Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Les organisations syndicales CGT et la CFDT SFR montent au créneau. Le premier grief concerne les conditions de travail dans le réseau de boutiques (SFR Distribution) : « Notre quotidien est fait d'insultes, d'incivilités, de coups parfois, de braquages à l'arme blanche mais aussi à l'arme à feu » s'alarme la CGT. « La direction nous a présenté des plans d'action [...] qu'elle n'a même pas tenus ni mis en place » s'agacent les représentants du personnel. Pour rappel, un appel à la grève avait été lancé en avril 2017.

Autre motif d'insatisfaction pour la CGT : « les licenciements abusifs et le management par la terreur ». Deux cas sont mis en avant par les organisations syndicales, qui ont lancé une pétition sur Change.org (740 signatures actuellement) :

« Le 15 mai 2018, la sœur de notre actionnaire travaillant sur un point de vente parisien, et ses amis, se présentent sur le magasin de Montesson (78). Cette dernière somme un vendeur de lui photocopier son avis d’imposition, il s’exécute... elle lui ordonne ensuite de faire des photocopies pour ses amis, le collaborateur refuse, elle le menace de lui faire perdre son emploi sous prétexte qu’elle est "la sœur du patron" ». Le vendeur est ensuite convoqué en entretien préalable à licenciement

Deuxième cas, toujours selon les représentants du personnel : « Le 07 juin 2018, un responsable point de vente du Forum des Halles (75) a été convoqué en entretien préalable à licenciement. Lors de cet entretien, la directrice des ressources humaines a évoqué des motifs futiles à l’encontre du responsable comme "vous auriez arrangé les horaires de vos vendeurs en temps de grève" ».

Interrogés par Libération, plusieurs représentants des syndicats évoquent « un climat de peur », la « goutte d’eau qui fait déborder le vase », « un ensemble de pratiques managériales qui se révèlent au grand jour avec cette affaire », etc.

De son côté, SFR se contente d'indiquer à nos confrères qu'il s'agit de « comportements non compatibles avec les valeurs de l’entreprise ». « Nous avons eu une réunion avec la direction la semaine dernière, notamment le directeur grand public, Grégory Rabuel. Ils disent qu’ils assument ces décisions. Je ne crois pas qu’ils feront machine arrière » affirme le représentant syndical Unsa.

Les organisations demandent la réintégration des deux employés. Un rassemblement était organisé hier au Campus de SFR. Les deux licenciés ont droit au chômage et n'ont eu aucune indemnité de SFR. Il envisagent de contre-attaquer aux prud'hommes.

La nouvelle version du système d'exploitation de l'Apple TV est actuellement en phase de test. Elle signera la fin d'une limitation : celle des 25 images par seconde pour les flux 4K.

Ainsi, l'équipe de myCanal indique qu'une version bêta est en préparation afin de proposer un flux à 50 images par seconde et tester ce mode de diffusion, surtout pour le sport. Pour participer au test, il faut envoyer un email à l’adresse supportmobile@canal-plus.com avec pour objet « Bêta tvOS 12 Apple TV 4K » (uniquement si vous testez tvOS 12).

En attendant que cette fonctionnalité soit mise en place (ce qui doit arriver « le plus vite possible » pour au moins deux chaînes), un flux 1080p à 50 i/s va être proposé, avec le débit maximal supporté par l'Apple TV selon l'équipe : 13 Mb/s.

Deux fonds ont mis la main au porte-monnaie (Atomico et Korelya Capital) pour pousser la société fondée par Stanislas Dewavrin et Martial Valery, deux anciens de Gameloft.

« Notre ambition est de créer des jeux comme Candy Crush ou Clash of Clans qui impriment leur marque sur la société » affirme Martial Valery à l'AFP. Les 21 millions de dollars serviront à doubler les effectifs (20 à 40 personnes) et assurer la publicité autour du lancement de son prochain jeu Frag.

Toujours selon l'AFP, Oh BiBi serait rentable. Si ces jeux sont gratuits, de nombreux achats in-app sont proposés et de la publicité est affichée.

Promulguée hier par Emmanuel Macron, la loi relative aux défibrillateurs cardiaques a été publiée ce matin au Journal officiel. Le texte prévoit notamment la mise en œuvre d’une « base de données nationale relative aux lieux d'implantation et à l'accessibilité des défibrillateurs automatisés externes ».

Ces informations devront être fournies par les « exploitants » de tels appareils « à un organisme désigné par décret ». Un arrêté du ministre de la santé est néanmoins attendu pour préciser les modalités de mise en œuvre de cette base, qui pourrait bien être proposée en Open Data afin qu’il soit aisément possible de géolocaliser un défibrillateur sur le territoire national.

Après le scandale du quiz de Cambridge Analytica, qui a aspiré des données de dizaines de millions de membres en 2014, les problèmes ne sont pas terminés pour Facebook. Le tour de vis donné en début d'année n'empêche pas les mauvaises pratiques techniques.

Le chercheur en sécurité Inti De Ceukelaire révèle une vulnérabilité dans un quiz de Nametests.com, qui revendique 120 millions d'utilisateurs mensuels.

Via ses quiz, NameTests envoyait des données des internautes sur son site. Une pratique habituellement interdite par les navigateurs, sauf dans le cas de scripts JavaScript. Or, si l'entreprise peut transmettre ces données de Facebook vers son site tiers, d'autres sites pourrait les aspirer de la même manière.

Le chercheur a vérifié son hypothèse en créant un site demandant des informations à NameTests sur le visiteur. Ces données étaient bien transmises, y compris un jeton d'accès pouvant ouvrir la voie aux publications, photos et amis de l'utilisateur sur deux mois. Une démonstration en vidéo est proposée.

Inti De Ceukelaire n'a pas trouvé ce problème par hasard. Attiré par le nouveau programme de recherche de bug (bug bounty) de Facebook, il a simplement passé au crible les applications de ses amis. Il a reçu 8 000 dollars en récompense, deux mois après l'avertissement initial.

Ce mini-ordinateur avait été présenté en mars. Il est désormais disponible en précommande pour 299 euros (Celeron J3455, 4 Go mémoire vive et 64 Go stockage) ou 349 en version Pro avec respectivement 8 et 120 Go. Les machines seront vendues par Amazon dans les prochaines semaines.

La disponibilité arrivera dans la foulée de la mise en ligne de Mint 19, qui devrait arriver avant la semaine prochaine (la bêta est en ligne depuis le début du mois). Les premières expéditions devraient débuter le 15 juillet selon la page produit.

Ce dernier est un groupe français créé par Maurice Grunberg en 1977. La Grande Récré est certainement sa marque la plus connue, avec Loisirs et Création pour ne citer qu'elles.

Le groupe a été placé en redressement judiciaire en mars de cette année suite à des difficultés commerciales et financières. Un porte-parole de Fnac Darty confirme avoir déposé une offre de rachat le 15 juin. Elle « comporte la reprise de la quasi-totalité des magasins et des salariés de la Grande Récré », mais pas son passif. Les détails ne sont pas encore connus.

Face à Fnac Darty, une autre offre est en piste, déposée cette fois-ci par… Jean-Michel Grunberg, le PDG de Ludendo. Les conditions ne sont par contre pas du tout les mêmes : « On divise par deux la taille du groupe et on se recentre sur la France » selon le dirigeant.

Le tribunal de commerce devrait trancher durant la seconde moitié de juillet.

Truly Ergonomic lance une campagne de financement participatif pour son clavier misant sur l'ergonomie. L'agencement des touches a été spécialement étudié : une barre d'espace coupée en deux, avec des Ctrl et Alt de chaque côté, la touche Windows décalée, des touches directionnelles avec Diamond Arrangement, des touches dédiées pour copier, couper et coller, etc.

Le clavier utilise des switchs mécaniques infrarouges, mais il ne s'agit pas des nouveaux Razer, de trois types : Tactile Clicky, Tactile Slient et Linear Slient. « Tous nos commutateurs sont bien meilleurs que les switchs mécaniques Cherry MX » affirme Truly, sans donner plus de détail.

Les commutateurs peuvent facilement être enlevés et remplacés. Les touches disposent d'un rétroéclairage blanc avec une luminosité ajustable et sont placées sur un châssis en aluminium étanche. Le câble USB peut sortir sur l'arrière (comme c'est généralement le cas), ou sur un des deux côtés, à vous de choisir.

Comptez tout de même  200 dollars pour le clavier, sans pavé numérique, ce qui pourrait en refroidir certains. À l'occasion de la campagne Indiegogo les backers peuvent l'acheter à partir de 99 dollars. L'initiative reste dans tous les cas intéressante dans un monde où les seules innovations sont trop souvent liées à la présence et au contrôle des LED RGB.

Tous les voyants sont au vert pour la licorne valorisée plus de 30 milliards de dollars, après avoir levé un milliard en mars 2017.

Dans un message adressé aux employés et récupéré par Bloomberg, le patron d'Airbnb, Brian Chesk, affirme « viser une introduction en bourse avant la fin de l'année 2020 ». Cette annonce serait un moyen pour l'entreprise de tempérer les ardeurs de certains salariés souhaitant vendre leurs actions.

L'année dernière, le géant de la vente en ligne se payait la chaîne de magasins Whole Food pour 13,7 milliards de dollars. Désormais, le groupe se tourne vers le secteur de la santé et rachète PillPack. Cette jeune pousse envoie les médicaments par courrier, dans des emballages pré-triés pour faciliter la vie de ses clients.

Le montant de la transaction n'est pas précisé, mais selon des sources citées par CNBC il serait question d'un milliard de dollars environ. Nos confrères précisent que Walmart aurait aussi proposé une offre de rachat, mais inférieure à celle d'Amazon. Cette opération doit encore être validée par les autorités compétentes, avec une finalisation prévue pour le second semestre de l'année.

Cette annonce et l'arrivée d'Amazon sur ce marché ont rapidement entraîné une baisse du cours des actions de ses principaux concurrents. CVS, Walgreen Boots Alliance et Rite Aid ont ainsi perdu près de 10 % lors de l'ouverture.

Ce dernier est le nom que donne Opera depuis longtemps à sa page Nouvel onglet. On y trouve des sites épinglés et recommandés, ainsi que l'accès à divers paramètres.

Dans sa version 54, le navigateur y ajoute les actualités, déjà présentes dans une section dédiée, accessible habituellement depuis la barre latérale noire. L'ajout au Speed Dial est probablement une réponse à Edge, qui affiche depuis longtemps les actualités dans cette zone.

Dans le menu, une nouvelle section « Mise à jour et récupération » centralise l'application des nouvelles versions et la réinitialisation du navigateur en cas de problème. Un peu à la manière de Windows 10, cette opération demande si les données personnelles doivent être sauvegardées ou si le logiciel doit revenir à son état d'origine.

Pete Lau, PDG du fabricant de smartphones annonçait au MWC de Shanghai qu'il proposerait un smartphone 5G dès 2019, comme le rapporte PCMag.

Il met en avant sa relation avec Qualcomm pour affirmer qu'il sera l'un des premiers fabricants à sauter le pas. Le lancement serait synchronisé avec la disponibilité de la 5G aux États-Unis, mais encore faut-il savoir exactement ce que cachera alors la « 5G ». Les opérateurs américains ayant déjà utilisé des dénominations parfois trompeuses sur les réseaux mobiles. Pour rappel, en France, les réseaux commerciaux 5G sont attendus pour 2020.

OnePlus en profite pour dévoiler son calendrier de maintenance pour Android : deux ans pour les nouvelles versions d'Android et un an de plus pour les mises à jour de sécurité uniquement, avec un cycle bimensuel dans les deux cas.

Les OnePlus 3 et 3T auront ainsi droit à des mises à jour d'Android jusqu'en novembre 2018, avec douze mois supplémentaires pour les patchs de sécurité.

L'investissement doit permettre à la firme de pousser ses services (recherche, Maps, YouTube…) dans le système, bâti sur les ruines du projet Firefox OS, abandonné par Mozilla.

Selon les dernières estimations, les feature phones se sont vendus à environ un demi-milliard d'unités en 2017. Google dispose déjà d'un accord avec Nokia pour ses propres modèles KaiOS, mais le nouvel investissement élargirait la présence de Google à tous les nouveaux modèles.

Si l'on en croit le communiqué de KaiOStech, l'accord sera très profitable. Google prévoyant de fournir son Assistant, les débouchés seraient conséquents. Pour KaiOS, c'est également un argument pour que les utilisateurs ne basculent pas sur smartphone.

Facebook a dédié une nouvelle conférence de presse à ses efforts, vantant tous les avantages de sa politique du nom réel et de la transparence. Après les tentatives de manipulation d'élections, il continue de multiplier les annonces en grande pompe.

Cette fois, le réseau permet aux membres de voir toutes les publicités en cours de diffusion par n'importe quelle Page, y compris celles ciblant d'autres personnes, sur Facebook (Messenger), Instagram ou chez des partenaires.

Quelques informations sont ajoutées, comme la date de création des Pages et leurs anciens noms. Une mesure de transparence qui pourrait gêner bien plus que les manipulateurs, les rachats et renommages de pages virales étant monnaie courante.

En parallèle, Twitter ouvre son centre de transparence des publicités. Il sera ouvert à l'ensemble des internautes et permettra de voir les publicités diffusées par un compte sur les sept derniers jours.

Après avoir joué la carte de l'ouverture au Computex en proposant ses switchs à des tiers (lire notre analyse), le fabricant dévoile aujourd'hui de nouveaux commutateurs « opto-mécaniques ».

Ils exploitent donc une technologie optique (un faisceau infrarouge) pour détecter la pression d'une touche. Selon le fabricant, ils sont ainsi 30 % plus rapides que les switchs mécaniques traditionnels, avec une sensation tactile identique aux Razer Green. La durée de vie d'un switch opto-mécanique est de 100 millions de frappes selon le constructeur.

Deux claviers sont annoncés, avec des touches RGB (programmables via Razer Chroma) : les Huntsman et Huntsman Elite. Le second reprend les caractéristiques du premier, avec des touches multimédia programmables en plus.

Le Huntsman Elite est le premier clavier Razer exploitant les technologies Hybrid Onboard et Cloud Storage permettant d'enregistrer vos paramètres de profil sur le clavier et en ligne. Les Huntsman sont d'ores et déjà disponibles en stock : 149,99 dollars pour la version classique, 199,99 dollars pour l'Elite.

La nouvelle mise à jour est là pour l'entretien du système. Il y a donc peu de nouveautés.

Les nouveaux paquets sont nombreux : OpenSSH 7.5p1, OpenSSL 1.0.2o, clang, llvm, lldb et compiler-rt en versions 6.0, libarchive(3) 3.3.2, libxo(3) 0.9.0, KDE 4.14.3 ou encore GNOME 3.18.0.

On note toutefois quelques nouveaux outils, dont dwatch(1), efibootmgr(8) et etdump(1). Comme toujours, la nouvelle mouture du système contient tous les correctifs de sécurité sorties depuis la dernière mise à jour d'entretien.

Les utilisateurs peuvent la télécharger depuis le gestionnaire intégré. Ceux qui souhaitent récupérer l'image ISO pourront le faire depuis le site officiel.

Les architectures supportées sont toujours les mêmes : amd64, i386, powerpc, powerpc64, sparc64, armv6 et aarch64.

Nouvelle version majeure pour le langage de script. La liste des nouveautés est touffue, la Python Software Foundation annonçant également une hausse des performances dans de nombreux domaines.

La version 3.7 inclut ainsi une nouvelle API C pour le stockage local des threads. Cette interface autorise un stockage local de données pour chaque thread, plutôt que d'avoir des données partagées entre tous les threads.

Parmi les autres nouveautés, signalons l'évaluation différée des annotations, l'arrivée du module dataclasses, la fonction breakpoint() pour l'insertion des points d'arrêt ou encore le nouveau module contextvars pour le support des variables de contexte.

Amazon propose depuis des années ses tablettes pour les enfants. Une nouvelle version vient d'arriver : la Fire HD 10 Kids Edition.

Elle prend place aux côtés des Fire 7 et HD 8 Kids Edition, avec un écran plus grand (10,1 pouces, 1 920 x 1200 pixels) et un SoC plus rapide (quatre cœurs à 1,8 GHz). Il s'agit de la même partie matérielle que celle de la Fire HD 10 de l'année dernière, avec une coque renforcée.

Bien évidemment, les fonctionnalités et services pour enfants sont toujours là. Elle est en précommande pour 199,99 dollars, avec une disponibilité pour le 11 juillet. Vous pouvez également en commander deux pour 299,98 dollars.

Dans le même temps, le revendeur dévoile sa station de charge Show Mode pour ses tablettes Fire HD 8 et HD 10. Une fois la tablette placée dessus, elle se transforme en l'équivalent d'un Echo Show : vous pouvez utiliser Alexa en mode mains libre (déjà possible sur les tablettes) et profiter d'un affichage en continu sur l'écran. Une mise à jour logicielle sera déployée à partir du 2 juillet.

Le Show Mode Charging Dock pour la Fire HD 8 est à 34,99 dollars, contre 49,99 dollars pour la Fire HD 10.

En avril, face à Mark Zuckerberg, sénateurs et représentants ont réclamé un durcissement du cadre légal, jalousant ouvertement le Règlement européen sur la protection des données (RGPD). Il y a quelques jours, Axios nous apprenait que la Maison blanche lançait de premières pistes en ce sens.

Le California Consumer Privacy Act of 2018 est la première loi post-RGPD du genre. Saluée par la presse américaine, elle ne va pas aussi loin que le nouveau cadre européen. Elle impose simplement l'information des citoyens sur les données collectées, la possibilité d'empêcher leur exploitation commerciale et ouvre les plaintes pour fuites de données, sans avoir à prouver un préjudice. Soit ce qu'imposait déjà la loi CNIL française avant le 25 mai.

Le texte a subi une large opposition via une initiative de grands groupes. Parmi eux, Amazon, AT&T, Facebook, Google, Microsoft et Uber. Facebook, Google et Microsoft ont mis environ 200 000 dollars dans le projet, alors qu'ils se disent en faveur d'une meilleure protection des données quand il s'agit de l'Europe. Microsoft argue qu'une loi nationale est préférable.

Durant la conférence Gamelab en Espagne, Eurogamer a posé la question qui fâche à Sony : qu'en est-il du cross-play, à savoir la possibilité pour les joueurs sur PlayStation 4 de jouer en réseau avec d'autres consoles ?

La position de Sony a toujours été très claire dans ce domaine : rien. Le problème a toutefois pris une tournure plus vive depuis Fortnite et sa capacité à faire jouer entre eux des personnes provenant de presque toutes les plateformes disponibles, y compris mobiles.

Mais il semble y avoir une première fissure dans la cuirasse : « Nous l'entendons. Nous examinons de nombreuses possibilités. Vous pouvez imaginer que les circonstances affecteront plus qu'un seul jeu. Je pense que nous aurons une solution qui sera comprise et acceptée par notre communauté de joueurs, et qui soutiendra en même temps nos affaires ».

Il ne reste donc plus qu'à attendre.

L'application est la troisième version Lite de Facebook dédiée à Android, après Facebook elle-même et Messenger. Des moutures qu'une partie des utilisateurs iOS attend mais qui ne se décident toujours pas à venir.

Instagram Lite est dans les grandes lignes une webapp. Elle ne pèse que 540 ko environ, contre plus de 32 Mo pour la version classique.

Les fonctionnalités sont basiques : l'utilisateur peut publier une photo, consulter son flux et voir ses interactions. Mais il ne pourra ni capturer de vidéo, ni discuter via les messages directs. En clair, la version web habituelle avec la possibilité de publier des photos.

Mais pour ceux qui souhaitent juste partager quelques souvenirs et voir ceux des autres, cette mouture Lite remplira sa mission. D'autant qu'elle se destine à des appareils de faible capacité (sous Android 5.0 au moins) et/ou à des marchés où le réseau n'est guère rapide.

Dernier facteur bloquant, du moins pour l'instant : l'application ne peut être récupérée qu'au Mexique. Son périmètre sera élargi dans les mois à venir au reste du monde.

Le PDG de Canonical a publié sur son site officiel un message expliquant qu'une série de mails utilise son nom pour apporter du poids à un projet.

Selon ces courriers, Shuttleworth aurait lancé un nouveau logiciel nommé QProfit System, dont la promotion est assurée par un certain Jerry Douglas. Plusieurs sites en font l'annonce, et même une publicité trouvée sur Facebook.

Shuttleworth ne nie pas l'existence éventuelle du logiciel, pas plus qu'il ne sait si QProfit System est ou non une arnaque. Mais il affirme ne pas être lié en quoi que ce soit au projet. Il ajoute faire son possible pour faire disparaître les sites.