ryugu.

« Nous ne pouvons toujours pas voir la forme, mais l'astéroïde est maintenant très brillant » indique l'agence. Ce n'est en effet guère plus qu'un point pour le moment, mais les choses ne pourront que s'améliorer au fils des jours et des semaines.

Avec leur poids toujours plus important, il faut parfois attendre longtemps avant de commencer une partie. Microsoft s'est penchée sur le sujet et annonce sa fonctionnalité FastStart, qui arrivera avec la mise à jour de juin de la Xbox. Elle permettrait de lancer un jeu deux fois plus vite.

Dans la pratique, vous pourrez commencer une partie avant que l'intégralité des données n'ait été récupérée. Les fichiers nécessaires au démarrage sont téléchargés en premier, les suivants en arrière-plan pendant que vous jouez. Une solution adoptée par Blizzard depuis plusieurs années déjà.

Pour mettre au point ce service, Microsoft s'est appuyée sur ses équipes travaillant sur le machine learning. Pour en profiter, une connexion à 20 Mb/s minimum est nécessaire. Les premiers titres éligibles proviendront du Xbox Game Pass en anglais, avant de s'ouvrir aux autres langues et jeux. Une FAQ est disponible par ici.

Les deux protagonistes annoncent officiellement leur partenariat en précisant qu'ils « veulent imaginer de nouveaux modèles de distribution et expériences d'achat ». Carrefour précise fièrement être le premier distributeur français à s'associer au géant du Net.

Après avoir lancé Léa fin février, l'assistant numérique de Carrefour sur Google Assistant, l'enseigne passe la seconde : « D’ici début 2019, les utilisateurs français pourront effectuer leurs courses – dont les achats alimentaires  que ce soit via l’enceinte connectée Google Home, ou via l'Assistant Google depuis leur téléphone portable, ou enfin sur le Web via la nouvelle interface du site Google Shopping en France ». Il sera possible de se faire livrer ou de récupérer ses produits en magasin.

Carrefour et Google ne comptent pas en rester là. Les deux larrons vont également ouvrir un « lab d’innovation » à Paris regroupant les ingénieurs de Carrefour et des experts en IA de Google afin de créer de « nouvelles expériences » pour les clients.

Enfin, « la suite de solutions bureautiques et collaboratives G Suite (Gmail, Calendrier, Drive, Docs. etc.) sera déployée auprès de 160 000 collaborateurs de Carrefour » et l'intégration de la plateforme Cloud Platform de Google sera accélérée.

But de l'opération : « accéder à de nouveaux clients, plus jeunes » selon Marie Cheval, directrice de la transformation digitale du groupe, interrogée par Le Monde. Par contre, cela signifie laisser le géant du Net toucher aux informations des clients : « Google aura accès aux données, mais Carrefour en restera propriétaire, d’autant que nous n’allons pas sous-traiter le processus. Nous nous appuierons sur Google pour l’interface client, mais Carrefour réalisera tout le reste, de la logistique à la livraison » affirme Marie Cheval.

Rappelons que Monoprix avait récemment sauté le pas lui aussi, mais en s'associant à Amazon et son service de livraison Prime Now. Selon Sébastien Missoffe, directeur général de Google France, cette annonce n'est pas une réponse directe à Amazon car des discussions seraient en cours depuis un an.

Dans tous les cas, la bataille promet d'être acharnée entre Amazon et Google qui font le tour des distributeurs pour trouver de nouveaux partenaires. La société de Jeff Bezos est par contre souvent perçue comme un concurrent, étant elle-même distributeur.

La plateforme de streaming vient de mettre à jour les débits moyens constatés chez les clients des différents FAI aux heures de grandes écoutes.

Depuis le début de l'année, Free remonte tous les mois pour arriver à 2,78 Mb/s en mai. Il reste néanmoins dernier, derrière SFR en xDSL à 3,02 Mb/s. Orange et Bouygues Telecom sont au coude à coude avec 3,29 et 3,43 Mb/s. SFR en fibre et câble est toujours en tête avec 3,84 Mb/s.

Free reste dans tous les cas loin de son plus haut historique à 3,28 Mb/s en mai 2015.

Via un communiqué, Coinrail confirme avoir été victime d'une cyberattaque, avec un vol de 30 % de l'ensemble des crypto-monnaies qu'elle détenait. Le montant du butin n'est par contre pas précisé.

Coinrail explique collaborer avec les autorités et d'autres plateformes afin de tenter de retrouver les pirates et les fonds dérobés.

Hasard ou non du calendrier, le cours du bitcoin est passé de près de 6 500 à 5 600 euros environ au cours du week-end.

La dernière grosse opération de Microsoft n'en finit plus de provoquer des réactions. Dernière importante en date, celle de Jim Zemlin, directeur de la Linux Foundation. Selon lui, l'annonce est « une bonne nouvelle pour le monde de l'open source », avant d'ajouter : « nous devrions célébrer l'opération judicieuse de Microsoft ».

Il est revenu sur l'évolution des relations au cours des 15 dernières années, du temps où Ballmer parlait de Linux comme d'un « cancer » à aujourd'hui. Il ne nie pas sa propre responsabilité dans les charges contre Microsoft. « Mais les temps ont changé et il est temps de reconnaître que nous avons tous grandi - l'industrie, la communauté open source, même moi ».

Cependant, passé les effets d'annonces et les réactions à chaud, Microsoft devra effectivement prouver que le rachat de GitHub n'avait aucune raison de faire peur.

Le service devra notamment garder ses grandes lignes directrices, sans trop chercher à privilégier les propres projets de Redmond, dont deux des plus importants : TypeScript et Visual Studio Code. L'éditeur a déjà confirmé qu'Atom continuera d'être développé.

L'annonce avait déjà été faite par le géant du Net au début de l'année. Après ses ateliers itinérants, il s'agit du premier lieu pérenne dédié à la formation et à la culture numérique. Y seront proposées des formations et conférences gratuites. Google veut en faire « un lieu où l’on vient pour apprendre, pour discuter, pour trouver des solutions, pour co-créer ».

Six personnes ont été embauchées à Rennes, tandis que six autres seront mobiles en Bretagne. Elles auront « un camp de base » à Lannion. Il ouvrira prochainement, avec un accueil du public qui devrait se faire une fois par semaine.

Ces ateliers numériques poussés par Google ne sont pas du goût de tout le monde, dont la Quadrature du Net qui a décidé de faire entendre sa position, notamment sur les réseaux sociaux.

L'annonce a été faite par Euronext en fin de semaine dernière, avec une prise d'effet au 18 juin.

Tout d'abord, Hermès entre au CAC 40 à la place de Lafarge. Ensuite, dans le CAC Next 20, souvent qualifié d'antichambre du CAC 40, Ubisoft fait son entrée, au détriment d'Iliad (l'opérateur passe donc dans le CAC Mid 60).

Pour rappel, au premier trimestre, la société de Xavier Niel perdait 19 000 clients sur le fixe et dévissait en bourse. L'action passait en effet de 165 euros à moins de 138. Elle est désormais un peu en dessous de 150 euros. De son côté, Ubisoft grimpe depuis plusieurs mois pour atteindre une centaine d'euros.

C'est en tout cas l'affirmation faite par Elon Musk sur Twitter. Le PDG ne donne aucun détail supplémentaire sur les services qui seront proposés.

« À ce jour, les ressources pour l'Autopilot se sont concentrées sur la sécurité, à juste titre » ajout-il. Malgré tout, la société est sous le coup de plusieurs enquêtes des régulateurs américains suite à des accidents impliquant ses voitures avec le Pilotage automatique activé.

Le réseau social tient à devenir un maillon essentiel de la chaîne de l'emploi, en entraînant d'une part les entrepreneurs, et en facilitant (évidemment) la prise de contact.

Facebook cite une étude récente de Korn Ferry selon laquelle le manque de main d'oeuvre qualifiée provoquerait de 85,3 millions de postes vacants d'ici à 2030. La solution ? Apprendre aux entreprises à reconnaître la valeur potentielle et établir les contacts.

Facebook veut surtout intervenir sur les compétences numériques : développement, marketing et autres. Le programme Facebook Community Boost sera donc étendu à 50 villes d'ici la fin de l'année, et le nombre de partenariats va augmenter, notamment avec des lycées pour assurer les formations.

L'entreprise donne en exemple le cas du Michigan, où elle compte former 3 000 personnes sur des compétences numériques au cours des deux prochaines années. 16 organisations ont déjà été formées, via un partenariat avec Grand Circus

Facebook ne parle pour l'instant que des États-Unis. Rien n'a encore été dit sur d'éventuelles formations dans le reste du monde.

Disponible officiellement en France depuis moins de trois semaines, le fabricant chinois affirme qu'il a l'intention de continuer son expansion en Europe, tout en préparant son entrée en bourse.

Après une année dans le rouge avec une perte nette de 5,7 milliards d'euros, le groupe continue sur sa lancée avec 0,93 milliard d'euros sur les trois premiers mois de l'année. Les revenus sont de 4,6 milliards d'euros sur le premier trimestre, contre 15,2 milliards sur l'année 2017 au complet.

Alors que les premières estimations tablaient sur une valorisation aux alentours des 100 milliards de dollars, des banquiers interrogés par le Financial Times estiment qu'elle serait plutôt entre 60 et 70 milliards de dollars.

Le fabricant tiendra une conférence de presse le 19 juin à Paris pour dévoiler son prochain mobile haut de gamme.

En attendant, il publie des teasers sur les réseaux sociaux, notamment le Chinois Weibo. Selon plusieurs de nos confrères (PocketNow par exemple), il confirmerait ainsi la présence de la technologie Super VOOC présenté au MWC 2016. À l'époque, il était question de charger entièrement une batterie de 2 500 mAh en 15 minutes.

On y trouverait aussi un zoom 5x grâce à l'utilisation de deux capteurs à l'arrière, dont un téléobjectif. Pour réussir à le rentrer dans l'épaisseur d'un smartphone, il l'a couché dans le sens de la largeur avec un prisme afin de récupérer l'image.

Nous avions rapidement pu prendre en main un prototype de smartphone au MWC 2017 et le résultat était bon à l'époque. On attend maintenant de voir si l'essai sera transformé.

Le Sunway TaihuLight chinois et ses 120 pétaflops (selon le dernier classement de Top 500) sont détrônés. Summit est installé au laboratoire national d'Oak Ridge, qui dépend du département de l'énergie américain. Il est composé de 4 608 serveurs, chacun équipé de deux processeurs IBM Power9 avec 22 cœurs et de six GPU NVIDIA Tesla V100.

Sans entrer dans tous les détails, on retrouve des interconnexions Mellanox EDR 100Gb/s InfiniBand et 10 Po de mémoire. L'équipe en charge du projet a utilisé Summit avec un algorithme de Combinatorial Metrics (CoMet) pour tester ses performances.

Le résultat a été obtenu 25 fois plus rapidement que sur le précédent supercalculateur Titan du département de l'énergie, notamment grâce aux 27 648 GPU Volta. Pour le secrétaire à l'énergie Rick Perry, Summit aura « des répercussions profondes sur la recherche énergétique, les découvertes scientifiques, la compétitivité économique et la sécurité nationale ».

Nous attendons maintenant une éventuelle riposte de la Chine, pourquoi pas à l'occasion de la conférence mondiale sur le calcul intensif (ISC) qui se déroulera du 24 au 28 juin.

L'équipe Eclypsium détaille leurs découvertes dans ce billet de blog. Les anciens comme les nouveaux modèles sont concernés.

Pour être exploitées, les brèches nécessitent la présence de code malveillant sur le serveur. Une fois en place, le malware peut s'installer dans le firmware et laisser un accès à distances aux pirates.

L'équipe de chercheurs affirme avoir contacté Supermicro en janvier afin de leur signaler les failles. Le fabricant leur indique avoir mis à jour l'actuelle génération de produits et qu'il la proposera à terme sur l'ensemble des machines impactées.

Sérieux souci pour le dernier fleuron de OnePlus, même avec toutes les protections activées par défaut, dont le blocage du bootloader.

La brèche ne peut être exploitée que par un pirate ayant un accès physique à l'appareil ainsi qu'une connexion de données à un PC. Pour peu que l'image envoyée dans le OnePlus 6 ait été modifiée via ADB (Android Debug Bridge), le pirate peut obtenir un contrôle total.

La faille a été découverte par Jason Donenfeld, président d'Edge Security, et rapportée dans la foulée à OnePlus. Le constructeur a réagi pour indiquer qu'elle prenait (évidemment) la sécurité très au sérieux et qu'une mise à jour serait prochainement déployée pour corriger le tir.

Le fabricant profite de l'E3 pour présenter ses portables Legion Yx30, les ordinateurs de bureau au format tour Tx30 et les PC cubiques Cx30. Suivant une des tendances du Computex, des LED RGB sont présentes sur certains modèles.

C'est notamment le cas du Legion Y730 avec clavier rétroéclairé et des LED au niveau des aérations, l'ensemble étant pilotable via le logiciel iCUE de Corsair. Les Y730 et Y530 disposent d'une GeForce GTX 1050 Ti (pas de certification Max-Q), d'un processeur de 8ème génération et d'un écran à 144 Hz en option.

Comptez 1 249,99 dollars minimum pour le Y730 en version de 17 pouces et 1 179,99 dollars en 15,6 pouces, disponible à partir de septembre. Le Y530 sera vendu à partir de 929,99 dollars dès ce mois de juin. Une vidéo de présentation est disponible par ici.

Les Legion T730 et T530 sont au format tour (28 litres), avec là encore des couleurs. Le T730 dispose en plus d'une paroi transparente et d'un système RGB à l'intérieur. GTX 1060 et CPU Intel de 8ème génération sont au programme. Les deux ordinateurs seront disponibles en août, à partir de 829,99 dollars pour le T530 et de 929,99 dollars pour le T730.

Enfin, les Legion C730 et C530 sont des ordinateurs dans un boîtier cubique de 19 litres, avec un panneau supérieur transparent sur le C730. La configuration CPU/GPU reste la même que sur les Tx30. Il en est de même pour les prix et la disponibilité.

L'organisation regroupe des acteurs de poids tels que Apple, Facebook, Google, Intel, MediaTek, Qualcomm, etc. Elle publie une lettre ouverte dans laquelle elle exhorte le régulateur (la FCC) à bien réfléchir avant d'ouvrir la bande des 6 GHz pour la 5G.

Elle est déjà largement utilisée en effet par de nombreux services, y compris pour des urgences. La charger davantage avec la 5G pourrait conduire à des problèmes de disponibilité.

« Les consommateurs peuvent vouloir regarder des films et jouer à des jeux sur leurs mobiles, mais ils veulent aussi que leur électricité reste allumée, que l'eau coule chez eux, que la police, les pompiers et les urgences puissent assurer leur sécurité, que les trains soient à l'heure », explique le président de l'EWA Mark Crosby.

Oui, vous avez bien lu, le patron des deux sociétés veut ajouter dix petits moteurs SpaceX aux voitures de Tesla, c'est du moins ce qu'il indique dans l'un de ses derniers tweets.

Il détaille le principe de fonctionnement : « ces moteurs de fusée améliorent considérablement l'accélération, la vitesse maximale, le freinage et les virages. Peut-être qu'ils vont même permettre à une Tesla de voler ». De quoi assurer le buzz, à moins qu'il s'agisse d'un canular.

Elon Musk prend même le temps de répondre à quelques questions sur le sujet, afin d'apporter des précisions sur le contenu des réservoirs et la manière dont ils seront rechargés.

Le dirigeant n'est plus à une excentricité près. Il a pour rappel envoyé son roadster Tesla dans l'espace (à bord d'une fusée Falcon Heavy), proposé à la vente des lance-flammes, lancé un financement pour The Boring Company en vendant des casquettes, etc.

Bref, une nouvelle annonce reprise en boucle, dont on attend maintenant de voir quelle forme elle va prendre… si elle voit le jour.

 

À la mi-décembre, le régulateur des télécoms, la FCC, signait la fin des règles sur l'Internet ouvert adoptées en 2015. Inscrites par les démocrates, elle sont rapidement devenues la mesure à abattre pour les républicains et l'industrie des télécoms. Depuis hier, 11 juin, la neutralité n'est plus qu'un souvenir au niveau fédéral.

Dans un communiqué, le président de la commission, Ajit Pai, assure qu'il sera ferme sur la concurrence, avec une obligation de transparence forte. Il compte aussi sur la commission du commerce (FTC), qui fait office d'autorité de la concurrence, pour reprendre en mains la responsabilité que la FCC s'était arrogée en 2015… avec l'assentiment de ladite FTC.

Les organisations réunies sous la bannière Battle For The Net (ACLU, EFF, Mozilla…) continuent de haranguer les internautes, en déclarant que le combat ne fait que commencer. Des États américains préparent des législations locales réentérinant le principe de non-discrimination des contenus. Au Congrès, une proposition de loi des sénateurs nécessite encore l'aval de la Chambre des représentants pour restaurer la neutralité, en l'imposant à la FCC.

Le rachat de GitHub (7,5 milliards de dollars) a provoqué bien des peurs, dont celle d'un abandon de l'éditeur Atom, apprécié de nombreux développeurs.

Une peur tout à fait légitime, puisque Visual Studio Code est un concurrent direct. Les deux sont gratuits, open source, multiplateformes, se servent d'Electron et ont une bonne liste de fonctionnalités communes.

Nat Friedman, cofondateur de Xamarin et nouveau PDG de GitHub, s'est montré rassurant : Atom et Visual Studio Code continueront tous les deux d'exister et évoluer. Il n'est pas impossible qu'un certain rapprochement ait lieu, notamment au travers de fonctions d'éditions collaboratives en temps réel.

Friedman a globalement passé les derniers jours à rassurer les développeurs, notamment en affirmant que rien ne changera dans le quotidien de GitHub.

Il y a fort à parier que Microsoft se doutait des réactions au rachat. L'entreprise sait probablement qu'elle ne doit toucher à rien (ou presque) sous peine de provoquer une vaste hémorragie de développeurs, GitLab se montrant très proactif actuellement avec des offres agressives.

Les évènements remontent à la fin 2016, quand John Kelly, alors secrétaire de l'Intérieur, utilisait depuis des mois un smartphone manifestement compromis.

L'information avait d'abord été diffusée par Politico. Buzzfeed, via une demande FOIA (Freedom of Information Act), a obtenu un email dans lequel Kelly confirme qu'un de ses comptes était piraté. Il précisait alors parler uniquement au téléphone ou face à face.

Difficile cependant de savoir si ledit compte a été utilisé pour mener des affaires sensibles à la Maison Blanche. Toujours selon Politico, la NSA aurait fait des demandes appuyées au gouvernement pour que ses membres n'utilisent plus de smartphones personnels.

Le réseau social en est sûr : se replonger dans les vieux évènements marquants fait du bien au moral.

La nouvelle page rassemble donc la section « Ce jour-là », les nouveaux amis sur une date particulière, les récapitulatifs mensuels ou saisonniers des souvenirs, ou encore les souvenirs qui auraient pu être manqués.

La lien d'accès direct est facebook.com/memories, le temps que la colonne de gauche soit mise à jour sur tous les profils pour refléter le changement.

Facebook affirme être conscient du caractère très personnel de ces évènements, qui ne sont d'ailleurs pas tous joyeux. Le réseau dit tendre l'oreille vers les éventuelles critiques, afin notamment que les utilisateurs puissent contrôler ces informations comme ils l'entendent.

 

Exercice à la fois utile et incomplet, tant certaines opérations sont tenues secrètes. Les graphiques obtenus permettent toutefois de se faire une bonne idée et rappellent les entités absorbées.

Chez Apple par exemple, la plus grosse opération est le rachat de Beats pour 3 milliards de dollars. Viennent ensuite ceux de HotStop.com à 1 milliard de dollars, puis Shazam et NeXT, à égalité avec 400 millions. La liste continue.

Parmi les opérations les plus dispendieuses, citons le rachat de Whole Foods par Amazon pour 13,7 milliards de dollars, Motorola Mobility par Google pour 12,5 milliards, LinkedIn par Microsoft pour 26,2 milliards, et WhatsApp par Facebook pour 19 milliards.

Microsoft est de loin l'entreprise ayant fait les plus gros rachats. Le dernier en date, GitHub, est d'un montant de 7,5 milliards de dollars, mais on se rappelle ceux de Skype (8,5 milliards), la branche mobile de Nokia (7,2 milliards), aQuantive (6,4 milliards) ou encore Mojang (2,5 milliards).

Le Sénat américain a publié deux épaisses lettres du groupe, reprenant les interrogations des parlementaires lors des auditions de Mark Zuckerberg en avril (dont il était sorti sans égratignure).

Les réponses, minimisant les failles possibles dans la défense légale de l'entreprise, pourraient apporter quelques surprises. Comme le note The Verge, Facebook nie toujours constituer des profils fantômes des internautes non-inscrits, mais recense l'affichage de publicités non ciblées les invitant à s'inscrire.

Pour ses membres, Facebook retient notamment certains éléments du comportement, comme la focalisation sur la fenêtre (en avant ou en arrière-plan) ou les mouvements de la souris, officiellement pour repérer les robots. Nous aurons sûrement l'occasion de revenir plus en détails sur ces réponses.

Pour rappel, Facebook est au centre des critiques depuis la mi-mars, quand The Guardian et le New York Times ont révélé les agissements de Cambridge Analytica, une société de ciblage électoral. Via une application-quiz, elle a récupéré des données de dizaines de millions de membres (jusqu'à 87 millions), avec l'accord explicite de 270 000 d'entre eux d'aspirer des informations de leurs amis. La société, officiellement en banqueroute, tenterait de revenir sous un autre nom.

L'opérateur d'infrastructures, spécialisé dans les réseaux d'initiative publique (RIP) en très haut débit, annonce le rachat de Fibréa, un opérateur en Auvergne-Rhône-Alpes. Il couvre en très haut débit certaines zones de la région, il est né en 2012 de la Soréa, le responsable de la distribution publique d’électricité en Maurienne.

Aucun détail financier n'est fourni, Covage se contentant de déclarer que l'opération est soumise à l'approbation du ministère de l'Économie.

Une version spécifique du service est en préparation chez Valve, en partenariat avec Perfect World.

Le service portera pour l'occasion un nom « spécial » : Steam China. Steam est en fait déjà disponible dans le pays, mais sa partie communauté n'y est plus accessible depuis l'année dernière.

Pour Valve, ce sera l'occasion de se relancer, face à une compétition rude, notamment en provenance de Tencent, très actif dans ce domaine.

Pour l'instant, aucune date n'a été annoncée.

L'équipementier télécoms chinois, en pleine tourmente, a cédé face aux États-Unis sur de nombreux points pour reprendre le commerce avec les sociétés américains, et sauver son activité.

L'accord préliminaire inclut une amende d'un milliard de dollars et la mise sous séquestre de 400 millions de dollars. L'équipe dirigeante et le conseil d'administration doivent, eux, être renouvelés sous 30 jours. En échange, les États-Unis lèvent l'interdiction de commerce pour dix ans.

ZTE a brisé un embargo américain en vendant du matériel en Iran. La société est accusée d'avoir menti aux États-Unis, avant qu'elle ne licencie certains responsables. La pression exercée a été très forte, ZTE dépendant d'acteurs américains pour une large part de son approvisionnement en puces. L'affaire est, bien entendu, aussi politique, dans le bras de fer commercial entre les deux pays.