Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Comme prévu, la carte a été mise en vente, ses performances étant bien 10/15 % plus importantes que la Radeon RX 580 du fait de ses fréquences plus élevées.

N'attendez par contre pas d'économies de consommation grâce à la finesse de gravure en 12 nm, qui ne fait ici pas de miracle. Le TDP de la carte est d'ailleurs annoncé à 225 watts, contre 185 watts pour sa petite sœur.

Pour le moment, seul le modèle Nitro+ de Sapphire semble disponible, une (mauvaise) habitude chez AMD. Il est semi-passif avec deux larges ventilateurs à LED. Il faudra par contre aimer son carénage turquoise.

On trouve cette carte en stock dès 282 euros chez Top Achat, qui la propose à 300 euros hors code promotion. D'autres revendeurs comme LDLC/Materiel.net annoncent un délai d'une semaine et un tarif de 340 euros. AMD recommande un prix de 279 dollars outre-Atlantique.

Pour ce prix, trois jeux sont inclus dans le nouveau bundle de fin d'année Raise The Game : Devil May Cry 5, Resident Evil 2 et The Division 2. Avec les RX 570/580, deux sont proposés seulement, au choix de l'utilisateur.

Cela doit permettre à AMD d'accentuer la différence entre ses cartes. Une Radeon RX 580 étant disponible à partir de 240 euros environ, elle peut vite être considérée comme ayant un meilleur rapport performances/prix que sa grande sœur.

Chez NVIDIA, on trouve les GeForce GTX 1060 6 Go à partir de 235 euros, et les GTX 1070 à partir de 360 euros (mais plutôt dans les 400 euros en général). Les Radeon RX 580 se placent au niveau des premières, les 590 10/15 % sous les secondes. Les cartes de NVIDIA auront par contre l'avantage d'une consommation plus faible, de 50 à 100 watts environ.

Ce matin, Bouygues Telecom a présenté ses résultats pour le troisième trimestre 2018. L'opérateur y apparaît en bonne santé avec des recrutements qui restent dans le vert aussi bien sur fixe que sur mobile.

Côté mobile, il est question de 199 000 clients supplémentaires sur le parc Forfait (Hors M2M) avec un ABPU (Facture moyenne par utilisateur) de 19,9 euros, en hausse de 0,3 euro sur trois et neuf mois.

Sur le fixe, on compte 71 000 clients supplémentaires, pour un parc total de 3,604 millions. Ces recrutements sont toutefois dus à la progression de la base de clients en FTTH. Bouygues a séduit 76 000 clients avec son réseau fibre au troisième trimestre, portant leur total à 467 000. L'ABPU sur le fixe est toutefois en chute libre, à 25,5 euros, soit 0,1 euro de moins qu'il y a trois mois, mais surtout 1,5 euro de moins que fin 2017.

Du côté des bonnes nouvelles, Bouygues précise que l'EBITDA de sa branche télécoms est en hausse, à 931 millions d'euros sur neuf mois, contre 808 millions sur la même période en 2017. De quoi financer le doublement du nombre de prises fibre commercialisables sur le réseau de l'opérateur, qui souhaite passer de 6,3 millions aujourd'hui à 12 millions d'ici fin 2019, dont 1 million au travers des réseaux d'initiative publique.

La nouvelle mouture 15.9 de Visual Studio 2017 contient une amélioration importante : le support officiel pour la compilation ARM64 des applications.

Les développeurs peuvent donc désormais sélectionner cette architecture comme cible de compilation, tant pour leurs projets Win32 que UWP (Universal Windows Platform). Ce qui signifie, pour Windows on ARM, des applications installables autant via le Store qu’en téléchargement classique.

Windows on ARM est en effet par défaut un système « classique », contrairement au mode S qui limite les installations au seul Store. Il y a donc plusieurs possibilités.

Un éditeur souhaitant « simplement » proposer une variante ARM64 d’un logiciel sur son propre site pourra le recompiler via Visual Studio 15.9. S’il vise le Store, il devra passer par un nouveau projet UWP ou recompiler un existant, jusqu’ici limité à ARM32. Notez que les applications UWP peuvent être aussi bien en C++ qu’en .NET Native.

Les développeurs ont donc le choix, Microsoft ayant visiblement préparé le terrain pour motiver les troupes.

Cette motivation est essentielle, car la compilation ARM64 permet en théorie une hausse plus ou moins nette des performances. Microsoft a de grandes ambitions pour son Windows on ARM, et le lancement récent de produits basés sur le nouveau Snapdragon 850 ne fait que renforcer ce besoin.

L’implication des éditeurs tiers sera donc particulièrement intéressante à suivre, car elle pourrait bien déterminer ce que Microsoft pourra faire ou non de sa plateforme dans l’avenir. La société fait face depuis trop longtemps à une lourde inertie technique de son champ applicatif, en vaste majorité tourné vers Win32.

Bien connu pour ses claviers gaming, le fabricant vise cette fois-ci aussi bien les travailleurs que les joueurs. Le design du clavier est dans la lignée des autres modèles du fabricant (notamment les BlackWidow X), avec un rétroéclairage blanc sur les touches, adieu donc les effets arc-en-ciel.

Le BlackWidow Lite dispose de switchs mécaniques maison Orange « quasi silencieux ». Les touches sont également équipées de joints toriques, toujours dans le but de limiter au maximum le bruit. Enfin, le clavier est livré avec un câble USB détachable.

Il est d'ores et déjà en vente sur le site du fabricant, pour 100 euros.

Comme en 2017, la société devrait évoquer ses nouveautés en cette fin d'année, mais elle voit les choses un peu plus grand.

Elle présente cet événement comme l'occasion de rencontrer la presse, mais également ses abonnés et le grand public. Il se déroulera sur trois jours, du jeudi 29 novembre au samedi premier décembre.

On devrait en apprendre un peu plus sur son boîtier Ghost, dévoilé à la fin de l'été. La société en profitera sans doute pour évoquer de nouvelles options finalisées dans ses applications, de nouveaux services et pourquoi pas une nouvelle offre ?

Rendez-vous dans deux semaines pour en savoir plus. Ceux qui veulent s'inscrire peuvent le faire par ici.

C'est la triste découverte faite par le chercheur allemand Sébastien Kaul et rapportée par TechCrunch. Il s'agit de Voxox (anciennement Telcentris), un opérateur de San Diego en Californie.

La cause de cette faille majeure de sécurité ? Simple comme bonjour, comme trop souvent malheureusement : « un serveur n’était pas protégé par un mot de passe, permettant à toute personne sachant où regarder de suivre les flux de messages texte en quasi temps réel », indiquent nos confrères. Le chercheur précise l'avoir trouvé via le moteur de recherche spécialisé Shodan.

« Pire encore, la base de données – exécutée sur Amazon Elasticsearch – était configurée avec une interface Kibana », facilitant ainsi la navigation et la recherche dans les messages. Avec chaque enregistrement se trouvait le numéro du destinataire, le contenu du message ainsi que l'identité du client Voxox.

Dans le lot, nos confrères ont trouvé des mots de passe envoyés en clair, des codes pour l'identification à deux facteurs sur plusieurs services (Booking, Google, etc.), des notifications d'expédition de produits par Amazon avec un lien de suivi, des rappels de rendez-vous d'hôpitaux, etc.

En plus de la confidentialité de certains messages exposés à la vue de tous, cette faille donnait accès aux codes d'identification en quasi-temps réel, permettant ainsi de contourner des protections. Pour rappel, la double authentification par SMS est déjà mise à mal à cause des réseaux mobiles, mais cette histoire ne va certainement pas arranger les choses.

Après une demande de renseignement de la part de nos confrères auprès de la société, la base de données a été mise hors ligne. Toujours selon TechCrunch, elle semblait contenir au moins 26 millions de SMS depuis le début de l'année, mais ce chiffre pourrait être largement supérieur.

Kevin Hertz, cofondateur et directeur technique de l'opérateur, indique à nos confrères qu'il « examine le problème et suit la politique standard en matière de violation de données ». Bien évidemment, la société est ainsi en train « d'évaluer l'impact » de cette faille majeure de sécurité.

Sony a annoncé que l'entreprise ne sera pas présente lors de la prochaine édition de l'E3, qui se déroulera du 11 au 13 juin 2019. « Nous explorons de nouveaux moyens d'engager notre communauté en 2019 et nous avons hâte de partager nos idées avec vous », s'est contentée de commenter la marque.

Difficile de ne pas faire le rapprochement avec les propos tenus en septembre dernier par Shawn Layden, président de Sony Interactive Entertainment Worldwide Studios. Il expliquait alors que le géant nippon n'organiserait pas de conférence PlayStation Experience cette année, citant un manque de jeux à montrer.

L'absence de Sony à l'E3 n'a rien d'anodin et soulève des questions sur les projets des studios internes à la marque. Cinq ans après le lancement de la PlayStation 4, qui caracole en tête des ventes, sont-ils déjà en train de préparer le terrain pour une remplaçante ? Il est encore trop tôt pour en être certain.

Hier, la Federal Communications Commission a donné son feu vert, sous « certaines conditions », à plusieurs sociétés : SpaceX donc, mais aussi Kepler Communications (140 satellites), LeoSat (78 satellites) et Telesat (117 satellites).

Dans le cas de Starlink, cette constellation de 7 518 satellites correspond à la deuxième phase de déploiement, la première étant déjà constituée de 4 425 satellites (la FCC a déjà donné son accord).

Au total, ce sont donc près de 12 000 satellites qui seront en orbite uniquement pour le projet de SpaceX visant à proposer une couverture mondiale à Internet.

En plus d'une baisse de son forfait 50 Go à 9,99 euros par mois pendant un an, la marque low-cost d'Orange a fait hier une série d'annonces. Premier changement : les forfaits à 4,99 et 9,99 euros proposent désormais 100 Mo de 4G au lieu de 50.

De leur côté, les clients de la Boîte Sosh (offre sur le fixe, avec une Livebox 4 pour rappel) peuvent désormais commander une Clé TV 2 : « Avec un tout nouveau design, la Clé TV 2 offre une expérience client simplifiée, avec un appairage plus facile, et peut être pilotée depuis l’application TV par le "Play to" ou depuis la télécommande fournie avec », explique le FAI.

Aucun détail n'est par contre donné sur les caractéristiques techniques… nous savons simplement qu'elle est équipée d'un sortie HDMI, sans indication sur une éventuelle prise en charge de la 4K UHD par exemple.

Pour en profiter, il faut disposer de l'option Décodeur TV (facturée 5 euros par mois) et ajouter 3,99 euros par mois et 10 euros d'activation pour recevoir la Clé TV 2.

Plusieurs bouquets TV sont proposés à 1 euro par mois pendant trois mois : beIN Sports, Ciné Séries, Famille, Famille by Canal (pour les clients Fibre uniquement) et Pickle TV. C'est également le cas des options Izneo et ePresse à 1 euro par mois, là encore pendant trois mois.

Enfin, l'offre de remboursement d'un maximum de 100 euros de vos frais de résiliation de votre ancien FAI est prolongée.

Melty vient de boucler un nouveau tour de table, à hauteur de 3 millions d'euros. Y ont participé quelques actionnaires historiques (Jaïna Capital et Serena Capital) et de nouveaux arrivants tels que Pierre Kosciusko-Morizet.

Ces fonds doivent permettre à Melty de « financer ses nouvelles perspectives de développement : l'accompagnement des marques (Brand Content ; Marketing programmatique) et le lancement de nouveaux formats créatifs pour conforter son leadership auprès des Millennials ». Tout un programme.  

La mise à jour est disponible pour l’ensemble des Xbox One. On connaît déjà sa nouveauté principale : le support des claviers et souris. La réalisation d’une vieille promesse, puisque Microsoft en parlait depuis des années.

Ce support est présent mais pas nécessairement exploitable tout de suite. Les développeurs doivent spécifiquement l’utiliser dans les titres pour que les contrôles soient adaptés.

Bomber Crew, Deep Rock Galactic, Strange Brigade, Vermintide 2, War Thunder et X-Morph Defense seront ainsi mis à jour. D’autres titres, dont Fortnite, seront compatibles plus tard. Cela n’empêche cependant pas le clavier par exemple d’être utilisé pour lancer une recherche.

Cette compatibilité a en outre permis l’annonce d’un partenariat « Designed for Xbox » avec Razer. Microsoft promet de plus amples informations sur ce point lors du CES, qui se tiendra du 8 au 12 janvier à Las Vegas.

Plusieurs améliorations sont à noter pour les assistants vocaux. La compatibilité avec Alexa s’étend au Royaume-Uni (en bêta), tandis que Cortana se configure plus simplement. Les deux prennent en charge la commande « Quittez » pour fermer complètement un jeu et la navigation dans l’interface.

Signe d’un partenariat ne laissant rien au hasard, les utilisateurs américains peuvent maintenant récupérer l’application Amazon Music Unlimited. On ne sait pas encore quand le reste du monde y aura accès.

Comme toujours, le téléchargement et l’installation se font pendant la veille de la console. Si vous l’éteignez la nuit (ce qu’il faudrait toujours faire), on pourra récupérer la mise à jour de novembre dans le menu de mise à jour de la console.

Opera Touch pour Android a reçu une importante première mise à jour fonctionnelle, avec notamment l’arrivée du mode de navigation privée. Pour rappel, l’utilisateur ne laisse avec ce dernier pas de traces locales : cookies, réglages de session et autres mots de passe utilisés sont supprimés à la fin.

Le navigateur accueille également mieux le nouvel utilisateur à travers une série de réglages rapides, comme le choix du thème et la connexion au Flow. Plusieurs fonds d’écran ont été ajoutés pour l’occasion, et un absent notable fait son apparition : la fonction recherche au sein d’une page web.

Puisque l’on parle de recherche, Opera Touch accueille un nouveau moteur pour son champ principal : Qwant. Google reste actif par défaut, il faudra donc se rendre dans les options, la liste des moteurs étant désormais bien remplie : Yandex, Yahoo, Bing, DuckDuckGo, Amazon, eBay, Wikipedia…

Dommage qu’Opera Touch ne sépare pas les réglages entre navigation classique et mode privé maintenant que ce dernier est présent.

Ces améliorations ne concernent pour l’instant que la version Android d’Opera Touch, à l'exception de Qwant. On ne sait pas quand le reste des apports arrivera sur iOS.

NVIDIA a dévoilé ses résultats pour le troisième trimestre de son exercice fiscal 2019. Oui, 2019. L'année fiscale de l'entreprise s'étend de février 2018 à janvier 2019 et numérote ses exercices en fonction de l'année où ils prennent fin.

La marque au caméléon a enregistré un chiffre d'affaires de 3,18 milliards de dollars, en hausse de 21 % sur un an. Une progression visible sur l'ensemble de ses secteurs d'activité, à l'exception notable des puces Tegra, qui souffrent « d'un déclin saisonnier de la vente de modules SoC pour Nintendo Switch ».

Le bénéfice net a quant à lui explosé, passant de 838 millions de dollars il y a un an à 1,23 milliard sur les trois derniers mois. Une nouvelle guère surprenante au vu du prix de vente des cartes de la série RTX 20xx, même si d'autres facteurs ont pu jouer.

La gueule de bois sera par contre de mise après les fêtes pour NVIDIA. L'entreprise s'attend à un chiffre d'affaires de seulement 2,7 milliards de dollars. Motif de ce net recul : la marque souhaite réduire les stocks de cartes Pascal de milieu de gamme chez les revendeurs, et ne procèdera donc à aucune livraison significative sur ces modèles. Pour mieux préparer l'arrivée de nouveaux trois mois plus tard ?

Surfant sur la vague de la nostalgie et du rétrogaming, la société Unit-e se lance dans l'aventure. Elle se définit comme un « studio de développement technologique » proposant des solutions logicielles.

Comme son nom l'indique, le PC Classic est un mini-ordinateur fonctionnant sous DOS avec au moins une trentaine de jeux des années 80 et 90 (la liste définitive n'est pas encore précisée), mais tous seront « légaux » et avec une licence.

D'autres titres seront vendus séparément indique le fabricant. La machine sera livrée avec une manette et peut-être un (mini) clavier et une souris. Là encore une boutique d'accessoires sera mise en place. Bref préparez-vous à une machine des années 80 avec DLC comme sur les jeux récents.

Une campagne de financement participatif sera mise en ligne fin novembre ou début décembre : « Nous sommes une petite entreprise et les moules en plastique coûtent plusieurs milliers de dollars » explique la société en guise de justification.

Le prix du PC Classic n'est pas précisé, mais elle espère le proposer à 99 dollars. La disponibilité est prévue pour la fin du printemps ou le début de l'été 2019.

Une semaine après la DDR4 de 8 Gb gravée « 1y » nm, le fabricant remet le couvert avec de la DDR5 exploitant la même finesse de gravure. Il affirme qu'il s'agit de « la première dans l’industrie à respecter les normes du JEDEC » ou Joint Electron Device Engineering Council, un organisme de normalisation.

Le constructeur annonce avoir baissé la tension à 1,1 V au lieu de 1,2 V, réduisant ainsi la consommation de 30 % par rapport à la DDR4. Les débits annoncés sont de 5,2 Gb/s, soit 60 % de plus que cette dernière.

Enfin, SK Hynix espère débuter la production en série à partir de 2020, quandla demande devrait débuter selon les estimations d'IDC.

Les collectes de données d’utilisation de produits Microsoft ne respecteraient pas le Règlement général sur la protection des données, rapporte ZDNet. C’est la conclusion d’une analyse d’impact, publiée par le gouvernement néerlandais le 7 novembre.

Les enquêteurs ont repéré huit problèmes dans les versions ProPlus d’Office 2016 et du service Office 365, y compris l’édition web. Windows 10 mène « une collecte secrète, de large ampleur de données personnelles », sans prévenir correctement les utilisateurs, ni visibilité sur les informations retenues, assure le rapport.

Cette télémétrie, revue en début d’année avec le RGPD, récupère des données fonctionnelles et d’usage, des plus classiques. Problème : ces informations sont envoyées sur des serveurs aux États-Unis, en vertu du Privacy Shield, assurent les autorités néerlandaises. Elles sont donc possiblement récupérables par les forces de l’ordre américaines.

Dans le cas d’Office, du contenu comme des objets d’email ou des phrases de documents sont aussi transmis, en cas d’utilisation des outils de traduction ou de correction des applications. La télémétrie de la suite Office serait aussi plus large que celle de Windows 10 : jusqu’à 25 000 types d’événements (partagés avec 30 équipes d’ingénieurs), contre 1 200 pour le système d’exploitation (partagés avec 10 équipes).

Les données seraient aussi retenues sans durée déterminée, alors que le RGPD réclame de ne les conserver que le temps nécessaire.

Selon ZDNet, plus de 300 000 ordinateurs de l’administration néerlandaise utilisent les logiciels Office. Microsoft aurait déjà intégré un paramètre de télémétrie plus restrictif pour Office, tout en promettant plus de transparence sur d’autres problèmes.

Plus largement, le gouvernement s’inquiète du CLOUD Act, récemment adopté par les États-Unis (voir notre analyse). Il « présente un risque pour les données personnelles d’employés des organisations gouvernementales. Le CLOUD Act étend la juridiction des autorités américaines à toutes les données détenues par des sociétés américaines, même si elles sont hébergées dans des centres de données hors de son territoire ».

Microsoft a publié la version 3.0 de son application Cortana pour iOS, mais toujours pour les pays anglo-saxons pour l’instant. l’assistant a beau être disponible en français par exemple depuis longtemps dans Windows 10, l’application mobile n’y a toujours pas droit.

Les améliorations sont nombreuses, notamment visuelles puisque l’interface a été largement remaniée et modernisée. Les fonctionnalités sont aussi beaucoup plus conséquentes avec la prise en charge de la musique et des podcasts.

La communication avec l’assistant lui-même se fait au moyen d’une vie de type conversation. Il est bien possible que Microsoft se soit inspiré de l’Assistant de Google.

Les liens avec l’écosystème de l’éditeur sont également renforcés, avec une plus grande mise en avant des informations liées au compte Microsoft, notamment les emails, calendriers, rappels, tâches et autres. Même Teams est pris en charge pour l’entreprise.

Rien n’est pour l’instant dit sur la version Android, mais elle ne devrait plus tarder. Contrairement à la mouture iOS, elle comporte beaucoup moins de limitations puisque Cortana peut être utilisé comme assistant principal, ce que ne permet évidemment pas la plateforme mobile d’Apple, où Siri règne en maître.

Cette nuit, la société a envoyé sans encombre un nouveau satellite dans l'espace :  Es’hail-2. Il a été lancé avec un premier étage recyclé d'une mission de juillet dernier (Telstar 19 Vantage) , qui a de nouveau été récupéré sur la barge Of Course I Still Love You dans l'océan Atlantique. Cette fois encore, la récupération de la coiffe n'a pas été tentée.

Il s'agit donc du 18e lancement réussi de l'année pour Spacex, qui égale ainsi son record de 2017. Pour rappel, la société prévoyait d'atteindre une vingtaine de lancements l'année dernière et misait sur une trentaine cette année.

Dans un communiqué, l'association regroupant plus de 950 sociétés dans le secteur des technologies rejoint la Première ministre britannique et « estime que l'accord négocié est la seule solution sur la table pouvant donner suite au résultat du référendum de 2016, tout en préservant emplois et investissements dans le secteur technologique britannique ».

« L’accord proposé éviterait les conséquences très dangereuses d’un non-accord » ajoute le groupe. Il affirme au passage que la « libre circulation des données à caractère personnel entre le Royaume-Uni et l'Union européenne » est un point très important du projet d'accord.

S'il « n'est pas parfait » reconnaît TechUK, un « no deal » serait bien pire pour les entreprises technologiques, notamment les petites et moyennes qui seraient plus durement touchées.

Au Royaume-Uni, la situation est très tendue (et c'est peu de le dire) depuis cet accord. Il est défendu par Theresa May, mais contesté par des députés, y compris dans son propre parti. « Le choix est clair : nous pouvons choisir de partir sans accord, risquer qu'il n'y ait pas de Brexit du tout, ou choisir de nous unir et soutenir le meilleur accord que nous pouvions négocier, cet accord », affirme la Première ministre.

Hier, plusieurs ministres et secrétaires d'État ont démissionné après ce projet négocié avec l'Union européenne. Des députés de son parti sont également en train d'essayer d'organiser un vote de défiance pour tenter de la destituer.

L'accord doit maintenant être entériné lors d'un sommet européen le 25 novembre à Bruxelles, puis être voté par les parlementaires en décembre. Selon le « brexiter » conservateur Mark Francois, repris par Le Point, il serait « mathématiquement impossible » de faire adopter le projet d'accord.

Le fabricant l'annonce en personne. Il se situe dans un immeuble haussmannien du XIXe siècle et dispose d'une cour intérieure transformée en Forum – « le plus grand d'Apple à ce jour » – où se tiendront les séances (gratuites) Today at Apple.

Le constructeur annonce que plus de 330 employés sont présents, dont plus d'une centaine de nouveaux. Pour rappel, l'Apple Store du Carrousel du Louvre a fermé ses portes le 27 octobre.

Dans une longue enquête, le New York Times a révélé les méthodes de lobbying de Facebook, de ses atermoiements internes sur l’ingérence russe à l’emploi d’un cabinet derrière une usine à « fake news ». Il aurait tenté de rediriger la colère sur les autres groupes technologiques et attaqué des critiques, en les liant au milliardaire philanthrope George Soros.

Selon le NYT, la société aurait tenté de réduire l'importance perçue des problèmes, du scandale  du profilage électoral de Cambridge Analytica aux fuites de données régulières.

Elle aurait aussi hésité à révéler ses découvertes sur l’ingérence russe, notamment par peur de fâcher les républicains américains, déjà très critiques de la modération de la plateforme. L'entreprise estimait qu'en révélant le soutien d'acteurs russes à la campagne de Donald Trump, elle serait accusée de prendre parti pour les démocrates.

Dans un communiqué, le directeur des fondations Open Society de George Soros, Patrick Gaspard, accuse Facebook d’avoir financé la production de « fake news » à l’encontre du milliardaire, alors que le réseau social fait de sa lutte un large axe de communication. Il estime aussi que Facebook a nourri un sentiment antisémite en visant Soros de la sorte.

Facebook a répondu au NYT par un communiqué plein de bons sentiments et une conférence téléphonique. Le communiqué, censé relever cinq « inexactitudes », n’en relève en fait aucune.

La société prétend nier les éléments de l’article, mais se contente d’assurer ses bonnes intentions, sans remise en cause factuelle… Sauf sur la première « inexactitude », qui a mené à une  mise à jour du communiqué. Facebook a finalement reconnu avoir mal interprété l’article sur ce premier point. Elle se dit par ailleurs choquée des accusations d’antisémitisme.

Une téléconférence a été organisée par Mark Zuckerberg. Il se défend de toute mauvaise action, et déclare ne pas connaître certains agissements dont la société est accusée, comme ceux attribués au cabinet de lobbying Definers, qualifié de « chien d’attaque de Facebook » par le NYT.

Il ne compte pas quitter la tête du groupe.

Selon le NYT, ces révélations ont agité le Congrès américain, qui réclame plus de contrôle du réseau social, qui aurait montré son incapacité à s'auto-réguler.

En parallèle, l'entreprise a publié son Transparency Report pour le premier semestre 2018. Elle y ajoute deux nouvelles catégories (harcèlement et nudité infantile).

Les demandes d'États ont augmenté de 26 % en un an, passant de 82 000 à près de 104 000. Aux Etats-Unis, elles ont augmenté de 30 %, plus de la moitié (56 %) avec une interdiction de la divulguer à l'utilisateur. Sur le premier semestre, le nombre de contenus bloqués pour raisons légales a grimpé de 7 % par rapport à la même période l'an dernier (de 14 280 à 15 337).

Un système de recours supplémentaire, similaire à une « cour d’appel », est promis pour l’année prochaine.