Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Comme prévu, la fondation Mozilla vient d'annoncer que la nouvelle mouture de son navigateur était en ligne… mais elle ne devrait pas changer la donne.

On ne compte en effet que quelques améliorations dans Firefox 62 : plus de personnalisation dans la page principale, support de WebAuthn dans FreeBSD, support des CSS Shapes/CSS Variables fonts, meilleures performances sous Android, etc.

C'est finalement sous iOS que l'on a droit aux plus grosses évolutions, avec le téléchargement de fichiers via un appui long sur un lien, la refonte du partage, un meilleur accès à la synchronisation, la mise en avant de contenus vidéo via Pocket sur iPad, le thème sombre ou une meilleure gestion des onglets. Tous les détails se trouvent par ici.

Outre le changement de version de la branche ESR, c'est du côté de Firefox 63 que tous les yeux sont désormais tournés. Cette mouture doit débuter de grands changements, notamment du côté des options relatives à la vie privée.

Mais ce n'est pas tout. Sous Linux, les WebExtensions fonctionnent désormais dans un processus séparé, sur macOS la réactivité est améliorée, le changement d'onglet est plus rapide et les applications WebGL peuvent utiliser le mode basse consommation du GPU si elles le souhaitent. Les détails sont disponibles par là.

Firefox 63 devrait être mis en ligne le 23 octobre prochain.

Au Computex de l'année dernière, le fabricant annonçait sa série TS-x77 avec un CPU Ryzen d'AMD. Cette semaine, il récidive avec la TS-x77XU(-RP), mais au format rack cette fois. Ils sont disponibles avec 8 baies (TS-877XU-RP), 12 baies (TS-1277XU-RP) ou 16 baies (TS-1677XU-RP).

Ils sont animés par un processeur Ryzen 3 1200, Ryzen 5 2600 ou Ryzen 2700, avec 4, 8 ou 16 Go de mémoire vive, extensibles jusqu'à 64 Go. Les modèles sont livrés avec une alimentation redondante (les références se terminent alors par -RP), un seul ne proposant qu'un unique bloc d'alimentation : TS-877XU.

La connectique est complète avec deux ports réseau 10 GbE SFP+ (série « X » oblige), deux Ethernet Gigabit, deux USB 3.1 Gen 2 (10 Gb/s) dont un Type-C, quatre USB 3.0 et quatre emplacements PCIe.

Le fabricant annonce une disponibilité immédiate, mais sans donner de prix.

Afin de piloter son lancement sur le marché ibérique, le groupe a recruté Marc Rodriguez-Chuet (ancien de chez Garmin Iberia).

Le site espagnol du revendeur sera mis en ligne en octobre prochain, mais la première boutique sera ouverte juste avant : le 17 septembre à Barcelone (600 m²). Une seconde suivra fin octobre à Madrid (900 m²). Les noms des deux villes étaient connus depuis plusieurs mois, mais pas les dates d'ouverture.

« Notre concept de magasin sera propre à la culture espagnole avec une proximité client forte » affirme Marc Rodriguez-Chuet. Des comptes dédiés sur les réseaux sociaux ont évidemment été créés (Twitter et Facebook)

Pour rappel, le groupe est déjà présent en Belgique, au Luxembourg et en Suisse, en plus de la France bien évidemment.

Dans un billet publié mardi soir, MEGA a averti d’un problème sérieux de sécurité : une extension malveillante a réussi à remplacer l’officielle dans le WebStore de Chrome (et uniquement cette boutique).

Il a fallu quatre heures à MEGA pour se débarrasser du problème, incluant sa détection, puis l’envoi d’une version propre. WebStore oblige, si les utilisateurs ont utilisé Chrome pendant les quatre heures de la fausse extension, elle a automatiquement remplacé l’ancienne. La mouture envoyée par MEGA, estampillée 3.39.5, a rétabli la situation dans le sens inverse.

Les utilisateurs se sont peut-être doutés cependant que la situation dérapait, car la fausse extension réclamait des privilèges plus élevés, notamment la lecture/modification des données de tous les sites visités. Ce que l’extension MEGA authentique ne demande pas.

Si les utilisateurs concernés ont accepté cette demande et navigué, ils sont potentiellement en danger. L’extension malveillante avait pour mission de voler les identifiants et mots de passe des services, tout spécialement ceux envoyés via des requêtes POST. Amazon, les services Microsoft ou encore GitHub peuvent ainsi être concernés.

MEGA a également confirmé les découvertes du développeur SerHack, qui travaille sur la cryptomonnaie Monero. Les données récupérées par la fausse extension étaient envoyées vers un serveur en Ukraine.

MEGA présente évidemment ses excuses pour la gêne occasionnée et indique que son compte WebStore a été modifié pour qu’un tel problème ne se représente jamais.

Le problème le danger inhérent au piratage des sources officielles, auxquelles les utilisateurs font automatiquement confiance. On se souvient par exemple des cas de Transmission, HandBrake et CCleaner, dont les sites officiels ont tous distribué des versions frelatées de leurs produits, parfois pendant plusieurs semaines.

La dernière saison de House of Cards débutera le 2 novembre sur Netflix. En attendant, la plateforme a mis en ligne un court trailer avec Claire Underwood en train de se recueillir sur la tombe de son époux Frank. Elle lui laisse un message : « Quand on m'enterrera, ce ne sera pas dans mon jardin. Et pour mon dernier hommage… ils feront la file ».

Rien de bien surprenant finalement puisque, suite aux révélations sur le comportement de Kevin Spacey, l'acteur n'est pas présent dans cette sixième saison. Depuis mars, nous savons que Claire Underwood sera aux commandes de la Maison Blanche.

Selon le fabricant, le problème vient de la gaine d'un faisceau de câbles moteur qui pourrait s'user prématurément, provoquant ainsi un court-circuit. Ce dernier aurait pour effet de générer de la chaleur, pouvant conduire à un début d'incendie. « Il est difficile de savoir si et combien de fois exactement un tel incident a pu se produire » reconnaît un porte-parole à l'AFP.

Le rappel consiste à vérifier l'état du câble et le changer si nécessaire. Une protection sera également mise en place pour éviter toute dégradation ultérieure. L'opération est gratuite et dure entre 30 minutes et 5 heures suivant les cas. Les clients concernés sont contactés par le fabricant.

Toujours selon nos confrères de l'AFP, un peu plus d'un million de véhicules (Prius Hybride, Hybride Rechargeable et 4x4 urbain C-HR Hybride) fabriqués entre juin 2015 et mai 2018 sont concernés. 554 000 pour le Japon, 219 000 en Europe, dont 32 700 en France, et 217 000 en Amérique du Nord.

Toujours empêtrée dans son affaire de voiture autonome ayant écrasé un piéton, la société annonce plusieurs améliorations autour de la sécurité, mais sur son application de VTC.

Premièrement, Ride Check, aussi bien pour les chauffeurs que les passagers. Ce service tente d'identifier si vous êtes victime d'un accident pour vous apporter de l'aide. Uber prévient qu'il y aura forcément des faux positifs, notamment lors d'un arrêt prolongé inattendu.

Ensuite, l'application pour les chauffeurs/livreurs pourra être contrôlée à la voix afin qu'ils conservent toujours les mains sur volant. On se demande d'ailleurs bien pourquoi ce n'était pas déjà le cas.

Le bouton d'urgence mis en place pour les passagers en avril dernier est désormais accessible aux conducteurs, mais uniquement aux États-Unis et au Canada pour l'instant. D'autres changements sont de la partie, notamment la suppression des adresses précises de ramassage ou de dépôt dans l'historique des chauffeurs.

La double identification est renforcée avec la prise en charge d'applications tierces comme Authenticator, Authy ou Duo, en plus de l'envoi d'un code par SMS.

Enfin, le 19 septembre, la société va introduire en Australie et en Nouvelle-Zélande un possible blocage des usagers mal notés (ce système existe déjà pour les chauffeurs). Un usager avec une mauvaise moyenne recevra plusieurs avertissements et pourra être bloqué pendant six mois si la situation ne s'améliore pas.

Depuis plusieurs mois déjà, le fabricant se tourne davantage vers les professionnels pour ses drones. Les deux annonces du jour vont dans ce sens.

Nous avons tout d'abord l'aile volante SenseFly eBee X chez Parrot Business Solutions, présentée comme « une solution complète qui permet de répondre à toutes les exigences des professionnels de la cartographie aérienne ». Il s'agit d'une amélioration de l'eBee de SenseFly.

Dans cette nouvelle mouture, trois caméras sont intégrées : S.O.D.A. 3D pour la photogrammétrie, Aeria X pour la photo et Duet T pour la cartographie thermique. Pas de prix pour le moment.

Passons ensuite à la seconde annonce : l'Anafi Work. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une version pensée pour les professionnels du drone pliable Anafi présenté début juin.

Le drone est livré avec un Parrot Skycontroller 3, quatre batteries de 25 minutes chacune et un an d'abonnement à Pix4Dmode, un logiciel de Pix4D appartenant à Parrot. Là encore, aucun prix n'est précisé.

Le réseau social explique que sa superficie sera de 170 000 m², avec des centaines d'emplois à la clé, comme le rapporte Reuters. 1,4 milliard de dollars singapouriens (1 milliard de dollars américains) seront investis.

L'ouverture est prévue pour 2022, mais la date définitive dépendra évidemment de la vitesse des travaux. « Le datacenter n’est pas spécifique au pays où se trouvent les utilisateurs… c’est un processus dynamique » explique Thomas Furlong, vice-président chez Facebook.

Pour rappel, cette région du globe (et plus particulièrement l'île de Singapour) n'intéresse pas que Facebook puisque Google y a également ouvert un datacenter en 2013.

Il ne s'agit pour le moment que d'une vision de l'esprit, pas d'un prototype fonctionnel. Pour le constructeur, la voiture du futur devrait pouvoir remplacer l'avion.

Il met en avant le temps de passage des contrôles de sécurité dans les aéroports et la nécessité de s'y rendre, deux points balayés avec la voiture autonome qui fait du porte à porte. Par contre, il oublie de préciser que le temps de trajet sera certainement sans commune mesure selon la distance.

Pas de poste de pilotage dans la 360c, la conduite se fait évidemment de manière autonome. Tout l'espace intérieur est ainsi aménageable. Suivant les configurations et les besoins, il peut y avoir un salon, un bureau ou un lit.

« Nous considérons le 360c comme le point de départ d'une conversation, avec des idées, et de réponses à venir lorsque nous en apprendrons davantage » précise Mårten Levenstam, vice-président en charge de la stratégie chez Volvo Cars.

Le ministère de la Justice et les procureurs des États américains ont prévu une rencontre cette semaine. Le thème ? Les craintes que les réseaux sociaux « étouffent volontairement le libre échange d'idées », rapporte Reuters.

Depuis plusieurs mois, les médias et réseaux sociaux sont accusés par les Républicains de biais politique. Selon eux, ces entreprises privilégieraient les points de vue de gauche, dans leurs classements et leur modération.

Dernièrement, Donald Trump a menacé ces sociétés, en premier lieu Facebook et Google, les menaçant d'une enquête. Le président de l'autorité des télécoms (FCC), Ajit Pai, a remis le couvert hier en amont d'auditions de Facebook et Twitter au Congrès américain.

Depuis maintenant plus d'un an, le nom du treizième docteur est connu :  Jodie Whittaker (Broadchurch). Depuis, la BBC a mis en ligne plusieurs vidéos sur la 11e saison de la série, mais nous n'avions pas encore la date de lancement.

C'est désormais chose faite : Doctor Who reviendra à partir du 7 octobre. La BBC dévoile également le nom du premier épisode : « The Woman Who Fell to Earth » (la femme qui tomba sur Terre).

Le navigateur, qui favorise votre anonymat en ligne, introduit des améliorations attendues de longue date. La première concerne la version de Firefox ESR qui passe à la 52.x à la 60.x.

Ensuite, il est question de l'accueil d'un nouvel utilisateur. Ici, tout a été retravaillé tant graphiquement qu'au niveau des explications données afin de permettre une meilleure compréhension du fonctionnement de Tor Browser.

Dans le cas où Tor serait bloqué, l'utilisation d'un bridge est aussi facilitée. Son IP est en effet plus simple à récupérer, le tout passant par une procédure nécessitant seulement un captcha, plutôt que d'envoyer un email ou de se rendre sur un site.

Il est désormais plus simple de voir le circuit utilisé directement dans Firefox, en cliquant sur le petit oignon à gauche de l'URL.

De nouvelles langues sont également supportées et de nombreux composants ont été mis à jour, ne serait-ce que pour s'adapter à la mise en place des WebExtensions. L'équipe prévient également que WebGL ne fonctionne pas pour le moment.

Dans le même temps, la première alpha de la branche 8.5 a également été mise en ligne, celle-ci apportant pour le moment peu de changements.

Paper se dote de plusieurs nouvelles fonctionnalités visant à simplifier le travail collaboratif. Les utilisateurs ont ainsi droit à la prise en charge de trois services, pour en prévisualiser les données directement dans le document en cours.

D’abord un service maison, avec les dossiers Dropbox. En cas de lien vers l’un d’eux, Paper en affiche maintenant le contenu, avec possibilité de naviguer dans son arborescence. Le tout sans quitter la page en cours. Si des données sont modifiées, les changements sont répercutés dynamiquement.

Paper prend également en charge Airtable, un service organisationnel qui se veut à mi-chemin d’un tableur et d’une base de données. Les utilisateurs ayant le code d’intégration d’une base pourront l’intégrer dans Paper, qui affichera alors le tableau correspond.

Même chose pour Lucidchart, dont les diagrammes et schémas peuvent être affichés dans Paper via les liens de publication fournies par le service tiers.

Ces fonctionnalités sont actives depuis hier pour tous les utilisateurs de Paper, y compris dans sa déclinaison gratuite.

La néo-banque proposait déjà un compte Business, un compte Black, mais pas un mélange des deux. C'est désormais le cas. Les anciens clients Business peuvent migrer vers la version Black, tandis que les nouveaux ont le choix.

Le Business Black s'adresse particulièrement aux auto-entrepreneurs voyageant beaucoup dans le monde. Il n'est par contre pas destiné aux entreprises. En partenariat avec Allianz Global Assistance Europe, il propose diverses assurances.

Comme avec le compte Black classique, « aucun frais n'est facturé lorsque vous retirez de l’argent en devises étrangères et le taux de change réel Mastercard est appliqué ». Cinq retraits par mois sont gratuits, les autres sont payants. Enfin, un cashback de 0,1 % est également reversé sur votre compte pour les achats effectués avec votre Mastercard.

Un compte N26 Business Black coûte 9,90 euros par mois. Tous les détails se trouvent par ici. Pour rappel, le compte N26 Business classique est gratuit.

Ce changement était attendu de longue date, il est désormais effectif. L'outil de chiffrement développé par le français Mounir Idrassi intègre la distribution pensée pour utiliser un ordinateur de manière anonyme.

Cette intégration s'est faite à travers GNOME et sera disponible de manière plus générale, notamment dans Debian 10 (Buster) et Ubuntu 18.10 (Cosmic Cuttlefish) précise l'équipe.

L'autre grand changement vient de la possibilité d'installer un paquet Debian de manière récurrente, dès que la distribution est lancée. Attention tout de même, l'utilisation de paquets tiers peut compromettre votre sécurité, ceux-ci n'ayant pas été validés par l'équipe de Tails, contrairement à ceux inclus par défaut.

Bien entendu, Tor Browser 8.0 est de la partie, entre autres mises à jour. De plus, Thunderbird est désormais utilisé pour la lecture de flux Atom/RSS. Liferea disparaitra ainsi de la distribution dans sa version 3.12, attendue pour début 2019.

Selon Richard Burr, le président du comité du renseignement du Sénat, hier, le risque reste bien présent. Le traumatisme de l'ingérence russe dans la dernière élection présidentielle reste vif, à l'approche des élections législatives de mi-mandat en novembre.

Plusieurs grands groupes se sont rencontrés dernièrement, pour parler stratégie. Facebook fait le tour des médias pour présenter une « war room » flambant neuve à Menlo Park, destinée à surveiller les activités anormales sur son réseau.

À peine trois semaines après la version 1.26, la nouvelle venue remet le couvert, en officialisant notamment le nouveau panneau de réglages, en travaux depuis des mois. Les développeurs préférant l’ancien éditeur JSON pourront y revenir en modifiant le réglage « workbench.settings.editor ».

La nouvelle interface amène plusieurs avantages, dont le respect des thèmes sombres, une navigation au clavier plus efficace, une barre de menu moins intrusive et plusieurs problèmes ont été résolus avec les lecteurs d’écrans pour personnes handicapées.

Le fil d’Ariane, nouveauté de la version 1.26, a été amélioré. Les symboles du document actif sont par exemple surlignés dans l’éditeur, la barre apparaît automatiquement quand la commande Focus (Ctrl+Shift+;) est lancée et elle s’accommode mieux des thèmes.

Parmi les autres changements, notons un menu Tasks renommé Terminal – intégrant au passage plusieurs fonctions liées au terminal intégré – la possibilité sous macOS d’ouvrir une nouvelle fenêtre sous forme d’onglet natif, l’ouverture d’un fichier dans un nouvel éditeur via le clic molette ou encore l’autocomplétion des chemins pour les imports CSS.

La version Android du navigateur Edge évolue moins rapidement que celle pour iOS, mais les améliorations finissent quand même par arriver.

La nouvelle version 42 fournit ainsi de meilleures performances (comme chaque fois finalement), l’accès rapide aux nouveautés depuis le menu Réglages ainsi que la possibilité de voir les notes manuscrites réalisées dans les ebooks depuis des appareils compatibles (tablettes notamment).

Mais on attend surtout que Microsoft répercute dans cette déclinaison sa fonction Timeline, disponible sous Windows 10 depuis le printemps dernier et déjà présente dans Edge pour iOS. Pour rappel, la Timeline fournit un historique commun d’activités, le compte Microsoft servant de lien entre les appareils.

Le gestionnaire de listes et tâches, qui prend le relai de Wunderlist, dispose depuis peu du support de l'écriture manuscrite.

Le seul moyen pour en profiter actuellement est de faire partie du programme Windows Insider, donc d'avoir une préversion du système. La branche actuelle débouchant sur la mise à jour October 2018, l'attente ne sera plus très longue.

Le fonctionnement est celui que l'on peut en attendre : on écrit au stylet sur une ligne et le texte est automatiquement converti puis pris en charge par le service. Il n'est pas possible pour l'instant de modifier le texte une fois fini, mais Microsoft promet que ce sera le cas.

Finalement, les informations sont plus nombreuses dans les réponses au tweet que dans l'annonce elle-même. On apprend ainsi que ce support d'écriture devrait être étendu à d'autres plateformes, que la gestion du multicompte sera bel et bien intégrée plus tard, qu'un canal To-Do Insider est en réflexion, qu'une vignette dynamique arrivera bientôt et que le multicompte est lui aussi prévu.

Mauvaise nouvelle cependant pour les utilisateurs de macOS, puisqu'une déclinaison de To-Do n'est pas dans les tuyaux pour l'instant. Selon le développeur Simon Chan, l'équipe se penchera sur la question dans « une paire de trimestres ».

À Just Security, Fionnuala Ni Aolain, l'experte de l'Onu en protection des droits de l'homme dans la lutte contre le terrorisme, détaille l'intention d'une lettre à Facebook datée du 24 juillet (PDF). Elle affirme aussi avoir rencontré des représentants du groupe, la semaine dernière.

Il définit les terroristes comme « toute organisation non-gouvernementale qui mène des actes de violence prémédités contre des personnes ou bien pour intimider une population civile, les autorités ou des organisations intellectuelles dans un but politique, religieux ou idéologique ».

Facebook considère ainsi l'Armée syrienne libre, opposée à Bachar El-Assad, comme un groupe terroriste dont les contenus doivent être supprimés. Des comptes de personnes chroniquant la persécution de minorités birmanes par les autorités (elles-mêmes récemment bannies du réseau social) étaient aussi retirés. À tort, considère la spécialiste.

La professeure à l'Université de droit du Minnesota demande à Facebook d'aligner son analyse sur celle du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu. À Just Security, elle assure que le problème ne concerne pas que Facebook.

Il est d'autant plus sensible dans le contexte européen, la Commission distribuant bons et mauvais points dans la suppression rapide des contenus terroristes. Elle envisage d'imposer ce retrait en une heure après signalement.

L'application reçoit actuellement le même thème sombre que celui disponible sur iOS depuis quelques mois.

Comme souvent, tout le monde ne l'obtiendra pas en même temps. Si l'application ne vous propose pas automatiquement de l'essayer, vous pouvez vérifier sa présence dans les Paramètres généraux de l'application. Un interrupteur doit permettre la bascule.

Il faut également s'assurer que l'on possède bien la dernière version de l'application, estampillée 13.35.51. Mais, comme indiqué, l'installer ne garantit pas que vous trouverez le fameux thème.

Fidèle à son habitude, Google publie chaque début de mois le listing des failles de sécurité bouchées avec ses dernières mises à jour.

Il y a deux niveaux de patchs : le premier daté du 1er septembre pour les failles générales et le second du 5 septembre avec des brèches plus spécifiques, en plus de celles dans le correctif du 1er septembre.

Google espère ainsi que les fabricants proposeront rapidement le patch du 1er septembre à une large gamme de terminaux, avant de déployer celui du 5 septembre dans un second temps.

Quoi qu'il en soit, le premier regroupe une vingtaine de failles, contre plus d'une trentaine pour le second, soit 59 vulnérabilités au total. 11 sont jugées critiques et plus d'une quarantaine avec un niveau de dangerosité élevé.

Ne reste maintenant plus qu'à attendre que les fabricants proposent les mises à jour… s'ils le font. De son côté, Google a mis en ligne les images pour ses Nexus/Pixel.