Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Dans un entretien au Guardian, Richard Gingras, le vice-président de Google en charge d’Actualités, n’exclut pas de fermer le service si la directive passe en l’état, avec son nouveau droit voisin pour les éditeurs de presse institué par l’article 11. Google pourrait avoir à rémunérer les médias pour les renvois vers leurs sites.

Adoptée par le Parlement en septembre, la directive en est au trilogue, une négociation confidentielle entre Parlement, Conseil et Commission européenne, sur laquelle le groupe de Mountain View tente de peser.

Google rappelle que le service ne rapporte pas directement d'argent, en l'absence de publicités. Il est pourtant accusé par le SPQN et les grands éditeurs de leur voler le pain publicitaire de la bouche.

Pour le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil), dont Next INpact est membre, la directive pourrait surtout renforcer la dépendance de cette presse aux géants du Net, ainsi que la course à l’audience.

En réponse, Google rappelle avoir déjà coupé Google Actualités en Espagne en 2014, quand les éditeurs ont tenté d’obtenir une taxe sur les liens des agrégateurs… causant une lourde baisse de trafic.

Cet été, la société américaine s’était associée à la campagne Save Your Internet, en la soutenant via une association (la CCIA), pour dénoncer les filtres à l’upload qu’imposerait l’article 13 de la directive. Elle a depuis menacé dans un communiqué de fermer YouTube aux vidéastes amateurs, pour réserver la plateforme aux grands producteurs « sûrs »… en demandant une mobilisation des internautes.

En parallèle, la société passe par des vidéastes pour pousser ses arguments, à l’image du Joueur du Grenier ou de Julien Chièze. La perspective en inquiète certains, après le tour de vis drastique pris sur la publicité et les démonétisations massives de vidéos, en partie justifiées par le droit d’auteur.

Trois finalistes tenaient la corde depuis plusieurs mois : l'ancien lac du cratère de Jezero remporte donc la mise face à un volcan au nord-est de la région Syrtis Major (où de l'eau chaude aurait pu être présente) et aux collines de Columbia Hills situées près du cratère Gusev où se trouve le rover Spirit.

Selon l'agence spatiale américaine, cet emplacement dispose « de nombreuses cibles d'échantillonnage prometteuses avec au moins cinq types de roches différentes, y compris des argiles et des carbonates ayant un fort potentiel pour préserver des signatures de vie passée ».

Pour rappel, le but de la mission Mars 2020 est justement d'aller chercher des traces de vie, notamment grâce à l'instrument SuperCam, une version améliorée de la caméra ChemCam se trouvant sur Curiosity. D'ailleurs les deux rovers (Curiosity et Mars 2020) sont identiques à 85 % rappelle la NASA.

Pour la première fois depuis octobre 2017, le cours du bitcoin est passé hier soir sous la barre des 5 000 dollars, avant de poursuivre sa chute ce matin, où il côte à 4 600 dollars. Une chute qui survient au moment de la séparation entre les chaînes de Bitcoin Cash et de Bitcoin SV.

Ce dernier protocole, mis au point par nChain, sur la demande du président de CoinGeek – l'un des plus gros rassemblement de mineurs (pool) – promet de ne pas apporter de changements « inutiles » au protocole. Ce afin d'avoir un ensemble se voulant au plus proche de la « Satoshi Vision » qui a donné son nom au projet.

La plateforme d'échange Kraken avertit ses utilisateurs que Bitcoin SV doit être vu comme un investissement à très haut risque. Ce crypto-actif ne remplirait pas plusieurs des conditions habituelles pour être listé sur la plateforme, notamment en raison d'une revue de code « très minimale » et de l'absence de portefeuille protégeant contre les doubles dépenses.   

En fin de semaine dernière, le constructeur dévoilait de bons résultats avec une marge à plus de 60 %, mais prévenait que les perspectives du prochain trimestre seraient moins joyeuses.

Depuis, le titre ne cesse de baisser, de manière importante. Rien que dans la journée d'hier, il a perdu plus de 12 %. Le contexte international joue, notamment les tensions entre la Chine et les États-Unis, mais la société est bien plus touchée que ses concurrents.

Il faut dire qu'elle multiplie les déconvenues ces dernières semaines sur son marché de base : les GPU pour le grand public. Après un accueil mitigé pour les GeForce RTX, critiquées pour leur politique tarifaire et le manque d'applications et de jeux permettant de profiter de leurs possibilités, des problèmes de conception sont venus entacher le lancement des modèles 2080 Ti.

NVIDIA a depuis confirmé la situation, à travers une publication assez légère depuis le fin fond de son forum. Une attitude tout sauf responsable, qui laisse place aux rumeurs. C'est sans doute aussi cela que la société paie aujourd'hui.

À plus de 200 dollars jeudi soir, le cours de NVIDIA s'est effondré à un peu plus de 160 dollars vendredi matin. L'action s'échange aujourd'hui à moins de 145 euros, un montant que l'on n'avait pas vu depuis juin 2017, lorsque la société était en pleine croissance.

Elle va sans doute devoir sortir du bois et communiquer pour tenter d'éteindre l'incendie. Il faudra alors établir une stratégie permettant de revenir dans une meilleure position.

Google déploie actuellement une nouvelle version de son applications Photos pour iOS. Elle intègre une nouveauté jusqu’ici réservée aux possesseurs d’un iPhone X ou plus récent : l’arrière-plan flouté en mode portrait et le focus.

Un bon argument pour tous les possesseurs d’iPhone 7 ou 8 qui se sentiraient un peu délaissés par Apple. À voir maintenant la propreté du résultat (nous n’avons pas encore la dernière version de l’application) et si la fonction sera suffisante pour faire venir des utilisateurs sur Google Photos.

Le PDG du groupe Renault-Nissan-Mitsubishi Motors est accusé de n'avoir déclaré qu'une partie de ses revenus et dissimulé le reste. Ce n'est pas tout : « de nombreuses autres fautes graves ont été découvertes, telles que l’utilisation personnelle des actifs de la société », avec l'implication du directeur délégué Greg Kelly précise le communiqué de presse de Nissan.

Le fabricant automobile affirme avoir « fourni des informations au parquet japonais et pleinement coopéré à son enquête ». Il a été arrêté par la justice japonaise lundi et placé en garde à vue mardi, une information confirmée par le parquet de Tokyo, comme le rapporte l'AFP.

Hiroto Saikawa, actuel directeur général de Nissan, proposera au conseil d'administration de rapidement démettre Carlos Ghosn et Greg Kelly de leurs fonctions. Ces révélations ont fait plonger l'action de Nissan de 6 % en bourse.

Moins d’une semaine après son lancement, Fallout 76 reçoit son premier patch majeur. Majeur parce qu’il corrige une très longue liste de bugs, mais également par sa taille : 47 Go sur PS4 et Xbox One, 15 Go sur PC.

Les changements sont nombreux et affectent les performances, la stabilité (autant des clients que des serveurs), des bugs graphiques, des erreurs liées au CAMP, des soucis d’interfaces ou encore des modifications à certains comportements PVP.

Le Respawn après une mort dans un combat en joueur contre joueur supprimera bien tout statut hostile. Outre des récompenses s’affichant plus clairement quand on cherche à se venger, les joueurs en mode pacifiste qui tenteraient de récupérer un établi n’étant pas à eux feront correctement leurs dégâts au joueur qui le possède.

Bethesda indique que le jeu sera régulièrement mis à jour, que ce soit pour les corrections ou les ajouts de fonctionnalités. L’éditeur ajoute que les prochains patchs devraient cependant être moins lourds, ce qui n’est pas un mal.

Espérons que la nouvelle version stabilisera suffisamment les serveurs pour qu’ils ne plantent plus quand l’action devient trop importance. Une vidéo publiée il y a trois jours montrait en effet comment le déclenchement simultané de trois missiles nucléaires avait entraîné une déconnexion des joueurs sur le serveur, devenu inaccessible un temps.

La société rencontre des difficultés ces derniers mois et cherche des solutions pour se financer hors des réflexes publicitaires habituels.

Elle avait tenté une offre de soutien volontaire, qu'elle renforce aujourd'hui avec un modèle d'abonnement récurrent. Le site consacré à l'actualité de fond du groupe, accessible de manière indépendante de BuzzFeed désormais, propose de recevoir une newsletter spécifique pour cinq dollars par mois.

Une offre à 100 dollars par an est également disponible, avec un tote bag « offert ». L'accès au contenu n'est pour le moment pas limité aux abonnés, mais rien ne dit que cela ne viendra pas par la suite afin de renforcer l'intérêt du dispositif.

C'est bien évidemment Elon Musk qui a annoncé la nouvelle sur Twitter, comme à son habitude. Le community manager haut de gamme explique que le nom « Starship » correspond au vaisseau/dernier étage de l'ex-Big Falcon Rocket. De leur côté, les boosters permettant à la fusée de s'arracher de la gravité sur Terre s'appellent désormais Super Heavy.

Nouvelle révision pour Visual Studio 2017, qui passe en version 15.9. Comme on le savait déjà, elle apporte déjà le support de la compilation ARM64, promettant de meilleures performances aux applications qui en profiteront sur Windows pour ARM.

Parmi les autres apports, commençons par le Step Back pour C++, via IntelliTrace. Visual Studio prend des instantanés à intervalles réguliers de la pile d’une application en cours d’exécution. Le développeur peut ainsi examiner l’état de la pile à un instant T, puis reculer ou avancer dans le temps pour examiner les appels, variables et autres.

On trouve également le support de Windows 10 October 2018 Update, la possibilité de créer des paquets MSIX, plus d’options pour XAML Designer pendant la conception des applications UWP, ou encore la compatibilité avec SharePoint 2019.

Deux nouveautés périphériques sont à noter. D’une part, l’utilisation pour .NET Core de la dernière révision stable par défaut du SDK associé, plutôt que la dernière version, stable ou non.

D’autre part, la possibilité à la fin d’une installation de Visual Studio (Community, Professional ou Enterprise) d’exporter la configuration utilisée sur l’installeur vers un fichier .vsconfig. Ce dernier pourra alors servir à lancer d’autres installations sur un parc, ou envoyé à des développeurs.  

Enfin, Microsoft annonce que cette version 15.9 sera la dernière révision mineure pour Visual Studio 2017. Des mises à jour correctives sont bien prévues (la 15.9.1 est en développement), mais il faudra attendre Visual Studio 2019 (et ses changements graphiques) pour les prochaines nouveautés.

Comme d'habitude, la version 15.9 se télécharger et s'installe depuis le menu intégré à Visual Studio. On peut récupérer la dernière version de l'IDE depuis cette page.

Blue Origin et SpaceX (entre autres) ne sont pas les seules sociétés voulant envoyer des satellites dans l'espace, Virgin Orbit veut également en être et vient de franchir une nouvelle étape.

La société de Richard Branson a sa propre idée pour y arriver : utiliser un Boeing 747-400 spécialement aménagé et baptisé Cosmic Girl comme rampe de lancement pour sa fusée LauncherOne.

Pour rappel, Virgin Orbit espère ainsi envoyer 300 kg de charge utile (en un ou plusieurs satellites) jusqu'à 500 km d'altitude. Son système ne permettra pas de lancer des satellites géostationnaires (36 000 km), mais tentera de réduire les coûts pour de petits lancements sur une orbite basse.

La société pousse ici à son paroxysme la réutilisation du « premier étage » puisque celui-ci prend la forme d'un Boeing 747-400 modifié. Durant le premier essai en vol du jour, LauncherOne est resté fixé sous l'aile de l'avion, sans allumer son moteur. La société espère aller dans l'espace l'année prochaine.

Petit à petit, le ray tracing fait son nid chez NVIDIA. Promis pour l'automne au lancement des GPU de la génération Turing, la mise à jour de l'application est publiée dans les temps.

Pour rappel, Ansel RTX permet de prendre des captures dans les jeux en bénéficiant d'un rendu de type ray tracing, de nouveaux filtres et d'une augmentation de la définition de l'image soutenue par l'intelligence artificielle.

La fonction est disponible pour une cinquantaine de jeux exploitant le SDK de NVIDIA. Pour les autres, certaines fonctionnalités peuvent être disponibles, mais de manière limitée. Il est ainsi impossible de profiter du ray tracing, de la vue à 360° ou de la caméra libre.

Cela concerne par contre un peu plus de 150 titres, de quoi porter le total à plus de 200 jeux, se félicite le constructeur.

Lancé le 19 novembre 1998 sur PC, Half-Life a fêté hier son vingtième anniversaire. Le titre est entré dans la légende, en apportant au genre des FPS une intrigue scénaristique forte, lui redonnant un nouveau souffle plus que bienvenu. Si bien, que 14 ans après le lancement de Half-Life 2, la communauté des joueurs attend toujours avec impatience un troisième volet à la saga.

Pour célébrer cet anniversaire, le studio amateur à l'origine de la remasterisation de Black Mesa a diffusé une bande-annonce pour un remake de Xen, le troisième acte du jeu. Il devrait être disponible dans le courant du deuxième trimestre 2019.

De son côté, Noclip a diffusé la bande-annonce d'un documentaire revenant sur la manière dont le lancement de Half-Life a transformé l'industrie du jeu vidéo, aussi fortement qu'il a marqué l'esprit des joueurs de l'époque.

Annoncés en septembre, les appels Skype sur les produits Echo d'Amazon sont désormais disponibles. C'est du moins ce qu'affirme cette page de Microsoft.

Elle donne au passage la marche à suivre pour en profiter et annonce que les utilisateurs liant leur compte Skype à Alexa peuvent profiter de 100 minutes de communications offertes par mois, pendant deux mois. Sur l'Echo Show, les vidéoconférences sont également accessibles.

Dans le même temps, les clients du service de streaming Pandora Premium peuvent profiter des contenus sur les enceintes connectées Echo.

Le réseau social s’attaque aux comptes qui achètent de faux « likes », abonnés et commentaires depuis des applications tierces, rapporte Adweek. Filiale de Facebook oblige, ils sont détectés grâce au machine learning, qui mène à la suppression de l’engagement factice.

Ils recevront un message au sein de l’application, forçant les titulaires à changer leur mot de passe.

L’enjeu est central pour Instagram. Ces interactions sont les indicateurs utilisés pour mesurer l’efficacité des campagnes publicitaires sur le réseau social, les « influenceurs » vendant leur image aux entreprises dont ils promeuvent les produits. Des chiffres gonflés peuvent détruire toute confiance dans le système.

Le phénomène n’est pas nouveau, comme nous l’expliquions il y a deux ans. Certains pirates ont même beaucoup d’imagination, exploitant des routeurs et objets connectés vulnérables pour créer de faux comptes et vendre des interactions factices… rapidement supprimées par Instagram, mais tout de même vendues.

Surfant sur la vague des Smart Display poussés par Google, LG présente enfin son premier modèle misant sur la partie audio pour se démarquer. Elle a été réalisée en partenariat avec Meridian Audio.

Pour le reste, l'écran affiche une diagonale de 8 pouces avec une définition « HD », d'une caméra de 5 Mpixels, de Chromecast intégré, du Wi-Fi et du Bluetooth. Elle fonctionne sous Android Things de Google.

Le Xboom AI ThinQ WK9 sera disponibles aux États-Unis pour commencer. Il est vendu 299,99 dollars sur le site du fabricant, avec une promotion à 199,99 dollars à l'occasion du lancement.

Microsoft vient de lancer un nouveau kit de développement pour Azure, entièrement dédié aux technologies blockchain. Il contient l'essentiel pour créer des applications s'appuyant sur une blockchain, ou de rédiger des smart contracts dans plusieurs langages, tels que Solidity, Go ou Kotlin.

Le kit permet également de faire appel à plusieurs services externes au sein d'un smart contract, qu'il s'agisse de lire la valeur de capteurs, ou bien d'ouvrir l'accès à des fichiers stockés sur un serveur ftp, ou sur la plupart des services de stockage sur le cloud.   

L'opérateur de téléphonie mobile propose un petit boîtier sans fil qui se branche sur un port OBD II d'un véhicule. Il transmet ensuite les données récupérées via une application mobile ou un navigateur.

Drive permet d'obtenir la position géographique en temps réel, de voir l'historique des déplacements et de recevoir des alertes en cas de conduite « agressive » avec des accélérations et des freinages brutaux, ou bien lorsque certaines limites de vitesse sont dépassées.

Une note de conduite sur 100 est donnée en fonction de ces paramètres. L'opérateur explique que son Drive permet ainsi aux parents de suivre la conduite et les déplacements des jeunes conducteurs. Il ne s'agit par contre pas d'un système d'alarme ou d'antivol puisque le boîtier peut très simplement être débranché.

Il fait également office de point d'accès Wi-Fi et permet d'obtenir une assistance dépannage 24/7. Enfin, il donne des indications sur des informations retournées par la voiture, comme l'état de la batterie.

Sprint Drive est proposé à partir de 10 dollars par mois avec 2 Go de data utilisable en hotspot, ou bien à 25 dollars par mois pour de l'illimité. Pour rappel, des adaptateurs OBD II (Bluetooth et/ou Wi-Fi)  se trouvent à moins de 15 euros sur Amazon, mais sans GPS ni connexion à Internet.

Cette acquisition, dont le montant n'est pas précisé, servira à renforcer la marque Odiso. Cette dernière appartient au groupe M6 Web et se définit comme un « hébergeur web spécialisé dans la Haute-disponibilité et la gestion de pics de trafic ».

Le rachat à 100 % d'Altima Hosting permettra à M6 « de renforcer son pôle Digital Services à Lille, composé d’Odiso, mais aussi de Mindbaz, son activité de routage emailing, de MindTarget, service de monétisation de bases de données, ainsi que ses portails médias et services ».

Le géant de l'e-commerce cesse de fournir tous les revenus aux réseaux et applications, pour prendre 30 % des revenus publicitaires générés sur sa clé de streaming, rapporte AdAge. La mesure a été prise dans de nouvelles conditions publiées le 30 septembre. Les applications doivent intégrer les Amazon Publisher Services.

Jusqu’ici, les publicités intégrées aux applications ou services étaient l’affaire des éditeurs, qui obtenaient donc l’ensemble des gains. À AdAge, un partenaire d’Amazon s’étonne que la publicité entre désormais en ligne de compte. La société leur promettrait des revenus plus élevés, en exploitant les données d’achat des utilisateurs.