Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Wietze Beukema, un mordu de cybersécurité, a trouvé une petite faille sur Google qui permet de tromper la présentation des résultats d’une recherche. Elle exploite une variable du Knowledge Graph qu’il suffit d’ajouter à l’extrémité d’une autre URL.

Le Knowledge Graph est un encart affiché pour fournir lors d’une requête, des informations supplémentaires provenant d’autres sources comme Wikipédia. En piochant le paramètre « &kgmid » relatif à ces données complémentaires, Google affichera une partie des résultats de la requête A aux réponses à une requête B.

Comme expliqué sur Twitter, avec ce méli-mélo, on fera dire au moteur que « Marlène Schiappa » est « la personnalité préférée des #GiletsJaunes ». Ou encore qu’ « Alexandre Benalla » est le professeur de boxe de « Didier Andrieux ».

Selon Techcrunch, l’entreprise américaine corrigerait actuellement cette brèche, véritable appeau à LOL ou fausses informations.

MàJ 11/01/2019 : la faille a été corrigée cette nuit. 

Le ministère de l’Intérieur vient de publier sur « data.gouv.fr » les données du répertoire national des élus, qui est renseigné et tenu à jour par l’État, « notamment sur la base des éléments fournis par les élus lors de la phase d’enregistrement des candidatures » (nom, prénom, date de naissance, code profession, date de début de mandat...).

Neuf fichiers ont été mis en ligne (un par type de mandat) : maires, sénateurs, députés, conseillers départementaux, régionaux, municipaux, eurodéputés, etc. En raison du cumul des mandats, certains élus peuvent figurer dans plusieurs fichiers. Ces derniers seront « actualisés trimestriellement ».

Le résolveur DNS du groupe de Mountain View, qui associe des noms de domaine aux adresses IP concrètes des sites, se modernise. Il est l’un des plus utilisés dans le monde.

Encore aujourd’hui, peu de requêtes DNS voient leur transport chiffré, alors que la technologie existe bien. Autrement dit, il est possible pour un tiers sur le réseau de savoir quels sites sont consultés, selon les adresses demandées.

Le résolveur DNS de Google, 8.8.8.8, passe donc le pas, en fournissant une option pour demander les adresses des sites de manière sûre, en particulier pour les utilisateurs d'Android 9 (Pie). Des instructions détaillées sont disponibles. À noter que 1.1.1.1 de Cloudflare fournit cette protection depuis son lancement en avril.

Google était aussi précédé fin décembre par Facebook. Le réseau social s’est associé à Cloudflare pour chiffrer les requêtes pendant la navigation sur le site, « de l’ordinateur [de l’internaute] jusqu’au DNS Cloudflare, et depuis lui jusqu’aux serveurs de nom de Facebook ».

C’était la dernière portion de trafic web dont le transport n’était pas chiffré, assure le réseau social, qui promet qu’il n’y a pas d’effet sur la navigation. Ce projet pilote est censé fournir un retour concret à l’industrie, redorant légèrement le blason de Facebook sévèrement terni ces deux dernières années.

L'annonce a été faite sur Twitter par Manmohan Chandolu, directeur général de Poco (marque de Xiaomi) en Inde, et repéré par Android Community.

Il affirme ainsi que « les modes slow motion à 960 ips et nuit arrivent dans la version stable » au cours des deux prochaines semaines. Pour rappel, ces fonctionnalités sont déjà disponibles sur la version bêta des firmwares.

Cette mise à jour s'attaquera aussi aux problèmes de batterie, qui a parfois tendance à s'épuiser trop vite. Pour la 4K à 60 ips, il faudra attendre le mois de février pour une mise à jour.

Enfin, bonne nouvelle : « Nous travaillons avec nos partenaires pour fournir la certification Widevine L1 ». Elle permettra enfin au Pocophone F1 de profiter des vidéos en HD sur des services de streaming comme Netflix.

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'égalité entre les hommes et les femmes, a indiqué sur France Inter ce matin qu’une loi sur les abus en ligne sera déposée en 2019. « Nous sommes mobilisés et travaillons sur une loi qui permet de retirer les contenus haineux ».

Le texte est actuellement ébauché entre elle, la Garde des Sceaux, le ministre de l’Intérieur et le secrétaire d’État au numérique. Selon la représentante de l’exécutif, le texte s’appuiera sur le rapport de la députée Laetitia Avia, l'écrivain Karim Amellal et le vice-président du CRIF Gil Taieb.

Consacré au renforcement de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet, le document présenté en septembre 2018 contient diverses solutions focalisées sur les hébergeurs en ligne. Le rapport préconise notamment que ceux-ci ne devraient disposer que de 24 heures pour retirer les contenus racistes ou antisémites.

Sur France Inter, la secrétaire d’État, qui a déposé plusieurs plaintes suite à une série de propos fleuris, estime qu’ « on n’a pas le droit de proférer des menaces de mort ou des injures publiques, il est temps que les hébergeurs se soumettent aux lois de la République comme tout le monde ».

Hier, l'EBA (European Bank Authority) et l'ESMA (European Supervisory Markets Authority) ont chacune remis un rapport à la Commission européenne sur la régulation des cryptoactifs. Les deux entités sont arrivées à la même conclusion : il faut mettre en place une réglementation au niveau de l'Union.

L'idée est de mettre fin aux divergences entre pays, afin d'éviter une surenchère de permissivité chez les uns et les autres pour attirer ce marché décrit comme porteur par les autorités.

Si les textes sont encore loin d'être prêts, ils devraient s'articuler autour de deux points : la protection des investisseurs et la lutte contre le blanchiment d'argent, rapporte Les Échos.

Le mouvement des « gilets jaunes » n'a pas seulement touché le petit commerce, mais également la grande distribution. C'est en tout cas ce que l'on peut comprendre à la lecture des dernières annonces de Fnac Darty.

Le groupe estime que les diverses manifestations ont provoqué plusieurs fermetures temporaires de magasins et réduit le nombre de visites, provoquant un manque à gagner de 45 millions d'euros de chiffre d'affaires sur le quatrième trimestre. « Cet impact sur les ventes devrait peser en conséquence sur la croissance du résultat opérationnel courant attendue pour l'année 2018 » précise la société dans un communiqué.

Lors de la séance boursière d'hier, l'action Fnac Darty a perdu 3 % de sa valeur à la suite de ces annonces.

Là aussi la fonctionnalité sera activée au printemps, via une mise à jour logicielle. Elle concernera cinq amplificateurs : VSX-S520, VSX-S520D, VSX-LX303, VSX-LX503 et SX-S30DAB.

« Pour que l’utilisateur puisse mettre à jour automatiquement son produit Pioneer connecté au réseau, la méthode est simple : accéder au menu de configuration du système et suivre les instructions » précise la société.

Une mise à jour manuelle sera également proposée sur son site. Pour rappel, Samsung, puis LG, Sony et Vizio ont déjà annoncé une telle fonctionnalité.

Twitter ouvrira bientôt un programme bêta permettait à quelques milliers d’utilisateurs (seulement) de tester en avance plusieurs nouvelles fonctionnalités qui intéressent l’éditeur.

Comme le montre la chef de produit Sara Haider, ces nouveautés comprennent notamment les réponses indentées sous les messages, la présentation sous forme de bulles ou encore des indicateurs de présence par défaut.

L’indentation permettrait dans l’absolu de mieux voir qui répond à qui. Dans la pratique, et sur les captures fournies par la responsable, les messages apparaissent très compactés, l’ensemble manquant d’oxygène.

L’adoption du format bulle et les couleurs ne plaident pas non plus en faveur de cette réalisation. En outre, l’indentation se fait horizontalement sur un écran en mode portrait. Conséquence, les réponses aux réponses s’affichent sous forme ramassée.

Dans les réponses au tweet, on voit d’ailleurs que rien dans les idées proposées ne semble trouver grâce aux utilisateurs. Les réponses indentées sont « moches » pour beaucoup, même si le concept lui-même n’est pas remis en cause. L’indicateur de présence est en revanche violemment rejeté, son activation devant se faire sur une base volontaire.

L’avis qui revient le plus souvent ? Twitter ne doit pas ressembler à Messenger ou à n’importe quelle autre messagerie.

Le programme bêta ouvrira normalement dans les semaines qui viennent.

La néobanque poursuit son ascension et vient de boucler un nouveau tour de table, qui lui a permis de récolter 300 millions de dollars auprès d'Insight Venture Partners et le fonds souverain singapourien GIC, le tout pour une valorisation de 2,7 milliards de dollars. Il y a dix mois, lors de sa précédente levée, N26 était valorisée à moins d'un milliard de dollars.

Cette opération lui permet d'accrocher le titre honorifique de « licorne » désignant une jeune pousse valorisée à plus d'un milliard de dollars avant son introduction en bourse. Un statut atteint grâce à ses 2,3 millions de clients (dont un tiers avec un compte premium payant) répartis sur 24 pays européen.

Prochaine étape pour N26 : s'attaquer au marché américain ainsi qu'à d'autres pays extra-européens. Un bureau est d'ailleurs déjà installé à New York, laissant entendre que le grand saut pourrait être pour bientôt.

VLC veut profiter du CES pour passer cette barre très symbolique.

L’association VideoLAN, qui le développe, a de quoi déjà se réjouir : il manquait environ 4 millions de téléchargements il y a deux jours, et plus qu’un il y a seulement 7 heures. Si le rythme continue, l'étape sera franchie dans les heures qui viennent.

Un immense succès pour ce lecteur multimédia open source et multiplateforme, qui accomplit depuis sa version 3.0 un intensif renouvellement technique. Nous avions fait pour rappel le point sur la future version 4.0 et les nombreuses améliorations prévues.

À compter de la prochaine évolution majeure de Windows 10, le système réservera environ 7 Go d’espace de stockage pour les mises à jour, applications, fichiers temporaires et autres caches.

Cet espace réservé sera décompté directement par NTFS. L’utilisateur verra donc comme une ponction sur son disque dur ou SSD, même si l’espace n’est pas plein.

Selon Microsoft, la fonction va aider à la fiabilité du système en réunissant sous une seule égide différents fonctionnements qui aboutissent au même résultat. Ces mécaniques auront donc un espace dédié, utilisé en priorité quand elles en auront besoin, notamment les mises à jour du système.

Cet espace fonctionnera de concert avec Storage Sense qui en surveillera le contenu et l’utilisation. Les fichiers temporaires jugés comme inutiles en seront normalement purgés de manière automatique. Ce ménage peut être plus complet si une mise à jour réclame davantage d’espace.

Pour tester la fonction, il faut avoir au moins la préversion 18298 de la branche 19H1 (nom de code de la prochaine version majeure). Il faudra ensuite remplir une « quête » du hub de commentaires pour activer la fonction.

On notera tout de même que 7 Go peuvent représenter un problème pour les machines équipées de petits SSD. À voir dans le temps, car l’espace réservé est censé rassembler et maîtriser des données qui, d’ordinaire, se baladent un peu partout dans le système.

La guerre des plateformes de vente de jeu aura bien lieu. Ubisoft a surpris son monde hier en annonçant que son prochain jeu phare, The Division 2 ne sera pas distribué via Steam, ni via Origin, mais uniquement via l'Epic Games Store, en plus du traditionnel Uplay.

L'éditeur français a sans doute été séduit par la politique commerciale plus intéressante d'Epic, qui ne ponctionne que 12 % des revenus générés sur sa plateforme, contre 20 à 30 % sur Steam. Selon GamesIndustry, Epic planche actuellement sur l'intégration de uPlay à sa plateforme.

Le partenariat entre les deux éditeurs ne devrait d'ailleurs pas se limiter à ce seul titre, puisque d'autres titres devraient également arriver sur l'Epic Games Store courant 2019. Si vous avez précommandé le jeu sur une autre plateforme (Steam ou Origin), celle-ci sera tout de même honorée, précise Ubisoft. Nul besoin de l'annuler pour basculer sur la plateforme d'Epic donc, à moins que vous y teniez.

Selon L'Express, la filiale serait en négociations exclusives avec l'opérateur pour entreprises, pour connecter les PME en haut et très haut débit. Contactée il y a quelques semaines à ce sujet, elle ne nous avait pas répondu. Elle avait racheté Keyyo pour 66,6 millions d'euros en octobre.

Nerim est un acteur historique des télécoms, connectant notamment l'opérateur associatif FDN au réseau (en lui fournissant sa collecte). Il affiche un chiffre d'affaires de 35 millions d'euros en 2016.

L'an dernier, Bouygues Telecom nous disait préparer une offre de gros pour opérateurs spécialisés dans les entreprises, sur son réseau fibre. L'assaut est clair sur ce marché aujourd'hui dominé par Orange et SFR, qui attire les convoitises du consortium Kosc (soutenu par la Caisse des dépôts) et de Free.

Depuis plusieurs mois, on retrouve sur le forum de l'application multimédia et multiplateforme des messages d'utilisateurs indiquant qu'ils n'arrivent pas à installer l'application Kodi sur leur TV sous Android.

Les versions avec Oreo semblent concernées. « Kodi fonctionne sur une NVIDIA SHIELD qui est également sous Oreo. Si Kodi ne fonctionne pas sur un téléviseur Sony, c'est Sony qui déconne », lâche Martijn Kaijser, responsable du développement de Kodi (ex-XBMC), sur les forums.

La semaine dernière, Kodi a publié un tweet pour « féliciter » Sony d'« empêcher activement ses clients d'installer Kodi sur leur nouvelle télévision Android ». L'éditeur suggérait au passage d'acheter une autre marque.

Interrogé par TorrentFreak, Sony est finalement sortie du silence : « Après un examen plus approfondi du problème, nous avons découvert un problème logiciel qui classait incorrectement Kodi en tant qu’objet du noyau. Nous travaillons sur un correctif pour ce problème à inclure dans notre prochaine mise à jour logicielle ».

Cette explication ne convainc pas vraiment le développeur Peter Frühberger. Il explique en effet qu'un APK (pas Kodi) avec le même PACKAGE_ID cause le même problème sur les TV Sony. « Pour être honnête [...], cela semble vraiment, vraiment étrange. Je doute de cette explication, mais si c’est vrai, leur classificateur est vraiment mauvais », ajoute-t-il.

Lors du dernier Patch Tuesday, un correctif pour Windows 7 est venu semer la pagaille dans les partages SMBv2, si l’on en croit nombre de commentaires dans des fils de discussions sur Reddit et TechNet.

Plus spécifiquement, ces partages deviennent inaccessibles une fois la mise à jour installée. Du moins chez une partie des utilisateurs, car un bug aussi manifeste aurait été remarqué s’il était constant. Il est toutefois bien lié à la mise à jour, puisque sa désinstallation résout le problème.

Comme le signale notamment Neowin, Microsoft n’a pas encore reconnu officiellement le souci. La réaction ne devrait plus tarder puisqu'il affecte également Windows Server 2008 R2.

Le GENCI a été créé en 2007 par les pouvoirs publics. Il s'agit d'une société civile détenue à 49 % par l’État (ministère en charge de l’Enseignement supérieur et la Recherche), 20 % par le CEA, 20 % par le CNRS, 10 % par les universités et 1 % par Inria.

L'acquisition de ce supercalculateur H.P.E intervient dans le cadre de la stratégie nationale de recherche en intelligence artificielle dévoilée en novembre dernier, faisant suite au rapport de Cédric Villani sur l'intelligence artificielle.

Il est équipé de 1 044 GPU et 70 000 cœurs CPU, pour une puissance totale de 14 pétaflops, soit dix fois plus que le modèle précédent. Le supercalculateur va coûter 25 millions d'euros, auxquels il faudra ajouter son coût de fonctionnement.

De nombreux domaines sont concernés : l’aéronautique, l’automobile, l’énergie, la simulation du climat et la prévision météorologique, les matériaux, la biologie et la santé, la sécurité et la défense.

L'ANFR explique que la Loi de finances 2019 a abrogé plusieurs dispositions de la Loi de finances de 1987 :

  • l’activité de radioamateur peut s’exercer gratuitement, alors qu’elle était jusqu’ici soumise à une taxe annuelle de 46 euros ;
  • les radioamateurs domiciliés à l’étranger peuvent exercer gratuitement lors de leurs séjours en France ;
  • l’utilisation d’un indicatif spécial du service amateur devient gratuite, alors qu’elle coûtait jusqu’alors 24 euros ;
  • les stations ne sont plus assujetties à une taxe annuelle de 46 euros ;
  • les radiocommandes de modèles réduits n’excédant pas 5 W sont d’usage gratuit, et non plus soumises à une taxe de cinq ans de 27 euros ;
  • un duplicata pourra être délivré gratuitement et non plus contre un droit de 12 euros.

Les personnes qui se seraient déjà acquittées de cette taxe seront remboursées par la Direction des Créances Spéciales du Trésor, ajoute l'agence nationale des fréquences.