Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

C’est un double programme de réparation qu’Apple a officialisé vendredi soir. D’un côté, les SSD des MacBook Pro 13 pouces sans Touch Bar, dans leur édition 2017. De l’autre, la dalle OLED des iPhone X.

Pour les MacBook, Apple indique qu’un « nombre limité de lecteurs SSD 128 Go et 256 Go présentait un problème pouvant entraîner une perte de données et une défaillance du lecteur ». Seules les machines vendues entre juin 2017 et juin 2018 peuvent être concernées.

La fiche technique ajoute que les données doivent avoir été intégralement sauvegardées, car la réparation implique une mise à jour du firmware et une réinstallation de macOS.

Pour l’iPhone X, le souci peut se manifester sous deux formes : tout ou partie de l’écran ne répond plus de façon intermittente au toucher ou, au contraire, réagit sans avoir été touché. Pour expliquer ces soucis, Apple pointe une « possible défaillance d’un composant du module écran ».

Bien que la sauvegarde des données soit recommandée (comme toujours avant envoi en réparation), il n’est pas question de formatage de l’appareil.

Pour les deux programmes, l’utilisateur concerné devant se rendre en Apple Store ou centre agréé. Programmes officiels oblige, les réparations sont gratuites.

Attention, Apple fait la distinction entre ce souci spécifique d’écran et d’autres pouvant empêcher les manipulations, comme une dalle brisée. Dans ce cas, il faudra probablement payer pour ces autres problèmes avant que le composant défectueux d’écran soit changé.

L’affaire C-673/17 Planet49 sera plaidée mardi 13 novembre devant la Cour de justice de l’Union européenne. La fédération allemande des associations de consommateurs s’oppose à Planet49, un spécialiste dans les jeux de hasard en ligne.

L’enjeu, décrit par les services de la juridiction : « quelles sont les valeur et portée du stockage d’informations autorisé par une case cochée par défaut que l’utilisateur doit décocher pour refuser de donner son consentement ? »

La fédération doute qu’un tel mécanisme puisse déduire un quelconque consentement de sa part. Dans la question préjudicielle, qui cible l’ancêtre du RGPD, il s’agit aussi de savoir en particulier quelles informations « claires et complètes » le fournisseur d’un service en ligne doit fournir à cette occasion. S’agissant des cookies, cela inclut-il leur durée d'utilisation et la question de savoir si des tiers ont accès aux cookies ?

Annoncé fin octobre, cette nouvelle version renferme une bonne nouvelle : la mémoire vive est amovible alors qu'elle était auparavant soudée sur la carte mère.

C'est par contre toujours le cas du processeur et du SSD, il ne sera donc pas possible de revoir le stockage à la hausse de cette manière. Deux points noirs pour nos confrères, qui ajoutent que si un des ports de la carte mère est endommagé il faudra la changer en entier.

Comme son prédécesseur, le Mac mini 2018 obtient ainsi une note finale de 6 sur 10.

C'est en tout cas l'information transmise par une source à Reuters, qui ajoute que ce véhicule viendrait se positionner en face des Tesla. Pour rappel, la moins chère (Model 3) est actuellement à 35 000 dollars.

VW prévoirait de produire 200 000 unités de MEB Entry par an, mais aussi 100 000 berlines de taille moyenne : l'I.D.Aero (dont le prix n'est pas précisé). Pour exécuter son plan, le fabricant devrait réaménager trois usines (Emden, Zwickau et Hanovre) en site d'assemblage.

« Ces projets devraient être discutés lors d’une réunion du conseil de surveillance de Volkswagen le 16 novembre » ajoutent nos confrères. Des alliances avec SK Innovation et l'américain Ford pourraient aussi être évoquées.

Depuis un peu moins de dix ans et sous l'impulsion de Jack Ma (cofondateur et président d'Alibaba), le 11 novembre est devenu en Asie un jour de promotions dans la veine du Black Friday américain.

Le géant de la vente en ligne Alibaba a fait exploser les compteurs cette année encore : « 1 milliard de dollars (6,9 milliards de yuans) de GMV a été généré via Alipay en 1 minute et 25 secondes », GMV étant l'abréviation de Gross Merchandise Value, soit la valeur totale des commandes réglées via Alipay sur les places de marché grand public d’Alibaba en Chine.

Business Insider explique qu'en 10 minutes Alibaba a dépassé le total des ventes d'Amazon durant son Prime Day en juillet dernier. En à peine plus d'une heure, le seuil des 10 milliards de dollars était franchi.

Dans un tweet, Alibaba affirme qu'il aura fallu 15 heures et 49 minutes pour dépasser son chiffre d'affaires de l'année dernière. Sur la journée du Singles Day, le total atteint 30,8 milliards de dollars, « soit une augmentation de 27 % par rapport à 2017 » affirme le revendeur. C'est néanmoins le taux de croissance le plus bas depuis le lancement des Singles Day, comme l'indique TechCrunch.

Après la seconde édition des French Days (avec une hausse des volumes d'affaires jusqu'à 50 % selon les enseignes), cette période commerciale particulière en Asie fait des émules en France. En plus des importateurs comme Gearbest et Aliexpress, plusieurs revendeurs ont tenté de surfer sur cette vague ce week-end avec des promotions. Pour la troisième année consécutive, Cdiscount répondait présent. Il n'était pas le seul : Nocibé, Rue du Commerce, Sephora, etc.

Pour rappel, les prochains rendez-vous en France sont les Black Friday et Cyber Monday, puis les soldes d'hiver en janvier.

Après avoir entièrement réécrit son application pour iOS, l'équipe s'est penchée sur la version Android, qui passe en 2.9.1.

Elle apporte de nouvelles bibliothèques réseau : OkHttp et dav4android. Les notes de versions annoncent aussi la mise en place d'un champ de recherche dans un répertoire, la possibilité de sélectionner tous les fichiers et d'inverser la sélection.

Une interface de connexion avec le même design que celle sur le web est également de la partie, ainsi que des corrections de bugs et des diverses améliorations, notamment sur la gestion de la batterie.

Attention, cette version de l'application Android nécessitera la version 9.x d'ownCloud Server au minimum.

Un juge autorise les autorités du New Hampshire à obtenir les enregistrements d’une enceinte connectée. Elles enquêtent sur le meurtre de deux femmes, poignardées, rapporte AP.

Les procureurs peuvent donc analyser les enregistrements de l'enceinte. Ils espèrent trouver des traces du meurtre et du retrait des corps sur les serveurs de la société. L’accusé Timothy Verrill plaide non coupable, mais fera bien face à la justice.

Amazon assure ne pas fournir de donnée sans demande légale en bonne et due forme.

C’est sans fanfare que Facebook vient de lancer une nouvelle application, Lasso, destinée à concurrencer TikTok et son grand succès chez les jeunes utilisateurs. Elle a le même objectif, largement inspiré de Vine : créer et partager rapidement de courtes vidéos amusantes.

Lasso n’a été annoncée que via un tweet, sans communiqué de presse, et avec une disponibilité limitée essentiellement aux pays anglosaxons.

L’utilisation est calquée sur TikTok, de la même manière que les Stories Instagram (puis Facebook et WhatsApp) calquaient Snapchat. L’utilisateur s’enregistre pendant un maximum de 15 secondes en train de danser, chanter (fonction lipsync incluse) ou autre, puis la publie.

Disponible sur Android et iOS, elle fonctionne avec un compte propre ou en se connectant via Facebook ou Instagram. Lors du partage des vidéos, on peut publier en même temps dans les Stories Facebook, et prochainement celles d’Instagram.

On retrouve tous les outils habituels de ce genre d’application, avec filtres, stickers et autres. Les vidéos se retrouvent dans un flux, les contenus étant démarrés automatiquement. Chaque vidéo peut évidemment être accompagnée de hashtags, sur lesquels on peut appuyer pour filtrer les contenus. Les hashtags sont également utilisables dans la recherche.

Ne reste plus qu’à attendre la disponibilité en France et les inévitables comparaisons avec TikTok. En outre, Byte, le successeur officiel de Vines, doit arriver au printemps prochain. On assistera alors à une bataille entre l’application du moment, la copie par un mastodonte et l’héritière de celle qui avait lancé le concept.

Ces builds peuvent être utilisées d'ici à la mise en ligne de la bêta publique. Seule l'édition 64 bits pour ordinateur de bureau est pour le moment proposée. Le fichier pèse 1,9 Go.

Pour rappel, Disco Dingo est attendue pour le 18 avril prochain. Son calendrier indique que la liste des fonctionnalités ne sera pas arrêtée avant fin février. Bref, vous avez encore le temps de voir venir avant de tester les nouveautés de cette mouture.

Lancé en avril, le résolveur DNS est désormais exploitable facilement depuis un appareil mobile. De quoi vous assurer de l'utiliser sans avoir à passer par des réglages complexes.

En effet, il prend la forme d'un simple bouton à presser, indiquant que vos requêtes DNS sont « plus rapides et sécurisées » en passant par les serveurs de Cloudflare plutôt que ceux de votre FAI ou de Google par exemple.

La semaine dernière, l’élection législative de mi-mandat a consacré la reprise de l’une des deux chambres du Congrès américain, celle des représentants, par le parti démocrate. Selon Reuters, en entrant en fonctions, ils comptent enquêter sur les menaces formulées par Donald Trump contre Amazon  et AT&T, sur le terrain de la concurrence.

Le représentant Elijah Cummings, à la tête du Comité de surveillance et de réforme du gouvernement, envisage de regarder la question de plus près. L’enquête serait en fait déjà lancée, sans que la Maison blanche ne coopère jusqu’ici.

Ils veulent vérifier si l'exécutif utilise, oui ou non, ses pouvoirs pour punir ces entreprises. Trump déclare que les services postaux perdent des milliards de dollars à cause d’Amazon, sans pour autant le prouver. Il compte donc augmenter les prix de livraison pour le géant de l'e-commerce.

Les démocrates de la Chambre des représentants estiment que ces enquêtes peuvent constituer des attaques de l’administration Trump contre CNN (détenu par Time Warner) et le Washington Post (possédé par Jeff Bezos d’Amazon), deux médias régulièrement pris pour cibles dans les discours du président, rapporte Axios.

Dans un entretien sur HBO, le représentant Adam Schiff estime que l’augmentation des tarifs postaux contre Amazon pourrait être « une punition contre la presse ». Il compte donc obtenir les échanges entre la Maison blanche et les services postaux, soupçonnant des rencontres secrètes sur le sujet.

Le rachat de Time Warner par AT&T, conclu en juin pour 85 milliards de dollars, est aussi visé. Trump s’y était opposé en tant que candidat à la présidence, avant de s’en prendre fréquemment à CNN.

Depuis plusieurs mois, la Maison blanche fait peser publiquement la menace d’actions sur la concurrence contre les géants du Net, les accusant de biais politique. La dernière fois lors d’un entretien avec Axios. Le divorce entre Républicains et  Silicon Valley a été signé pendant la campagne présidentielle de 2016. Les dirigeants des groupes technologiques ont en majorité soutenu Hillary Clinton.

Si vous attendiez l'arrivée des quatre DLC prévus pour Final Fantasy XV afin de relancer le jeu, mauvaise nouvelle : trois d'entre eux ne verront jamais le jour.

Hajime Tabata, le « game director » de Final Fantasy XV a annoncé avoir quitté Square Enix le 31 octobre dernier, afin de se lancer dans de nouveaux projets. Par conséquent, les DLC centrés sur Aranea, Lunafreya et Noctis ont été purement et simplement annulés par l'éditeur.

Final Fantasy XV Episode Ardyn reste quant à lui bel et bien prévu pour le mois de mars 2019.

Le fabricant ne précise pas la finesse exacte, simplement qu'elle se situe entre 10 et 19 nm. Elle est par contre inférieure à celle des anciennes puces en « 1x » nm.

« La productivité est augmentée de 20 % et la consommation réduite de plus de 15 % par rapport à la génération précédente » affirme le fabricant, qui ajoute que les débits peuvent atteindre 3,2 Gb/s.

SK Hynix prévoit d'étendre sa finesse de gravure 1y nm à d'autres segments comme les ordinateurs personnels et les serveurs.

Ce week-end, Microsoft organisait son rassemblement annuel à destination des adeptes de la Xbox : le X018, qui se déroulait cette année à Mexico. Cette convention fut l'occasion de très nombreuses annonces.

Les principales concernent le Xbox Game Pass, un bouquet de jeux par abonnement que le géant américain tente de pousser par tous les moyens. PlayerUnknown's Battlegrounds fait ainsi son entrée dans le catalogue du Game Pass dès aujourd'hui, ainsi que Thief of Thieves. Sont ensuite attendus Ori and the Will of the Wips, Agents of Mayhem ou encore MXGP3.

C'était également l'occasion pour Microsoft d'annoncer ses promotions à l'occasion du Black Friday. Si vous envisagez d'acheter une Xbox One X, n'hésitez pas à attendre un peu puisque la console aura droit à un rabais de 100 dollars à cette occasion, tandis que plusieurs jeux seront proposés à prix réduit.

Le catalogue de jeux Xbox 360 rétrocompatibles continue quant à lui de s'étoffer avec l'arrivée de la trilogie Final Fantasy XIII, et une mise à jour graphique de Civilization Revolution pour Xbox One X.

Le constructeur confirme également que le support du clavier et de la souris sera implémenté sur Xbox One la semaine prochaine. Seule une petite poignée de jeux permettra toutefois d'en profiter pleinement.

Microsoft en profite pour annoncer l'arrivée de claviers spécifiquement conçus pour un usage dans le salon, avec une touche Xbox et un éclairage dynamique. Razer sera le premier partenaire à en dévoiler un lors du CES en janvier prochain. Amateurs de sobriété s'abstenir…

Alors que les Radeon Instinct MI50/MI60 vont bénéficier de puces gravées en 7 nm, on se demande quand de nouveaux modèles grand public seront proposés par le constructeur.

WCCFTech semble penser qu'il faudra attendre la prochaine architecture. Un premier GPU aurait été finalisé, Navi 12, avec 40 groupes d'unités. Nous n'en saurons pas plus sur ses caractéristiques présumées pour le moment.

Cette solution devrait être la première à avoir été entièrement repensée depuis la période Graphics Core Next (GCN) qui est utilisée aussi bien dans les dérivés de Polaris (RTX 400/500) que Vega. Elle pourrait être exploitée comme base pour l'APU de la PlayStation 5.

C'est donc à un GPU de milieu de gamme qu'il faudrait s'attendre dans la première moitié de l'année prochaine, Navi 20 devant ensuite enfoncer le clou. Ces informations correspondent aux feuilles de route dévoilées par AMD dès l'année dernière.

Le constructeur en dira sans doute plus sur le sujet à l'occasion du CES de Las Vegas en janvier prochain.

L'Agence nationale des fréquences (ANFR) a mis en ligne son observatoire du déploiement de la 4G pour le mois d'octobre. Orange se démarque largement avec plus de 1 800 antennes activées, contre 730 à 930 pour SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile.

Les deux derniers sont toujours les seuls sur la bande des 700 MHz, avec respectivement 79 et 417 antennes supplémentaires en service. Orange n'a toujours que 4 antennes, tandis que SFR n'en a aucune.

L'ANFR ajoute un tableau des supports 5G expérimentaux autorisés en métropole : Bouygues Telecom en a 18 (une de plus en un mois), tandis qu'Orange a obtenu ses six premières autorisations (cinq dans les Bouches-du-Rhône et une dans les Hauts-de-Seine), sur la bande des 3,5 GHz.

En outremer, on peut remarquer les premières autorisations pour Free Mobile à Saint Martin (page 32 et suivante du PDF).

Il s'agit des Aorus GeForce RTX 2080 Ti 11G et RTX 2080 8G, avec une déclinaison Xtreme dans les deux cas. Le fabricant met en avant trois points : « triple éclairage RGB en anneau [un par ventilateur, ndlr], refroidissement WindForce avec trois ventilateurs de 100 mm et sept sorties vidéo ». Trois connecteurs HDMI, trois DisplayPort et un USB Type-C sont ainsi présents.

Si toutes les cartes disposent d'un GPU overclocké, celui des versions Xtreme l'est davantage : 1 695 MHz sur l'Aorus GeForce RTX 2080 Ti et 1 770 MHz sur la version Xtreme, contre 1 545 MHz sur la carte de référence (en mode boost dans tous les cas). Sur les Aorus GeForce RTX 2080 (Xtreme), les fréquences sont respectivement de 1 845, 1 890 et 1 710 MHz (pour la carte de référence).

Les versions Xtreme sont également livrées avec un « VGA Holder » pour maintenir la carte graphique dans le boîtier. Dans tous les cas, la garantie est de quatre ans, à condition d'enregistrer le produit dans les 30 jours suivant l'achat.

Les prix ne sont par contre pas précisés par le constructeur. Certains revendeurs les proposent en vente, notamment l'Aorus GeForce RTX 2080 à 949,94 euros chez Materiel.net et 968,95 euros pour la version Xtreme chez LDLC (disponible à partir du 13 novembre).

Le fabricant annonce enfin que des cartes graphiques Aorus GeForce RTX 2080 (Ti) Xtreme Waterforce avec un watercooling intégré arriveront prochainement.

Désireux d'étoffer son catalogue d'exclusivités sur Xbox One (et son Game Pass), Microsoft a fait main basse sur deux studios jusqu'ici indépendants parmi les plus en vue : inXile Entertainment et Obsidian.

Le premier est à l'origine de l'excellent Wasteland 2, ou encore de Torment : Tides of Numenera, tandis que le second a offert au monde Star Wars Knights of the Old Republic II : The Sith Lords, Fallout : New Vegas, ou encore la série Pillars of Eternity. Excusez du peu.

Microsoft s'arme ainsi pour la future génération de consoles, dont nous pourrions entendre parler dès 2020. Lors du dernier round, le manque d'exclusivités sur Xbox One lors de son lancement a pu être un des facteurs qui a ouvert un boulevard à Sony, en plus de la communication désastreuse de l'entreprise lors de la présentation de sa machine. Le géant américain semble aujourd'hui vouloir ne pas reproduire les erreurs du passé, mais rien n'assure que le pari sera payant.

GitHub a de quoi se réjouir, après avoir passé la barre des 100 millions de dépôts la semaine dernière. De quoi rassurer sur sa santé après la vague de méfiance suscitée par le rachat par Microsoft (pour 7,5 milliards de dollars).

Le service fournit quelques statistiques pour l’occasion. Il ne stockait par exemple que 33 000 dépôts lors de la création de l’entreprise en 2008. Aujourd’hui, il est utilisé par 31 millions de développeurs. Preuve de son accélération, un tiers des dépôts actuels ont été ouverts sur la seule année écoulée.

Dans le Top 10 des projets les plus actifs, on trouve, dans l’ordre : Visual Studio Code, React Native, TensorFlow, Angular CLI, Azure Docs, Angular, Ansible, Kubernetes, npm et DefinitelyTyped. En dehors du premier, les projets les plus actifs viennent donc de Facebook et Google.

Les constructeurs du secteur proposent tous leur solution pour mettre à niveau des appareils, afin qu'ils proposent des débits supérieurs au gigabit.

Il s'agit le plus souvent de produits construits autour de la puce AQC107 d'Aquantia, reprenant le même design et un tarif aux alentours de 100 euros. Dans le cas de la LGY-PCIE-MG de Buffalo, qui ne semble pas différente de ses concurrentes, il est question de 155 livres, tout de même ! Elle est garantie trois ans.

Chez QNAP, c'est une solution externe qui vient d'être annoncée : le QNA-T310G1. Il permet d'utiliser un connecteur Thunderbolt 3 pour disposer d'un port 10 GbE classique (T310G1T) ou SFP+ (T310G1S).

Il est lui aussi basé sur une puce AQC107. Ses dimensions sont de 27,6 x 56 x 112 mm pour un poids de 190 grammes. Son tarif n'a pas été dévoilé par la marque, mais le SOLO10G-TB3 de Sonnet Technologies, qui offre des caractéristiques similaires, se trouve pour un peu plus de 200 euros.

Cette histoire fait le tour des réseaux sociaux depuis près de deux semaines : des personnes se sont retrouvées avec leur smartphone bloqué du jour au lendemain.

La cause a rapidement été identifiée : ils ont été blacklistés par Free Mobile car loués mais non restitués à la fin du contrat.

Comme l'explique l'UFC-Que Choisir, tout le monde n'est pas logé à la même enseigne : « Les clients Bouygues et SFR sont les plus chanceux. Dans les jours qui ont suivi ce blacklistage, leur téléphone a été débloqué et ils ont pu l’utiliser comme avant ». Ce n'est par contre pas le cas des abonnés Orange/Sosh et Free Mobile.

Nos confrères ajoutent que « les conditions générales du service de location de mobiles de Free précisent que le téléphone demeure la propriété exclusive de Free et ne peut être ni cédé, ni loué, ni prêté à un tiers par l’utilisateur ».

« Le fait de payer une pénalité pour non-restitution ne vaut pas non plus transfert de propriété. Free reste donc dans tous les cas le propriétaire des mobiles loués et, à ce titre, est fondé à faire ce qu’il veut de ses terminaux, y compris les bloquer, quand bien même cette possibilité n’est pas évoquée dans les CGV », ajoutent-ils.

Les clients lésés doivent donc se retourner vers le vendeur, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'un professionnel (des boutiques proposant des produits d'occasion par exemple) : « le consommateur est en droit de demander la nullité de la vente car le vendeur lui a cédé un bien qui ne lui appartenait pas »… à condition qu'il puisse identifier et contacter le vendeur.

Le 8 novembre, l’opérateur annonce sa victoire (PDF). Il a désormais la charge de fibrer la Corse d’ici 2023, via le projet Corsica Fibra. 344 communes doivent être reliées d'ici cinq ans, pour un total de 170 000 lignes.

Le département prévoit un budget de 275 millions d’euros pour Corsica Fibra, dont 52 millions de subvention de l’État. L’investissement total est estimé à 327 millions d’euros. Le réseau doit tripler le rythme de déploiement prévu pour les trois premières années, à 90 000 lignes contre 30 000 envisagées jusqu’alors.

SFR a récemment réintégré InfraNum, qui regroupe les industriels des réseaux d’initiative publique (RIP), montés par les départements et régions. Il avait été exclu l’an dernier, après sa menace de construire son propre réseau en parallèle des RIP, ce qui aurait déstabilisé certains projets de collectivités.

L'annonce a été faite par Rémy Weber (président du directoire de La Banque Postale) à nos confrères des Échos. Comme pour les forfaits de téléphonie mobile, le groupe s'appuiera sur son large réseau de boutiques physiques pour promouvoir sa néobanque.

« Nous voulons sortir une offre différente des autres, avec entre autres du crédit à la consommation et du "crowdfunding" » affirme le dirigeant. Il vise un million de clients en cinq ans.

Ma French Bank proposera « une tarification extrêmement raisonnable » ajoute Rémy Weber : « on ne veut pas acheter nos parts de marché. Nous préférons offrir un maximum de services pour convaincre les clients et les fidéliser ».

Il prévoit d'investir 100 millions d'euros sur 4 à 5 ans pour le développement de sa néobanque.

CNBC se fait l’écho d’un important accord passé entre Amazon et Apple. Le premier va distribuer officiellement les derniers produits du second, tout en faisant du ménage parmi les revendeurs.

Amazon devient donc lui-même revendeur officiel, commercialisant notamment les iPhone XR, XS and XS Max en son nom propre, plutôt qu’en étant un simple intermédiaire.

Coup double pour Apple, puisque les seuls revendeurs autorisés seront ceux agréés. Tous les autres seront éjectés d’Amazon, mais peuvent faire une demande auprès d’Apple pour recevoir le précieux sésame. Une mise à la porte par Amazon n’a en effet rien de bon pour le chiffre d’affaires.

Cet accord ne concerne que huit pays : États-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie, Espagne, Japon et Inde. Il faudra quelques semaines pour sa mise en place, les revendeurs indépendants ayant jusqu’au 4 janvier pour se préparer.

Deux précisions cependant. D’une part, l’accord ne fait d’Amazon un revendeur officiel que pour les derniers produits Apple et Beats. Les vendeurs indépendants référençant des modèles plus anciens sont potentiellement épargnés, mais il faudra vérifier le mois prochain.

D’autre part, cet accord ne couvre pas une exception notable : le HomePod. L’enceinte connectée n’apparaît pas sur Amazon, d’aucun revendeur que ce soit. Situation identique pour les modèles embarquant Google Assistant. Amazon compte rester maître en sa demeure sur ce créneau.

Amazon reste un mastodonte de la vente en ligne, via lequel bon nombre de clients achètent des produits Apple. On imagine que cette dernière a souhaité formaliser « l’expérience d’achat », pour faire de la boutique un prolongement de sa propre boutique.

Alors que Qualtrics devait finaliser son introduction en bourse la semaine prochaine, SAP est venu déposer sur la table de la jeune pousse une offre qu'elle ne pouvait pas refuser. Le géant allemand fait ainsi main basse sur l'éditeur de logiciels de sondage pour 8 milliards de dollars, et a d'ores et déjà sécurisé un emprunt (7 milliards d'euros) pour financer l'opération.

L'offre de SAP se situe nettement au delà de la valorisation de 5 milliards de dollars prévue lors de l'introduction en bourse de Qualtrics, et bien plus encore des 2,5 milliards de valorisation atteints lors du dernier tour de table de la jeune pousse.

Ryan Smith, PDG et fondateur de Qualtrics, gardera son poste, tandis que les deux quartiers généraux de la société dans l'Utah et à Seattle continueront de coexister. Sur les 9 derniers mois, l'entreprise a généré un chiffre d'affaires de 290 millions de dollars, pour un bénéfice net de 1,5 million de dollars.

La concurrence s’intensifie sur la vidéo à la demande par abonnement (SVOD). Disney compte lancer son offensive en fin d’année prochaine, selon ses résultats du quatrième trimestre 2018, fini en septembre (PDF).

En août 2017, le groupe prenait le contrôle du spécialiste BAMtech, et annonçait déjà ses plans pour 2019. Il compte retirer l’ensemble de ses contenus de Netflix, pour se placer frontalement contre lui. Comme le rappelle Engadget, des films et séries exclusifs seront proposés, comme un film Marvel spécifique, une série préquelle à Star Wars Rogue One ou un reboot de la série High School Musical.

9,6 milliards de collectes mondiales, soit +6,2 %. Des revenus numériques à 1,27 milliard d’euros, gagnant cette fois +24 %. L’année 2017 est faste pour les sociétés d’auteurs.

Les chiffres du rapport annuel de la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (CISAC) tranchent quelque peu avec le discours anxiogène entendu lors des débats autour de la directive sur le droit d’auteur.

« Tout l’enjeu de cette mobilisation est de savoir si la législation doit continuer à permettre que la valeur des oeuvres leur soit soustraite pour financer les empires commerciaux des géants de la technologie » tempère Jean-Michel Jarre, président de la CISAC.

Dans le top 10, les États-Unis arrivent en tête à 1,890 milliard d’euros collectés, suivis par… la France avec 1,203 milliard d’euros. Notre pays représente 12,6 % du total.

Avec la directive, les sociétés représentées par le CISAC espèrent toujours plus : « Dans le marché numérique actuel, les services de contenus chargés par les utilisateurs (UUC) tels que YouTube engrangent d’importantes recettes publicitaires et ne payent aux créateurs qu’une fraction de ces sommes pour les oeuvres utilisées. Ils versent en outre des sommes significativement moins élevées aux auteurs que d’autres services de streaming qui proposent les mêmes contenus ».

Le rapport indique aussi qu’ « à l’échelle mondiale, la copie privée génère 484 millions d’euros, soit une hausse de 33,3 % par rapport à 2016 et de 141 % depuis 2013 ». 74 pays disposent de lois prévoyant une telle « rémunération » mais la France représente à elle seule une bonne part de ce rendement : sur les 270 millions collectés par Copie France, 125 millions le sont pour les seuls membres français du CISAC (principalement SACEM, SAIF, SCAM, ADAGP, SACD)

Les chercheurs de Check Point sont à l'origine de cette découverte en mars. Ils l'ont ensuite signalée confidentiellement au fabricant (les détails sont expliqués par ici), dans le cadre de son programme de chasse aux bugs rémunéré. DJI a depuis corrigé son site et son application FlightHub.

Des pirates auraient ainsi pu accéder aux photos, vidéos et logs si les utilisateurs synchronisaient leur vol avec leur compte en ligne DJI. Dans le cadre de l'application mobile, la carte ainsi que la vidéo et l'audio en temps réel étaient vulnérables.

Check Point et DJI affirment n'avoir trouvé aucune trace d'une exploitation de cette faille.

Des escrocs sont parvenus à convaincre l'ancien directeur financier de Pathé Pays-Bas que la direction de Pathé lui ordonnait de verser d'importantes sommes sur un compte tiers pour financer une acquisition à Dubaï.

Au total, plus de 19,2 millions d'euros auraient ainsi été dérobés à l'entreprise en mars 2018. Les faits n'ont été révélés publiquement que lors du procès opposant l'ex-employé incriminé à son entreprise dans le cadre de son licenciement. Selon Pathé, il aurait « négligé des signaux » qui auraient dû l'alerter du caractère frauduleux des opérations.