Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Après le douloureux épisode Meltdown/Spectre (et leurs variantes) sur les processeurs, les chercheurs de l'université de Riverside en Californie se sont penchés sur les cartes graphiques NVIDIA.

Ils affirment pouvoir utiliser les GPU « pour espionner les activités Web, voler les mots de passe et entrer dans des applications cloud ». Dans tous les cas, il faut d'abord que l'utilisateur télécharge sur sa machine un logiciel malveillant, qui se chargera ensuite d'espionner le GPU de la machine.

Les chercheurs expliquent que « les GPU sont généralement programmés à l'aide d'API telles que OpenGL. OpenGL est accessible à n’importe quelle application sur un poste de travail avec des privilèges utilisateur ».

La première attaque permet de suivre l'activité sur Internet car « chaque site possède une trace unique en termes d'utilisation de la mémoire sur le GPU ». En surveillant les allocations mémoires ou les « performance counters », l'application espionne peut ainsi identifier les sites visités par fingerprinting.

La seconde attaque permet d'essayer de récupérer des mots de passe. « Chaque fois qu'un utilisateur tape un caractère, la zone de texte du mot de passe est chargée sur le GPU en tant que texture ».

En surveillant les intervalles de temps, il est possible de connaître le nombre de caractères du mot de passe et le délai précis entre chaque pression de touche. Partant de là, il est possible de le retrouver avec des techniques déjà connues.

Enfin, la dernière attaque concerne les applications utilisant des réseaux de neurones. En lançant en parallèle un travail sur le GPU, l'application espionne pourrait récupérer le nombre de neurones d'une couche spécifique d’un réseau profond.

Bien évidemment, les chercheurs ont contacté NVIDIA. Le fabricant leur a répondu qu'une option sera proposée via un patch pour que les applications avec des privilèges utilisateur n'accèdent plus aux « performance counters ». Elle permettra de contourner le problème, mais sans s'attaquer à sa source.

Un brouillon a également été envoyé à AMD et Intel avant la mise en ligne de la version finale afin qu'ils puissent vérifier si leurs GPU sont également touchés. Rien n'est indiqué concernant une éventuelle réponse de leur part.

Par la suite, l'équipe de l'université de Riverside prévoit de s'attaquer au GPU des terminaux Android.

Présenté pour la première fois lors du Computex en juin 2016 sous la forme d'un simple sac à dos contenant une mini-machine, le concept a bien évolué depuis.

Cette nouvelle version dispose d'un support lombaire, de renforts en mousse et… de LED RGB adressables bien évidemment. Elle était visible sur le stand du fabricant à la Paris Games Week il y a deux semaines.

L'ordinateur comprend un Core i7 8700T, une GeForce GTX 1070, 16 Go de mémoire vive et 240 Go de stockage (SSD). La fiche technique est disponible par ici.

Il est annoncé à 2 390 euros (sans casque de réalité virtuelle). La disponibilité n'est pas précisée.

Le service de streaming musical suédois permettra bientôt aux utilisateurs sans abonnement payant de diffuser leur musique sur les enceintes connectées exploitant Spotify Connect.

Les appareils devront tout de même passer à un nouveau SDK. Comme le rappelle TechCrunch, 104 des 191 millions d’utilisateurs utilisent le service avec publicité. Le Syndicat national des éditeurs phonographiques (Snep) souligne toujours qu’ils rapportent peu à l’industrie par rapport aux membres payants.

L'annonce a été faite par Frédéric Duval, directeur général d'Amazon France, sur Europe 1. Il s'agit d'une nouvelle offensive du géant américain sur les produits alimentaires, après son accord avec Monoprix (entre autres).

La promesse est de « permettre à tous les producteurs de France de vendre directement, en circuit court, leurs produits ». En échange, ils devront reverser 15 % de leurs ventes et payer une cotisation de 39 euros par mois. Bref, de la visibilité en échange d'une commission, mais on ne sait pas si des barrières limitent réellement les achats aux circuits courts.

Le directeur général affirme que « le producteur fixe son prix, sa campagne promotionnelle, la quantité de stocks… Il est totalement maître de sa politique commerciale ». Si besoin, Amazon peut s'occuper de la livraison, mais les conditions ne sont pas précisées.

Actuellement, les offres concernent principalement des produits agroalimentaires, mais la boutique pourrait s'ouvrir à d'autres métiers par la suite.

Actuellement, plusieurs hypothèses existent pour expliquer l'apparition de la vie sur notre planète. Certains pensent que des apports extraterrestres via des météorites/astéroïdes étaient nécessaires, d'autres que la Terre avait tout ce qu'il lui fallait sur place.

Le CNRS explique que « des chercheurs de l’institut de physique du globe de Paris, de l’université Paris Diderot, du CNRS et du synchrotron SOLEIL apportent un argument de premier ordre à cette dernière hypothèse ».

En analysant des échantillons prélevés par forage, « les scientifiques ont pu observer des acides aminés, molécules complexes indispensables au vivant, synthétisés abiotiquement au cours de l’altération des roches océaniques profondes provenant de l’Atlantis Massif (dorsale médio-atlantique, 30°N) ».

« C’est l’interaction entre l’eau de mer et les minéraux de ces roches, issues du manteau terrestre, ainsi que la structure en feuillet de l’argile résultant de leur altération qui ont sans doute apporté les conditions idéales pour la formation de ces constituants primaires des premières briques du vivant » indique le CNRS.

Le réseau social propose son concurrent aux Amazon Echo Show et Google Home Hub, des enceintes connectées avec écran.

L'entreprise le vend en direct, via Amazon (qui fournit aussi Alexa) et les magasins Best Buy. Le Portal est vendu 199 dollars et la version + (avec un écran plus grand) à 349 dollars. Pour la fin d'année, Facebook fournit deux Portal pour 298 dollars.

Après ses nombreux scandales sur la vie privée, Facebook assure dans un communiqué parallèle avoir bien pris le problème en compte avec ses écrans-micros.

L'appareil n'enregistre pas le contenu des appels, promet l'entreprise, qui conserve tout de même leurs métadonnées. Ledit contenu est chiffré, même si la méthode n'est pas spécifiée. Une partie des traitements est assurée localement.

Si l'appareil n'affiche pas lui-même de publicités, les données d'utilisation servent bien à les cibler sur les autres services de l'entreprise.

L'annonce était attendue depuis l'année dernière. Il s'agit pour rappel d'une technologie dédiée aux objets connectés passant par le réseau 4G de l'opérateur et couvrant donc déjà 98 % de la population.

Le Power Saving Mode est d'ores et déjà disponible pour économiser les batteries, mais il faudra attendre 2019 pour l'itinérance, un des gros atouts de LTE-M. L’extension de la couverture dans des zones difficiles d’accès ou sous terre, ainsi que la voix arriveront dans un second temps.

« LoRa est quatre fois moins énergivore qu'un réseau LTE-M » nous expliquait l'année dernière Olivier Ondet, vice-président IoT et analytics chez Orange Business Services. LTE-M propose par contre des débits plus élevés et une latence moins importante.

L'opérateur précise enfin que sa « technologie LTE-M s’intègre déjà dans les futures normes de la 5G ». Elle est proposée sans surcoût à l’ensemble des entreprises en France métropolitaine ayant souscrit à une offre IoT en 4G depuis 2014.

Au début de l'année, la société envoyait dans l'espace deux satellites maison (Microsat-2a et Microsat-2b). Il s'agissait des premières pierres de sa future constellation Starlink.

Par la suite, il est prévu d'envoyer plus de 4 400 satellites sur des dizaines d'orbites entre 1 110 et 1 325 km d'altitude. Dans un document envoyé à la FCC, SpaceX change encore ses plans pour finalement placer 1 584 satellites à seulement 550 km d'altitude. Selon la société, cette orbite dispose de plusieurs avantages.

Tout d'abord, il y a moins de risques de rencontrer des débris (qui sont plus rapidement brûlés dans l'atmosphère), le temps d'un aller/retour pour un signal est plus court réduisant ainsi la latence et les risques sont réduits en cas de problème avec un des satellites.

En contrepartie, les satellites devront dépenser plus d'énergie pour rester sur leur orbite à cause des forces d'attraction.

Rappelons enfin que SpaceX prévoit ensuite d'envoyer une autre salve de plusieurs milliers de satellites sur des orbites très basses entre 335 et 345 km, soit en dessous de la Station spatiale internationale à environ 400 km.

Artem Morkowsky, un chercheur en sécurité, a découvert cet été un bug dans une API faisant partie de Steamworks. En temps normal, celle-ci permet aux développeurs d'activer des clés CD pour leurs propres jeux. Mais le chercheur a découvert qu'il suffisait de toucher à quelques paramètres afin qu'elle génère des clés pour n'importe quel titre.

En guise de preuve, Morkowsky a réussi à générer et télécharger 36 000 clés valides pour Portal 2. Signalé à Valve en août dernier, le bug a été très rapidement corrigé par l'éditeur qui a récompensé le chercheur avec un chèque de 20 000 dollars.

Les annonces étaient attendues dans les deux cas. Chez le fabricant automobile, le départ d'Elon Musk fait suite à un accord avec la SEC.

En août, Elon Musk envisageait de sortir sa société de bourse, avant d'abandonner le projet quelques semaines plus tard. Le gendarme américain avait lancé une enquête. Il accusait le dirigeant « de fraude et demandait qu’il soit interdit de fonctions dirigeantes dans une société cotée ».

L'accord prévoyait une amende et le départ d'Elon Musk de la présidence du CA dans les 45 jours. C'est désormais Robyn Denholm qui prend sa place. Elle connaît bien Tesla puisqu'elle est administratrice indépendante depuis 2014.

Actuellement directrice financière et directrice de la stratégie chez l'opérateur australien Telstra, elle quittera cette fonction à la fin de son préavis de six mois.

Chez Virgin Hyperloop One, Ahmed bin Sulayem prend la place de président du conseil d'administration, tandis que Jay Walder occupe le poste de directeur général et prend également place au CA.

Pour rappel, Richard Branson avait quitté la présidence en octobre dernier. Il expliquait qu'à cause de ses autres projets il n'avait pas assez de temps à consacrer à la société. Cette annonce fait suite à une nouvelle levée de fond de Virgin Hyperloop.

Ces quelques derniers jours, des utilisateurs de Windows 10 pro en entreprise avaient eu une mauvaise surprise : leur copie du système était tout à coup désactivée.

Pourquoi ? Parce que Windows 10 indiquait avoir « trouvé une licence Familiale pour cet appareil exécutant Windows 10 Pro ». Lancer l’outil de résolution des conflits ne changeait rien, et le Windows Store refusait tout achat d’une licence Pro.

L’éditeur a rapidement reconnu le problème, normalement corrigé désormais. Le souci semblait donc bien venir des propres serveurs d’activation de Microsoft. Plusieurs témoignages confirment que la réactivation a pu se faire, notamment sur Twitter et Neowin.

Dans le cas où vous seriez affecté(e) par le problème, il suffit de se rendre dans les Paramètres du système, section Mise à jour et sécurité, puis dans l’onglet Activation de la barre latérale.

L’incident est également une piqûre de rappel sur les produits centralisés liés à des services distants : quand ces derniers tombent en panne, l’incident affecte immédiatement tout ou partie des utilisateurs.

Le successeur de Vine s’appellera donc Bytes. Un site a été ouvert pour l’occasion, les fans de l’ancienne plateforme de partage de courtes vidéos peuvent s’y inscrire pour être tenus au courant des prochaines étapes.

Le lancement de ce « Vine 2.0 » est prévu pour le printemps 2019, sans plus de détails pour l’instant. On ne sait rien de l’interface pour l’instant, des fonctionnalités ou quoi que ce soit. Tout juste apprend-on qu’il s’agira d’un service de vidéos en boucle. On s’en doutait bien.

Dans une lettre aux employés, publiée sur son blog, Google promet plus de transparence dans le traitement des affaires de harcèlement et agressions sexuels.

Le règlement confidentiel de ces cas, jusqu'ici la règle, deviendra optionnel. La société promet plus de détails sur les enquêtes, dans le cadre d'un rapport dédié. Les canaux de signalements seront unifiés, les personnes faisant les signalements pourront être officiellement accompagnées d'un collègue et des ressources dédiées leurs seront offertes dans ces cas.

L'entrainement obligatoire sur le harcèlement sexuel sera revu et étendu, assure le groupe, qui compte renouveler son engagement pour la représentation et la diversité.

Ce changement public est une conséquence du Google Walkout, un débrayage de milliers d'employés dans le monde, y compris au bureau parisien, réclamant la fin des arrangements à l'amiable, à huis clos, avec les cadres accusés de harcèlement ou d'agression sexuelle.

L'affaire a été déclenchée par des révélations du New York Times, qui a catalogué plusieurs départs de responsables du groupe avec de larges compensations. Le créateur d'Android, Andy Rubin, est parti avec plus de 90 millions de dollars, après des accusations d'une employée.

Google a d'abord réagi en affirmant avoir licencié 48 personnes suite à du harcèlement. Une réaction insuffisante pour une partie des salariés.

Sony a discrètement lancé une nouvelle variante de sa PlayStation 4 Pro, numérotée CUH-7200 et proposée en pack avec Red Dead Redemption 2. Elle ressemble en tous points à la version originale de la console, à quelques menus détails près, comme l'utilisation d'un connecteur d'alimentation plus petit.

Dans le détail, Eurogamer note que l'alimentation interne a bel et bien été changée par rapport aux modèles précédents, ainsi que le système de refroidissement. La nouvelle version est plus silencieuse, avec un niveau sonore en jeu de 48 dB contre 50 dB pour la révision CUH-7100 et 55 dB pour la CUH-7000 commercialisée il y a deux ans.

Ce silence a toutefois un prix : l'air expulsé à l'arrière de la machine est sensiblement plus chaud. Attention donc à garder cette PS4 Pro dans un endroit suffisamment ventilé

Comme nous le détaillions hier, le premier financeur du cinéma est revenu à de meilleurs sentiments. La signature du contrat a été organisé en grande pompe sur la scène du festival de Dijon, grand raout annuel de l'industrie hexagonale.

Selon le ministère de la Culture, qui assure avoir (évidemment) chapeauté les discussions, cet accord doit débloquer les débats sur la chronologie des médias, levant les derniers obstacles.

Orange (derrière OCS) expliquait hier attendre que le cas Canal+ soit réglé pour signer la chronologie.

La révision du cadre de financement et de diffusion du cinéma français est un véritable serpent de mer, chacun tirant vers ses intérêts… Sans que cette refonte très attendue ne règle vraiment le problème du secteur en l'état, à savoir la fonte des revenus et la montée des services sur abonnement à la Amazon Prime Video et Netflix, qui échappent jusqu'ici à cette contraignante exception culturelle, en attendant la mise en œuvre de la directive SMA.

La mise à jour a été lancée le 2 octobre (voir notre analyse). Elle n’est resté que quelques jours sur Windows Update, Microsoft la bloquant suite à des remontées croissantes de problèmes, dont le plus important : des données personnelles supprimées. D’autres sont apparus depuis.

Plus d’un mois après, la mise à jour n’est toujours pas de retour. Son nom pourrait même être changé, puisque nous ne sommes plus en octobre.

Au-delà des utilisateurs, cette situation déjà délicate devient burlesque quand on aborde les OEM. Chaque mise à jour majeure de Windows 10 fait en effet l’objet d’une intense préparation avec les constructeurs, qui peuvent alors lancer des offres basées sur la dernière révision.

Mais ils ne le peuvent pas. Il faut donc adapter rapidement le marketing prévu et modifier les informations sur les machines. Et encore ne s’agit-il là « que » d’un souci de communication.

Comme le souligne Brad Sams de Petri, la version 1809 de Windows 10 apporte un support officiel de certains Soc et processeurs, dont le Snapdragon 850 de Qualcomm et les Core de 9e génération d’Intel.

Or, des appareils basés sur ces composants sont déjà commercialisées, dont le Galaxy Book2 de Samsung et le Yoga C630 de Samsung. Des produits fournis avec un système pas vraiment adapté. L’October Update est donc attendue de pied ferme, puisqu’elle signifiera forcément une meilleure fiabilité et probablement une (petite) hausse de performances.

Actuellement, les rumeurs pointent vers un retour de la mise à jour pour le mardi 13, soit le jour du prochain Patch Tuesday. En espérant que Microsoft ait cette fois fait le tour des problèmes et amélioré son processus de contrôle qualité.

Un amendement au projet de loi de finances 2019 a été adopté cette semaine afin de caler la fiscalité des crypto-actifs sur celle des gains en capital, c'est-à-dire au travers du prélèvement forfaitaire unique de 30 %.

Cet amendement prévoit que cette taxe s'applique sur les gains nets au moment où l'actif numérique est converti en monnaie ayant cours légal ou utilisé comme moyen d'échange. S'il est aisé de déterminer le gain lorsqu'il est question d'actifs achetés sur une plateforme d'échange, l'exercice semble plus délicat lorsqu'ils sont le fruit du minage, et cet amendement ne semble pas éclaircir ce point.

Vendredi 23 novembre, ce sera le coup d'envoi de cette fête commerciale importée des États-Unis et largement reprise par les boutiques en France. S'en suivront un week-end de promotions et le Cyber Monday. La Team Bons Plans sera évidemment sur le qui-vive pour vous faire part des meilleures offres.

Comme les French Days, le Black Friday n'est pas une période légale de soldes dans l'Hexagone : les boutiques ne peuvent donc pas pratiquer de revente à perte. Le délai de rétractation de 14 jours dans la cadre d'une vente à distance reste valide.

En cette période où les promesses des uns et des autres vont se multiplier tous azimuts, la DGCCRF rappelle aux clients de redoubler de prudence face aux cyberarnaques : « Fausses annonces promotionnelles, faux sites Internet marchands officiels, faux sites créés pour la circonstance, hameçonnage (phishing en anglais) par SMS, téléphone ou courriel (email en anglais), faux transporteur, faux support technique, faux service après-vente, attaques par ransomware… ».

La répression des fraudes vient d'ailleurs de mettre en ligne un bilan des enquêtes de l'année 2017 sur le respect des obligations réglementaires : « des manquements ont été relevés chez 14 opérateurs parmi les 35 contrôlés ».

Parmi les griefs : des « pratiques commerciales trompeuses », des « documents contractuels souvent incomplets » et des « caractéristiques techniques imprécises ». Les 368 contrôles ont débouché sur 8 avertissements, 24 injonctions et 8 procès-verbaux.

Suite à la mise en ligne des nouvelles offres fixes de Free début juin, le site d'Alice avait fermé ses portes. Busyspider indique que le FAI envoie des emails aux anciens clients Alice pour les informer qu'ils passeront automatiquement sur l'offre Freebox Crystal à compter du 1er janvier 2019.

Changement d'offre et donc de tarif : 9,99 euros par mois pendant un an, puis 24,99 euros par mois… sans l'option TV. Avec, les tarifs passent respectivement à 14,98 et 29,98 euros. Par contre, il est précisé qu'il n'y aura pas d'engagement alors qu'il est normalement d'un an sur Freebox Crystal.

Au bout de 12 mois, les abonnés Alice auront donc droit à une sérieuse augmentation puisqu'ils payent actuellement 20 euros par mois avec la TV. Le FAI explique qu'ils auront accès à 220 chaînes au lieu de 90 et aux appels illimités vers les fixes de plus de 110 destinations, contre 60 actuellement. Deux bien maigres consolations au vu de l'importante hausse à partir de 2020 (10 euros de plus par mois).

Bien évidemment, vous avez la possibilité de résilier votre abonnement Alice sans frais dans un délai de quatre mois après l'entrée en vigueur de la nouvelle offre. Pour rappel, les frais de résiliations chez Alice comme chez Free sont normalement de 49 euros.

Dans un tweet, le député ardéchois Hervé Saulignac déclare avoir rencontré le régulateur des télécoms hier au sujet des problèmes de service universel, dont Orange a la charge.

Les parlementaires du département demandent aux élus de ne plus payer leurs abonnements chez l’opérateur historique, accusé d’abandonner le réseau cuivre (par lequel passe le xDSL), malgré ses obligations.

À ZDNet, Orange Sud Est justifie les nombreux problèmes constatés (dont des lignes sans téléphone pendant plusieurs semaines) par des difficultés à intervenir. « Depuis le 1er juillet 2018, Météo France a constaté plus de 13 000 impacts de foudre sur la région. En plus de cela, on a eu cette année 157 jours avec des vents supérieurs à 47km/h », compliquant l’utilisation de nacelles, assure la société.

Hervé Saulignac assure entendre des promesses depuis trois ans, sans plan précis. Il raille les excuses météorologiques et géographiques de l’opérateur. « J’espère qu’Orange a conscience que les intempéries ne vont pas cesser et que les montagnes ne vont pas s’aplatir ».

Pensez à mettre à jour vos cartes graphiques, les constructeurs ayant publié plusieurs nouveaux pilotes ces derniers jours.

AMD prépare le terrain pour Battlefield V avec quelques optimisations de performances, lui permettant de grappiller jusqu'à 8/9 % selon les cas. C'est également le cas pour Hitman 2 (3 %) ou Fallout 76 (gains non précisés).

Chez Intel, les 25.20.100.6373 se focalisent sur Football Manager 2019, même si des améliorations sont aussi annoncées pour Warhammer Vermintide 2, les configurations à plusieurs écrans, PowerDVD ou la gestion de mémoire via Vulkan.

NVIDIA mise de son côté sur Battlefield V, sans pour autant proposer encore les fonctionnalités RTX. Bientôt en accès anticipé, son lancement est prévu pour le 20 novembre. Espérons que les choses auront évolué d'ici là.

Les notes de version indiquent également que la consommation excessive de la carte en cas de configuration multi-écrans fait partie du passé. Chaque constructeur en profite d'ailleurs pour corriger de nombreux petits bugs.

Word recevra prochainement des fonctionnalités d’aide à l’organisation alimentées par le machine learning maison.

Les utilisateurs vont pouvoir placer dans leurs documents des instructions qui seront reconnues automatiquement par Word. Par exemple, des éléments TODO ou un <> (on ne connaît pas encore l’équivalent français).

L’idée est que Word comprenne que l’utilisateur s’est laissé des notes à lui-même pour y revenir plus tard. Conséquence, le logiciel les détectera et les rappellera à l’utilisateur, voire remplira automatiquement les éléments pointés selon le degré de complétion du document.

Dans un travail collaboratif, on pourra ainsi placer des mentions (via « @ ») pour interpeller des personnes particulières. Elles seront notifiées avec un lien profond les amenant sur la partie qui nécessite leur intervention.

Plus tard, des textes temporaires comme « Insérer ici le graphique des derniers résultats trimestriels » pourront se remplir d'eux-mêmes avec le contenu en question. Tout dépend du degré de collaboration dans un groupe ou une entreprise, le Microsoft Graph et Search suggérant des résultats.

Ces fonctionnalités ne peuvent être actuellement testées que dans le canal rapide d’Office Insider sur Mac. Étrangement, pas de préversion pour Windows. Microsoft précise que les nouveautés seront déployées « bientôt » en version finale sur macOS, Windows et le web.

ASUS a dévoilé un nouveau boîtier devant enrichir sa gamme TUF : le Gaming GT501. Sous cette dénomination un brin barbare, on retrouve un châssis au format moyen-tour, fait d'acier galvanisé épais de 1,5 mm (avec une couche protectrice en céramique) et de verre trempé de 4 mm. Sur le dessus, on notera la présence de deux lanières en tissu, censées aider au transport de la bête.

En façade, deux ports USB 3.1 (Type A) trônent, aux côté des inévitables jack de 3,5 mm pour un casque. À l'intérieur, peu de fioritures, mais beaucoup d'espace (251 x 545 x 522 mm), puisqu'il est possible de loger des cartes graphiques longues de 42 cm au maximum, et un ventirad CPU haut de 18 cm. Il est d'ailleurs permis à l'aide d'un riser PCI-E (non fourni) de loger sa carte graphique face à la paroi en verre.

Côté stockage, cinq emplacements de 2,5 pouces sont prévus au dos de la carte-mère, tandis que deux baies de 3,5 pouces sont présentes dans le compartiment principal. Pour le refroidissement, des emplacements pour deux ventilateurs de 140 mm, ou trois de 120 mm sont prévus en façade ainsi qu'au sommet, en plus d'un dernier de 140 mm à l'arrière. ASUS n'a pas dévoilé le tarif de ce TUF Gaming GT501, mais on l'imagine déjà salé.

Cette carte, bénéficiant d'un GPU gravé en 12 nm, sera lancée le 15 novembre prochain. Elle commence à livrer ses premiers secrets, comme la fréquence GPU qui serait de près de 1 600/1 700 MHz.

Cette valeur devrait bien entendu varier selon les constructeurs qui proposeront ce « nouveau » GPU. En effet, il ne s'agit que d'un modèle de la génération Polaris légèrement amélioré pour booster un peu les ventes des fêtes de fin d'année.

L'architecture devrait rester à 2304 unités, il ne faut donc pas s'attendre à une révolution. Cela montre néanmoins qu'AMD a un véritable problème avec sa division graphique.

Incapable de proposer une alternative viable pour le cœur de gamme des RX Vega, la société en est donc à améliorer la fréquence des RX 580, qui n'était déjà qu'une version renommée des RX 480. Son GPU était alors cadencé à 1 257/1 340 MHz, contre 1 126/1 266 MHz pour la RX 480 lancée en… juin 2016 à 259 euros.

Son tarif en France sera d'ailleurs intéressant à analyser, puisqu'elle devra faire le lien entre des RX 580 aux alentours de 240 euros et des RX Vega 56 à 380 euros. AMD résistera-t-elle à la tentation de trop s'approcher des 300 euros ? La réponse d'ici jeudi prochain.

Après sa démission d'Intel suite à une relation avec un autre membre de l'entreprise, il rebondit chez cette société proposant des services à destination du marché automobile, notamment de la gestion de concessions.

Il intègre également le conseil d'administration. Brian MacDonald, qu'il remplace, l'aidera à assurer la transition. CDK Global se dit heureuse de profiter de son savoir-faire dans le secteur technologique, Brian Krzanich ayant intégré Intel en 1982.

Le groupe Les Échos-Le Parisien annonce être entré en négociations exclusives avec Lagardère concernant l'acquisition du média en ligne Boursier.com, pour un montant encore gardé secret.

Avec cette opération, Les Échos-Le Parisien espère compléter son offre dans la presse financière avec d'un côté Investir, qui se concentre sur l'analyse de grandes valeurs boursière, et Boursier.com qui se focalise davantage sur des dépêches autour de valeurs moins prestigieuses

Les Échos précise que si des synergies sont à prévoir entre les deux titres, avec la mise en place d'un socle commun, il n'est pas pour autant question de tailler dans les effectifs.

Les Galaxy S9, S9+ et Note 9 recevront Android Pie en janvier. Ainsi l’a confirmé Samsung lors de sa conférence, ajoutant qu’une bêta allait ouvrir en novembre.

Mais la dernière révision du système mobile de Google aura une saveur particulière sur ces smartphones : elle sera accompagnée de One UI, la nouvelle ergonomie de la surcouche Samsung.

Elle plonge dans les bases proposées par Android Pie pour en garder la sobriété générale, mais en lui offrant plus de couleur et « d’impact visuel ». L’ensemble paraît réussi, mais difficile d’en juger sur la foi de quelques captures d’écrans et d’une vidéo promotionnelle.

On espère d’ailleurs que One UI aura bénéficié d’une sérieuse optimisation, la surcouche actuelle de Samsung n’étant pas particulièrement légère. Ce renouveau permet en tout cas de se distinguer d’une offre Android One qui va croissante.

Mais les possesseurs de la génération précédente, soit les Galaxy S8, S8+ et Note 8, ont de grandes chances de ne pas recevoir One UI, alors même qu’Android 9.0 y sera déployé. C’est la confirmation qu’a reçue Tom’s Guide de Samsung.

C’est un problème malheureusement récurrent dans l’univers Android, particulièrement chez Samsung : seuls les clients des produits les plus récents ont l’assurance d’être bien « traités ». One UI étant manifestement fait pour fonctionner sur Android 9.0, rien ne justifie techniquement une limitation aux seuls S9, S9+ et Note 9.

L'assistant numérique d'Amazon était déjà proposé sur certains ordinateurs portables, mais il est désormais directement accessible sur le Windows Store, à condition d'avoir Windows 10 en version 17134.0 au minimum (April Update).

Seuls trois pays sont éligibles pour le moment : les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne. D'autres suivront en 2019 selon la foire aux questions, sans plus de détail. Pour rappel, Alexa est disponible en français et les enceintes Echo d'Amazon sont vendues en France.

L'arrivée d'Alexa pourrait surprendre puisque Windows 10 dispose déjà de son propre assistant numérique Cortana. Rappelons qu'Amazon et Microsoft se sont associés pour qu’« Alexa puisse parler à Cortana, et Cortana puisse parler à Alexa ». Mais la situation va bien plus loin aujourd'hui, avec une concurrence directe des deux assistants.

Plusieurs acheteurs se sont plaints de problèmes ces dernières semaines, certains modèles Fouders Edition ayant une tendance à « mourir » prématurément.

NVIDIA avait alors indiqué que le taux de retour ne lui semblait pas anormal, sans livrer de chiffres ni donner de détails sur les raisons de ces problèmes. Les produits des partenaires ne semblent pas concernés.

Quoi qu'il en soit, de premiers retours indiquent que de nouvelles cartes arrivent, avec un packaging un peu plus sombre, un nouveau BIOS et surtout des puces GDDR6 signées Samsung plutôt que Micron. Est-ce le signe que la mémoire était à l'origine des soucis rencontrés ?

Il est impossible de le dire pour le moment, d'autres modifications du PCB, plus discrètes, ayant également pu être opérées. NVIDIA peut aussi avoir diversifié son approvisionnement, sans rapport avec les bugs rencontrés.

Pour le moment, la société ne s'est pas exprimée publiquement sur ce problème, la transparence n'étant pas vraiment son fort ces derniers temps. On espère rapidement des détails.