Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

De 13,825 millions de clients mobiles au 31 mars 2018, l'opérateur passe à 13,625 millions, soit 200 000 clients évaporés en l'espace de trois mois seulement. Pour rappel, il avait recruté 130 000 clients au premier trimestre de l'année.

Il explique le recul « de la base totale de 70 000 abonnés (uniquement des abonnés 0 € et 2 €), en raison de la concurrence accrue sur les offres d’entrée de gamme ». Sur les six premiers mois de l'année, l'opérateur revendique ainsi 500 000 nouveaux abonnés au forfait Free à 19,99 euros.

La situation n'est pas plus reluisante sur le fixe : de 6,501 millions au premier trimestre, le FAI passe à 6,473 millions, soit une baisse de 28 000. Pour rappel, le trimestre précédent la baisse était déjà de 19 000. Par contre, le nombre de clients fibre (FTTH) grimpe et passe de 646 000 à 734 000.

Pour se rassurer, Iliad affirme que les recrutements sont « redevenus positifs dans le fixe et le mobile sur la période juillet/août ». De plus, afin de « redynamiser sa croissance » le groupe de Xavier Niel agite encore et toujours le « lancement prochain de nouvelles boxes »… promises depuis plusieurs années.

En Italie la progression continue avec 1,5 million de clients depuis le début du mois d'août (le million était dépassé le 18 juillet). Le chiffre d'affaires est de 9 millions d'euros pour une perte EBITDA de 28 millions « incluant principalement les coûts d’itinérance versés à Wind/Tre, les charges de marketing et de publicité relatives au lancement et au développement de l’image de marque en Italie, et les charges de structure, dont notamment les charges salariales ».

Le chiffre d'affaires total d'Iliad est de 2,395 milliards d'euros, en très légère baisse par rapport au premier semestre 2017 (2,401 milliards). Le fixe représente 1,334 milliard, contre 1,066 milliard pour le mobile. Le résultat net récurrent est de 232 millions d'euros, contre 233 millions l'année dernière.

Hier, le logiciel derrière le réseau social décentralisé a gagné en fonctionnalités. La page de présentation de chaque utilisateur et de chaque message est redessinée. Les pages sur d'autres instances intègrent (enfin) des boutons d'interaction (réponse, rediffusion…).

Chaque utilisateur peut aussi recommander quatre autres membres du réseau. L'interface d'administration de chaque instance se dote d'un tableau de bord, avec des statistiques hebdomadaires sur les inscriptions et les interactions.

Cette version introduit aussi des relais de fédération, des instances semi-publiques auxquelles peuvent se joindre des instances classiques avec utilisateurs. Ils sont censés fournir un flux de messages limité à ces instances, en complément du flux de « toots » de chaque instance et du flux fédérant l'ensemble des instances Mastodon.

La fonctionnalité est aussi destinée à fournir du contenu aux nouvelles instances, qui en manquent habituellement à leurs débuts.

Les habitués de la marque l'auront certainement deviné : il s'agit d'un modèle proposant trois emplacements pour les périphériques de stockage.

Outre le port réseau 10 GbE (série « X » oblige) au format SFP+, la connectique comprend deux ports réseau Gigabit, deux USB 3.0 ainsi que trois emplacements M.2 2280, mais pour SSD SATA uniquement. Ces derniers seront utilisés comme cache par Qtier.

Le NAS est animé par un SoC AnnapurnaLabs AL-324 (quatre cœurs à 1,7 GHz) avec 2 ou 4 Go de DDR4, extensibles jusqu'à 16 Go.

Le fabricant annonce une disponibilité immédiate, sans donner de prix. Le revendeur Span.com le propose en vente, pour 386,40 livres, soit environ 430 euros.

L'annonce avait été faite par Valérie Pécresse en 2016, elle entre désormais dans la phase de test sur le terrain, comme l'indique Europe 1. Il ne s'agit pour le moment que de quelques utilisateurs triés sur le volet, tout le monde ne peut pas en profiter.

Pour en profiter, il faut pour installer l'application Navigo Lab sur un smartphone Android avec NFC et disposer d'une carte SIM Orange pour le moment (l'opérateur détient une partie de la start-up Wizway derrière cette expérimentation).

Dans une foire aux questions, Transilien explique que « lors de la première utilisation, une application complémentaire appelée "Ticket sans contact" sera à télécharger ». Bien évidemment, le tarif du ticket est le même qu'aux guichets.

L'expérimentation devrait ensuite s'étendre aux pass Navigo le 1er novembre. La généralisation de la dématérialisation des titres de transport est attendue pour juillet 2019. Pour rappel, en 2016, les plans de Valérie Pécresse prévoyaient d'arrêter le ticket physique en 2021.

Dans le même registre, Île-de-France Mobilités annonce la mise en place d'un ticket SMS sur huit réseaux bus de grande couronne (réseau OPTILE) : « achetez un ticket d’accès à bord grâce à un SMS envoyé depuis n’importe quel téléphone portable utilisant les réseaux Orange, SFR ou Bouygues ».

Le service est facturé 2 euros par SMS, le même prix que les tickets achetés dans le bus. Tous les détails sont disponibles par ici.

Les utilisateurs de OnePlus 6 peuvent depuis hier soir se lancer dans l’aventure d’Android 9.0, alias Pie, via le programme Open Beta d’OxygenOS. Le constructeur permet à tout un chacun d’y participer, dès lors qu’il en connait les risques.

Il s’agit d’une première préversion, et OnePlus prévient : des applications peuvent ne pas fonctionner, Google Pay ne marche pas et le Play Store peut afficher un message indiquant que « l’appareil n’est pas certifié par Google ».

La bêta fournie inclut notamment une interface rénovée pour Android 9.0, les nouveaux gestes tactiles de navigation (notamment sur la partie multitâche et, normalement, tous les autres apports du système.

Dans son forum, OnePlus décrit la marche à suivre pour installer la bêta, selon que l’on utilise une version stable d’Android ou la précédente Developer Preview. La première implique simplement de copier la ROM dans le stockage du téléphone, l’autre est à peine plus compliquée. Nokia pourrait d’ailleurs s’en inspirer, son 7 Plus nécessitant plus de travail.

Avant de vous lancer cependant, pensez à sauvegarder vos données.

L’Australie, la Chine, Hong Kong, l’Inde, le Japon, Macao, la Nouvelle-Zélande et les États-Unis sont concernés par un programme de remplacement.

Selon Apple, « un très faible pourcentage d’iPhone 8 » contiennent des cartes mères défectueuse. Ces appareils ont été vendus entre septembre 2017 et mars 2018. Les modèles Plus ne sont pas concernés.

Les symptômes peuvent aller du redémarrage inopiné à l’écran figé, en passant par un appareil qui ne s’allume tout simplement pas.

Une page a donc été mise en ligne pour tester le numéro de série et, le cas échéant, renvoyer le client vers le réparateur le plus proche. L’opération sera gratuite.

Notez que même si ce programme ne tient pas compte de la garantie, il n’en étend pas la durée. Il est par ailleurs valable trois ans à compter de la date d’achat de l’iPhone. Enfin, la réparation devra probablement se faire dans le pays d’origine de l’appareil.

Hier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a réuni une partie de l'industrie du cinéma pour (enfin) s'entendre sur les fenêtres de diffusion des films en France.

Cette version révisée, sur laquelle exploitants de cinéma, producteurs et diffuseurs divers peinent à s'entendre, est attendue de longue date. Elle est censée adapter le modèle à l'émergence des plateformes de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) ces dernières années… Alors que son principal représentant, Netflix, esquive le modèle français.

Cette bataille entre les anciens acteurs et les nouveaux arrivants avait culminé l'an dernier avec l'interdiction des films produits par Netflix au Festival de Cannes, au motif qu'ils ne passaient pas en salles.

Depuis, le principal financeur du cinéma français, Canal+, a déclaré son service de SVOD Canalplay mort et enterré, emporté par la vague Netflix.

Le projet de nouvelle chronologie, commenté par Electron Libre, ouvre une fenêtre de cinq mois d'exploitation des films pour ces services, après avoir attendu entre 15 et 17 mois. À comparer aux quatre mois attendus pour la location en VOD après la sortie en salles. Pas de quoi convaincre un Netflix donc.

Selon EL, les syndicats français de la vidéo (Sevad et SEVN) seraient défavorables au texte, qui semble taillé sur mesure pour Canal+, avec une fenêtre d'exploitation pouvant descendre à six mois après les salles.

Microsoft diffuse actuellement une mise à jour pour son navigateur sur iOS, la version Android devant suivre prochainement. Outre des performances en hausse, on note quelques nouveautés intéressantes.

Les utilisateurs peuvent ainsi non seulement créer de nouveaux dossiers pour ranger leurs favoris, mais également réorganiser ces derniers. Il était temps. On ne peut pas dire qu’Edge se soit jusqu’à présent illustré dans ce chapitre, y compris dans sa version Windows.

Autre nouveauté, mais sous forme de préversion seulement : la séparation des données dans le cas où un compte professionnel/éducation est utilisé. Les sessions de navigation – et tout ce qui les accompagne – sont alors séparées des sessions classiques.

L'Agence nationale des fréquences avait présenté son application fin mai. Elle est développée par ses soins et « permet d’enregistrer le niveau de champ reçu par les téléphones mobiles ». Annoncée sur Android et iOS, la première version est désormais accessible à tout le monde.

Vous choisissez les moments où l'application enregistre la puissance du signal reçu. Vous pouvez ainsi créer un parcours, le visualiser et le partager via les réseaux sociaux par exemple. Un histogramme permet d'avoir le niveau du signal pour chaque point de mesure sur votre parcours.

Les données sont ensuite transmises de manière anonyme à l’ANFR. Vos trajets restent enregistrés sur votre téléphone et vous pourrez les télécharger afin de réaliser votre propre étude.

Ce sont d'ailleurs deux points mis en avant par l'ANFR par rapport à la concurrence : « L’une des originalités d’Open Barres par rapport aux applications de crowdsourcing est qu’elle laisse l’usager maître de l’usage qu’il fait de l’application ».