Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

L'Agence nationale des fréquences publie son observatoire des mesures du DAS pour le premier semestre de l'année.

51 smartphones ont été analysés par des laboratoires indépendants (payés par l'ANFR) afin de vérifier le respect de la législation en vigueur sur le DAS tronc et/ou tête. Il doit être inférieur à 2 W/kg pour rappel.

43 sont conformes. Le DAS tronc moyen varie entre 0,6 et 1,97 W/kg (moyenne de 1,16 W/kg), contre 0,18 à 0,47 W/kg (moyenne de 0,31 W/kg) pour le DAS tête. Pour les 8 autres, les mesures allaient de 2,04 W/kg à 2,52 W/kg selon les cas.

Le nom des huit smartphones en question a déjà été dévoilé au fils des mois : le Hapi 30 d'Orange en avril, les Alcatel Pixi 4-6", Echo Star Plus, Huawei Honor 8 et Neffos X1 TP902 en mai, les Hisense F23 et Wiko Tommy2 (vendu par Bouygues Telecom) en août et enfin le Wiko View en novembre.

Comme nous l'avions déjà expliqué, TP-Link (Neffos) et Orange avaient décidé de retirer leurs smartphones du marché et de lancer une procédure de rappel des terminaux vendus. Les six autres fabricants ont déployé des mises à jour pour baisser le niveau des DAS. L'ANFR a procédé à de nouvelles analyses pour en vérifier l'efficacité.

Dans le cas du Tommy2 vendu exclusivement par Bouygues Telecom, l'opérateur nous avait expliqué que sa surcouche n’était « pas à l’origine du non-respect de la conformité aux limites réglementaires ».

« Après investigation interne côté Wiko, il s’avère qu’il s’agit bien d’un problème de qualité chez eux sur un lot de Tommy2. Ce lot ne répondait de fait plus au cahier des charges technique initial. Le prélèvement qui a révélé ce problème a été fait sur des produits commercialisés dans nos canaux de vente, qui provenaient de ce lot », ajoutait l'opérateur.

Pour rappel, toutes les mesures de DAS de l'ANFR peuvent être consultées (et exportées) sur cette page.

Autrefois un rendez-vous quasi incontournable des acteurs high-tech, le salon de Hanovre n'était plus que l'ombre de lui-même depuis plusieurs années. De 500 000 visiteurs en 2005, il n'était plus question que de 200 000 en 2017 par exemple, avec une présence internationale bien moins importante de surcroît.

L'année dernière, les organisateurs avaient donc décidé de « reconstruire le CeBIT à partir de zéro » pour l'édition 2018, avec un changement de date à la clé. Le salon s'est déroulé en juin cette année (juste après le Computex et avant l'E3), une période « plus propice à la mise en scène de la technologie »... mais dans la même indifférence que les années précédentes.

Finalement, suite à une « réorganisation de son portefeuille d'événement », Deutsche Messe vient de donner le coup de grâce au CeBIT qui n'aura donc pas d'édition 2019. L'annulation fait suite à « une baisse du nombre de visiteurs et une réduction continue des réservations ».

Les sujets habituellement traités au CeBIT seront intégrés à d'autres événements. Oliver Frese, membre du directoire de Deutsche Messe et responsable du CeBIT sera démis de ses fonctions (à sa demande), le 31 décembre.

Alors que le dispositif Bloctel fait régulièrement l’objet de critiques, la commission des affaires économiques a adopté hier une proposition de loi UDI-Agir « visant à encadrer le démarchage téléphonique et à lutter contre les appels frauduleux ».

Le texte reprend plusieurs mesures d’une précédente proposition de loi (LR), adoptée en juin dernier, mais qui n’a toujours pas été examinée par le Sénat. Une hausse des sanctions pour les professionnels qui ne respectent pas Bloctel est notamment prévue.

Nous ferons un compte rendu des débats en commission d’ici aux discussions en séance publique, programmées pour le jeudi 6 décembre.

Il y a quelques jours, nous évoquions une offre commerciale mise en avant par AMD, avec des processeurs Ryzen accompagnés d'un ventirad Wraith Max dans quelques boutiques anglaises.

Nous avons pu avoir la confirmation que le marché français n'était pas concerné. Ne vous attendez donc pas à trouver des offres similaires chez nous.

Une habitude chez AMD qui a déjà plusieurs fois mentionné des initiatives commerciales sans aboutissement en France. On pense notamment aux bundles comprenant une carte mère à tarif réduit pour tout achat d'un processeur Threadripper et dont nous n'avons aucune nouvelle.

La nouvelle version du navigateur ne risque pas de bousculer les habitudes tant les nouveautés apportées paraitront pour certaines anecdotiques.

Opera 57 renforce ainsi son Accès rapide (Speed dial) en améliorant les recommandations d’actualités, qui restent basées sur une liste de thématiques choisies par l’utilisateur.

Plusieurs langues peuvent être choisies et les articles sont munis de boutons « J’aime » et « J’aime pas » qui permettront, comme on s’en doute, d’affiner les résultats renvoyés par les algorithmes d’Opera pour chaque utilisateur. Une personnalisation classique.

Plus curieux, la même page Accès rapide propose maintenant des recommandations de contenus Netflix. Elles sont cette fois adaptées au pays de l’utilisateur, sans possibilité de changer.

On ne peut les voir que si les actualités sont affichées, puisqu’elles apparaissent après les deux premières lignes d’articles. On peut voir que le système est propulsé par « The Movie Database », mais on ne sait pas sur quels critères.

À vrai dire pour l’instant on a du mal à voir l’intérêt, puisque Netflix a son propre système de recommandation, basé sur les habitudes de l’utilisateur.

Il est possible qu’il s’agisse surtout d’un avantage pour Opera, payé pour cette mise en avant du contenu. Après tout, il apparaît pour tout le monde, que les utilisateurs soient abonnés ou pas. Dans le second cas, il s’agit tout simplement de publicité.

On note quand même quelques améliorations supplémentaires, comme une révision des pages de configuration, désormais plus compactes. L’ouverture des pages doit provoquer moins de « flash » clignotants et les onglets épinglés peuvent enfin être supprimés (d’un clic molette par exemple) savoir à être désépinglés d’abord.

En bref, une version qui témoigne d’un fort ralentissement des nouveautés en ce moment dans Opera. Après une série d’évolutions majeures et de décisions radicales (blocage intégré des publicités, améliorations sur l’autonomie, détection et blocage des mineurs de cryptomonnaie…), l’actualité est tranquille depuis déjà plusieurs versions.

Tracfin, la cellule du ministère de l'Économie et des finances chargée de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, vient de tirer la sonnette d'alarme au sujet des crypto-actifs dans son rapport annuel « Tendances et analyse des risques ».

Les ICO sont particulièrement dans le viseur de Tracfin, qui estime qu'elles « offrent de nombreuses possibilités en termes de blanchiment de capitaux comme en terme d'escroqueries ». Elles permettent en effet aux blanchisseurs de justifier de ses fonds en expliquant avoir financé un projet et avoir rentabilisé son investissement. « D'où l'importance de pouvoir vérifier au lancement de l'ICO l'origine des fonds des investisseurs », martèle l'autorité.

À défaut de pouvoir filtrer l'argent entrant dans ces projets, l'AMF de son côté propose de filtrer les ICO, avec un dispositif de certification des projets… sur la base du volontariat. Une ICO offrant suffisamment de garanties pour protéger les investisseurs pourrait ainsi recevoir un tampon de l'AMF certifiant qu'elle tient à peu près la route.

Lors de sa conférence re:Invent, Amazon Web Services a annoncé l'arrivée de cette nouvelle formule pour l'année prochaine, comme le rapporte TechCrunch. Elle permet de sauvegarder des données ne nécessitant pas un accès rapide et régulier.

À 0,00099 dollar par Go et par mois (soit 0,99 dollar seulement par To par mois), Glacier Deep Archive est environ quatre fois moins cher que l'offre Glacier actuelle d'AWS. Il faudra par contre attendre plusieurs heures avant de récupérer ses données. Le taux de durabilité (résilience des données) est de 99,999999999 % selon Amazon.

Le gouvernement vient de publier deux arrêtés (voir ici et ) destinés à permettre à tous les citoyens, quel que soit leur lieu de résidence, de s’inscrire sur les listes électorales via Internet. Ces deux textes entreront en vigueur le 1er janvier 2019.

À la fin 2015, seules 4 476 communes françaises (sur plus de 30 000) proposaient à leurs administrés d’effectuer cette démarche en ligne – essentiellement des grandes villes, à l’image de Lyon, Brest ou Annecy.

Il y a quelques jours, un développeur révélait l’infection de la bibliothèque event-stream, téléchargée jusqu’à 2,4 millions de fois par semaine, par du code visant un portefeuille de cryptomonnaies, Copay.

Le cheval de Troie (flatmap-stream) était insidieux pour plusieurs raisons. D’une part, event-stream est une dépendance d’autres projets, qu’on installe habituellement avec des dizaines d’autres sans y réfléchir. D’autre part, le code infectieux ne fonctionnait qu’en présence de bibliothèques de Copay sur le serveur.

L’histoire a fait son effet, notamment à cause de la première justification du concepteur d’event-stream, Dominic Tarr, qui a laissé les clés de son projet au pirate après un simple email. Ne l’utilisant plus « depuis des années », il a simplement donné son projet à la première occasion, sans le moindre contrôle.

Rapidement, l’équipe de NPM, le système de distribution officiel des bibliothèques Node.js, a pris la main sur le compte d’event-stream et retiré la version 3.3.6, en cause.

Dans un billet de blog, elle explique avoir été avertie le 26 novembre de l’infection, le pirate ayant pris le contrôle du compte NPM du projet. La version 3.3.6 d’event-stream datait du 9 septembre, passant inaperçu pendant deux mois.

Le ciblage très précis des développeurs de Copay limite les dégâts, selon NPM. « La plupart des développeurs ne seraient pas affectés, même s’ils ont installé le module malveillant par erreur. » Le code tentait de récupérer les informations du compte et la clé privée des comptes disposant de plus de 100 bitcoins ou de plus de 1 000 bitcoins cash. Il a été déployé dans Copay entre les versions 5.0.2 et 5.1.0.

Pour sa part, le développeur Dominic Tarr revient sur la polémique, certains le jugeant irresponsable. Il répète son principal point : ce module était devenu un poids pour lui. « Si ce n’est plus amusant, vous n’obtenez absolument rien à maintenir un paquet populaire », estimant que beaucoup de dépendances sont dans le même état d’abandon.

Tarr estime que partager les droits d’édition et de publication est une pratique commune dans le monde de Node.js, et assure qu’il n’aurait pas accepté s’il s’était douté des intentions du pirate. Pour lui, il faut soit payer les mainteneurs des modules (souvent fatigués, ne tirant rien de modules qu’ils n’utilisent plus eux-mêmes), soit contribuer, tout simplement.

Lancé en 2015 (lire notre analyse), le forfait de téléphonie mobile de Google s'appuie sur les réseaux d'opérateurs nationaux. La facturation dépend de la quantité de données que vous avez consommée dans le mois (20 dollars pour les appels et SMS, 10 dollars par Go).

Alors qu'il était réservé à une poignée de terminaux (dont les Pixel), le forfait « fonctionne maintenant avec la majorité des appareils Android et des iPhones » affirme le géant du Net.

Une liste de compatibilité est disponible par ici, avec le détail des fonctionnalités supportées pour chaque terminal. Notez que Google Fi est pour le moment en bêta sur les iPhone (5S, 6 ou SE minimum).

À l'occasion de ce lancement dans le grand bain, Google propose une offre promotionnelle avec, par exemple, 200 dollars de crédits Google Fi si vous souscrivez à une offre sans changer de smartphone.

L'annonce a été faite par Donovan Sung, porte-parole et directeur de la gestion des produits du fabricant de smartphones. « Les produits d’éclairage connectés d’IKEA seront pris en charge par la plate-forme IoT de Xiaomi, à partir de décembre en Chine » précise le constructeur.

Les deux partenaires ne donnent aucune information supplémentaire sur leur accord, ainsi que sur un éventuel élargissement à d'autres pays.

Le fabricant automobile veut utiliser ses voitures électriques comme des batteries mobiles capables d'alimenter une maison (vehicle-to-home), un bâtiment (vehicle-to-building) ou un réseau électrique (vehicle-to-grid).

Ce système pourrait être utilisé en cas de coupure de courant, ou bien pour décharger le réseau lors des pics. Les batteries des voitures seraient ainsi utilisées lors de fortes demandes, puis rechargées lorsque la situation est plus calme, permettant ainsi de lisser la courbe de la consommation électrique.

Selon Nissan, ses voitures en circulation représentent une puissance de plus de 10 GWh. Le fabricant annonce aussi qu'il « développera de nouveaux moyens de réutiliser les batteries des voitures électriques ».

Des programmes pilotes sont organisés dans plusieurs pays. Dans le Tennessee, Nissan North America utilisera les voitures Leaf pour alimenter ses installations pendant les périodes de fortes consommations. À Hagen en Allemagne, les Leaf serviront de réserve électrique pour le réseau de distribution.

Voir l'infographie de Nissan Energy Share

Le gendarme des télécoms envisageait de lâcher la bride de la société l’an prochain. Il rebrousse chemin, pour maintenir encore un peu son contrôle de la précieuse télévision numérique terrestre.

En juin, l’autorité insistait publiquement sur le remplacement de la TNT par la 5G, maintenant que la diffusion de la TV par Internet dépasse celle sur réseau hertzien. Un mouvement censé s’accélérer avec le déploiement du très haut débit (30 Mb/s), en théorie sur tout le territoire d’ici 2022. Elle accompagnait cette sortie d’une consultation.

À Satellifax, son président Sébastien Soriano reconnait désormais que « nos propos ont été considérés comme agressifs ». Il veut éviter « un face à face réducteur entre l'audiovisuel et les télécoms ».

« En réponse à cette première consultation publique, les acteurs du secteur se sont unanimement prononcés contre l’arrêt, à la fin de l’année 2018, de la régulation de marché par l’ARCEP », écrit maintenant l’institution dans son communiqué.

Elle constate ainsi que les débits ne sont pas encore suffisants pour profiter partout, confortablement, de la télévision par Internet. Il est donc urgent d’attendre l’arrivée de meilleures connexions.

Dans une nouvelle consultation, l’ARCEP propose de prolonger de deux ans cette régulation de TDF, jusqu’au 17 décembre 2020. Le gouvernement promet du « bon débit pour tous » (au moins 8 Mb/s) d’ici fin 2020, même si l’autorité préfèrerait attendre 2022 et le très haut débit. La consultation est ouverte jusqu’au 12 décembre.         

L'annonce a été faite par un porte-parole de la société à nos confrères de CNBC News : « Boring Company ne cherche plus à développer un tunnel de test à Sepulveda, mais à en construire un opérationnel au Dodger Stadium ».

Baptisé « Dugout Loop High Speed Transportation Project », il relierait la station de métro de Vermont Avenue au stade (environ 5 km). Les passagers voyageraient sur des « plateformes électriques autonomes basées sur des Model X de Tesla ».

Cet arrêt à Sepulveda est la conséquence d'un accord conclu avec plusieurs associations de quartiers. Elles reprochaient à la ville de Los Angeles de vouloir exempter la société de certaines obligations environnementales.

Sur Twitter, Elon Musk affirme que la société n'a pas besoin d'un second tunnel de test : « sur la base de ce que nous avons appris du tunnel de test d'Hawthorne, nous allons de l'avant avec un réseau de tunnel beaucoup plus grand sous Los Angeles ». Pour rappel, l'inauguration du tunnel à Hawthorne est prévue pour le 10 décembre.

À quelques jours du lancement de Super Smash Bros. Ultimate, Nintendo a décidé de changer de braquet sur la question de la monétisation des vidéos utilisant du contenu issu de ses jeux.

Jusqu'ici, il fallait d'abord s'inscrire sur une plateforme spécifique où envoyer ses vidéos avant de les publier sur YouTube ou ailleurs pour obtenir le droit (ou non) d'utiliser ces contenus. Désormais il « suffira » d'atteindre le rang de Partenaire YouTube pour avoir le droit de diffuser ces images, à condition d'y ajouter « des commentaires originaux, ou une touche de créativité ».

Autre solution, tout contenu diffusé depuis la fonction de partage de la Nintendo Switch se verra épargner des foudres de Nintendo. Un système à deux vitesses qui ne devrait malheureusement pas permettre aux plus petits YouTubeurs de proposer leur contenu sans risquer d'attiser la colère du géant nippon.

Ces modèles devaient être la réponse de NVIDIA aux Radeon RX 590. Finalement, la guerre des prix de fin d'année aura surtout poussé le constructeur et ses partenaires à proposer des modèles déjà en stock à tarif très réduit.

Cela n'empêche pas la relève d'arriver. Quelques constructeurs commencent à parler publiquement de leurs cartes, qui ne devraient pas être vendues en France tout de suite. Selon nos premières informations, elles devraient arriver d'ici deux semaines.

Il y a fort à parier que NVIDIA ne fera pas grande publicité de cette évolution. Ces cartes arriveront d'ailleurs un peu tard pour les ventes de Noël.

Les boîtes à butin ne sont plus en odeur de sainteté aux États-Unis. La Federal Trade Commission va en effet lancer une enquête sur cette pratique, répondant à la requête de la sénatrice Maggie Hassan.

Elle portera principalement sur les risques d'addiction aux jeux d'argent chez les enfants. L'achat de lootboxes pourrait en effet servir de passerelle vers les paris en ligne et d'autres jeux d'argent plus tard. « Il est temps pour la FTC d'enquêter sur ces mécanismes pour s'assurer que les enfants sont protégés adéquatement. Il faut aussi éduquer les parents sur les risques d'addictions et les autres impacts négatifs de ces jeux », martèle la sénatrice.

Pour l'ESA, le principal syndicat d'éditeurs outre-Atlantique, tous ces efforts seraient bien inutiles, puisque ce mécanisme serait totalement inoffensif. « Contrairement aux assertions, les lootboxes n'ont rien avoir avec les jeux d'argent. Elles n'ont aucune valeur dans le monde réel, les joueurs reçoivent toujours quelque chose qui améliore leur expérience et leur achat est complètement facultatif. Elles peuvent améliorer l'expérience de ceux qui en achètent, mais n'ont aucun impact sur ceux qui ne le font pas ».

Pendant ce temps, dans le monde réel, certains skins d'armes de Counter-Strike Global Offensive se vendent plusieurs milliers d'euros sur le marché gris. Les adeptes de FIFA Ultimate Team seront quant à eux ravis d'apprendre que leur équipe formée de joueurs moyens leur offre la même expérience de jeu qu'une autre avec une attaque Ronaldo/Messi/Neymar.

Le 9 novembre, la société a « détecté et interrompu une activité non autorisée sur son réseau ». Les attaquants ont essayé d'extraire des informations des comptes clients : noms, emails et mots de passe hachés. Les informations bancaires n'étaient pas ciblées et cette attaque n'a eu aucun impact sur la disponibilité des services.

« S’il est possible que certaines informations aient été supprimées, nos enquêtes n’ont révélé aucune preuve concluante de leur extraction », ajoute la société. Par mesure de précaution, Dell a mis en place une procédure obligatoire de changement des mots de passe.

Comme toujours, les mêmes règles de bases s'appliquent : si vous avez utilisé le même mot de passe sur plusieurs services, il est aussi recommandé d'en changer (et d'arrêter cette pratique dangereuse).

L'éditeur open source de GitHub apporte quelques nouvelles fonctionnalités, comme une liste détaillée des commits des pull requests ou des menus, ou encore des boutons et métriques plus facilement accessibles. Les performances et le soft wrapping sont améliorés, et les snippets peuvent être désactivés.

Mais on retiendra surtout le fait que le langage Rust est désormais géré nativement via Tree-sitter.

La version 1.34 se prépare de son côté dans le canal bêta. Elle intègre une mise à jour d'Electron (2.0.14), un affichage visuel des diffs avant un commit et de meilleures performances, entre autres petites retouches.

C’est officiel, Microsoft va équiper l’armée américaine de technologies de réalité augmentée, centrées évidemment sur HoloLens.

Selon la documentation fournie, le contrat a été signé le 20 novembre pour une période de deux ans. Microsoft devra fournir pas moins de 100 000 casques, l’armée souhaitant effectuer « 25 batailles sans effusions de sang avant la première bataille ».

Traduction, les casques vont très probablement servir à l'entraînement au combat. HoloLens pouvant afficher des informations en surimpression, la formation technique pourrait être également au programme, le casque affichant par exemple des renseignements sur ce que l’on est en train de regarder.

Comme pointé par TechCrunch, cette même documentation réclame pourtant des caractéristiques qui dépassent celles du HoloLens actuel, comme un angle de vision allant de 55 à 110 degrés. Quel que soit le modèle fourni, il ne devra pas dépasser 680 grammes et pourra s’intégrer sur les casques militaires actuels.

Les rumeurs d’une nouvelle version du HoloLens trainent depuis un bon moment maintenant. Cette deuxième mouture serait nettement plus compacte et légère que l’actuelle, et cette fois proposée frontalement au grand public pour un tarif bien plus accessible. La Development Edition n’est plus disponible (plus de stock selon Microsoft), tandis que la Commercial Suite est vendue… 5 489 euros.

Selon Bloomberg, Microsoft n’aurait pas été la seule en lice pour le contrat avec l’armée américaine. Magic Leap aurait en effet été envisagé, mais il est probable que l’entreprise, nettement plus modeste, n’ait pas été en capacité de fournir un si grand nombre d’équipements. En outre, son SDK est très récent, alors que celui de Microsoft existe depuis plusieurs années.

Après l'Osmo, cette version Pocket est évidemment plus compacte : elle ne mesure que 121,9 x 28,6 x 36,9 mm (116 grammes) .

Le capteur (format 1/2,3") peut enregistrer des vidéos en 4K UHD jusqu'à 60 ips et des photos de 12 Mpixels. Un mode pro permet de régler manuellement les paramètres de la caméra. Elle dispose d'un écran tactile pour visualiser la scène que vous êtes en train d'enregistrer. La batterie propose une autonomie de 140 minutes.

Une fonction de suivi des visages ou des personnes est intégrée. De nombreux accessoires sont disponibles en option, dont un boîtier étanche jusqu'à 60 mètres et un module Wi-Fi.Le logiciel DJI Mimo est livré avec la caméra pour personnaliser et monter vos vidéos.

La DJI Osmos Pocket est d'ores et déjà disponible pour 359 euros.

Outre-Atlantique, le réseau social propose une section « Today in » qui met en avant des actualités produites par des journaux de la région, mais aussi des évènements (et des publicités) plus proches du quotidien de ses utilisateurs.

Elle est désormais disponible dans 400 villes aux États-Unis et un premier test international est en cours en Australie. Les zones où peu de médias sont présents se voient étendues à des acteurs plus lointains.

Facebook revendique, bien entendu, l'aval des utilisateurs. Elle lui permet aussi de s'éloigner des problématiques nationales, même si la question des « fake news » et de leur impact se pose à tous les échelons de l'information.

Au passage, l'entreprise dit ouvrir ses mécaniques d'alertes à une centaine d'institutions et de services de secours locaux, permettant la mise en place de mécaniques d'informations qui touchent des zones précises.

La marque expose son boîtier Thunderbolt 3 depuis des années. Il a été évoqué à plusieurs occasions, notamment lors de Computex, mais avec peu de concret.

La situation évolue enfin : Sapphire vient de nous confirmer l'arrivée de plusieurs produits sur le marché français, notamment chez LDLC. Les fiches n'étant pas encore disponibles, nous n'avons ni tarifs ni date de disponibilité.

Le constructeur nous a néanmoins indiqué que le tarif public recommandé était de 339 dollars. Pour ce prix, le boîtier de 300 x 138 x 204 mm intègre une alimentation de 500 watts et propose un port Thunderbolt 3, un RJ45 (Gigabit) et deux USB 3.0 (le support de Power Delivery n'est pas évoqué).

Il est possible d'y intégrer une carte graphique (avec un GPU AMD ou NVIDIA) occupant un ou deux emplacements, sans dépasser 266 x 125 mm et une consommation de 300 watts.

Des packs seront également proposés avec des Radeon RX 580 : Nitro+ 4 Go pour 538 dollars, Pulse 8 Go pour 558 dollars et Nitro+ 8 Go pour 578 dollars. Soit un surcoût de 199 à 239 dollars, ces cartes étant proposées entre 250 et 290 euros en France.

Sapphire met en avant la reconnaissance par Apple et vise bien entendu les adeptes de la marque, mais pas seulement. Il évoque les utilisateurs de Mini PC qui peuvent effectivement être intéressés par de telles solutions. À condition d'y mettre le prix.

La plateforme de streaming continue sur sa lancée. Après Evangelion, Ultraman et Les Chevaliers du Zodiaque (entre autres), un autre monument de l'animation japonaise va débarquer, en live action cette fois-ci : Cowboy Bebop.

Netflix n'est pas le seul studio à se pencher sur des live actions. Warner Bros serait en train de préparer un film sur L'attaque des Titans. Signalons également Pokemon et Nicky Larson, adaptés récemment en film.

Pour le moment, aucune date n'est indiquée pour cette nouvelle série en live action.

En septembre, Apple créait un petit évènement en annonçant que sa nouvelle Watch Series 4 serait capable de produire un véritable ECG (électrocardiogramme). Avec un maniement simple : poser un doigt sur la couronne pendant 30s, tout en gardant la montre au poignet.

Apple avait prévenu que cette fonction n’arriverait que plus tard. Selon un document interne obtenu par MacRumors, elle débarquera dans la mise à jour 5.1.2 de watchOS. Actuellement en bêta, elle ne contient pas encore l’ECG.

En outre, la fonction ne sera disponible qu’aux États-Unis dans un premier temps. Pour être reconnu comme tel, l’électrocardiogramme de la Series 4 doit être approuvé par les autorités sanitaires de chaque marché. Outre-Atlantique, la FDA (Food and Drug Administration) a déjà donné son accord.

Tout aussi intéressant, le document est spécifique aux Apple Store avec des consignes claires pour les employés. Ceux-ci doivent par exemple indiquer que la fonction ECG de la montre n’est pas un diagnostic en soi et ne doit pas être employée pour une fonction médicale sans l’avis préalable d’un médecin.

La montre ne pouvant pas fonctionner sans un appairage à un iPhone, ce dernier devra être – toujours selon MacRumors – équipé d’iOS 12.1.1, lui aussi actuellement en bêta. Plusieurs préversions étant déjà sorties, il y a fort à parier que la confirmation ne tardera plus.

L'initiative Universal Windows Drivers (UWD) de Microsoft a récemment changé de nom, devenant obligatoire pour les constructeurs à compter de l'October 2018 Update (1809).

Elle vise à séparer le pilote de base de toute la couche de personnalisation apportée, notamment par les intégrateurs. Ainsi, le pilote peut être distribué via Windows Update, les applications de gestion complémentaires par le Windows Store.

Intel a indiqué il y a quelques jours qu'il allait se plier à ces nouvelles règles de packaging en passant aux Windows Modern Drivers dans le courant du mois. C'est désormais chose faite avec la version 25.20.100.6444, compatible avec tous les modèles depuis la génération Skylake/Apollo Lake.

Ils apportent également le support de 12 jeux dont les paramètres pourront être automatiquement adaptés à la puissance de la machine, un bouton Rescan permettant d'effectuer une détection sans redémarrage complet.

Des optimisations ont été mises en place pour la gestion de la mémoire via OpenGL, l'économie d'énergie avec les écrans de portables compatibles avec le Display Refresh Rate Switching (DRRS) ou encore la stabilité via Vulkan.

Attention, ces pilotes pèsent 320 Mo… tout de même. Seul Windows 10 dans son édition 64 bits est supporté.

Fin août, The Intercept révélait le projet de Google, qui compte entrer sur le marché chinois avec un moteur de recherche compatible avec ses exigences de contrôle et de censure. La réaction publique a été immédiate, la Maison blanche elle-même réclamant l’arrêt des travaux.

Désormais, Amnesty International estime que « Google ne doit pas capituler face aux exigences de censure de la Chine », qui incluraient la suppression de résultats et le blocage de requêtes sur liste noire. L’organisation lance une campagne dédiée, notamment via des publicités ciblées à destination des employés du groupe, pour qu’ils s’expriment publiquement sur la question.

Dans un billet de blog, plus de 500 « employés » de Google demandent donc l’arrêt des travaux sur ce moteur. « Notre opposition à Dragonfly ne concerne pas la Chine : nous nous opposons aux technologies qui aident les puissants à oppresser les faibles, où qu’ils soient » écrivent-ils. Ils demandent une communication claire de la société sur la question, absente pour le moment.

Ce n’est pas la première mobilisation publique d’employés de Google sur des sujets sensibles. Certains ont déjà critiqué des projets avec l’armée américaine (désormais abandonnés) et les règlements à l’amiable (et à huis clos) des cas de harcèlement sexuel, obligeant la société à réagir.

Dans son traditionnel rapport trimestriel sur le marché des GPU, Jon Peddie Research a noté un net recul des ventes de cartes graphiques pour PC de bureau. Les livraisons de GPU pour ordinateurs de bureaux ont ainsi reculé de 16 % sur un an, tandis que celles des cartes graphiques additionnelles (AIB) ont fondu de 19,21 % sur trois mois

« L'effet du minage de cryptomonnaies sur les ventes de cartes graphiques est terminé, laissant AMD et NVIDIA avec des stocks élevés, impactant les niveaux de livraisons » explique ainsi Jon Peddie. Autre effet notable, celui de la guerre douanière entre la Chine et les États-Unis qui pourrait s'amplifier dans les mois à venir, et faire chuter les ventes outre-Atlantique.

Une conférence de presse se tiendra ce soir, afin de dévoiler quelques nouveautés en cette fin d'année. On attend notamment la commercialisation du boîtier Ghost.

Pour préparer le terrain, le site se fait une nouvelle fois une beauté. Le client peut être téléchargé de manière directe, sans passer par l'espace personnel de l'utilisateur.

L'ensemble se veut également plus clair, avec un second niveau d'onglets qui propose de découvrir le principe général, les avantages pour les joueurs, la fiche technique ou les technologies mises en œuvre par l'entreprise.

La boutique a été légèrement modifiée, mais ne montre pour le moment aucune nouveauté.

Après avoir récupéré l'extension .blog en 2016 et proposé des noms de domaines associés en novembre de la même année, le CMS propose désormais des sous-domaines gratuits.

Une trentaine sont actuellement disponibles : art.blog, car.blog, data.blog, movie.blog, tech.blog, water.blog, etc. Vous pourrez donc profiter gratuitement de monsite.tech.blog, mais toujours pas de monsite.blog qui nécessite un abonnement payant.

Pour en profiter, il faut commencer par créer un nouveau site ayant pour objectif principal de « Partagez des idées, des expériences, des informations, des avis, des histoires, des vidéos ou des photos ».

Wordpress explique que les sous-domaines gratuits « n’expirent pas, sont libres d’être utilisés pendant toute la durée de vie de votre site et peuvent toujours les remplacer par un domaine personnalisé à tout moment ».