Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Le FAI est critiqué sur sa manière de gérer cette prestation dont il a la charge. De quoi pousser le régulateur à monter au créneau, communiqué de presse à l'appui.

Il rappelle ainsi qu'il existe « une douzaine d’indicateurs annuels de qualité de service qu’Orange est tenu de respecter et dont l’Arcep assure le contrôle ». Or, ce serait loin d'être le cas : « De nombreux utilisateurs et collectivités territoriales ont fait part à l’Autorité, notamment par le biais de la plateforme « J’alerte l’Arcep », d’une dégradation progressive et significative de la qualité de service en matière de téléphonie fixe ».

Une instruction a donc été ouverte en juin dernier, confirmant les informations remontées à l'Arcep et le non-respect des indicateurs.

« Au regard de ces éléments, il a été décidé le 23 octobre 2018 de mettre en demeure la société Orange de respecter en 2019 et en 2020 l’ensemble des valeurs annuelles fixées lors de sa désignation en tant qu’opérateur en charge du service universel » indique l'Arcep.

L'Autorité a fixé au passage des valeurs maximales à ne pas dépasser pour les indicateurs jugés « les plus critiques ». Orange devra les respecter d'ici la fin de l'année, et ils seront vérifiés de manière trimestrielle.

Le FAI a de son côté rapidement réagi, précisant qu'il est « conscient des difficultés rencontrées sur la qualité de service du réseau cuivre et de ses conséquences sur la qualité de service du service universel ».

Il indique que plusieurs facteurs sont en cause, du vol de câbles « de grande ampleur » aux sections de certains câbles lors de travaux « qui se sont multipliées depuis plusieurs mois ». Mais il promet de faire mieux.

« Orange est d'ores et déjà pleinement engagé à mettre tout en œuvre pour que la situation du service universel revienne à un niveau conforme à ses obligations dès 2019 [et] présentera un plan d'actions correspondant à cette ambition à l'Arcep et au ministre en charge ».

On pourra néanmoins regretter qu'il ait fallu une intervention du régulateur pour que la société, qui n'hésite pas à vanter sa qualité de service, confirme la situation et prenne de tels engagements.

C'est une découverte faite par nos confrères de TechPowerUp qui disent avoir obtenu leur carte depuis le marché européen où un cadre légal comme le RGPD s'applique. Il faudra donc voir si des données sont récoltées au passage.

Une option serait ainsi activée par défaut dans l'UEFI, permettant au constructeur de pousser l'application ROG Armoury, qui centralise ses outils maison. Ce, une fois Windows installé, même sans accès réseau.

On imagine les dérives possibles, surtout que cela se fait sans aucune confirmation demandée à l'utilisateur selon notre confrère. Les constructeurs sont en effet habitués des partenariats publicitaires, proposant des applications tierces sur leurs appareils. ASUS est d'ailleurs un bon exemple avec ses ordinateurs portables et autres smartphones.

Selon nos informations, ce dispositif a été testé discrètement sur des PC de la marque et doit être étendu avec le Z390, avant sans doute une probable extension à d'autres produits si tout se passe bien. Le constructeur ne semble pas avoir réagi officiellement pour le moment, nous l'avons interrogé à ce sujet. Sans réponse pour le moment.

Nous tenterons d'en savoir plus rapidement sur le sujet. Si cela se confirme, il faudra au minimum qu'ASUS s'en explique et propose une mise à jour permettant de désactiver cette option par défaut.

Ce projet est le lauréat de l'appel à propositions de l'ERC (Conseil Européen de la Recherche) Synergy Grant 2018. Il associe trois instituts de recherche français (CEA-Leti, INAC et Institut Néel du CNRS) et obtient un financement de 14 millions d'euros sur six ans pour développer un CPU quantique, explique le CEA.

Les chercheurs espèrent réaliser « un processeur quantique rassemblant au moins une centaine de bits quantiques (qubit) physiques, et permettant la démonstration d’un premier qubit logique fonctionnel, étape décisive vers un futur ordinateur quantique ».

« À l'heure actuelle, ce serait le processeur quantique le plus puissant du monde » affirme Maud Vinet (CEA-Leti) aux Échos, mais en précisant qu'il peut se passer beaucoup de choses en six ans.

La scientifique explique que « l'idée de QuCube est de lever les incertitudes sur la possibilité de construire un ordinateur d'un million de qubits ».

Selon Les Échos, Canal vient de rompre les discussions en cours autour de son accord de financement du cinéma français. Un rebondissement qui bloque désormais la mise en place d'une nouvelle chronologie des médias.

La filiale de Vivendi estime en effet que les nouvelles conditions qui lui seraient demandées seraient sources de contraintes supplémentaires, ce qu'elle refuse tout net. Son souhait : prolonger l'accord ayant cours aujourd'hui, à quelques variations près permettant à Studio Canal de devenir producteur délégué de films qu'elle finance et donc d'en devenir propriétaire, ou d'introduire des décotes sur les minimums garantis à verser à la filière.

Pascal Rogard estime de son côté qu'il « est dommage de passer si proche d'un accord qui est dans l'intérêt de tout le monde ». Le CNC se disait quant à lui « prêt à accepter une usine à gaz », une de plus.  

Cette nouvelle version peut paraître contradictoire. D'un côté, la fondation place les premières briques de son initiative de fin d'année visant à protéger l'internaute des abus de la publicité en ligne. De l'autre, elle met en œuvre de nouvelles solutions en la matière.

Nous ne reviendrons pas ici sur la nouvelle procédure de blocage des cookies ou des outils de pistage, déjà détaillée dans un précédent article. Il s'agit d'une première étape devant mener au début de l'année prochaine à une activation par défaut. Les éditeurs de sites et développeurs sont invités à lire cette page pour savoir ce qui les attend.

D'autres solutions du genre devraient arriver dans les mois à venir, Mozilla ayant publié une roadmap précise plus tôt dans l'année.

Outre-Atlantique, les utilisateurs vont commencer à voir apparaître les raccourcis de recherche et la mise en avant de ProtonVPN, déjà évoqués.

Des outils promotionnels qui doivent permettre à Mozilla de diversifier ses revenus, en complément des recommandations sponsorisées via Pocket. Pour le moment, la fondation est encore très (trop) dépendante de Google et du partenariat autour de la recherche.

Des améliorations de performances sont également annoncées sous Windows, avec l'utilisation de Clang pour la compilation. Sous macOS, le Tab Warming doit aider à passer de manière plus fluide d'un onglet à un autre.

Linux a de son côté enfin droit à des processus distincts pour les WebExtensions, ce qui doit aussi améliorer les performances et la réactivité du navigateur.

Sur le terrain des fonctionnalités, on apprend que le thème sera désormais adapté par défaut au choix de l'utilisateur pour Windows. Ainsi, si vous avez opté pour un thème sombre, il en sera de même dans Firefox. Bien entendu, vous pourrez ensuite en changer.

Le navigateur préviendra désormais quand plusieurs onglets seront fermés lorsque vous tentez de le quitter depuis le menu principal.

Les raccourcis Siri sont également pris en compte sur iOS, avec la possibilité d'ouvrir un nouvel onglet à la voix. D'autres doivent suivre. Sous Android, les vidéos peuvent être maintenant lues en mode Picture-in-Picture.

Les développeurs ont de leur côté droit à l'API Web Components, au Shadow DOM ou encore à un éditeur de polices de caractères.

Les rois du démontage expliquent que Motorola « est le premier fabricant de smartphones à leur fournir des pièces détachées ». iFixit en profite pour proposer des kits de réparation complets pour changer son écran ou sa batterie.

16 packs sont pour le moment en vente, pour les Moto Z (Play/Force), Moto X, Droid Turbo 2, Moto G5, G4 (Plus) et X Pure. Les tarifs oscillent entre 39,99 et 199,99 dollars.

Le Spectre x360 de 13,3 pouces peut grimper jusqu'au Core i7-8565U avec 16 Go de mémoire vive et 512 Go de stockage (SSD PCIe NVMe). Une batterie de 61 Wh permet (selon le fabricant) d'avoir une autonomie de 22h.

La connectique comprend deux ports Thunderbolt 3 (USB Type-C), deux USB 3.1 Type-C et un USB 3.1 Type-A. Clavier rétroéclairé, lecteur d'empreintes digitales et caméra infrarouge compatible Windows Hello sont au programme. Un interrupteur physique permet de couper la caméra (et ainsi éviter qu'un pirate s'en serve à distance).

De son côté, le modèle de 15,6 pouces exploite un processeur Intel Coffee Lake-H (jusqu'à 6 cœurs) et une carte graphique dédiée allant de la GeForce MX150 à la GTX 1050 Ti Max-Q de NVIDIA. La connectique comprend encore du Thunderbolt 3 et de l'USB Type-C, avec une batterie de 84 Wh cette fois.

Les deux machines disposent évidemment d'un écran tactile inclinable à 360° et compatible avec les stylets Windows Ink. Un modem 4G (avec un débit gigabit) est disponible en option. Les tarifs de base sont respectivement de 1 150 et 1 390 dollars pour les Spectre X360 de 13,3 pouces et 15,6 pouces, avec une disponibilité pour le mois de novembre.

Enfin, HP lance aussi un nouveau EliteBook x360 1040 G5 de 14 pouces, en 1080p ou en 4K UHD. Le CPU peut grimper jusqu'au Core i7-8650U avec 32 Go de mémoire vive et 2 To de stockage (Intel Optane en option).

Il faudra débourser 1 499 dollars minimum pour l'EliteBook x360 1040 G5 de 14 pouces, qui devrait être disponible d'ici la fin du mois. Là encore, un modem 4G est proposé en option.

Ce n'est pas franchement une révolution, mais plutôt un ajustement bienvenu face à la concurrence qui propose déjà un tel accessoire.

Il y a d'ailleurs fort à parier que cette carte soit basée sur le même composant que tout le reste du marché : l'AQC107 d'Aquantia.  

Le constructeur précise dans la foulée qu'il propose déjà des NAS avec un port réseau 10 GbE, comme les AS4002T, AS4004T, AS7008T, AS7010T, AS7009RDX et AS7012RDX.

L'objectif de ce produit est donc de mettre à jour d'autres modèles, mais aussi de proposer un produit maison à installer dans les PC des clients, une connexion réseau nécessitant une communication entre plusieurs appareils.

La garantie est annoncée pour un an. Le tarif n'est pas précisé, mais il y a fort à parier qu'il sera aux alentours de 100 euros. Il sera d'ailleurs intéressant de voir si des cartes d'autres marques sont reconnues par les NAS maison.

Le fabricant explique que son terminal « contient une enclave sécurisée – une zone verrouillée sur l’appareil qui est protégée du système d’exploitation Android. Elle détiendra les clés de votre crypto, qu’il s’agisse de monnaie ou de jetons non fongibles (NFTs) ou, dans un avenir très proche, de toutes vos données numériques ».

Bien évidemment, le constructeur affirme qu'il ne détient pas vos clés, mais propose tout de même une solution de secours en cas de perte ou de vol du smartphone. Vous pouvez choisir des contacts de confiance qui devront installer une application spécifique : « vos clés sont ensuite divisées à l’aide d’un algorithme de partage secret et envoyée aux contacts de confiance. En cas de besoin, vous pourrez à nouveau accéder à vos fonds ».

Le lancement des précommandes a pour but de permettre aux développeurs et autres spécialistes de « participer à l’amélioration de cette enclave sécurisée ». Des API seront prochainement proposées aux développeurs tiers.

L'Exodus 1 dispose d'un écran de 6 pouces (Quad HD+) au format 18:9. Il est animé par un Snapdragon 845 avec 6 Go de mémoire vive, 128 Go de stockage et Android Oreo. Trois caméras sont de la partie (deux derrière, une devant) ainsi qu'une batterie de 3 500 mAh.

Les précommandes sont ouvertes, pour 0,15 bitcoin ou 4,78 ethereum. La livraison est prévue pour décembre.

Après deux ans de batailles judiciaires, Yahoo est parvenu à trouver un accord lui épargnant un procès aux États-Unis pour ses fuites de données géantes survenues en 2013 et 2014, mais dévoilées seulement en 2016.

Pour cesser les poursuites, Yahoo a accepté de payer 50 millions de dollars, à répartir entre les 200 millions d'américains touchés (pour environ 1 milliard de comptes), au titre des dommages subis. Les clients américains de Yahoo peuvent ainsi réclamer chacun 25 dollars par heure de temps consacré à régler des problèmes liés à la fuite de données. Un maximum de 15 heures par personne est autorisé, sur présentation de justificatifs, ou 5 heures en l'absence de preuves. Ce jusqu'à épuisement du fonds.

De plus, les possesseurs d'un compte e-mail payant peuvent réclamer un remboursement de 25 % de leur abonnement, tandis que l'ensemble des clients pourra prétendre à la prise en charge pour deux ans d'un outil de suivi de leur « credit score ».   

Après avoir avancé sa conférence d'une journée pour éviter une confrontation directe avec Apple, le fabricant continue de dérouler son plan marketing autour du lancement de son OnePlus 6T.

Le smartphone sera vendu le 31 octobre dans des pop-up stores dédiés, à partir de 12h. Il s'agira de « l'unique occasion de se procurer le OnePlus 6T avant la sortie officielle le 6 novembre » affirme le constructeur.

En France, ils seront au nombre de cinq :

  • Paris : Fnac, 26-30 Avenue des Ternes
  • Lyon : Bouygues Telecom, 55 place de la République
  • Toulouse : Bouygues Telecom, 73 avenue Alsace Lorraine
  • Bordeaux : Bouygues Telecom, 9 rue Sainte-Catherine
  • Marseille : Bouygues Telecom, 19-19Bis rue Saint-Ferréol

Carl Pei, cofondateur de OnePlus, profitait de son passage à la conférence 4G/5G de Qualcomm à Hong Kong pour affirmer une nouvelle fois qu'il sera l'un des premiers fabricants à proposer un smartphone 5G l'année prochaine. Pour rappel, Pete Lau avait déjà fait la même annonce en juin de cette année.

L'annonce a été faite par Lee Min-cheol, vice-président du marketing dans la division PC du constructeur : « Comme les smartphones pliables, Samsung collabore avec les fabricants d’écrans pour développer des ordinateurs portables dotés d’écrans pliables », rapporte The Korea Herald.

Dans les deux cas, le fabricant affirme qu'il ne s'agit pas seulement de proposer un écran pliable, mais de développer un écosystème et d'imaginer la nouvelle expérience utilisateur qui en découlerait.

Nous devrions en apprendre davantage lors de la Samsung Developer Conference qui se tiendra les 7 et 8 novembre prochains. Pour rappel, le smartphone pliable y est attendu de pied ferme.

Les Rugged Extreme 7424 et Latitude Rugged 5424 et 5420 disposent tous d'un écran de 14 pouces (1 920 x 1 080 pixels) avec un processeur pouvant grimper jusqu'au Core i7 de 8ème génération.

En plus de leur robustesse, le fabricant met en avant une dalle plus lumineuse (1 000 nits) et un pack de deux batteries interchangeables à chaud pour une autonomie de 14h. Les Rugged Extreme 7424 et Latitude Rugged 5424 disposent d'un graveur de Blu-ray en option.

De son côté, le Latitude Rugged 5420 « est jusqu’à 22 % plus fin et léger ». Dans tous les cas, de la reconnaissance faciale avec Windows Hello est de la partie, tandis qu'un modem 4G et une Radeon dédiée sont proposés en options sur les machines.

Il faudra débourser au moins 2 813 euros pour le Latitude Rugged 5420, contre 2 866 euros pour le 5424. Le Rugged Extreme 7424 est pour sa part vendu à partir de 4 352 euros. Ils sont disponibles sur cette page.

Lors de sa conférence F8, Facebook l’avait reconnu : son application Messenger était lourde et encombrée. On attendait donc un sursaut ergonomique et des optimisations.

L'editeur déploie donc depuis hier son Messenger 4, avec d’importantes promesses de simplicité. L’interface a été nettoyée et ne laisse par exemple en bas plus que trois onglets : conversations, contacts et découverte.

Le premier rassemble toutes les conversations, qu’elles soient en tête à tête ou en groupe. La publication d’un statut ou d’une Story passe alors par deux icônes en haut à droite de ce panneau. Les Stories publiées apparaissent toujours en haut. À voir d’ailleurs si on peut enfin désactiver cet affichage (pour ceux qui ne voudraient que du texte).

En proposant deux onglets centrés sur les conversations et contacts, il ne reste que le dernier pour y caser tout le reste. Facebook y concentre ses Instant Games, les actualités, les bons plans, les liens avec certaines marques, etc.

Visuellement, le nouveau Messenger dépoussière également son interface avec davantage de personnalisation. Les bulles peuvent par exemple s’afficher dans des dégradés de couleurs vives qui ne sont pas sans rappeler Skype. Un mode sombre doit également être ajouté dans un avenir « proche ».

Le déploiement du nouveau Messenger se fera sur plusieurs semaines, Facebook précisant que les changements pourront déconcerter une partie des utilisateurs. On imagine que l’entreprise veut contrôler le flot de protestations.

Que ce soit sous Android ou iOS, il faut donc attendre que la boutique vous propose la mise à jour.

Cette semaine, le fournisseur d'accès envoyait des mises en demeure aux responsables de deux sites communautaires : Free-reseau.fr et ma-freebox.fr.

Après une courte fermeture et un échange d'emails avec Xavier Niel, Free-reseau.fr revenait. Ma-freebox.fr était aussi concerné, comme l'expliquait Muzikals sur Twitter, qui laisse espérer une solution .

Finalement, le couperet est tombé : « Je vais quand même devoir transférer http://ma-freebox.fr  à Free ». Muzikals ajoute qu'ils « ont BESOIN de le récupérer ... pourquoi besoin ? On verra bien ». Il précise qu'il s'agit uniquement d'un « transfert technique », sans contrepartie financière.

Le site indique désormais que « Ma-FreeBox.fr va bientôt fermer. Le nom de domaine va être transféré à Free pour une utilisation ultérieure ». Les services reviendront sur Degroupage.info.

Le constructeur présente son écran comme une station d'accueil pour ordinateur portable. Il dispose d'un connecteur USB Type-C pour la vidéo (en plus d'un VGA et d'un HDMI 1.4), qui permet aussi d'alimenter et de charger le portable, jusqu'à 65 watts.

L'écran intègre une caméra rétractable avec deux micros, un hub USB 3.0 et une prise RJ45 (Gigabit) pour le réseau. Il suffit donc de connecter son portable en USB Type-C pour profiter de cette connectique supplémentaire.

HP annonce aussi une souris avec lecteur d'empreintes digitales intégrée, comme le propose déjà Lenovo. Elle fonctionne avec Windows Hello, stocke et vérifie votre empreinte en local, envoyant simplement une notification à l'ordinateur.

L'EliteDisplay E243d sera disponible en décembre, pour 329 dollars. La souris arrivera également en décembre, pour 49 dollars, soit quelques dollars de plus que celle de Lenovo (44,99 dollars).

La nouvelle box de Free est tellement attendue qu'elle suscite des vocations chez les petits rigolos et autres faussaires, faisant les affaires des sites qui reprennent en boucle ces infox afin de nourrir leur audience.

Le FAI est en effet relativement silencieux sur le sujet après six ans de promesses. Mais « l'information » ayant horreur du vide, n'importe quelle bribe de n'importe quoi est reprise puis analysée dans ses moindres détails… même si c'est totalement sans intérêt.

Dernier cas en date : le compte Twitter @v7_f____ qui apparaissait aux yeux de certains comme crédible en raison de l'email utilisé et des messages cachés qu'il diffusait. Le tout sur fond de rumeurs d'annonce publique sans que personne n'en ait été informé en amont.

Bien entendu, ce n'était pas le cas, Free a depuis démenti et le compte a été fermé. Mais comme on dit parfois : une information et un démenti, cela fait deux informations à publier.

Il y a du mouvement dans le monde du logiciel libre : le comportement des développeurs est actuellement au centre des attentions. On note ainsi deux publications importantes.

D’abord, un nouveau Code of Conduct accompagnant le tout récent noyau 4.19. Greg Kroah-Hartman, dirigeant par intérim son développement, a rappelé que ces règles concernaient autant les nouveaux arrivants que les vieux lions. Elles reviennent sur les interactions entre participants et veulent assurer une base stable de respect et dignité.

Kroah-Hartman résume : « La seule chose qui peut nous arrêter, c’est nous-mêmes ». Il rappelle que les derniers mois ont été complexes dans la communauté, avec des groupes campés sur leurs positions et s’agressant entre eux.

Ce n’est pas un règlement au sens strict, puisqu’il ne contient pas vraiment de volet de sanctions à appliquer aux éventuels contrevenants. Le code est davantage un guide pour rappeler certains bases élémentaires de vie en société et permettre le dialogue en cas de difficulté.

Une approche du même acabit a été choisie par Richard Stallman pour l’autre publication importante : les GNU Kind Communication Guidelines. Là encore, des lignes de conduite plutôt que des règles dures, sans sanctions prévues.

L’idée générale ? « Guider les gens vers des communications plus aimables ». Le mot « gentillesse » est largement mis en avant, le texte en vantant les mérites au lieu de clouer au pilori ceux qui en seraient incapables.

Les GNU Kind Communication Guidelines ont également un autre objectif : encourager les femmes à s’investir dans le développement des logiciels libres.

Sur ce point, Stallman précise d’ailleurs sa pensée (puce 2 à la fin). Il ne cherche ainsi pas la diversité coûte que coûte. Il préfère s’assurer que les conditions d’accès sont les mêmes pour tous et qu’une femme ne rencontrerait pas plus de difficultés qu’un homme.

Ces nouvelles lignes de conduite trônent désormais en bonne place sur GNU.org.

Le géant du Net explique que, « contrairement aux réseaux cellulaires d’aujourd’hui, CBRS se compose de stations radio compactes de plusieurs fournisseurs partageant les mêmes fréquences, et parfois même le même réseau ».

Cette technologie permet donc d'augmenter les débits, sur une largeur de spectre défini. Pour en profiter, un SAS (Spectrum Access System) est en charge de la gestion du partage.

Google vante au passage son infrastructure réseau et ses capacités de calcul « afin de fournir une suite de produits permettant de profiter des réseaux CBRS, à commencer par le SAS de Google ».

Début septembre, le réseau social bloquait définitivement Alex Jones et Infowars, emboîtant ainsi le pas à Facebook, Google, iTunes et Spotify. La société affirmait alors qu'elle serait vigilante sur les comptes liés au média conservateur américain.

Cette semaine, un porte-parole de la société confirme à plusieurs de nos confrères en avoir suspendu 18, notamment InfowarsPapers, InforwarsShop, InfowarsReports et Inforwars_EU.

L'acteur était pour rappel à l'affiche de la série américaine The Office. Selon Hollywood Reporter, il reviendrait donc sur le petit écran aux côtés de Jennifer Aniston (Friends) et Reese Witherspoon (Big Little Lies, Sexe Intentions, Wild).

Apple aurait commandé deux saisons et vingt épisodes. Steve Carell y incarnerait Mitch Kessler, « un présentateur matinal qui a du mal à conserver sa pertinence dans un paysage médiatique en mutation ».

La production de la série devrait débuter la semaine prochaine à Los Angeles.

Le chercheur en sécurité Matthieu Suiche a pointé récemment ce qui ressemble à une faille de sécurité dans la messagerie Signal. Elle se situerait dans la procédure de migration depuis l’extension Chrome vers la version Desktop.

L’utilisateur est ainsi invité à choisir l’emplacement d’une archive contenant ses données chiffrées (messages et médias). Problème, avant de créer cette archive, l’extension Chrome stocke ces informations en clair dans un autre endroit.

S’insurgeant sur Twitter, il a publié une capture montrant sa découverte et ouvert un ticket.

Chaque contact dispose ainsi d’un dossier nommé d’après son nom et son numéro de téléphone. À l’intérieur, des informations en clair sous forme de fichiers JSON, contenant messages et pièces jointes. La procédure a été testée sous macOS, Bleeping Computer l’ayant reproduite avec succès sous Linux Mint.

Il n’est cependant pas dit que les développeurs de Signal s’attardent sur ce problème. L’extension Chrome est en effet en fin de vie, son retrait intervenant dans moins d’un mois. Une carrière qui se termine précisément parce que la version Desktop permet de s’affranchir de tout navigateur.

Bleeping note que cette mouture Desktop a elle-même son lot de problèmes, dont des difficultés à effacer les pièces jointes du système local de fichiers après suppression d’une conversation.

Signal n’a pour l’instant pas réagi.

Le service de SVOD profite des vacances de la toussaint, et de l'arrivée d'Halloween, pour annoncer l'arrivée de la célèbre saga dans son catalogue.

L'intégralité des films sera ainsi proposée à compter du 1er novembre en France. Au passage, on apprend que Désenchantée de Matt Groening est renouvelée pour trois ans, jusqu'en 2021. De son côté, Guillermo Del Toro prépare un film d'animation autour de l'univers de Pinocchio.

Après un report de deux ans, la mission a décollé en mai dernier avec à son bord l'atterrisseur InSight et les nanosatellites Mars Cube One, nommés MarCO A et B, alias EVE et Wall-E. C'est la première fois que des nanosatellites volent vers la planète rouge.

Alors qu'il se trouvait encore à 12,8 millions de kilomètres de sa cible, MarCO B (alias Wall-E) a pris une photo de Mars grâce à sa caméra grand-angle (il ne s'agit que d'un point dans l'univers). Le trio continue sa route, avec une arrivée prévue pour le 26 novembre.

C'est un élément central dans la stratégie automobile du constructeur, qui valait bien un document d'une trentaine de pages.

Quatre piliers y sont décrits : la conception de l'IA et son implémentation, les infrastructures de deep learning, les solutions de test et de simulation, ainsi que les programmes de sécurité.

Bien entendu, NVIDIA a une solution pour chaque point, mais ce rapport reste intéressant à lire pour quiconque s'intéresse au sujet.

Black Shark, filiale de Xiaomi, vient de lever le voile sur un nouveau smartphone ciblant les joueurs : le Helo. Proposé en trois variantes, (128 Go de stockage avec 6 ou 8 Go de RAM et 256 Go de stockage avec 10 Go de RAM), il est mû par un SoC Snapdragon 845 de chez Qualcomm, surmonté par deux caloducs pour le tenir au frais.

Son écran au format 18:9 affiche 2160 x 1080 pixels et exploite une dalle AMOLED compatible HDR. La batterie, rechargeable via un port USB Type-C, affiche une capacité de 4000 mAh. De quoi offrir sur le papier une autonomie intéressante, à condition peut-être de ne pas abuser de l'éclairage RGB présent sur la coque.

Côté capteurs photo, on en retrouve deux à l'arrière (20 et 12 MP) et un autre de 20 MP en façade. Les variantes dotées de 128 Go de stockage sont livrées avec une manette, tandis que le modèle 256 Go dispose de deux manettes, à relier sur chaque côté de l'écran, à la manière de ce que propose la Switch.

Black Shark annonce un prix de départ de 3199 yuans, soit environ 400 euros. Aucune information n'est disponible concernant un lancement prochain en Europe.

C'est un beau « client win » qui a été annoncé hier par le constructeur à l'occasion de l'édition 2018 de l'Oracle OpenWorld.

La promesse est celle d'instances à 0.03 dollars par heure d'utilisation, soit un tarif bien plus accessible qu'avec les Xeon d'Intel.

Ces instances sont annoncées comme disponibles depuis le datacenter d'Ashburn. Celui de Londres suivra en octobre avant les autres régions d'ici la fin de l'année.

Tous les détails sont disponibles par ici.

Le National Highway Traffic Safety Administration explique que la société avait obtenu en mars 2018 une autorisation pour des démonstrations de sa navette autonome pour « un projet spécifique, pas comme un bus scolaire ». Le régulateur américain tape donc du poing sur la table et demande à Transdev « d’interrompre immédiatement » son transport « illégal » d'écoliers en Floride.

« L'innovation ne doit pas compromettre la sécurité publique » lâche Heidi King, administratrice adjointe de la NHTSA. « L'utilisation d'un véhicule de test non conforme pour transporter des enfants est irresponsable, inappropriée et contraire aux termes du projet de test approuvé par Transdev » ajoute-t-elle.

De son côté, Transdev a répondu au NHTSA qu'elle arrêtait « ces opérations non approuvées ».