Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Chaque deuxième mardi de chaque mois, Microsoft publie ses mises à jour de sécurité pour ses produits encore supportés.

Pour Windows 7 SP1, Windows Server 2008 R2 SP1, Windows 8.1 et Windows Server 2012 R2, plusieurs failles sont colmatées, dont certaines critiques. Parmi les composants touchés, on note le Shell, Hyper-V, le noyau, JET Database Engine et MSXML.

Si vous êtes sous Windows 10, toutes les branches supportées reçoivent à peu près les mêmes correctifs. Seule l'actuelle branche April Update (1803) bénéficie de quelques corrections supplémentaires, dont une dans l'assistant de compatibilité qui pouvait entraîner une utilisation CPU intensive.

Les branches précédentes (qui concernent essentiellement les grandes entreprises) reçoivent dans la plupart des cas les mêmes que pour la 1803. Même la mouture originale de Windows 10 continue de recevoir des mises à jour.

Comme toujours, le téléchargement se fait via Windows Update.

Hier, l'opérateur annonçait que l'Inde et la Malaisie étaient désormais incluses dans les 25 Go de roaming par mois de son forfait à 19,99 euros. Aujourd'hui, Univers Freebox pointe une nouvelle brochure tarifaire, avec des changements sur les appels vers l'international et la data en roaming.

On note de nombreuses hausses. En voici quelques exemples : 1,35 euro par minute vers l'Afghanistan, l'Afrique du Sud, l'Angola, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, le Bangladesh, le Bhoutan, le Botswana, etc. (il y en a des dizaines du genre).

Il en est de même pour la data depuis certains pays, qui passe de 3,95 ou 4,95 euros à 9,70 euros par Mo : Albanie, Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Aruba, Barbade, Bermudes, Bonaire, Îles Caïman, Cambodge, etc.

Bref, si vous prévoyez d'appeler vers l'international ou de vous déplacer, pensez à consulter la brochure tarifaire de l'opérateur afin d'éviter toute déconvenue.

Alors que le constructeur vient seulement de diffuser ses documents techniques détaillés à la presse, les premiers articles sur l'architecture Turing sont attendus pour ce vendredi.

Pour ce qui est des tests, un premier report avait été évoqué. Aujourd'hui, on apprend qu'il faudra attendre encore une semaine pour connaître les performances des nouveaux bébés de NVIDIA. Une décision qui aura l'avantage de limiter les articles à répétition.

Mais c'est bien le retard du constructeur et de ses partenaires qui semble être à l'origine de ce choix, les cartes et leurs pilotes tardant à atteindre les rédactions. L'arrivée dans les stocks des revendeurs est, elle, toujours prévue pour le 20 septembre.

Autant dire que vu les délais laissés aux journalistes pour décortiquer ces produits, il faudra sans doute encore quelques semaines pour bien analyser et comprendre les évolutions de Turing et des GeForce RTX.

En avril dernier, la Commission était « arrivée à la conclusion que les loot box payantes sont des jeux de hasard ». Elle ajoutait alors que si elles continuaient à être exploités, « une approche pénale était envisagée ».

Selon le journal Nieuwsblad, repris par Les Échos, le parquet de Bruxelles aurait ouvert une enquête à la demande de la Commission des jeux de hasard. Elle ciblerait deux titres d'Electronics Arts : FIFA 18 et le prochain FIFA 19.

En cause, toujours les fameuses boites à butins que l'on achète et dans lesquelles on récupère des objets plus ou moins rares. Selon le vice-président d'EA Sports Daryl Holt, elles « ne constituent pas un jeu de hasard étant donné que vous savez ce que vous achetez. Vous recevez un certain nombre de bonus garantis et nous sommes prêts à en révéler les probabilités ».

Il faut maintenant attendre de voir si cette affaire sera ou non portée devant un tribunal pour y être jugée.

Ce service a été lancé en bêta il y a deux ans presque jour pour jour, avec Amazon Cloud Drive comme outil de stockage. En décembre, Dropbox, Google Drive et OneDrive rejoignaient le hara, mais Amazon Cloud Drive n'était plus supporté à cause de défis « insurmontables ».

En mars 2017, il est disponible pour tous les abonnés Plex Pass. Moins d'un an plus tard, en février de cette année, la création de nouveaux comptes sur Plex Cloud était suspendue.

La cause : « des défis liés aux performances, à la qualité et à l'expérience utilisateur inhérentes aux intégrations des fournisseurs de cloud ».

Finalement, les défis à relever semblent incompatibles avec le besoin de garder un « coût raisonnable » pour ce service explique Plex sur son forum. Nous n'en saurons pas davantage. Concrètement, il ne sera plus possible d'accéder à votre compte Plex Cloud à partir du 30 novembre.

Les fichiers stockés sur les différents services en lignes resteront présents. Pour le reste, une FAQ a été mise en ligne.

La messagerie sécurisée propose cette option aussi bien dans son application Web que sur les versions Android et iOS.

Lors de la lecture d'un email, il faut cliquer sur le bouton d'options (flèche vers le bas ou menu hamburger selon les cas) puis sur Report phishing. Il sera alors envoyé à ProtonMail pour être analysé (il sera intégralement lisible par ses équipes).

Les retours des utilisateurs permettront ensuite d'améliorer la sécurité de toute la communauté, mais ProtonMail ne précise pas comment exactement.

Rappelons une règle de base : ne téléchargez jamais des pièces jointes provenant d'un email douteux ou d'une personne que vous ne connaissez pas. Il en est de même pour les liens dans les messages.

La plateforme de streaming a mis à jour les débits moyens constatés chez ses clients aux heures de grandes écoutes. Il n'y a que très peu de changements par rapport au précédent relevé.

SFR THD est toujours en tête avec 4 Mb/s (+0,04 Mb/s), suivi par Bouygues Telecom (3,57 Mb/s, +0,07 Mb/s), Orange (3,33 Mb/s, +0,02 Mb/s), SFR xDSL (3,11 Mb/s, +0,03 Mb/s) et enfin Free qui ferme la marche avec 2,96 Mb/s (+0,1 Mb/s). Pour rappel, ce dernier grimpe doucement depuis le début de l'année, où il était tombé à 1,39 Mb/s seulement.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel propose une refondation de la régulation, pour intégrer notamment les plateformes et réseaux sociaux à son champ. L'institution veut « intégrer les plateformes aux objectifs de cohésion sociale ».

Cette extension de son champ d'action au numérique est une demande récurrente depuis le siècle dernier, quand le Net sortait à peine de sa mare originelle. C'est désormais une urgence, selon le régulateur de l'audiovisuel, qui veut voir son rôle clarifié face aux autorités du numérique.

Depuis 2013, quand Arnaud Montebourg était ministre de l'Économie, les velléités de rapprochement avec l'autorité des télécoms, l'Arcep, sont récurrentes. Cette dernière plaide plutôt pour le maintien de son indépendance.

Nous reviendrons bientôt en détail sur les demandes du CSA, dans un article dédié.

L'opérateur annonce fièrement qu'il s'agit du « premier service commercial 5G au monde ». Mais attention, pas question ici de vous la servir sur votre smartphone. L'offre comprend en effet une box à installer chez vous afin de profiter d'un accès à Internet, exactement comme les 4G Box, mais en 5G cette fois-ci.

L'opérateur ne donne par contre pas de détail sur les fréquences utilisées. Les débits sont de 300 Mb/s environ et jusqu'à 1 Gb/s en pointe, mais ils peuvent varier grandement suivant les localisations. Verizon affirme qu'il n'y a « pas de limites sur les données ».

Quatre villes sont pour le moment concernées : Houston, Indianapolis, Los Angeles et Sacramento. Les précommandes ouvriront le 13 septembre pour une commercialisation le 1er octobre.

Les clients de l'opérateur avec un forfait éligible paieront 50 dollars par mois, contre 70 dollars pour tous les autres. Les habitants des quatre villes peuvent bénéficier de trois mois gratuits à l'occasion du lancement.

Cette annonce n'est pas une surprise. En novembre dernier, Verizon avait pour rappel déjà fait part de son intention de lancer des « services haut débit 5G » sur « trois à cinq marchés américains en 2018 ».

La Pomme présentera ce soir sa nouvelle ligne d'iPhone, qui promet un renouvellement complet de la gamme, tous les modèles abandonnant le bouton d'Accueil et présentant une encoche.

La « keynote » débutera à 19h avec, comme toujours, quelques mots lénifiants de Tim Cook sur les succès accumulés par l'entreprise depuis un an.

Mais, pour la première fois, la firme diffusera en direct cette conférence sur Twitter, ce qui promet au réseau un joli pic d'activité. 

Comme toujours, nous suivrons la présentation en direct pour vous en faire un compte-rendu. Noter que la nouvelle Apple Watch est attendue au passage, avec un écran plus grand obtenu par amincissement des bordures.

Le canal Canary de Chrome OS dispose depuis peu d'une importante nouveauté : la compatibilité avec les partages réseau NFS, dont SMB/Samba.

Ce n'est cependant pas une exploration à la Windows. Il faudra entrer l'adresse du dossier visé, ce dernier apparaissant alors dans la barre latérale.

La fonctionnalité devrait être disponible publiquement dès la mouture 70 du système, dans quelques semaines si tout se passe bien.

Facebook s’est épanché hier soir sur son système de reconnaissance d’écriture dans les photos et vidéos. Une technologie spécifique, alimentée par le machine learning, les OCR classiques étant peu adaptés aux usages modernes, selon l’éditeur.

La reconnaissance se fait en deux étapes : détection puis reconnaissance. La première tâche de repérer les régions semblant contenir du texte, via Faster R-CNN. Vient ensuite la reconnaissance des caractères, à travers un réseau neuronal convolutif.

Le modèle de Facebook, nommé Rosetta, a permis l’analyse de plus d’un milliard de photos et vidéos sur le réseau social et Instagram. Les textes ainsi extraits permettent de déclencher plus facilement les outils de modération si besoin, ou encore de mieux orienter les recommandations.

Bien que l’éditeur affiche un certain contentement sur sa technologie, il estime que la route est encore longue, surtout pour les vidéos. L’approche actuelle est décrite comme « naïve », puisque chaque image est analysée séparément.

La durée des vidéos et l’augmentation de la résolution ne font qu’allonger la durée de calculs. Facebook envisage donc de se pencher sur les convolutions 3D pour s’extraire de la seule détection spatiale au profit de modèles temporels.

Le développement de cette nouvelle mouture majeure aura pris deux ans et 5 000 commits de 200 contributeurs.

Il s'agit d'une LTS (Long Term Support) qui sera maintenue pendant au moins cinq ans. La précédente LTS était pour rappel la 1.0.2, supportée jusqu'à la fin de l'année. OpenSSL 1.1.1 est compatible avec les API et ABI d'OpenSSL 1.1.0, facilitant la transition.

La principale nouveauté est la prise en charge de TLS 1.3, dont la version finale a été récemment mise en ligne par l'IETF. Le générateur de nombres aléatoires a été entièrement réécrit, la sécurité contre des attaques Side-Channel renforcée et de nouveaux algorithmes sont disponibles : SHA3, SHA512/224, SHA512/256, Multi-prime RSA, etc.

Les notes de versions détaillées sont disponibles par ici.

Sur certains smartphones (Pixel 2 et à partir de l'iPhone 7 par exemple), la prise jack n'est plus présente pour brancher des écouteurs. Il faut parfois passer par un adaptateur.

Google en propose un sur son site américain (la page ne fonctionne pas depuis la France), pour 9 dollars. Il vient de passer à 12 dollars comme l'indique Android Police, mais avec quelques améliorations au passage : « 38 % de temps de lecture en plus et une amélioration de 53 % de la latence ». Aucun autre chiffre n'est donné.

L'adaptateur n'est par contre toujours pas vendu en France. Rien d'étonnant : le Pixel 2 ne l'est pas non plus. La situation pourrait néanmoins changer puisque le fabricant lance également des invitations en France pour la conférence du 9 octobre, qui devrait être le théâtre de l'annonce des Pixel 3.

Pour se démarquer, les entreprises ne comptent pas seulement sur les caractéristiques de leurs produits et autres politiques tarifaires plus ou moins agressives. Elles ont un autre atout dans leur manche pour séduire leurs clients potentiels : les bundles de jeux.

Ainsi, à l'approche de la fin de l'année – une période cruciale – et de la sortie de nombreux titres phares, on voit se multiplier les annonces de partenariats. 

Pour contre-attaquer face à NVIDIA et ses GeForce RTX, AMD mise sur son programme Raise the game. Ainsi, Strange Brigade, Assassin’s Creed Odyssey et Star Control : Origins sont fournis pour l’achat d’une Radeon RX 570, 580 ou Vega.

ASUS vient de son côté de s'associer à Activision pour un bundle autour de Call of Duty : Back Ops 4. Le jeu sera donc offert pour l'achat de certains produits Republic of Gamers. Le titre sera également compatible avec le service de synchronisation RGB maison.

Enfin, MSI vient d'officialiser son partenariat avec Square Enix autour de Shadow of the Tomb Raider qui sera livré avec certains de ses écrans Optix MAG et MPG.

Dans tous les cas, ces offres sont à durée limitée et dépendent souvent de la participation des revendeurs. Faites donc bien attention lors de votre achat et n'hésitez pas à regarder les petites lignes pour éviter toute déconvenue.

Le groupe a publié une nouvelle vidéo Insights, destinée aux développeurs, vantant les mérites de l'abonnement. Pour les développeurs, et pour les utilisateurs. Pour Apple, ils n'achètent pas qu'un produit mais aussi son évolution.

Le modèle est la dernière marotte du groupe pour les développeurs. Selon Business Insider, il aurait invité des concepteurs d'applications à une réunion à huis clos. L'abonnement serait présenté comme une manière de retenir les utilisateurs et de maintenir un revenu constant, dans un marché de plus en plus saturé.

Le moteur de recherche a invité la presse dans ses locaux afin d'évoquer « des projets communs à l'édification d'un Internet meilleur, plus respectueux des utilisateurs ».

Depuis quelques temps, le navigateur – longtemps critiqué pour son modèle économique qui vise en partie à remplacer les publicités des sites par son propre dispositif de monétisation – a décidé d'être plus visible quant à ses positions face à l'industrie publicitaire.

L'idée pourrait donc être de faire front commun, mais aussi de nouer un partenariat pour l'intégration de Qwant à Brave, comme déjà fait en partie avec Vivaldi.

Actuellement, c'est Google qui est utilisé par défaut, Brave étant basé sur Chromium. Il devrait d'ailleurs bientôt être capable d'utiliser les extensions du Chrome Web Store à en croire ses dernières versions de test.

Pour ceux qui veulent suivre l'événement depuis l'extérieur, une diffusion en directe est prévue, dès 9h demain.

Le club de foot explique en effet qu'il veut ainsi « développer sa stratégie blockchain et exploiter cette technologie pour générer et optimiser l’engagement des fans ».

Pour y arriver, des FTO (Fans Token Offering dans l'idée d'une ICO, on n'arrête pas le progrès) seront proposés aux supporters. Ces jetons « seront répertoriés et accessibles sur la plateforme Socios.com et permettront aux fans du Paris Saint-Germain de participer à la vie du club, sous la forme de votes ou de sondages en ligne ».

Socios s'occupera de gérer les transactions et bénéficiera en échange de « droits marketing » : visibilité dans le stade, TV, du contenu, etc. Le PSG est le premier sportif à rejoindre cette plateforme dédiée à la monétisation de l'engagement des fans.

Aucun tarif des jetons n'est précisé dans le communiqué, mais leur « coût sera très bas car cela est évidemment destiné au plus grand nombre », affirme Alexandre Dreyfus, directeur général de Socios.com, à l'AFPSelon La Tribune, « ces tokens ne seront semble-t-il pas un titre de propriété, ni des crédits à consommer, ni un moyen de paiement ». Bref, il reste encore beaucoup d'inconnues.

De son côté, Le Parisien affirme que « ce contrat de sponsoring s’étale sur cinq ans et va rapporter plus de deux millions d'euros chaque saison au PSG ».

Le partenariat entre Epic Games et Hasbro ne se limite donc pas à un Monopoly modifié, des pistolets Nerf sont également annoncés.

Aucun visuel n'est proposé pour le moment et il faudra attendre début 2019 pour les voir arriver… en même temps que les pistolets Nerf Overwatch.

Hasbro en profite pour préciser que le Monopoly aux couleurs de Fortnite ne sera disponible qu'aux États-Unis et au Royaume-Uni cet automne. Il faudra attendre l'année prochaine pour une disponibilité plus globale.

Le gestionnaire de tâches et de listes, successeur de Wunderlist, a reçu hier soir de grosses mises à jour sur Android et iOS. La version web fait également un bond.

Les applications synchronisent ainsi plus rapidement, peuvent déplacer des tâches vers d’autres listes (via un glissement vers la droite), tandis que la liste To-Do a été renommée Tasks. Sur Android, une fonction d’annulation permet de restaurer une liste éventuellement supprimée dans Important.

La version web se dote pour sa part d’un nouveau visage, avec une interface modernisée et des listes possédant chacune une couleur pour mieux se repérer. Une section Planned rassemble les tâches prévues pour les cinq prochains jours et après. Elle complète donc My Day.

Étrangement, cette nouveauté n’est pour l’instant disponible que sur le web, mais on imagine que Microsoft compte la diffuser dans ses applications mobiles.

C'est le premier département à déclarer le vainqueur de son appel à manifestation d'engagements locaux (Amel), dispositif annoncé en décembre.

Après des incursions d'opérateurs privés dans les zones de déploiement de fibre publique par les départements et régions, l'État a répondu en formalisant ces incursions via de vraies mises en concurrence. Une perspective alléchante pour les collectivités, toujours en quête d'économies, alors qu'Orange et SFR se montraient particulièrement insistants l'an dernier.

À Sud Ouest, le président du Lot-et-Garonne Pierre Camani joue l'enthousiasme. « Nous avons la quasi assurance que nous allons pouvoir déployer à moindre coût la fibre optique sur l'ensemble du Lot-et-Garonne, y compris dans les zones rurales » assure l'élu.

La collectivité espère que ses 319 communes disposeront de la fibre en 2023, soit trois ans avant l'échéance du réseau public. Dans son communiqué (PDF), le département déclare que huit opérateurs étaient en concurrence. Il restera 44 000 prises à la charge du réseau public, 103 000 étant gérées par Orange. L'opérateur reprend en fait les engagements du département entre 2019 et 2021.

Ce choix doit encore être validé par le gouvernement. Cette validation inscrira les engagements d'Orange dans le marbre, pour que l'Arcep puisse (enfin) vérifier ces engagements.

Microsoft a débuté la construction de son nouveau quartier général canadien. L’éditeur migre vers le 81 Bay Street à Toronto, au cœur d’une zone que l’entreprise juge stratégique, tant pour le rapprochement client que partenaire.

Le nouveau bâtiment fera plus de 12 000m² répartis sur quatre étages. Il représente, selon le président de Microsoft Canada Kevin Peesker, le signe que le pays est désormais un « leader » dans le domaine technologie.

Dans le communiqué de presse, même Justin Trudeau, Premier ministre du Canada, y va de ses éloges. Il est particulièrement sensible aux 570 millions de dollars investis par Microsoft dans son projet, qui devrait permettre plusieurs centaines de créations d’emplois.

Le nouveau QG devrait ouvrir ses portes dans deux ans. Selon Microsoft, une partie de la surface sera consacrée aux travaux de recherche, particulièrement dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Pour rappel, ce service – If This Then That – permet de réaliser des actions multiples en fonction de plusieurs critères, et à des services différents d'interagir.  Par exemple, jouer de la musique sur votre enceinte lorsque vous rentrez chez vous (via un détecteur de mouvement).

Les enceintes Sonos n'ont aucun déclencheur (triggers), mais plusieurs actions sont possibles via IFTTT : jouer de la musique, lancer une radio (via une URL), passer à la chanson suivante ou précédente, monter ou descendre le volume, mettre en sourdine, en pause, etc.

Les différentes actions sont détaillées par ici, avec des exemples de recettes.