Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

L'événement se déroulera en effet dans la capitale allemande du 31 août au 5 septembre. Comme dans tous les salons internationaux du genre, les premières conférences débuteront avant l'ouverture officielle des portes. La première conférence a d'ailleurs lieu dès aujourd'hui, mercredi 29 août, avec Acer à 10h30.

Jeudi et vendredi les fabricants défileront sur les podiums pour présenter leurs nouveautés. Comme toujours, nous vous proposerons un grand récapitulatif des annonces de l'IFA 2018 une fois qu'il sera terminé.

Jeudi 30 août :

  • 10h45 : Samsung 
  • 13h : Toshiba
  • 13h : Sony
  • 13h15 : Philips
  • 14h : Honor
  • 19h30 : Lenovo/Motorola

Vendredi 31 août :

  • 10h : Wiko
  • 10h30 : Amazon Alexa
  • 10h30 : LG
  • 14h : Huawei
  • 17h : Microsoft

La Banque européenne d'investissement (BEI) a signé le chèque, soutenue par son Fonds européen pour les investissements stratégiques.

Officiellement, l'Union finance la recherche et développement du géant finlandais dans la 5G, domaine ô combien stratégique selon les responsables européens, et sur lequel la concurrence mondiale est rude. Finalisé, le standard doit apparaître dans les offres commerciales en 2020.

« En substance, le portfolio de Nokia couvre tous les besoins d'un opérateur télécoms voulant fournir des services de communication fixes et mobiles convergés, critiques à l'ère de la 5G » assure la banque. Encore faut-il que les opérateurs en veuillent.

Le chinois Huawei est très bien placé sur le sujet, posant un risque pour Nokia. Les nombreuses expérimentations des opérateurs français sont pour la plupart menées avec le premier, et non le second.

Comme son nom le laisse supposer, cette carte mère est au format mini-ITX, intègre un chipset B450 d'AMD et un socket AM4. Elle est donc directement compatible avec l'ensemble de la gamme Ryzen.

Pour le reste, pas de surprise : deux emplacement pour de la DDR4, du Wi-Fi 802.11ac, du Bluetooth 5, deux sorties HDMI et une DisplayPort, de l'USB 3.1 gen 2 et gen 1, un connecteur M.2 pour SSD PCI Express (Socket 3, Type M),etc. Toutes les caractéristiques sont disponibles par ici. Un test a été réalisé par Guru3D.

Après des mois de « je t'aime, moi non plus », T-Mobile et Sprint (respectivement deuxième et troisième sur le marché américain) annonçaient leur fusion fin avril.

L'accord doit encore être validé par les autorités compétentes, mais deux opérateurs ne voient pas d'un bon œil ce rapprochement : Altice USA et Dish. Ils demandent aux régulateurs d'imposer des conditions avant d'autoriser ce projet.

Dans des documents transmis à la FCC et repris par Reuters, le premier explique par exemple qu'il prévoit de revendre des services Sprint sous sa propre marque l'année prochaine. Il demande ainsi que « T-Mobile honore ses engagements avec Altice et d’autres fournisseurs qui utilisent son réseau, voire cède des fréquences ».

De son côté, le diffuseur par satellite Dish agite le spectre d'un probable risque d'augmentation des prix. Il ajoute que les deux partenaires auraient largement exagéré le besoin de se rapprocher pour investir dans la 5G, un des piliers de la fusion telle que présentée.

Enfin, Communications Workers of America (CWA) fait également part de son inquiétude à la FCC : cette fusion pourrait entraîner la suppression de 28 000 emplois aux États-Unis.

T-Mobile et Sprint ont rapidement réagi et, sans surprise, ils ne sont pas sur la même ligne que leurs concurrents. Pour eux ce rapprochement sera bénéfique pour les consommateurs. Ils ajoutent que « ces prises de position font partie du processus normal de consultation de la FCC ». Ils fourniront des réponses détaillées avant la date butoir du 17 septembre.

Sur son troisième trimestre 2018 (clôturé au 31 juillet), le chiffre d'affaires du groupe est de 14,586 milliards de dollars, en hausse de 12 % sur un an. Dans le détail, la branche printing a des revenus de 5,188 milliards de dollars, tandis que Personal Systems frôle les 10 milliards de dollars.

Le résultat net est de 880 millions de dollars, là encore en hausse avec 26 %. Pour Dion Weisler, président du groupe, HP a des « performances constantes et équilibrées dans tous les secteurs d'activités et régions ».

Le fabricant dépasse ainsi ses prévisions (14,27 milliards de dollars selon les analystes) et les rehausse pour le prochain trimestre. Le groupe prévoit un bénéfice par action compris entre 2 et 2,03 dollars, contre 1,97 à 2,02 dollars auparavant.

Au Computex de Taipei, le fabricant fêtait ses 20 ans avec des diodes RGB partout sur son stand (lire notre compte rendu). Il présentait également son nouveau vaisseau amiral, le Level 20, et plusieurs de ses déclinaisons.

Après le lancement des Level 20 GT (RGB Plus), voici les Level 20 VT et Level 20 XT, que nous avions déjà détaillés dans cette actualité. Le premier est un petit boîtier ne prenant en charge que les cartes mères micro-ATX au maximum, tandis que le second assure une compatibilité jusqu'à l'E-ATX.

Les deux boîtiers disposent de quatre parois en verre trempé de 4 mm. Des ports USB 2.0 et 3.0 sont présents en façade, mais seul le Level 20 XT propose en plus un USB Type-C. Un ventilateur de 200 mm est livré avec le VT, contre 140 mm pour le XT, mais dans les deux cas ils ne sont pas RGB… dommage pour des boîtiers entièrement vitrés.

Le fabricant annonce une disponibilité en août, sans précision sur les prix.

Dévoilé il y a quelques jours en Chine, ce nouveau smartphone débarque sur la boutique en ligne française du fabricant, ainsi que chez les revendeurs.

Il est animé par un Snapdragon 845 avec 6 Go de mémoire vive et 64 ou 128 Go de stockage. Son écran de 6,21 pouces affiche 2 248 x 1 080 pixels et dispose d'une encoche (ou notch) sur le dessus.

Deux capteurs optiques de 12 et 5 Mpixels sont présents à l'arrière, et un de 20 Mpixels en façade. Nous retrouvons également un capteur d'empreintes, un double emplacement SIM 4G, un connecteur USB Type-C, une prise jack de 3,5 mm, une batterie de 4 00 mAh (avec Quick Charge 3.0) et une interface maison MIUI pour POCO basée sur Android 8.1.

Xiaomi le propose sur sa boutique en ligne française pour 359,90 euros avec 64 Go de stockage, contre 399,90 euros avec 128 Go. Chez Matériel.net il est respectivement vendu 359 et 399 euros. Il sera normalement disponible dès demain.

Jusqu'au 30 septembre, une offre de remboursement de 30 euros est mise en place par le fabricant, à condition de donner son avis sur le produit.

La nouvelle version du client de virtualisation est disponible depuis quelques jours, avec un grand nombre de nouveautés.

Parallels Desktop 14 ajoute bien sûr la compatibilité avec les derniers systèmes, dont macOS Mojave et la future mise à jour 1809 (Redstone 5) de Windows 10. Si Mojave est utilisé en système hôte, certaines fonctions spécifiques sont débloquées, comme la compatibilité avec le mode sombre et les outils d’édition Quick Look.

Des séries d’optimisations ont également été faites : Parallels peut s’ouvrir jusqu’à 80 % plus rapidement, Windows jusqu’à 10 % et ses applications jusqu’à 35 %. Les machines virtuelles occuperont en outre moins de place, tout comme les snapshots (jusqu’à 15 %).

Côté intégration, la Touch Bar des MacBook Pro pourra être utilisée avec de nouvelles applications, dont OneNote, Visual Studio, Visio, SketchUp ou encore AutoCAD. Les tablettes Wacom et le trackpad des Mac sont pris en charge pour Windows Ink.

Une vidéo officielle résume les nouveautés de la nouvelle version. Les prix quant à eux sont toujours assez élevés : 100 euros pour une licence perpétuelle, 50 euros la mise à jour. L’utilisateur peut sinon s’abonner pour 80 euros l’année, garantissant l’obtention de la mouture majeure suivante. L’abonnement déverrouille également Access, une application Android/iOS pour accéder à son Mac.

Les deux sociétés sont déjà partenaires, mais il s'agit d'aller encore plus loin : « les technologies des deux entreprises seront intégrées dans des véhicules Toyota spécialement conçus pour être déployés sur le réseau de covoiturage d'Uber ».

Sans lien avec l'annonce précédente (selon le communiqué), Toyota a injecté 500 millions dans Uber. Ce n'est pas la première transaction du genre pour le fabricant automobile. En juin dernier, un milliard de dollars étaient investis dans le service de chauffeur privé Grab, concurrent d'Uber et qui a d'ailleurs récupéré l'activité sud-asiatique du VTC.

Le fabricant profite de l'IFA de Berlin pour lancer deux nouveaux moniteurs en Europe. Le CJ79 (alias C34J791) est le premier QLED incurvé (1500R) « au monde » avec Thunderbolt 3 selon le constructeur. Sa dalle VA de 34 pouces affiche 3 440 x 1 440 pixels avec un taux de rafraîchissement de 100 Hz. Il est compatible FreeSync.

Deux ports Thunderbolt 3 (USB Type-C) avec Power Delivery jusqu'à 85 watts sont présents, ainsi que des entrées HDMI et DisplayPort et deux ports USB 3.0.

De leur côté, les CJ89 de 43 et 49 pouces intègrent des dalles VA de respectivement 3 840 x 1200 pixels et 3 840 x 1 080 pixels, avec un rayon de courbure 1800R. Les taux de rafraîchissement sont un peu plus élevés : 120 Hz pour le 43 pouces (C43J89), 144 Hz pour le 49 pouces (C49J890).

La connectique comprend deux USB Type-C avec Power Delivery jusqu'à 95 watts, un HDMI, un DisplayPort, un USB 3.0 et deux USB 2.0. Le fabricant annonce que cette série CJ89 dispose d'un KVM intégré. Si deux ordinateurs sont branchés sur l'écran, il permet de passer le clavier et la souris de l'un à l'autre.

Aucun tarif n'est précisé pour le moment.

La MX Vertical mise tout sur l'ergonomie avec un design assez particulier. Au lieu de positionner sa main à l'horizontale, elle est à la verticale. La souris est en fait inclinée de 57° pour une meilleure position du poignet explique le fabricant. Tous les détails sont disponibles par ici.

Elle peut se connecter à un ordinateur en Bluetooth, via un récepteur Unifying de la marque ou en USB (elle dispose d'un port USB Type-C). La MX Vertical est vendu 109 euros et devrait être disponible dans le courant du mois de septembre.

Le constructeur pense également aux joueurs avec la G Pro Wireless Gaming Mouse. Elle exploite la technologie Lightspeed du fabricant (réduction de la latence) et intègre le nouveau capteur maison HERO 16K (High Efficiency Rated Optical, de 100 à 16 000 DPI). Elle est également compatible avec le tapis de charge sans fil PowerPlay.

La disponibilité est prévue pour ce mois-ci, avec un tarif de 149,99 dollars. Enfin, la souris G PRO Gaming a droit à une petite mise à jour avec le nouveau capteur HERO 16K et un nouveau câble USB. Son tarif est de 69,99 dollars.

Le service de paiement mobile met en avant des transactions publiées par des utilisateurs. Selon le chercheur Hang Do Thi Du, celles-ci sont publiques par défaut. Un réglage est nécessaire pour les masquer. L'an dernier, près de 208 millions d'opérations auraient été publiées, dont au moins une partie avec leur contenu.

Le mois dernier, le chercheur a publié le site Public By Default, qui reprend une série de transactions glanées sur cinq personnes, pour retracer une partie de leur vie, sans qu'ils n'en sachent rien.

Le projet, soutenu par Mozilla, a reçu une large couverture médiatique et a été suivi d'une pétition de la fondation, recevant 17 000 signatures, sans réaction du service. La fondation remet donc le couvert dans un nouveau billet de blog.

Selon Bloomberg, la maison-mère de Venmo, PayPal, envisagerait de supprimer la possibilité de publier ses transactions. Mozilla réclame donc l'exécution de ce plan.

En mars dernier, le Raspberry Pi 3B+ était annoncé avec un SoC plus rapide, du Wi-Fi 802.11ac et de l'Ethernet Gigabit (limité à environ 300 Mb/s). Ce modèle 3B+ supporte également le Power over Ethernet (PoE), à condition d'utiliser un « HAT » en plus. Cinq mois plus tard, il est enfin disponible pour 21,50 euros chez Kubii.

Il permet donc de récupérer l'alimentation depuis le réseau (à condition qu'il soit relié à un équipement lui aussi compatible PoE). L'ensemble prend la forme d'un PCB occupant quasiment le même espace que celui du Raspberry Pi 3 B+ (sans les ports USB et Ethernet). Il est surmonté d'un petit ventilateur.

Un I2C se charge automatiquement de contrôler la température du SoC et de le mettre en marche lorsqu'un certain seuil est dépassé. Pour en profiter, il faudra installer le dernier firmware, via la commande sudo rpi-update sur Raspbian par exemple.

Si le GPIO est « caché » par le HAT, les connecteurs ne sont pas utilisés par ce dernier. Il faudra par contre acheter un prolongateur pour en profiter (des trous sont prévus dans le PCB du HAT). On en trouve pour une poignée d'euros.

La plateforme de formation en ligne ouvre la « Roo Versity », destinée aux auto-entrepreneurs du service de livraison de repas, rapporte L'Usine digital.

Les formations, habituellement facturées 20 euros par mois et offertes ici, sont proposées en anglais, espagnol et français, s'adressant aux livreurs du Royaume-Uni, de France et d'Australie. Elles concernent l'ensemble du site, du marketing aux technologies.

Les conditions d'accès sont encore floues, Deliveroo indiquant tout juste que les livreurs sans parcours universitaires sont éligibles.

L'objectif semble bien être de répondre aux lourdes critiques sur le modèle social de Deliveroo, accusé d'exploiter ses prestataires à vélo sans grande contrepartie. En juillet, un collectif de livreurs appelait à la grève, pour obtenir de meilleures conditions de travail.

C'est finalement mardi 28 août que le coup d'envoi a été donné, avec un test de débit à plus de 340 Mb/s à la clé (visiblement réalisé dans une station).

La métropole lilloise précise au passage que 10 millions d'euros ont été financés par les quatre opérateurs nationaux (Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR). Leurs clients peuvent dès à présent profiter de la 4G dans le métro.

La couverture n'est pour le moment disponible que sur la ligne 1 reliant Quatre Cantons (Villeneuve-d'Ascq) au CHU (Lille), pour la ligne 2 il faudra attendre fin 2019.

Bose a présenté hier soir trois nouveaux équipements connectés : une enceinte et deux barres de son. Point commun, ils utilisent tous seulement Alexa d’Amazon, l’Assistant de Google étant prévu plus tard, tout comme la compatibilité AirPlay 2 (début 2019).

La Home 500 et les Soundbar 500 et 700 partagent de nombreux points : utilisation seule ou en multiroom, gèrent le Wi-Fi et le Bluetooth, disposent d’un design globalement sobre, habillé d’aluminium et ont la grille de huit micros spécifique à Bose, permettant selon le constructeur de toujours capter les requêtes vocales, même en cas de musique.

Côté caractéristiques, on manque un peu de détails. La Home 500 dispose de haut-parleurs devant et derrière, assurant selon le fabricant une séparation parfaite du stéréo. Nul besoin selon lui de coupler deux enceintes, envoyant ainsi une pique à Sonos. L'enceinte possède également un petit écran couleur renvoyant les informations principales.

Les Soundbar 500 et 700 ont en plus la technologie ADAPTiQ, modifiant l’écoute en fonction de l’environnement physique (ce que fait par exemple l’enceinte Home d’Apple). Le HDMI possède un canal audio retour pour laisser la main à un ampli, et les barres peuvent être connectées en sans fil à un caisson de basses et des enceintes frontales, pour les amateurs de 5.1.

Côté tarifs, la Home 500 est vendue 449,95 euros dans les boutiques Bose et chez les revendeurs. La disponibilité est censée être immédiate, mais les livraisons sont annoncées avec un délai de 6 semaines. Les deux barres de son sont à respectivement 550 et 900 euros. Disponibles en noir ou blanc, la première est précommande, tandis que l’autre est disponible.

Dans les deux cas il s'agit de s'adapter aux dernières sorties du moment. Pour les Radeon, cela concerne uniquement l'accès anticipé à Strange Brigade, en plus de quelques correctifs.

Du côté vert de la force c'est un peu plus touffu, puisque ces pilotes sont parés pour la bêta ouverte de Battlefield V, F1 2018, Immortal :Unchained, Pro Evolution Soccer 2019, Strange Brigade et Switchblade.

Là aussi il y a quelques correctifs et autres profils SLI/3D Vision mis à jour. On attend toujours de savoir si la branche 400.x est pour bientôt et quelles seront ses nouveautés.

Le ménage a surpris bien des internautes, désormais incapables de publier sur Facebook depuis le réseau à l'oiseau bleu, et orphelins de leurs archives de messages partagés.

En janvier, Facebook annonçait la fin de cette fonctionnalité et a effectivement coupé l'accès à son API en début de mois. Twitter a donc supprimé son application, qui permettait de « cross-poster » sur l'autre réseau, avec une conséquence inattendue : la perte de l'ensemble des messages déjà envoyés.

Selon Axios, Twitter avait demandé un délai supplémentaire avant la coupure de cet accès, pour s'adapter et rétablir l'option. Ce que Facebook aurait refusé. Au magazine, ce dernier répond avoir rétabli l'ensemble des contenus disparus sur demande de son concurrent.

Le couac intervient en plein ménage des applications tierces par Facebook, après le scandale Cambridge Analytica en mars, et une importante pression politique pour (enfin) garantir la traçabilité des données transmises aux sociétés et organisations tierces.

OneDrive et SharePoint vont recevoir dans les prochains mois plusieurs nouvelles fonctionnalités de type « IA ». La plupart sont très orientées entreprise, mais le grand public pourrait y voir quelques bénéfices.

Par exemple, les fichiers audio et vidéo (320 formats reconnus selon l’éditeur) pourront générer automatiquement des transcriptions texte des paroles prononcées. Pratique dans les structures qui souhaitent obtenir rapidement un rapport de réunion enregistrée, ou la transcription d’une interview sur dictaphone.

Le service pourra également être utilisé pour publier ensuite une vidéo accompagnée de ses textes dans la colonne de droite, avec des avantages en matière d’accessibilité.

La recherche va également recevoir d’importantes améliorations. À grands renforts d’algorithmes, les images et vidéos stockées par l’utilisateur vont être analysées pour générer automatiquement tout un lot de labels. Lancer des recherches devrait donc fournir de meilleurs résultats. Rien de neuf cependant ici, Apple et Google appliquent cette technique depuis un moment déjà.

Les recommandations de fichiers seront aussi une grosse nouveauté vers la fin de l’année. Via le Graph maison, OneDrive et Office.com pourront vous recommander des fichiers, selon les documents déjà travaillés, les personnes impliquées, la fréquence de travail, les partages, etc. Chaque fichier aura également une carte résumant les informations les plus importantes.

Les partages n’éviteront pas les recommandations. Dès la fin des réunions, les photos prises, les vidéos enregistrées, les présentations PowerPoint affichées et autres seront repérées par le service. Il proposera alors de les partager avec les personnes qui étaient présentes.

Enfin, les capacités déjà disponibles pour le texte avec les règles DLP (data loss prevention) et les recherches eDiscovery seront étendues aux images, fichiers audio et vidéo stockés dans OneDrive et Sharepoint.

La société a été cofondée en 2006 par Renaud Visage, Kevin et Julia Hartz. Elle veut entrer dans la cour des grands et vient de déposer un dossier à la SEC (Securities and Exchange Commission), comme l'indique Les Echos.

Elle espère ainsi lever 200 millions de dollars précisent nos confrères. Pour rappel, c'est la somme déboursée en septembre 2017 pour croquer Ticketfly.

Après la WX 8200 destinée aux stations de travail, le constructeur dévoile un nouveau produit qui mise sur la forte densité.

En effet, dans sa communication autour de la V340, AMD évoque surtout sa capacité à être exploitée dans le cadre de la virtualisation via MxGPU/SR-IOV, avec un maximum de 32 machines virtuelles par carte (16 par GPU).

32 Go de HBM2 sont présents sur le PCB, ce qui limitera par contre la mémoire disponible. 112 unités de traitement sont présentes, ce qui implique qu'il s'agit d'une double Radeon RX Vega 56, les fréquences de fonctionnement ne sont pas connues.

AMD annonce une bande passante mémoire de 512 Go/s et un TDP de 300 watts (2x 8 broches PCIe), pour deux slots occupés. Aucune sortie vidéo n'est présente. Bien entendu le refroidissement est passif, la baie devant s'en charger.

Le tarif n'a pour le moment pas été annoncé, mais la disponibilité est attendue pour la fin de l'année.

Malgré la montée en puissance du M.2 et de l'USB 3.1, il est encore rare de voir des SSD externes ultra-compacts offrant de très bonnes performances.

En effet, les modules USB 3.x/M.2 se limitent le plus souvent aux modèles S-ATA qui ne dépassent pas les 6 Gb/s théoriques, contre 10 Gb/s pour l'USB 3.1 et près de 4 Go/s pour quatre lignes PCIe 3.0.

Samsung a donc décidé de mettre sur le marché un modèle Thunderbolt 3 (40 Gb/s), annonçant des dimensions de 119 x 62 x 19,7 mm pour un poids de 150 grammes : le X5. Il existe en trois capacités : 500 Go, 1 To et 2 To.

Ses performances sont données pour un maximum de 2 100 Mo/s en écriture pour le modèle 500 Go, contre 2 300 Mo/s pour les autres. En lecture, il est question de 2 800 Mo/s. Thunderbolt oblige, c'est cher : 400, 700 et 1400 dollars, respectivement.

Selon nos confrères de Tech Report qui l'ont eu dans les mains, il s'agit d'un modèle 970 EVO avec un contrôleur Alpine Ridge DSL6340, il ne sera donc pas compatible avec une machine équipée en USB Type-C.

Côté résultats, les performances semblent au rendez-vous. Le Samsung X5 devrait être disponible début septembre.

Les deux sont pensées pour proposer un éclairage indirect en diffusant la lumière vers les murs. Play est une barre qui se pose à la verticale, sur le meuble de la télévision par exemple.

De son côté, Signe peut-être soit une lampe de table, soit un lampadaire voulant « peindre vos murs ». Dans les deux cas, elles sont constituées d'un socle et d'une longue tige sur laquelle se trouve la lumière.

La Philips Hue Play sera disponible mi-octobre pour 69,95 euros, ou bien 129,95 euros pour un pack de deux. Signe arrivera en septembre pour 169,99 euros en version lampe de table et 269,99 euros le lampadaire.

Nouvelle perte pour le constructeur, assez visible encore une fois, puisqu'il s'agit du vice-président en charge du Computing and Graphics Group. Le personnage était souvent mis en avant, notamment dans la communication de la société autour de Ryzen et Threadripper.

S'il ne part pas chez Intel, il devient PDG d'une entreprise de conception de solutions FPGA, vidéo et réseau, Lattice Semiconductor. Il sera remplacé par Saeid Moshkelani, qui devient vice-président en charge du nouveau Client Compute Group intégrant sans doute les solutions semi-custom dont il avait la charge jusque-là.

AMD en profite pour annoncer que Darren Grasby, président d'AMD en Europe, et vice-président en charge des ventes pour la section Computing and Graphics sera désormais en lien direct avec Lisa Su, tout comme Saeid Moshkelani.

Si AMD dispose actuellement d'une bonne gamme de produits côté CPU et semble se remettre progressivement d'un point de vue financier, avec un cours boursier qui suit la tendance, ces départs multiples de hauts gradés peuvent interroger sur l'avenir à long terme de la société.

Il y a maintenant près de trois ans, Facebook dévoilait ce programme destiné à « étendre la connectivité aux régions mal desservies du monde entier ». Le réseau social travaille ainsi avec les opérateurs et fournisseurs d’accès Internet locaux.

Les utilisateurs achètent des packs de données prépayés et peuvent ensuite se connecter au Wi-Fi Express via un des partenaires de Facebook, ce dernier fournissant la solution logicielle.  Cinq pays sont pour le moment couverts : Inde, Indonésie, Kenya, Nigeria et Tanzanie.

Aujourd'hui, c'est de l'écosystème Express Wi-Fi Certified dont il est question, et trois partenaires répondent présents pour le lancement : Arista, Cambium Networks et Ruckus Networks.

Le géant du Net les invite à concevoir des produits spécialement pensés pour fonctionner avec le Wi-Fi Express. Ils permettent d'analyser finement la quantité de données échangées par terminal, « offrir » certains services, en faire payer d'autres, etc. Tous les détails sont disponibles par ici.

Instagram vient d’ajouter à son service plusieurs outils centrés sur la sécurité. Le plus important est l’ouverture de processus de vérification à tous les utilisateurs, et non plus les plus gros comptes, en général ceux des célébrités ou des professionnels.

Le processus est simple mais exige – évidemment – des données personnelles. Il suffit de se rendre dans les paramètres, de cliquer « Demander une vérification », d’entrer son prénom et son nom puis de fournir la photo d’une pièce d’identité. L’obtention de la petite marque bleue n’est cependant pas garantie.

Outre une page « À propos » plus riche en informations pour les profils, Instagram se dote surtout d’une compatibilité avec les outils 2FA pour une vraie double-authentification. Elle n’est pas encore active, mais le billet la promet pour les semaines à venir.

On pourra dès lors, comme avec Facebook, référencer son compte dans une application Authenticator (comme celles de Google, LastPass ou Microsoft) et obtenir un code à six chiffres pour les connexions sur les nouveaux appareils. Il était temps.

Selon Les Échos, le site d'actualité numérique monté avec France 24 vivrait ses dernières semaines. Mashable a été repris par Ziff Davis en novembre 2017, pour 50 millions de dollars. Soit 20 % de sa valorisation lors d'un investissement de Turner Broadcasting en mars 2016.

Ziff Davis et la chaine française seraient en discussions depuis plusieurs mois. France 24 ne serait pas à l'aise avec la stratégie du groupe américain, à savoir l'affiliation commerciale et le contenu de marque (brand content), ce qui inclut des publicités prenant les traits d'articles.

Aux Échos, une source proche du dossier déclare que le site donne satisfaction au groupe français, avec deux millions de visiteurs par mois. Les quatre employés en CDI devraient recevoir des propositions de postes, toujours chez France Médias Monde.

Les difficultés pour les pure-players misant sur la viralité de leurs contenus s'accumulent. En novembre, Buzzfeed s'est séparé de 6 % de ses effectifs (100 personnes). Sa réorganisation s'est poursuivie en juin, incluant l'annonce de la fin de Buzzfeed France, que les employés contestent en justice.

En 2017, la branche française aurait dégagé un bénéfice de 69 000 euros, pour un chiffre d'affaires de 1,4 million d'euros, alimentant l'incompréhension des salariés sur cette fermeture.

Après la batterie externe Tesla aux couleurs de la marque, voici le chargeur sans fil Qi du fabricant, notamment repéré par 9to5Mac.

Il est bien évidemment destiné aux smartphones qu'il peut recharger sans fil (Qi) ou bien en USB. Il intègre une batterie de 6 000 mAh. Proposé pour 65 dollars, un tarif là encore relativement élevé, il n'est resté que quelques heures sur la boutique du fabricant. Tesla n'a fait aucune communication sur le sujet, que ce soit pour le lancement ou le retrait.

En mai, le service était proposé, mais sur invitation seulement. Il permet pour rappel de recevoir des livres pour enfants de manière récurrente.

Prime Book s'ouvre désormais plus largement : tous les clients Prime aux États-Unis peuvent en profiter. Pas de changement sur les conditions et le rythme : une Box tous les un, deux ou trois mois, pour un tarif de 22,99 dollars l'unité.

Le revendeur ne donne aucune indication sur élargissement pour le moment.

Dans une série de tweets, le président américain déclare ne trouver que des articles négatifs, venant de « médias nationaux de gauche » en cherchant « Trump news » via Google.

Il reprend l'antienne des Républicains, ces derniers mois, à savoir que les algorithmes des grandes plateformes manifesteraient un biais de gauche. Une critique portée à de nombreuses reprises, en particulier lors des auditions de Mark Zuckerberg au Congrès américain en avril.

« Google et d'autres taisent les voix des conservateurs et cachent les bonnes nouvelles. Ils contrôlent ce que nous pouvons et ne pouvons pas voir. C'est un problème très sérieux, qui sera traité » assure-t-il.

À la Maison blanche, il a estimé les pratiques des géants du Net (en premier lieu Facebook, Google et Twitter) douteuses, les invitant à la prudence sur le ton de la menace, rapporte Reuters. Une enquête aurait été lancée par l'administration, sans plus de détails.

Google a répondu à ces accusations, et se défend de toute motivation politique dans le tri de ses résultats de recherche. La société maintient que la pertinence est le principal critère de classement, avec des centaines de changements annuels pour s'en assurer.

Le fondeur vient d'annoncer qu'il mettait fin au développement de sa solution de gravure en 7 nm, pour se concentrer sur ses produits actuels en 12/14 nm FinFET. Une décision qui fait suite à l'arrivée d'un nouveau PDG, Tom Caulfield, au début de l'année.

Cela implique une réduction du personnel, sans que la société ne donne de précisions sur le nombre d'employés impactés. Il s'agit donc d'une réorganisation d'importance, qui doit permettre à GlobalFoundries de mieux s'adapter pour les années à venir.

Reste à voir quelle sera la feuille de route pour l'après 12 nm, alors que la concurrence avance à grands pas. AMD a ainsi annoncé que pour sa production en 7 nm, il utiliserait exclusivement les services de TSMC.

Dans un billet de blog, Mark Papermaster se veut ainsi rassurant sur l'arrivée de Zen 2 et des GPU de la génération Navi et indique que le calendrier est inchangé. Les usines de GlobalFoundries resteront en charge d'une partie de la production des puces EPYC, Radeon et Ryzen, tout du moins, pour les modèles en 12/14 nm.

Récemment, un article du Parisien prévenait : « Le téléphone fixe, c’est bien fini ». Est-ce le cas ? Oui, mais uniquement pour son architecture traditionnelle. Les téléphones fixes eux-mêmes vont bel et bien rester.

Ce qui va changer surtout, c’est l’arrêt de la commercialisation de lignes fixes RTC à compter du 15 novembre. Les lignes actuelles resteront donc en place et les habitudes ne seront pas modifiées.

La décision implique une transition – normalement douce – du réseau téléphonique commuté vers la voix sur IP. Comme l’explique 01net qui fait le point sur la situation, les nouveaux abonnés passeront par un petit boitier qui viendra s’intercaler entre la fameuse prise murale T et le téléphone. Ce que l’on ignore en revanche, c’est l’éventuel coût pour l’usager.

Cette transition va s’étaler sur cinq ans et concernera en premier lieu les 9,4 millions de personnes en France utilisant actuellement un téléphone fixe classique, sans box Internet. En 2023, Orange commencera alors à couper le réseau RTC par lot de communes.

Il n’y aura donc aucune coupure de service pour les personnes concernées, l’article du Parisien ayant déclenché une vague de rumeurs et d’indignation. Au point que l’Arcep s’est permis de tweeter sur le sujet pour calmer les esprits échauffés.