Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Comme nous l'avions indiqué à l'occasion des dix ans du navigateur, Google préparait une nouvelle mouture devant marquer le coup. Chrome propose ainsi un nouveau design, sur l'ensemble des plateformes, qui se veut plus en rondeur.

Mais le géant veut aussi continuer de simplifier la vie de l'utilisateur, notamment sur le mobile. Sur iOS, la barre d'outils passe au bas de l'écran, et de manière générale les menus et autres fenêtres ont été simplifiées. C'est également le cas des URL qui ne seront plus affichées de manière complète par défaut, se limitant au domaine principal.

Le remplissage automatique des informations est à l'honneur, avec une intégration qui se veut là aussi plus fluide et plus claire. Elle va de pair avec une nouvelle gestion des mots de passe.

Lors d'une phase d'inscription sur un site, Chrome vous proposera directement un mot de passe complexe et unique, le tout étant stocké dans votre compte Google. Les gestionnaires de mots de passe tiers apprécieront cette concurrence renforcée.

L'omnibox se veut également plus utile avec l'intégration de réponses directes à des questions simples, là aussi issues du moteur de recherche maison. Une manière de renforcer la dépendance de l'utilisateur aux services du géant américain, en profitant de la position de leader de Chrome sur le marché des navigateurs.

Cette version 69 permet aussi de personnaliser la page principale avec des raccourcis vers vos sites préférés ou une image de votre choix.

Du côté des développeurs, Google évoque le support des Scroll Snap CSS, de l'API Web Locks ou la prise en charge des encoches de certains appareils mobiles. Pour l'entreprise, ce sont plutôt le blocage de l'injection de code par des applications tierces, les alertes lors de l'utilisation de Flash ou d'un mot de passe sur plusieurs sites qui sont mis en avant.

Les Chromebooks ont surtout droit à une gestion d'un mode nuit pour la colorimétrie de l'écran, avec la possibilité de respecter des heures pour l'activation/désactivation.

Mais on retiendra surtout l'arrivée, en bêta, de premières applications Linux comme des terminaux et autres éditeurs de texte. Elles passent par une couche de virtualisation, seuls certains appareils étant pour le moment concernés.

Pour arriver à de tels débits, ils exploitent bien évidemment une interface PCI Express 3.1 x4 et NVMe 1.3. Des versions de 240 à 1 920 Go sont annoncées par le fabricant, avec des puces de NAND TLC Toshiba BiCS3 et un contrôleur Phison E12. Ils sont tous au format M.2 2280 (80 mm de longueur).

Les débits en lecture sont de 3,4 Go/s dans tous les cas, mais la vitesse en écriture dépend de la capacité : 1,1 Go/s pour 240 Go, 2,1 Go/s pour 480 Go et enfin 3,1 Go/s pour 960 et 1 920 Go. Sur des fichiers aléatoires de 4 ko, il n'est plus question que de 55 Mo/s en lecture et 325 Mo/s maximum en écriture.

L'endurance oscille entre 380 To en écriture pour la version de 240 Go et 3 115 To pour celle de 1 920 Go. Dans tous les cas, la garantie est de cinq ans.

Ils seront disponibles mi-septembre, mais le fabricant les propose en précommande sur son site : 92,71 dollars pour 240 Go, 138,88 dollars pour 480 Go, 263,17 dollars pour 960 Go et enfin 563,62 dollars pour 1 920 Go. Soit 0,27 dollar par Go au minimum.

La fonction avait été promise il y a plusieurs semaines, elle est désormais active… presque partout.

Il faut posséder la dernière révision de l'application Desktop classique, Android ou iOS. Comme souvent, la déclinaison UWP n'est pas concernée, mais l'attente devrait cette fois ne pas trop durer : quelques semaines selon Microsoft.

La fonction est disponible dans le bouton « + » lorsque l'on passe un appel, dès lors que le contact dispose lui aussi d'une version compatible. Il est automatiquement averti qu'un enregistrement a commencé via un bandeau apparaissant en haut. Le principe est le même sur ordinateur et smartphone/tablette.

Les enregistrements terminés sont publiés dans la zone de messagerie – en clair, on ne peut pas enregistrer un contact à son insu. Ils sont liés au compte Microsoft et sont sauvegardés pendant 30 jours sur les serveurs. On peut les enregistrer localement via un clic droit.

Microsoft semble en tout cas décidé à donner aux utilisateurs ce qu'ils veulent, après des années d'errance ayant largement impacté le service, tout du moins côté grand public. L'enregistrement des appels, les statuts de lecture pour les message, la suppression de fonctions non utilisées comme les Highlights et les simplifications d'interface ramènent l'application à ce qu'elle savait très bien faire : des messages et des appels, sans fioritures.

Quant à savoir si ce sera suffisant pour redorer son blason auprès d'un public largement acquis à d'autres causes (Messenger, WhatsApp et autres), on laissera le temps en décider.

Comme chaque début de mois, Google a mis à jour les chiffres de la fragmentation de son système d'exploitation pour mobile. Oreo (8.x) continue de progresser doucement avec 14,6 % de parts de marché.

Nougat (7.x) reste la version majoritaire avec 30,8 %, suivi par Marshmallow (6.0) et Lollipop (5.x) avec 19,2 %. Enfin, Android Pie (9.0) n'est pas encore présent, signifiant simplement qu'il ne représente pas encore 0,1 % des terminaux en circulation.

Toute la série DCT exploite des puces de 3D NAND (64 couches) TLC et un contrôleur maison : MJX pour les deux premiers, Phoenix pour le dernier.

Les 860 DCT (960 Go à 3,84 To) et 883 DCT (240 Go à 3,84 To) sont au format de 2,5 pouces avec une interface S-ATA. Les débits grimpent jusqu'à 550 Mo/s en lecture et 520 Mo/s en écriture. Les premiers ont une endurance de 0,2 DWPD (Drive Writes Per Day), contre 0,8 pour les seconds.

De leur côté, les 983 DCT existent en deux capacités (960 Go et 1,92 To) et deux formats : U.2 ou M.2 22110, avec une interface PCIe 3.0 x4 MVNe dans les deux cas. Les débits peuvent grimper jusqu'à 3 Go/s en lecture et 1,9 Go/s en écriture. Comme avec les 883 DCT, l'endurance est de 0,8 DWPD.

Enfin, le 983 ZET est au format PCIe HHHL (Half Height, Half Length) et intègre des puces de Z-NAND pour une capacité de 480 ou 960 Go. Elles sont pour rappel censées réduire la latence et augmenter la durée de vie. Si rien n'est précisé dans le premier cas, dans le second il est question de 10 DWPD maximum.

C'est mieux que les séries DCT annoncées aujourd'hui, mais moins bien que le SSD DC P4800X d'Intel (Optane) avec 30 DWPD. Il faudra attendre le 24 septembre pour que le 983 ZET soit disponible.

Ceux qui attendaient des informations concernant la nouvelle Freebox à l'occasion de la publication des résultats d'Iliad seront déçus. La société a surtout voulu rassurer les investisseurs en évoquant de meilleures performances commerciales en juillet-août, après la période difficile de ces derniers mois et l'introduction de nouvelles offres.

Elles se présentent pour rappel sous forme d'un tarif moins cher la première année, avec des conditions légèrement différentes comme nous l'avions analysé. Une solution mise en place sur le fixe, puis sur le mobile, avec des périodes promotionnelles à durées limitées, mais constamment renouvelées.

Chez nos confrères de BFM Business, Thomas Reynaud a d'ailleurs montré une attitude positive malgré la « performance commerciale décevante » du groupe. Il croit en effet à un « nouveau cycle de croissance », qui repose sur le déploiement en Italie ou sur la fibre.

Un secteur où l'attitude du FAI a longuement été critiquée, et sans doute à l'origine de nombreux départs de clients qui font le plus souvent face à la seule possibilité de passer chez Orange ou Sosh pour avoir accès à du FTTH.

Un comble pour une société comme Iliad, qui s'est construite sur la réputation d'avoir un temps d'avance, notamment au niveau technique. Une réputation loin d'être vérifiée ces dernières années.

C'est sur ce point que la nouvelle direction va sans doute travailler dans les mois à venir, afin de redorer son blason après des années de soucis d'interconnexion et de prix cassés, mais avec un réseau mobile pas toujours présent et une box en mal d'évolution.

Le discours consiste donc à présenter Free comme « le premier opérateur alternatif dans la fibre optique, devant Bouygues, devant SFR » avec 10 millions de foyers raccordables d'ici la fin de l'année. Mais, même sur ce marché, la guerre des prix est actuellement très forte.

Il faudra donc faire la différence pour trouver sa place dans la bataille à moins de 10 euros qui se joue dans le fixe, Orange venant de lancer son offre La boîte Sosh.

La solution pourrait venir de la nouvelle Freebox, mais où en est-elle ? L'attente ne devrait plus être longue. Mi-mai, l'équipe annonçait qu'elle serait lancée sous quatre mois, ce qui devait nous emmener avant la mi-septembre. Un calendrier qui pourrait ne pas être respecté puisque le directeur général évoque désormais une mise sur le marché d'ici « quelques semaines ».

Pour tenter de rassurer face à cette attente qui semble sans fin il promet que « cette nouvelle Freebox, c'est du jamais vu ». En matière de teasing, elle semble en effet prête à dépasser le célèbre Duke Nukem Forever.

Reste maintenant à tenir cette promesse, ainsi que toutes les autres, pour tenter de voir les clients revenir et lui faire à nouveau confiance. Ce matin, le cours d'Iliad s'échangeait à 115 euros, contre moins de 110 euros quelques jours plus tôt… et 230 euros fin mai 2017.

Trois ans après le Silent Base 600, le fabricant présente son successeur, qui avait déjà été présenté au Computex de cette année. Sans être une révolution (le design est très proche), il apporte une touche de fraîcheur.

Comme son grand frère, il est disponible en deux versions : avec ou sans fenêtre latérale en verre teinté et trempé. Le nouveau boîtier dispose d'un tapis d'isolation acoustique de 10 mm à l'avant, sur les côtés et le dessus.

Deux ventilateurs Pure Wings 2 de 140 mm sont livrés par défaut, ainsi qu'un régulateur à trois vitesses pouvant gérer jusqu'à trois ventilateurs.

Le fabricant annonce une disponibilité immédiate, pour un tarif débutant à 119,90 euros.

L'Agence nationale des fréquences a mis en ligne son observatoire du déploiement des réseaux pour le mois d'août. Toutes fréquences confondues, Orange a activé plus de 1 000 antennes, contre 747 pour SFR, 673 pour Free Mobile et enfin 421 pour Bouygues Telecom. Le podium reste le même pour le nombre de sites mis en service le mois dernier.

Dans le détail, Bouygues Telecom et Free sont les deux seuls à miser sur les 700 MHz pour l'instant, tandis qu'Orange a principalement déployé dans les 1 800 MHz, contre 2 100 MHz pour la marque au carré rouge.

L'ANFR indique que « 15 stations expérimentales ont également été autorisées ces deux derniers mois pour Bouygues Telecom afin de tester la technologie 5G en bande 3,6 GHz dans la ville de Bordeaux et ses alentours ». Rien de surprenant puisque l'opérateur menait déjà des tests dans la capitale de l'Aquitaine en juillet dernier (lire notre compte rendu).

Enfin, en outremer la situation est toujours très calme avec Orange quasiment seul sur l'activation de nouvelles antennes 4G, quelle que soit la fréquence.

Aujourd'hui, Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, et Sheryl Sandberg, numéro deux de Facebook, doivent être entendus au Congrès. Le président républicain de l'autorité des télécoms américaine, la FCC, liste donc les questions qu'il veut poser aux géants du Net.

Il réclame d'imposer des règles de transparence strictes à ces entreprises, en particulier sur leur modération des contenus, faisant le parallèle avec la transparence demandée aux opérateurs télécoms. Une nouvelle fois, la FCC place les deux industries sur le même plan.

Il veut aussi une meilleure protection de la vie privée et des indications supplémentaires sur les collectes, en particulier de la part de Google. Rappelons que, début 2017, le Congrès a supprimé des règles de protection de la vie privée dans les télécoms.

Enfin, il s'interroge sur la garantie de la liberté d'expression par ces plateformes privées. Modération, (dé)monétisation de vidéos par YouTube, lancement d'une version censurée de Google en Chine… Pai interroge l'impartialité de ces entreprises et leur éventuel jugement éditorial, les estimant garantes de cette liberté d'expression.

Dans sa critique, il cite la décision du New York Times de conserver Sarah Jeong, une journaliste accusée de « racisme anti-blanc » après le déterrage d'anciens tweets. Elle est devenue la cible d'une vague de harcèlement ces dernières semaines, représentant un symbole d'un biais « libéral » du NYT pour ses détracteurs.

Le rapport de cet épisode avec le contrôle et la transparence des plateformes est ténu, Pai prétextant le maintien de ses tweets et de son compte pour le mentionner.

Une attaque dans la lignée des sorties de Donald Trump et d'élus républicains ces derniers mois, accusant les plateformes de biais politique, les menaçant de représailles si elles ne deviennent pas plus favorables aux Républicains.

Il s'agit de mises à jour de modèles existants dans les deux cas : le MultiSync EA271Q est une version revue du E275WMi, tandis que le P243W reprend les grandes lignes du P242W.

Le premier affiche une définition de 2 560 x 1 440 pixels sur une dalle de 27 pouces. La connectique comprend un port USB Type-C pour transférer le signal vidéo et charger un ordinateur (puissance non précisée). Une entrée et une sortie DisplayPort sont également présentes, avec la fonction ControlSync pour synchroniser les paramètres entre plusieurs écrans (luminosité, volume, etc.)

De son côté, le P243W affiche 1 920 x 1 200 pixels sur une dalle de 24 pouces et dispose d'une large connectique : DisplayPort, HDMI, DVI-D et VGA, ainsi que des ports USB 3.1 avec DisplaySync Pro permettant de passer d'un ordinateur à un autre (entrée vidéo et clavier/souris via le hub USB).

L'EA271Q est disponible pour 619 dollars, contre 699 dollars pour le P243W. Un pack avec le logiciel SpectraView II et la sonde de calibration Spyder 5 est disponible à 769 dollars pour premier, contre 949 dollars pour le second, mais avec une sonde maison MDSVSENSOR3.

Comme évoqué dans notre article publié fin août, le service de PC dans le cloud français continue de s'étendre en Europe. Le datacenter n'est cependant pas implanté chez nos voisins d'outre-Rhin.

Pour cette partie du continent, Blade s'appuie sur un nouveau centre de données situé à Amsterdam, qui sert uniquement à proposer son service aux clients allemands pour le moment. D'autres devraient suivre.

Il nous a été confirmé que si un datacenter en Allemagne est bien dans les plans, ce ne sera pas pour tout de suite.

Pour faire écho à la rentrée des classes, l'opérateur propose une nouvelle offre avec 2h d'appels, SMS/MMS illimités et 50 Mo de data. Le tarif est de 5 euros par mois, avec un engagement d'un an. Jusqu'au 7 octobre, les clients Bbox bénéficient d'une remise de 4 euros par mois la première année.

L'offre n'est donc pas sans rappeler celle de Sosh à 4,99 euros par mois sans engagement (le blocage peut être demandé gratuitement lors de la souscription) et d'Orange avec Mini bloqué 50 Mo, également à 4,99 euros par mois avec engagement d'un an… mais uniquement les 12 premiers mois car il passe ensuite à 9,99 euros par mois.

Pour rappel, Free Mobile propose également une offre équivalente au niveau des services, pour trois euros de moins par mois, mais sans option de blocage. Il est en effet uniquement possible de désactiver la data (supprimant au passage les 50 Mo).

L'opérateur intègre également un contrôle parental à son forfait : « Parents dans les parages » de la société nantaise Ars Nova Systems. Elle est offerte la première année et vous coûtera 3 euros par mois ensuite. Notez que le service était déjà proposé depuis deux ans sous forme optionnelle, au même tarif.

Au bout de 12 mois, le tarif sera donc de 8 euros par mois, avec le contrôle parental. Celui-ci est normalement facturé 4 euros par mois pour un maximum de 10 appareils, il faudra voir si la formule proposée par Bouygues Telecom est la même ou si elle intègre quelques limitations.

Du 13 au 16 novembre 2018, se tiendra la 26e Conférence générale des poids et mesures à Versailles (elle a lieu tous les quatre ans). Le CNRS explique qu'elle officialisera une « redéfinition majeure des unités de mesure ».

Les quatre unités ne se baseront plus sur des étalons (comme le prototype international du kilogramme entreposé à Sèvres, en banlieue parisienne), mais sur « des constantes fondamentales ».

Avant ce « changement historique » pour reprendre les termes du Centre national de la recherche scientifique, ce dernier organisera un colloque les 18 et 19 octobre 2018 à Paris. Le but étant d'engager une réflexion interdisciplinaire sur le rôle et les enjeux de la mesure pour les sciences. Il se déroulera à l'Auditorium du Campus Gérard Mégie, à Paris.

À travers une nouvelle vidéo mise en ligne hier, Electronic Arts en dit un peu plus sur le mode battle royal de son prochain jeu.

Baptisé Fournaise, ou Firestorm en anglais, il mettra en scène 16 équipes de 4 joueurs, soit un total de 64 combattants. Bien évidemment, la carte rétrécira au fur et à mesure, avec un anneau de feu dévorant tout sur son passage.

L'éditeur donne d'autres détails sur le mode solo War Stories, qui devrait comprendre quatre campagnes au lancement, et une cinquième plus tard (The Last Tiger).

Pour rappel, la bêta est accessible aux abonnés Origin/EA Access depuis hier, alors qu'elle s'étendra à tous dès demain. La sortie du jeu qui était initialement prévue pour le 16 octobre a été repoussée au 20 novembre.

Le fameux contrôleur, présenté en mai, est désormais disponible à la vente. Pour une fois, le tarif en euros est même inférieur à celui en dollars : 89,99 euros contre 99,99 dollars.

Microsoft dit avoir conçu sa manette avec l'aide de personnes handicapées, ainsi qu'un certain nombre d'associations spécialisées dans l'aide au handicap, dont AbleGamers Charity, la Cerebral Palsy Foundation, Special Effect et Warfighter Engaged.

La manette comprend deux très gros boutons programmables et une croix directionnelle classique, ainsi que quelques autres boutons. Derrière, on trouve deux ports USB et pas moins de 19 prises jack.

La connectique doit permettre au contrôleur de servir de « hub » pour d'autres périphériques, comme des commutateurs, des boutons supplémentaires, des supports et des joysticks. La Xbox Adaptive est reconnue sur Xbox One et Windows 10.

Microsoft peut d'ors et déjà se réjouir d'une « victoire » : sa nouvelle manette a été acquise par le Victoria and Albert Museum, qui collecte dans sa galerie Rapid Response les objets contemporains représentatifs d'une avancée en matière de design, technologie ou industrie.

La société vient d'annoncer ce changement de statut et en profite pour mettre en place deux nouvelles fonctionnalités : le rapport d'actions manuelles et l'inspection d'une URL sur sa version actuellement en ligne.

Cette nouvelle mouture est en préparation depuis des mois, et doit proposer des résultats plus clairs, des améliorations ainsi qu'une nouvelle ergonomie. Le tout en gardant une certaine parité fonctionnelle, ce qui n'est pas encore le cas.

Google indique ainsi que quand un service existe dans la nouvelle console, l'utilisateur est invité à l'utiliser, mais il peut encore avoir accès à l'ancienne version. Une situation qui prendra fin « après une période raisonnable ».

Nous avions déjà évoqué ce produit en détail lors de son annonce par le constructeur. Il s'agit pour rappel d'un modèle intermédiaire prenant place entre les X4S et X6S dévoilés au CES.

Il reprend les caractéristiques d'un satellite Orbi Micro (AC2200, 400 + 867 + 867 Mb/s, quatre antennes), notamment sa connectique limitée, mais fait office de répéteur pour n'importe quel routeur du marché, avec un look spécifique.

Par rapport à un répéteur classique, il a l'avantage de disposer de liens dédiés à la communication avec le routeur (FastLane 3), ce qui lui permettra d'offrir de bonnes performances. Il gère aussi le roaming et l'utilisation d'un SSID unique.

Il sera  finalement disponible chez nous dans le courant du mois, pour 119 euros.

NBC News a été invité par le réseau social, qui avait déjà dévoilé ses plans contre la désinformation en période électorale à Recode.

L'entreprise a constitué une salle dédiée aux futures élections de mi-mandat outre-Atlantique, dans ses locaux de Menlo Park, pour (enfin) réagir rapidement aux manipulations de son service. Des manipulations qualifiées de fabulations par Mark Zuckerberg fin 2016, après l'élection présidentielle. Après plusieurs enquêtes et scandales, la société met désormais en scène son engagement.

Dans cette salle, des écrans afficheront des activités considérées comme inhabituelles. Le responsable de l'engagement civique de Facebook, Samidh Chakrabarti, déclare que le groupe doit être prêt à répondre à des interférences, après sa torpeur sur les opérations attribuées aux Russes en 2016.

Cette war room sera notamment constituée d'ingénieurs, de data scientists et de responsables des affaires publiques. La société vante une approche pluridisciplinaire, classique dans l'étude de ces phénomènes en ligne.

À Recode, elle déclarait mener ses travaux au pas de course, à deux mois à peine des élections de mi-mandat.

C'est un grand pas pour le navigateur, qui profite de cette rentrée pour se mettre à jour (nous y reviendrons dans un article dédié) mais aussi faire évoluer sa déclinaison ESR (Extended Support Release).

Ainsi, la version 52.9.0 est la dernière qui ne sera pas passée à l'ère Quantum. Elle est désormais indiquée comme en fin de vie, et recommandée uniquement pour le support des anciennes extensions, de Windows XP ou Vista.

Firefox ESR 60.x sera de son côté maintenu pendant un an, avant une migration à la version 68 qui se déroulera entre juillet et octobre 2019.

L'annonce a été confirmée par  John Romero (un des créateurs du jeu) en personne sur Twitter. Il félicite Zero Master pour avoir atteint 100 %, sans tricher.

Le passage secret se trouve dans la map 15 (Industrial Zone) et prend la forme d'un téléporteur, mais personne n'avait jusqu'à présent réussi à le faire fonctionner. Zero Master a trouvé la solution, détaillée par John Romero : il ne faut pas se placer dessus, mais y être poussé par un ennemi.

Le chercheur Patrick Wardle a trouvé une faille de sécurité résidant dans la manière dont macOS permet aux applications de déclarer leur prise en charge de certains formats de fichiers.

Il faut des URL personnalisées, qui peuvent malheureusement être détournées de leur but premier. La victime doit visiter un site où un fichier Zip sera automatiquement téléchargé et ouvert, Safari le faisant pour les types de fichiers qu’il juge « sûrs ». Une option qui devrait être systématiquement désactivée.

Dans le fichier Zip, un malware. Mais puisque le système détecte qu’un format connu est arrivé sur le stockage, il déclenche l’URL Handler défini par l'adresse. Safari pose donc la question à l’utilisateur : souhaite-t-il autoriser l’ouverture du fichier ?

Seulement voilà, la faille permet au pirate de contrôler le nom de l’application dans le texte de la fenêtre de confirmation. Ce texte peut être placé dans l’URL personnalisée définie normalement par le développeur. En outre, l’URL permet de renvoyer vers le malware plutôt que l’application censée ouvrir le fichier.

Le chercheur ajoute que GateKeeper s’occupe normalement de gérer ce genre de cas, mais il n’agit essentiellement que sur un seul critère : la présence d’un certificat. Or, selon lui, la grande majorité des malwares pour macOS ont un certificat valide, annulant l’intérêt de cette protection.

Le problème est sérieux, la faille étant simple à exploiter selon Wardle. Elle également tout aussi simple à bloquer : il suffit de désactiver l’ouverture automatique des fichiers dans Safari, ou utiliser un autre navigateur. Si ce n’est pas bloquant, Wardle conseille même de paramétrer GateKeeper pour ne le laisse exécuter que les applications provenant du Mac App Store.

Apple a bien sûr été avertie du problème.

Selon DigiTimes, il serait question d'informations sur le gravures en 16 et 10 nm, ainsi que sur des installations du géant taïwanais.

Il aurait dérobé les documents avant de prendre un nouveau poste chez un concurrent chinois, Shanghai Huali Microelectronics (HLMC), selon le procureur du district Hsinchu de Taiwan. Il est inculpé d'abus de confiance. L'affaire a été découverte par TSMC qui a informé les autorités locales, mais se refuse à tout commentaire supplémentaire pour l'instant.

Ce n'est pas le seul cas de vol de données confidentielles avant de rejoindre la Chine. Mi-juillet, Xiaolang Zhang était arrêté à l'aéroport avant de s'envoler pour la Chine avec des documents dérobés à Apple sur les voitures autonomes. Il aurait ensuite travaillé pour Xiaopeng Motors, une start-up également spécialisée dans les voitures autonomes.

Dans une enquête, The Verge explore les lourdes pertes fiscales qu'autoriseraient les marketplaces en ligne.

Selon le spécialiste du commerce en ligne allemand Mark Steier, Amazon compterait 15 000 vendeurs chinois enregistrés dans le pays. Un tiers d'entre eux n'auraient pas indiqué de numéro d'identification pour la TVA, estime-t-il. Parmi les autres, nombre de numéros fournis seraient invalides. En tout, 10 000 vendeurs esquiveraient la TVA allemande par ce biais.

Selon l'avocate Nathalie Harksen, interrogée par The Verge,  une facture sans numéro de TVA est un signe commun de fraude. D'autres vendeurs intègrent leur numéro de TVA d'un autre pays, comme l'Angleterre, le considérant (à tort) valide sur tout le continent.

Le gouvernement allemand estimerait la perte annuelle sur la TVA des ventes en ligne à plusieurs centaines de millions d'euros. Le Royaume-Uni comptait une perte de TVA comprise entre 1 et 1,5 milliard de livres en 2015. En décembre 2016, la Commission européenne estimait que les pays de l'Union perdaient ainsi cinq milliards d'euros chaque année.

En Allemagne, un projet de loi compte imposer aux marketplaces de collaborer avec les autorités financières à partir de janvier 2019, et les rendre responsables de la perception de la TVA.

À The Verge, Amazon déclare bloquer les comptes de vendeurs esquivant cette taxe, après signalement des autorités. eBay assure travailler avec le fisc britannique sur la question.

Selon le chercheur en sécurité Yonathan Klijnsma, de RiskIQ, cité par Bleeping Computer, des serveurs web (Apache ou Nginx) mal configurés écoutent une adresse IP sur l'Internet public, plutôt que leur localhost (127.0.0.1).

Cette bourde permettrait donc d'accéder au serveur d'origine sans passer par Tor. Pour le chercheur, cette erreur est « commune ». Sur un tel site, le certificat TLS est à la fois associé au service caché, mais aussi à une adresse IP publique. Il suffit donc de cataloguer ces certificats pour obtenir une base des adresses IP de ces sites.

La solution est simple, selon Yonathan Klijnsma : configurer son serveur web pour limiter l'écoute sur 127.0.0.1. Rien de plus.

Il y a quelques mois déjà, Microsoft avait promis tout un lot de modifications pour l'interface d'Outlook (et Office plus généralement), tant dans le logiciel classique que la version web. Elles sont désormais imminentes.

Le plus gros changement concerne le Ruban, simplifié pour l'occasion. Il prendra moins de place et sera surtout adaptable. Il continuera de mettre en avant les fonctions principales mais laissera l'utilisateur le personnaliser. Un bouton permettra de développer la version complète.

Les évolutions graphiques se retrouvent également un peu partout, modernisant une interface qui commençait clairement à en avoir besoin. Le tout doit être plus clair, notamment la colonne des messages, avec une meilleure hiérarchisation de l'information. Dans le panneau de lecture, l'en-tête prend en outre moins de place, tandis que les dossiers à gauche ont désormais des icônes.

La partie Calendrier a elle aussi été revue, avec l'ajout rapide de participants obligatoires et optionnels, la simplification des requêtes de réunions, la mise en avant de l'heure et de la date ou encore les inévitables retouches graphiques.

La version web d'Outlook va également recevoir des nouveautés. La recherche veut anticiper ce dont vous pourriez avoir besoin, en se basant sur les conversations récentes, un module Fichiers listera tous les documents envoyés et reçus, des réponses suggérées seront présentes dans les emails, la création d'évènements sera plus simple, les favoris seront plus visibles, etc.

Logiciel ou version web, ces améliorations ne sont pas exactement pour tout de suite. Un premier groupe de testeurs va voir apparaître en haut à droite de chaque interface un bouton pour essayer les nouveautés. Le déploiement global arrivera un peu plus tard cet automne;

Notez que côté entreprise, avec l'abonnement Office 365, il suffit que le canal soit défini sur Monthly Channel (Targeted) pour que le bouton apparaisse, normalement dans le courant de la semaine prochaine. Les testeurs du programme Office Insider le verront aussi bien sûr.

Selon The Verge, la filiale de Facebook préparerait une application dédiée au shopping, sûrement appelée « IG Shopping ». Elle permettrait de suivre des vendeurs, de parcourir leur catalogue et d'acheter en direct.

Aucun autre détail n'est livré, Instagram refusant de commenter l'information. Le réseau social recense 25 millions de comptes d'entreprises, dont 2 millions diffusent de la publicité.

La société, créée en septembre 1998 par Larry Page et Sergueï Brin, est aujourd'hui un géant du Net avec des tentacules dans tous les domaines ou presque. Depuis 2015, le moteur de recherche est une filiale d'Alphabet.

Si le mois et l'année de création ne font pas débat, ce n'est pas le cas du jour. Au cours des deux dernières décennies, l'entreprise a parfois fêté son anniversaire le 4 septembre, parfois le 27 septembre.

Pour son 20e anniversaire, le 4 septembre a été choisi si l'on en croit le billet de blog officiel. Mais, Emily Wook (de chez Google) y reconnaît que « la date exacte de la création de notre société est à débattre, même pour ceux d’entre nous qui sont en charge de fournir des réponses ».

« Google Inc. a été créée en tant que société le 4 septembre, mais depuis plus de dix ans, nous célébrons notre anniversaire le 27 septembre, avec un Doodle annuel bien sûr » ajoute-t-elle, sans en donner les raisons. La liste et la date des Doodle anniversaire sont disponibles ici.

La société a bien grandi en 20 ans et dépasse largement le cadre d'un simple moteur de recherche avec « sept produits utilisés par plus d'un milliard de personnes chaque mois » et une présence dans 60 pays. La société est désormais valorisée 838 milliards de dollars.

La nouvelle mouture de l'environnement pour distributions GNU/Linux contient un grand nombre de nouveautés, ainsi qu'un lot important d'optimisations, avec pour bénéfice de consommer moins de ressources.

Globalement, GNOME se veut plus réactif, doit permettre de faire tourner davantage d'applications simultanément, fluidifiant au passage les animations.

Côté fonctionnalités, il y a beaucoup à dire. Nautilus change de visage et accumule les nouveautés : recherche intégrée et plus rapide, barre de chemin d'accès, barres d'outils remaniées, redimensionnement dynamique ou encore meilleur support des petits écrans.

Parmi les autres apports, citons une toute nouvelle application Podcasts, la mise à jour automatique des paquets Flatpak, l'arrivée d'un panneau dédié au Thunderbolt dans les réglages, un mode lecture pour Web et une navigation plus rapide dans Games.

GNOME 3.30 doit normalement être disponible au téléchargement dans la journée.

Notez, comme toujours, que la disponibilité des paquets dépend largement de la philosophie de la distribution utilisée. S'agissant d'une version importante, sa disponibilité peut être retardé jusqu'à la mouture suivante du système, pour ne pas risquer d'incompatibilités.

Hier, l'équipe dévoilait les nouveautés de sa quatrième saison et les podcasts qui l'accompagneront. Mais cette nouvelle étape dans la vie de la startup est surtout marquée par de nouvelles associations.

Ainsi, on apprend que Les Échos/Le Parisien (LVMH), qui consacrait hier un article au « pure player de la radio à la demande », prenait une participation au capital. Binge Audio produisait jusqu'à lors des contenus pour l'assistant vocal Alexa du groupe.

Dans le même temps, un programme Brut et le magazine Elle seront partenaires de la diffusion du programme Social calling. Une aventure rendue possible notamment par le soutien d'Arkea, Ricard étant de son côté sponsor de la soirée de lancement au Silencio. 

En juillet, David Tomaschik a réussi à se passer des cartes RFID habituellement nécessaires pour entrer dans son bureau, en exploitant des failles logicielles des produits de Software House, rapporte Forbes.

En scrutant les messages chiffrés envoyés par ces produits (iStar Ultra et IP-ACM) sur le réseau, il a découvert qu'ils n'étaient pas aléatoires. Ils utilisaient tous une clé de chiffrement écrite en dur dans leur code.

Il a donc pu envoyer des commandes d'ouverture de portes, sans laisser de traces.  Désormais, le iStar v2 Board chiffre le transport des commandes via TLS. À Forbes, Google assure ne pas avoir de preuve d'une exploitation malveillante de ces failles.

L'affaire rappelle encore la piètre sécurité des objets connectés, à laquelle l'Union européenne souhaite remédier, avec une certification des objets connectés.