Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Exploitée, elle permet à l’appelant d’écouter ce qui se passe chez le destinataire. Sous certaines conditions, il est même possible de voir par sa caméra.

L’opération est aisée : on lance un appel FaceTime vidéo vers un contact compatible, on ouvre les options de l’appel (depuis le bas de l’écran), on s’ajoute soi-même à la conversation. Et c’est tout.

Si le correspondant a le malheur de se servir d’un de ses boutons volume ou d’alimentation pour couper la sonnerie sans pour autant raccrocher, il déclenche sans le vouloir la caméra en façade. L’appel vidéo est alors complet, jusqu’à ce que l’on raccroche.

La réaction d’Apple n’a pas tardé : les appels FaceTime vidéo sont désactivés jusqu’à nouvel ordre. La société a indiqué à plusieurs médias qu’un correctif était en cours de développement. La mise à jour devrait être déployée dès cette semaine.

La faille fait tâche aussi bien par ses implications que par son exploitation, à la portée du premier venu, en particulier chez une entreprise pour qui la sécurité et la vie privée sont deux de ses principaux chevaux de bataille. La réaction a néanmoins été très rapide.

L'opérateur continue d'ajouter sans surcoût de nouvelles destinations dans son forfait à 19,99 euros par mois. C'est désormais au tour de l'Argentine de rejoindre le Brésil en Amérique du Sud.

La data en roaming est donc incluse dans les 25 Go par mois partagés entre tous les pays. Une fois ce quota dépassé (toutes destinations confondues donc), il faudra être prudent puisque le Mo sera facturé pas moins de 9,70 euros.

L'Argentine est dès à présent incluse pour les anciens et les nouveaux clients. Au total, Free Mobile revendique « une cinquantaine de destinations ». La liste est disponible par ici.

Le Centre national de la recherche scientifique rappelle que Dimitri Ivanovitch Mendeleïev avait 35 ans lorsqu’il présentait la classification périodique des éléments. C'était en 1869.

À travers une infographie, le CNRS propose un rapide voyage dans le temps autour du tableau périodique qui, aujourd'hui encore, reste une « référence des chimistes, un terrain de jeu des physiciens et un passage obligé des élèves du secondaire ».

Une association gérant un centre de loisirs vient d’être condamnée à payer 1 000 euros pour avoir accédé frauduleusement au compte Facebook d’un de ses salariés, dans le cadre d’une procédure de licenciement.

Le directeur de ce centre de loisir du Val d’Oise, qui contestait son licenciement pour faute grave, avait demandé des dommages et intérêts auprès de la cour d’appel de Versailles. En première instance, devant le conseil des prud’hommes de Cergy-Pontoise, l’association qui l’employait avait produit aux débats « une capture d’écran éditée (...) depuis le compte Facebook de l’appelant ».

Problème : le plaignant n’avait pas fourni son mot de passe à son employeur. Des « allégations non contestées » par l’association qui gérait le centre. « C’est donc nécessairement frauduleusement qu’elle y a eu accès », ont considéré les juges de seconde instance au travers d’un arrêt rendu le 23 janvier (accessible sur Doctrine).

Pour cette violation de l’article 9 du Code civil, « qui dispose en son premier alinéa que chacun a droit au respect de sa vie privée », la cour d’appel a alloué 1 000 euros de dommages et intérêts au salarié, au titre de la réparation intégrale de son préjudice.

Depuis son début en avril 2016 pour Paris (puis octobre 2017 pour le reste de la France), le réaménagement de cette bande de fréquence suit son chemin et nous en sommes à la 10e phase sur 13.

Elle concerne cette fois-ci la région du Mans, de Tours, d'Orléans, d'Auxerre et d'Aurillac. Les canaux de la TNT sont réorganisés pour libérer de la place pour la 4G puis la 5G.

Comme toujours, « les téléspectateurs dépendant d’une antenne râteau collective ou individuelle devront donc procéder à une recherche des chaînes ». Pour les autres modes de réception (xDSL, fibre, satellite, etc.), aucune action n'est nécessaire.

La prochaine étape aura lieu le 26 mars et concernera une partie de la Bretagne.

Il était jusqu'à présent possible de résilier son abonnement en générant directement depuis son interface client un courrier à envoyer au FAI. Une impression et l'envoi d'une lettre plus tard, l'opération était lancée.

Désormais, c'est plus compliqué, comme l'explique Freenews : il faut obligatoirement contacter le service client au 3244 (appel gratuit depuis une ligne Free) – avec les temps d'attente que cela peut engendrer – et obtenir le service en charge des résiliations.

Univers Freebox ajoute que la demande de résiliation doit être initialisée par le service client pour être prise en compte… certainement une manière pour Free d'essayer de convaincre le client de rester.

Nos confrères ajoutent une bonne nouvelle tout de même : un bon de retour UPS est directement attribué par le FAI, alors qu'il « n’était auparavant accessible que sous certaines conditions et donc rarement envoyé aux abonnés ».

Le ministère de la Justice a dévoilé deux accusations. La première vise des employés de la société, dont la directrice financière Meng Wanzhou, comme l'explique The Verge.

Cette dernière a été arrêtée au Canada début décembre et les États-Unis ont demandé son extradition. Elle est accusée d'avoir continué à faire affaire avec l'Iran, violant ainsi des sanctions américaines contre ce pays.

Dans le second document, les Américains accusent Huawei d'avoir « violé la loi en volant une propriété intellectuelle à T-Mobile », expliquent nos confrères : « Selon les procureurs, Huawei a violé des accords de confidentialité avec T-Mobile en volant des informations (et même une pièce physique) d'un robot utilisé pour tester les smartphones ».

Ces deux accusations ne sont finalement qu'une étape supplémentaire dans la guerre que livrent les États-Unis aux équipementiers chinois, Huawei en tête. Les Américains ne veulent pas de ses équipements pour la 5G, évoquant des risques liés à la sécurité.

Ils mettraient également en garde leurs alliés. Plusieurs ont d'ailleurs suivi le même chemin avec la Nouvelle-Zélande, l'Australie et l'opérateur BT au Royaume-Uni par exemple. En France, la question est soulevée au travers d'un amendement « anti-Huawei »… qui offre aussi un pont d’or aux services de renseignement.

Sa prise de fonction entrera en vigueur le 11 février, date à laquelle elle remplacera Ludovic Provost qui occupe ce poste depuis quatre ans et demi.

Actuellement, Anne-Marie Jean est directrice déléguée à l’économie sociale et solidaire et aux dynamiques de territoires au Groupe La Poste. De son côté, Ludovic Provost deviendra  délégué régional du Groupe La Poste pour la région Centre Val de Loire à Orléans.

Pour rappel, la Commission Supérieure du Numérique et des Postes (CSNP) est composée de sept députés, sept sénateurs et trois personnalités qualifiées. Sa mission est de « contrôler les activités postales et de communications électroniques : téléphonie fixe, mobile et internet ». Elle évalue donc « la portée des nouvelles technologies dans le quotidien et le futur de La Poste ».

La bande des 3,6 GHz (fréquences de 3,4 à 3,8 GHz) est considérée « comme la principale bande pour le lancement de la 5G ». Certains parlent même de « bande pionnière ». Elle dispose d'un large spectre pour les débits et d'une portée suffisante.

L'Europe rappelle que « cette bande est harmonisée pour les services haut débit sans fil dans l'Union depuis 2008. Toutefois, son utilisation est faible et seul un nombre limité de licences ont été attribuées ». L'objectif de la décision du jour est de « mettre à jour les conditions techniques pour les rendre compatibles avec la technologie 5G ».

Lors d'une réunion en juillet dernier, la CEPT (Conférence européenne des administrations des postes et télécommunications) « a harmonisé les conditions techniques d’utilisation de ces deux bandes [3,6 et 26 GHz, ndlr] afin qu’elles soient adaptées à la 5G ».

La Commission souhaitait alors les rendre obligatoires « en adoptant des décisions d’harmonisation de l’Union européenne avant la fin de l’année ». Avec un peu de retard, c'est désormais chose faite.

La Commission européenne a en effet publié les conditions d’utilisation harmonisées pour la bande 3,4 - 3,8 GHz. Pour l'ANFR, il s'agit d'une nouvelle étape de « franchie pour l’introduction de la 5G en Europe ».

« Le quatrième trimestre fut extraordinairement turbulent et décevant ». Dans son avertissement à destination des investisseurs, Jensen Huang, le fondateur et PDG de NVIDIA, ne mâche pas ses mots.

Il faut dire que ses nouvelles prévisions sont très en deçà de celles fournies il y a quelques mois. La marque au caméléon s'attendait jusque là à un chiffre d'affaires de 2,70 milliards de dollars sur le dernier quart de l'année, il n'est aujourd'hui plus question que de 2,20 milliards. La marge brute devrait elle aussi chuter lourdement, à 55 % contre 62,3 % attendus précédemment.

NVIDIA attribue cette contre-performance à plusieurs facteurs. L'un d'eux est évidemment la situation en Chine, en raison du bras de fer douanier avec les États-Unis, qui influerait négativement sur les ventes de cartes graphiques pour joueurs.

La marque admet également que les ventes de GPU haut de gamme exploitant l'architecture Turing sont plus basses que prévu. « Certains clients pourraient avoir repoussé leur achat en attendant des prix plus bas et davantage de démonstrations de la technologie RTX dans les jeux », note-t-elle.

Les résultats définitifs du quatrième trimestre de NVIDIA seront publiés le 14 février. En attendant, la réaction en bourse à ces annonces a été brutale, avec une chute de 13,82 % lors de la dernière séance. Depuis le 1er octobre, NVIDIA a perdu 52 % de sa valorisation boursière.

Charles Egly, cofondateur et directeur général de la société spécialisée dans le crédit à la consommation, était l'invité du Club Fintech du Journal du Net. L'occasion pour le dirigeant d'affirmer que Younited Credit a dépassé le milliard de prêts sept ans après sa création, mais aussi de revenir sur son partenariat avec Free.

Pour rappel, si un client souhaite disposer du nouveau Player Devialet avec sa Freebox Delta, il doit l'acheter. Il peut payer les 480 euros comptant, en quatre fois sans frais ou à crédit. Dans ce dernier cas Free passe par Younited Credit : «  Le client Free paie sa nouvelle box Devialet avec un crédit en 48 mensualités ».

« Ça marche plutôt pas mal. À date on a dû faire un peu plus de 20 000 crédits sur le partenariat Free », affirme Charles Egly. De son côté, le FAI ne communique par contre pas sur le nombre de clients ayant souscrits à l'une de ses nouvelles Freebox One, Delta et Delta S.

Après Ubisoft, c'est au tour de Deep Silver de bouder Steam au profit de l'Epic Games Store. L'éditeur a annoncé qu'il suspendait pendant un an la distribution de Metro Exodus sur la plateforme de Valve, afin de se diriger exclusivement vers celle d'Epic Games, qui propose une répartition des revenus plus favorable.

Valve a plutôt mal digéré la nouvelle, d'autant plus qu'elle survient seulement deux semaines avant le lancement du jeu, alors que de nombreuses précommandes ont déjà été validées sur Steam. Une situation que l'éditeur qualifie « d'injuste » envers ses clients.

Ces précommandes seront honorées, et les joueurs restés sur la plateforme de Valve pourront également acheter des DLC quand ils sortiront. Deep Silver précise que l'ensemble des DLC et correctifs seront disponibles sur les deux plateformes, et ce simultanément.

Si vous souhaitez absolument disposer d'une version Steam de Metro Exodus et que vous n'êtes pas passé par la case précommande, il faudra attendre la fin de l'accord d'exclusivité entre Epic Games et Deep Silver, le 14 février 2020.

Cisco fait face à deux grosses failles de sécurité, activement exploitées dans ses routeurs RV320 et RV325 (Dual Gigabit WAN VPN). Associées, elles permettent une prise de contrôle totale des équipements.

La première (CVE-2019-1652) est de type injection de commande, tandis que la seconde (CVE-2019-1653) peut déclencher une fuite d’informations. Elles affectent toutes les deux les versions 1.4.2.15 à 1.4.2.19 des firmwares.

Cisco avait été averti des deux vulnérabilités de manière « responsable ». La situation s’est toutefois rapidement dégradée après la publication par des chercheurs de prototype d’exploitation durant le week-end.

On apprend sur le dépôt GitHub lié que la faille CVE-2019-1653 s’utilise en premier pour récupérer les fichiers de configuration, permettant d’obtenir le hash des identifiants. La faille CVE-2019-1652 autorise alors ensuite l’exécution de commandes arbitraires.

Selon la société de sécurité Bad Packets, il existe environ 10 000 routeurs vulnérables actuellement, résultat obtenu après un scanner rapide, avec deux tiers de RV320 et un tiers de RV325. Les failles étant activement exploitées, il est donc plus que recommandé de mettre à jour les équipements aussi rapidement que possible.

Les nouveaux firmwares sont en téléchargement depuis le site de Cisco. Pour les trouver, il faut passer par le bouton « Browse All » puis suivre le cheminement : Routers > Small Business Routers > Small Business RV Series Routers. Il faudra alors choisir le modèle qui vous intéresse, RV320 ou RV325.