Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Le groupe aurait-il enfin compris qu'une partie de ses problèmes se trouvait dans les tarifs ?

Après avoir presque réduit la portion (et l'intérêt) de ses contenus en clair, rendu son offre modulaire, lancé un nouveau décodeur, s'être associé à Samsung puis Apple, amélioré myCanal, intégré son offre de VOD et revu de fond en comble ses différents parcours d'abonnement, Canal+ propose de nouvelles promotions.

Et pour une fois, cela ne concerne pas que « Canal+ La chaine », comme pour la remise réservée aux moins de 26 ans qui n'a pas vraiment d'intérêt, sinon annoncer un tarif « dès 9,95 euros sans engagement » pour les jeunes.

Pour la rentrée, le groupe lance une « Offre imbattable » qui intègre la chaîne principale mais aussi ses dérivés : Décalé, Cinéma, Sport, Séries et Family. Le tout pour 21 euros par mois contre 35 habituellement (-40 %). Seule contrainte : il faut s'engager deux ans.

Cette solution est loin d'être parfaite puisqu'elle ne bénéficie pas de la modularité de l'abonnement, vantée par le groupe. Ainsi, il n'est pas proposé d'ajouter les packs Famille, Sport et/ou Ciné Séries. Espérons que cela sera possible dans l'espace client.

Car pour avoir accès au pack Ciné Séries en plus des chaînes Canal+ il vous en coûtera toujours 45 euros par mois avec un engagement de deux ans via l'abonnement à la carte. « L'intégrale » est de son côté proposée pour 79,90 euros par mois.

N'oubliez pas non plus d'ajouter d'éventuels frais pour l'accès à une Apple TV 4K ou un décodeur nouvelle génération (6 euros par mois). Il est néanmoins proposé d'accéder aux contenus sans frais supplémentaires si vous utilisez votre propre matériel, comme une box Android TV ou une TV connectée par exemple.

Notez que le décodeur +Le Cube TNT est proposé sans frais supplémentaire, excepté une caution de 75 euros.

Bref, Canal+ semble infléchir sa position sur ses tarifs pour reconquérir des abonnés, même si tout est encore loin d'être rose. Reste à voir si cette stratégie s'avère payante alors que le groupe fait face à des attaques sur l'ensemble de ses fondamentaux, aussi bien dans le sport (RMC), que dans l'offre de films et séries (Amazon, Netflix) ou même sur l'accès unifié à la TV avec une plus-value au niveau du service (Molotov).

L'annonce a été faite par Donald Mustard, directeur de la création d'Epic Games, sur Twitter. Le plateau reprend évidemment les lieux du jeu, avec Tilted Towers à la place de la Rue de la Paix. Les mécaniques de cette version Fortnite ne sont d'ailleurs pas les mêmes que sur les autres Monopoly.

Comme l'explique IGN, il faut être le dernier encore en vie pour remporter la partie. L'argent est remplacé par des points de vie et un des deux dés donne des mouvements ou des actions, par exemple pour attaquer un autre joueur. La Tempête, élément crucial dans Fortnite, sera évidemment présente.

Le revendeur Zavvi avait référencé le jeu il y a quelques jours, à 30,99 euros. La page a depuis été supprimée, mais elle est toujours disponible dans le cache de Google.

L'agence gouvernementale spécialisée dans les nouvelles technologies à usage militaire explique que cet argent servira à développer les projets (nouveaux et existants) de son programme « AI Next ».

Steven Walker, directeur de la Defense Advanced Research Projects Agency (Darpa), donne sa vision de l'IA : « Aujourd'hui, les machines manquent de capacités de raisonnement contextuel et leur entraînement doit couvrir toutes les éventualités, ce qui est non seulement coûteux, mais finalement impossible ».

Le but d'AI Next est donc de « voir comment les machines pourraient acquérir des capacités de communication et de raisonnement de type humain, avec la possibilité de reconnaître et s'adapter à de nouvelles situations ».

Après l'arrivée de la distribution Tails 3.0 et de la version 8.0 du navigateur, ce dernier débarque sur certains appareils mobiles.

Cette première mouture se propose de vous protéger contre le pistage et la surveillance en ligne, avec trois couches de chiffrement et l'utilisation du réseau Tor. Les fonctionnalités de blocage du fingerprinting sont également en place.

Pour le moment, Tor Browser pour Android est proposé comme une version Alpha, à utiliser avec prudence donc. L'équipe précise qu'Orfox, précédemment mis en place par le Guardian Project, va progressivement être écarté.

La transition devrait être finalisée d'ici début 2019. Orbot, qui permet d'utiliser Tor via des applications tierces sous Android, peut toujours être utilisé. Il est d'ailleurs nécessaire au nouveau navigateur dont l'intégration n'est pas encore complète, ce qui changera.

Concernant iOS, rien ne semble prévu pour le moment, mais Onion Browser est recommandé.

Huawei indique simplement qu'il sera question de son « nouveau smartphone », sans plus de détail. Le lieu et l'heure sont encore à confirmer.

Chez Microsoft, le matériel sera à l'honneur, là encore sans en savoir plus. Selon Ars Technica, il ne devrait pas y avoir d'annonces fracassantes, mais plutôt une mise à jour de la gamme Surface suite au lancement des processeurs Whiskey Lake et Amber Lake d'Intel.

Pour rappel, Apple tiendra sa conférence de la rentrée ce mercredi 12 septembre, contre le mardi 9 octobre pour Google.

Pour le moment, seuls Bing et Yandex sont supportés par le navigateur, mais cela pourrait changer avec sa version 63.

En effet, comme repéré par nos confrères de Ghacks, un patch vient d'être validé dans ce but et devrait être intégré à cette prochaine mouture, attendue pour octobre.

Reste à voir si d'autres sont prévus. Qwant doit notamment proposer ce type de service d'ici quelques mois. Certains membres de son équipe étant issus des rangs de Mozilla Europe, espérons que cette intégration sera rapidement proposée.

C'est le 10 septembre 2019 que le co-fondateur emblématique du géant chinois de l'ecommerce quittera officiellement ses fonctions. L'homme d'affaires, l'un des plus riches de Chine avec près de 40 milliards de dollars, vient de fêter ses 54 ans et souhaite désormais se consacrer à des projets philanthropiques, notamment dans l'éducation (il était auparavant professeur).

Il avait pour rappel déjà laissé le poste de CEO en 2013 pour devenir alors executive chairman. L'année prochaine, Daniel Zhang, actuel CEO d'Alibaba, prendra sa place. Il est connu pour être l'un des architectes du « Singles Day », un événement en Chine avec jusqu'à 256 000 transactions par seconde pour Alibaba l'année dernière.

« Sous sa direction, Alibaba a connu une croissance constante et durable pendant 13 trimestres consécutifs… Commencer la procédure du passage du flambeau d'Alibaba à Daniel et son équipe est la bonne décision au bon moment » affirme Jack Ma selon Reuters.

Il continuera néanmoins d'encadrer la direction du groupe via « Alibaba Partnership », un ensemble de 36 dirigeants ayant la capacité de nommer la majorité des administrateurs du conseil.

Les rumeurs se multiplient autour d'une annonce au salon de Las Vegas.

Outre la mention de Castle Peak et d'un chipset X499 qui viendrait remplacer l'actuel X399, certains commencent à imaginer qu'AMD pourrait profiter du salon de Las Vegas pour évoquer son passage à une nouvelle architecture et au 7 nm.

Faut-il ainsi s'attendre à du PCI Express 4.0 et jusqu'à 64 cœurs ? Rien n'est moins sûr pour le moment. Mais il semblerait qu'il ne faille plus attendre que quelques mois pour en avoir le cœur net.

La version 19, lancée au début de l'été, aura droit à une première « release à point » pour la fin de l'année, en novembre ou décembre selon l'équipe de développement.

Nommée Tessa, cette mouture aura la même mission qu'habituellement : rassembler sous un même parapluie tous les correctifs sortis jusque-là, et en ajouter quelques autres au passage.

Comme toujours, les utilisateurs pourront mettre à jour depuis le gestionnaire intégré et les images ISO seront adaptées.

Après avoir été mis à l'amende pour ses pratiques douteuses, le constructeur chinois avait expliqué ne pas être le seul concerné tout en critiquant les outils de mesure des performances.

Alors qu'UL avait décidé de supprimer les résultats de certains modèles concernés par un mécanisme de détection des benchmarks, les deux sociétés ont finalement publié un communiqué conjoint.

Son objectif est que personne ne perde la face, quitte à paraître parfois un peu ridicule. Ainsi, on peut y lire que... Huawei avait mis en place un dispositif d'intelligence artificielle (sacré mot fourre-tout) visant à maximiser les performances dans différentes situations.

Quoi qu'il en soit, tout le monde s'aime à nouveau et le constructeur travaillera avec UL à nouvelles méthodes de test, les deux sociétés cherchant à « participer au développement de standards pour l'industrie qui servent au mieux les intérêts des constructeurs de la presse et des consommateurs ».

Les appareils d'Huawei restent bannis, mais la situation évoluera avec l'arrivée d'un nouveau « Mode Performance » qui permettra aux utilisateurs d'avoir de bons scores de manière générale… et ainsi afficher de gros chiffres dans 3DMark.

Tout est donc bien qui finit bien (ou presque).

La nouvelle mouture de l'application ne devrait plus tarder à arriver. Son développeur a récemment confirmé que la bêta 8 serait la dernière avant qu'elle ne soit finalisée.

Elle apporte principalement le chiffrement du système sur les machines avec Secure Boot, qui était attendu par certains depuis longtemps.

Quelques correctifs sont également présents, notamment du côté de la fonctionnalité Secure desktop. Sa publication est prévue dans la journée.

Microsoft propose depuis peu aux Xbox Insiders une Skill permettant d’utiliser son ordinateur ou n’importe quel objet connecté compatible Cortana/Alexa pour contrôler vocalement sa console.

L’ajout, limité aux seuls États-Unis pour l’instant, autorise des commandes plus nombreuses que celles autorisées jusque-là. Lancer une application, allumer/éteindre la console, monter le son, enregistrer une partie, regarder une chaîne ou encore démarrer une diffusion sur Mixer.

Certains se demanderont pourquoi la console ne prend pas directement en charge ces instructions. Elle pouvait, dans une certaine mesure, mais uniquement quand le Kinect était un accessoire « courant », puisqu’il intégrait un micro. Ou si l’utilisateur porte un casque-micro.

La procédure fournie par Microsoft implique de renseigner les comptes adaptés pour les lier à la console. Bien que les smartphones Android/iOS soient utilisables, les commandes vocales ne seront réellement pratiques qu’en cas d'enceinte connectée de type Amazon Echo, Harman Kardon Invoke ou Sonos One.

En fin de semaine dernière, Dave Morton (directeur comptable) démissionnait de ses fonctions seulement un mois après son arrivée. La raison selon Reuters serait la trop forte médiatisation du groupe et le rythme de travail.

« Je veux dire clairement que je crois fermement en Tesla, en sa mission et en ses perspectives et que je n’ai aucun désaccord avec la direction de Tesla ni avec ses publications financières » ajoute-t-il dans un communiqué repris par nos confrères.

TechCrunch indique de son côté que plusieurs promotions ont eu lieu au sein des responsables de Tesla. Certaines étaient déjà en place avant la démission de Dave Mortonn aucun recrutement n'ayant été fait. De nouveaux responsables donc, mais avec une charge de travail toujours plus importante.

Jeudi, c'est le PDG de la société (Elon Musk) qui faisait la une des journaux avec une nouvelle frasque : il a tiré une bouffée sur un joint de cannabis et bu du whisky lors d'une émission diffusée en direct sur Internet.

« Je ne suis pas un fumeur d’herbe régulier » affirme-t-il durant l’émission, avant d'ajouter : « Je ne ressens en fait aucun effet [...] Je ne trouve pas que ce soit très bon pour la productivité ».

Certains en profitent de nouveau pour demander le retrait d'Elon Musk, ou bien la mise en place d'un codirecteur général, comme l'explique Reuters. « Nous pensons qu’il s’agit d’une preuve supplémentaire que le moment est venu pour la direction et pour le conseil d’administration de s’attaquer à ces problèmes » affirme une analyste du courtier Consumer Edge.

Vendredi matin, la bourse a sanctionné Tesla d'une baisse de 7 % du titre, qui passait alors de 280 à 260 dollars (263 dollars actuellement). Nous sommes loin des 380 dollars de début août, suite à la déclaration d'Elon Musk de retirer Tesla de la bourse. Depuis, la société a fait savoir que ce plan n'était plus d'actualité.

Le passage d'Elon Musk jeudi a également suscité des réactions du côté de SpaceX, une autre de ses sociétés, non côtée en bourse. Alors que certains affirmaient que l'US Air Force avait ouvert une enquête, il n'en est rien… pour le moment.

« Il est inexact [de dire] qu'il y a une enquête. Nous aurons besoin de temps pour déterminer les faits et la réponse appropriée pour gérer la situation » affirme un porte-parole à The Verge.

L'adjoint au logement de la mairie de Paris veut interdire la location d'appartements entiers via Airbnb, dans le coeur historique de la capitale.

« Airbnb, de fait, a fait main basse sur un certain nombre de quartiers de Paris » a-t-il déclaré dans un entretien à franceinfo le 6 septembre. Selon lui, un quart des logements des quatre premiers arrondissements de Paris sont des résidences secondaires et des locations touristiques. Il impute au service la baisse du nombre d'habitants depuis cinq ans, donc du nombre de classes en écoles

Airbnb et Paris, c'est une longue histoire d'amour. La société a limité le nombre de nuitées louables à 120 par an par client, pour leur éviter d'avoir à déclarer leur activité. Une décision faussement volontaire, menée sous la pression de la mairie. En avril, elle avait attaqué l'entreprise sur l'enregistrement de ces locations.

La chaîne de supermarchés a pour rappel été rachetée par Amazon il y a un peu plus d'un an pour 13,6 milliards de dollars.

Dans une lettre envoyée aux employés de Whole Foods, un groupe de travailleurs membres d'un comité interrégional explique être « préoccupé par la direction » prise par la société depuis son rachat.

Pêle-mêle, ils demandent un salaire minimum, l'adhésion au plan 401k, des congés maternité payés, des assurances maladie moins chères, etc. La lettre affirme également que « les licenciements continueront en 2019 et au-delà, car Amazon vise à réduire de manière dynamique la main-d'œuvre ».

« Nous ne pouvons pas laisser Amazon refaire l’ensemble du paysage de la distribution en Amérique du Nord sans adopter la pleine valeur des membres de son équipe » affirme le groupe dans son email.

Il ajoute : « Le succès d'Amazon et de [Whole Foods] ne devrait pas se traduire par une exploitation de notre dévouement et une menace pour notre stabilité économique ».

Quand Microsoft diffusera le mois prochain sa mise à jour October 2018, les utilisateurs pourront se servir de Your Phone pour lier leur smartphone Android et effectuer plusieurs types d’actions.

Dans la dernière préversion 17755 (canal rapide), l’application gagne l’envoi et la réception de SMS. L’écriture peut se faire au clavier, au stylet sur les dalles compatibles, ou par dictée vocale (uniquement en anglais pour l’instant).

On se demande pourquoi cet outil, pourtant simple, aura mis si longtemps pour arriver jusqu’à Windows. macOS propose ces fonctionnalités depuis des années pour les iPhone, sans parler de la multitude d’outils tiers dans ce domaine.

Notez que la build 17755 n’affiche plus le watermark en bas à droite de l’écran. Microsoft prévient : il ne faut pas y voir le signe que la mise à jour est prête. La route touche quand même à sa fin, toutes les dernières builds n’ayant apporté que des corrections.

L’actuelle ne comporte d’ailleurs plus que deux problèmes connus, l’un provoquant des soucis d’affichage en grossissant le texte, l’autre empêchant le Narrateur de lire ce que l’utilisateur fait quand il se trouve dans les Paramètres Windows.

La filiale française de SFR compte transférer son activité fibre en zones moins denses (agglomérations moyennes et zones rurales, soit la majorité de son réseau) dans une société tierce, « SFR SA ».

Une manière de trouver des fonds, quitte à perdre la majorité du capital de cet actif. Selon Les Échos, le groupe attend une dizaine de fonds candidats pour entrer, avec une valorisation attendue entre trois et quatre milliards d'euros.

Des investisseurs pourront prendre de 40 à 60 % de son capital, selon nos informations. Aux Échos, des proches du dossier déclarent que même s'il perd la main, Patrick Drahi compte conserver des options d'achat. Des discussions avec les syndicats sont attendues d'ici la fin d'année.

Le projet suit le partage des pylones au fonds KKR, via la coentreprise SFR Tower Co, annoncée en juin.

Ce n'est pas la première fois que le président des États-Unis s'en prend à la pomme sur ce terrain : elle devrait produire ses iBidules et ses Mac chez ce bon vieil oncle Sam.

Dans un tweet publié samedi soir, Trump prévient que les tarifs d'Apple pourraient augmenter « à cause des tarifs massifs que nous pourrions imposer à la Chine », la solution maison aux importations massives.

Mais le président rassure : « il y a une solution simple où il n'y aurait aucune taxe », voire « une incitation fiscale ». C'est évidemment la production sur place. « Commencez à construire de nouvelles usines maintenant. Excitant ! » s'emballe le président.

On se demande d'ailleurs si la date de cette nouvelle poussée de conseils économiques a été calculée, le tweet du président intervenant alors qu'Apple s'apprête à renouveler complètement sa gamme d'iPhone.

En attendant, comme c'est souvent le cas, les réponses n'ont pas manqué sur Twitter. Particulièrement pour lui rappeler que de nombreux vêtements portant son nom ou celui de sa femme sont produits… en Chine.

Dans une publication sur la lutte contre les manipulations politiques en période électorale, le fondateur de Facebook décrit le chiffrement comme un problème.

« Donner une voix aux gens est au coeur de notre mission. Mais leur sécurité est aussi notre responsabilité. Le chiffrement améliore la vie privée et la sécurité des individus, mais complique la lutte de masse contre la désinformation et la haine » estime le patron du groupe.

Bien des États demandent d'affaiblir le chiffrement, dernièrement les Five Eyes, avec WhatsApp en ligne de mire. Les « fake news » sont donc un angle de choix.

Ce débat a été alimenté par plusieurs enquêtes récentes. Fin juillet, le Washington Post clamait que la désinformation était pire sur la messagerie chiffrée que sur les autres réseaux sociaux.

La semaine dernière, le quotidien a aussi enquêté sur le Momo Challenge, une série de défis dangereux qui se répandrait via la messagerie dans plusieurs pays. Enfin, Buzzfeed est revenu sur le meurtre de cinq personnes dans un village indien, soupçonnés à tort de rapt d'enfants, sur la base de vidéos publiées sur WhatsApp.

Probablement très échaudée par le cas XP, Microsoft prévient à nouveau pour Windows 7 : son support technique sera définitivement arrêté le 14 janvier 2020.

Le système aura alors plus de dix ans d’entretien derrière lui, avec la classique séparation en deux : cinq ans de support classique avec améliorations et fonctionnalités supplémentaires, puis cinq de support étendu, uniquement pour les bugs et failles.

L’entreprise rassemble ces informations dans une page, avec pour principal message un risque évident de sécurité après la date fatidique. Les utilisateurs ont encore plus d’un an pour préparer une migration vers Windows 10 ou n’importe quel autre système.

Mais Microsoft le sait, l'avertissement n’a aucune chance d’arriver jusqu’à l’intégralité des utilisateurs. Beaucoup achètent un ordinateur sans connaissance particulière dans ce domaine, ni proche capable de leur transmettre ce type d’information.  

Par ailleurs, les entreprises vont devoir elles aussi composer avec cette date. C’est pour elles que Microsoft avait repoussé plusieurs fois l’échéance de Windows XP. Même si la société paraît ferme pour l’instant, l’histoire pourrait se répéter.

Dans tous les cas, Microsoft aura fort à faire. Si l’on en croit StatCounter, plus de 38 % des machines Windows dans le monde sont encore sous 7, Windows 10 n’ayant pris le pas qu’en décembre 2017.

Lors d'une réunion à Vienne samedi 8 septembre, le ministre français de l'Économie a encore poussé une réforme de l'impôt européen pour ces entreprises, rapporte La Tribune.

Parmi les pistes envisagées, en compromis avec les États-membres réfractaires, figure une clause de caducité de l'impôt en cas d'accord mondial. La France accepterait aussi une compensation pour l'Irlande, bénéficiaire du système actuel ; au point d'avoir des ennuis avec la Commission européenne sur le cas Apple. L'Irlande et des pays nordiques voudraient plutôt un accord mondial.

Cette nouvelle taxation européenne pourrait concerner 200 entreprises, pour un rendement annuel de cinq milliards d'euros. L'Allemagne aurait cherché à temporiser les travaux, même si un accord pourrait bien être trouvé d'ici la fin d'année.

Si vous utilisez Adware Doctor sur Mac, il est temps d’arrêter. Apple a supprimé l’application de son Mac App Store, mais en prenant son temps : le chercheur Patrick Wardle avait notifié de la dangerosité du logiciel il y a un mois.

Adware Doctor se proposait, contre quelques euros, de nettoyer la machine de ses cochonneries virtuelles, mais pouvait en fait récupérer l’historique de navigation pour l’envoyer sur des serveurs en Chine, pour une finalité inconnue.

Wardle explique que les données étaient rassemblées dans un fichier Zip protégé par un mot de passe, présent en dur dans le code du logiciel. Chrome, Firefox et Safari sont concernés.

Adware Doctor devrait être bloqué par la sandbox imposée à tous les logiciels du Store, mais s’en échappe avec une autorisation donnée par l’utilisateur, car présentée sous forme d’une demande d’accès aux autres processus pour faire correctement son travail.

L’application a donc fini par être supprimée de l’App Store, ce qui n’empêche aux copies installées de continuer à fonctionner. 9to5mac note que les serveurs chinois sont hors ligne, mais rien n’empêche une réactivation plus tard.

On peut comprendre que le cas ait ennuyé Apple, Adware Doctor étant classé dans le Top 5 des outils payants, juste derrière Final Cut Pro, Magnet et Logic Pro X. La fiche était accompagnée par un grand nombre d’avis très positifs et de notes cinq étoiles.

Elle est annoncée suite au lancement de la version 1.0 de PlayerUnknown’s Battlegrounds sur la console de Microsoft.

Amateur de poulet frit et autres aliments gras, vous pourrez donc déguster votre repas avec les doigts et jouer sans craindre d'abîmer votre manette… le rêve ? Surement pour certains…

Il s'agit évidemment d'un clin œil au message que reçoivent les gagnants d'une partie : « Winner Winner Chicken Dinner ».

La Xbox One Greaseproof semble produite à 200 exemplaires si l'on en croit les visuels, mais aucune indication sur la mise en vente ou le prix n'est donnée. La page officielle Xbox Australie et Nouvelle-Zélande permet d'en gagner 5 pour le moment.