Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Ravishankar Borgaonkar, Lucca Hirschi, Shinjo Park et Altaf Shaik ont mis en ligne une publication scientifique intitulée : « New Privacy Threat on 3G, 4G, and Upcoming 5G AKA Protocols ». Elle date de début décembre, mais était passée relativement inaperçue jusqu'à ce que ZDNet.com la reprenne.

Les scientifiques n'y vont pas avec le dos de la cuillère et affirment que leur attaque compromet « la vie privée des abonnés plus sévèrement que toutes les attaques connues ». Elle concerne « toutes les variantes du protocole AKA [Authentication and Key Agreement, ndlr], y compris en 5G ». Cette dernière version devait pourtant en renforcer la sécurité.

Toujours selon les chercheurs, « des configurations peu coûteuses et largement disponibles » peuvent être utilisées pour exploiter cette brèche. Elle pourrait être utilisée pour mettre au point des IMSI catchers de nouvelle génération, qui obtiendraient des détails sur l'activité d'un utilisateur (nombre de messages et d'appels reçus par exemple).

Les chercheurs affirment avoir contacté la 3GPP, la GSMA ainsi que plusieurs fabricants et opérateurs en amont de leur publication. « Nos conclusions ont été validées par la 3GPP et la GSMA, des actions correctives sont en cours pour améliorer le protocole pour les générations futures », ajoutent-ils.

La semaine dernière, le monde découvrait avec stupéfaction comment une faille permettait très simplement d’écouter ce qui se passait chez un contact, en l’appelant via la vidéo FaceTime. Pendant la sonnerie, il suffisait de s’ajouter soi-même à l’appel.

Informée, Apple avait immédiatement coupé le service et promis un correctif avant la fin de semaine. Mais l’entreprise a un peu de retard : ce sera pour cette semaine.

Elle confirme l’information dans un communiqué envoyé à MacRumors. Elle y répète ses excuses aux utilisateurs et rappelle à qui veut bien l’entendre que la sécurité de ses produits est une priorité.

Apple précise que le correctif a été déployé sur ses serveurs mais qu’il faut bien une mise à jour côté client pour réactiver la fonction.

Sur sa chaîne YouTube Zeste de Science, le CNRS a mis en ligne une vidéo sur les collisions planétaires. Ce genre d'événement a été largement repris dans de nombreux films catastrophes… souvent avec une happy end.

Léa Bello, docteure en géophysique à la direction de la communication du CNRS, revient sur ces phénomènes hyper violents. Elle répond à plusieurs questions du genre : « Quels sont les échanges entre deux planètes ? » et « à quoi ressemble la planète après une telle collision ? ».

Nintendo a publié ses résultats pour les neuf premiers mois de son exercice fiscal 2018. Le chiffre d'affaires du géant nippon atteint 997 milliards de yens sur cette période (8 milliards d'euros), soit 16,4 % de mieux que l'an passé sur la même période. Le bénéfice net augmente quant à lui de 24,9 % pour atteindre 169 milliards de yens, soit 1,35 milliard d'euros.

Tout n'est toutefois pas rose pour le constructeur, puisque la Switch, bien qu'écoulée à 9,42 millions d'exemplaires lors du dernier trimestre, ne devrait pas parvenir à atteindre son objectif de 20 millions d'unités sur l'exercice fiscal en cours. Il faudrait en effet pour cela que Nintendo en vende 5,5 millions de plus d'ici fin mars, ce qui semble compromis.

Les ventes de jeux, elles, se portent bien. L'entreprise a revu à la hausse ses objectifs, passant de 100 millions à 110 millions de titres d'ici fin mars. Les revenus issus des ventes dématérialisées ont bondi de 122 % pour atteindre 360 millions d'euros. Il faut sans doute voir ici les premiers effets de l'abonnement Switch Online.

« Plus haut, plus loin, plus vite ». Ce n'est pas le nouveau titre des Daft Punk mais la phrase que ne cesse de répéter Carol Danvers dans la dernière vidéo publiée par Marvel.

On y voit l'héroïne dans différentes situations et uniformes, qui sont autant de ses facettes qu'il nous faudra découvrir dans le film prévu en France pour le 6 mars.

Chez les Avengers, l'ambiance est un peu moins positive alors qu'Endgame se prépare. La thématique est celle des survivants qui n'abandonnent pas et continuent de se battre. On peut ainsi découvrir les nombreux héros qui interviendront.

Dans certains plans, on voit des positionnements déséquilibrés, de quoi laisser penser à certains que Marvel a effacé des personnages afin de préserver quelques secrets d'ici la sortie du film. Réponse au mois d'avril.

L'intérêt pour le codec vidéo ouvert monte en flèche ces derniers temps. Après la mise en ligne de Dav1d pour la décompression par l'équipe de VLC, puis l'intégration à Firefox, c'est le géant de Santa Clara qui s'en mêle.

Il vient ainsi de publier les sources de son Scalable Video Technology for AV1 Encoder (SVT-AV1), comme le rapporte Phoronix. Il peut être utilisé sous Linux, macOS et Windows, mais il faut le compiler pour le moment.

L'idée est de proposer une solution efficace exploitant ses CPU, qui pourra ensuite être utilisée par d'autres, notamment des outils d'aide à la compression. De quoi permettre le traitement de vidéos « maison » ou à plus grande échelle via des serveurs.

Une feuille de route est disponible via Trello, indiquant les prochaines étapes. Pour rappel, Intel propose déjà une telle solution pour HEVC : SVT-HEVC.

Le renouvellement du collège de la CNIL se poursuit. Après avoir entériné la nomination de Marie-Laure Denis à la tête de l’autorité indépendante, la semaine dernière, le gouvernement a désigné samedi, par décret, Anne Debet et Christian Kert au titre des « personnalités qualifiées pour leur connaissance du numérique et des questions touchant aux libertés individuelles ».

Tous ces nouveaux membres ont officiellement pris leurs fonctions le 2 février.

Comme d'autres, le FAI se repose sur le géant mondial du paiement Wirecard pour ce service. Dans un email envoyé à ses clients, il indique que c'est désormais la branche allemande qui sera en charge.

En effet, Orange Cash était précédemment opéré à travers Wirecard Card Solutions Ltd, basé au Royaume-Uni. Brexit oblige, le transfert sera opéré dès le 29 mars prochain. C'est alors Wirecard Bank A.G. qui prendra le relais.

Il s'agit d'un établissement « agréé par l’Office Fédéral Allemand de Surveillance des Services Financiers ("BaFin") » précise Orange qui prévient que « cette évolution est sans incidence sur l’accès et l’utilisation de votre service Orange Cash ».

Au passage, on apprend que les comptes sans activité pendant 12 mois pourront désormais être irrévocablement fermés si leur solde est nul.

Du 28 octobre au 22 novembre, se tiendra la Conférence Mondiale des Radiocommunications 2019 (CMR-2019) à Charm-el-Cheikh en Égypte. Ce genre de conférence se tient tous les quatre ans et est « essentielle pour l'avenir de la réglementation mondiale des fréquences », explique l'ANFR.

Au programme de nombreux sujets, de la 5G aux véhicules connectés, en passant par les constellations de satellites non-géostationnaires, la connectivité, la sécurité des bateaux et des avions, etc. Des travaux préparatoires pour la CMR-2023 seront également de la partie.

Mi-octobre, l'agence nationale des fréquences avait publié une consultation publique afin d'établir la position française qui sera défendue lors de la CMR-2019. 28 contributions ont été reçues, provenant aussi d'acteurs du monde de l'audiovisuel, d'opérateurs, d'entreprises d'aéronautique et sociétés privées comme Facebook.

L'ANFR publie l’intégralité des réponses reçues avec une synthèse de cette consultation. Mais l'agence rappelle que « ces documents ne préjugent toutefois pas des positions françaises définitives qui seront fixées à l’automne 2019 par le Premier ministre ».

Après la vente d'une partie de ses pylônes en France et au Portugal, ainsi que 49,99 % de son réseau fibre en zones peu denses, l'opérateur de Patrick Drahi se préparerait à se séparer d'une partie de son réseau FTTH au Portugal, c'est du moins ce qu'affirment des sources à Reuters.

Selon nos confrères, Altice aurait engagé le groupe de conseils financiers Lazard pour tâter le terrain auprès d'investisseurs, notamment KKR et Morgan Stanley Infrastructure Partners, déjà présents lors de la vente des pylônes.

Toujours selon nos confrères, « le processus d’enchères devrait commencer dans une quinzaine de jours ». Pour Altice, la chanson est toujours la même : faire entrer des liquidités pour réduire la colossale dette.

Pour le troisième trimestre de son exercice 2018, Sony affiche des résultats en demi-teinte. D'un côté, le chiffre d'affaires apparaît en recul de 10 % sur un an, à 2 400 milliards de yens soit environ 19,2 milliards d'euros. De l'autre, le bénéfice net bondit de 45 % pour atteindre 429 milliards de yens (3,4 milliards d'euros).

Comme souvent, c'est la branche Game & Network Services qui est la plus en forme, avec un chiffre d'affaires de 790 milliards de yens, en hausse de 10 % par rapport à l'an dernier. Son bénéfice opérationnel recule toutefois de 14 % pour atteindre 73 milliards de yens.

Les objectifs de vente de la PS4 sont maintenus sur l'exercice en cours, à 17,5 millions d'unités. Au total, Sony a écoulé plus de 93 millions d'exemplaires de sa console, qui va désormais tenter de franchir la barre des 150 millions, pour y rejoindre la PS2.

C'est la branche Music du géant nippon qui se montre la plus rentable, avec un bénéfice de 147 milliards de yens, sur 276 milliards de revenus. Un score permis par l'intégration récente d'EMI dans ses résultats.

La nouvelle version commence par augmenter significativement le nombre de fonds fournis par l'application, une rubrique curieusement laissée de côté par une plateforme qui progresse pourtant très vite sur le reste.

Outre le plus grand panel, des fonctions ont été ajoutées. Dans les paramètres, on peut par exemple passer d’un fond à un autre par simple glissement. Il fallait auparavant annuler le choix avant d’en faire un autre.

Chaque fond peut en outre être accompagné de deux modes : Flou et Mouvement. Le premier applique un simple effet de flou (intensité non réglable), l’autre une parallaxe quand on bouge l’appareil. On peut bien sûr récupérer l’une de ses photos pour y appliquer ces effets.

Telegram rattrape également un retard sur l’utilisation des couleurs comme fonds de conversation. Le choix peut se faire une grille de présélections, ou via une personnalisation dans un nuancier.

Les fonds d’écrans peuvent en outre être partagés une fois réalisés, et une galerie est accessible via recherche dans les paramètres. En tapant un ou plusieurs mots clés, on affiche ainsi des résultats. Il suffit d’en choisir un et de l’appliquer pour « l’installer ».

Telegram 5.3 est disponible pour Android et iOS. Sur ce dernier, la mise à jour a d’ailleurs eu quelques problèmes, étant proposée cinq fois en très peu de temps. Tout est maintenant rentré dans l’ordre.

Au 31 janvier, le consortium (notamment soutenu par OVH) revendique « un réseau complet de 8 millions de lignes Fibre Professionnelle, près de 3 millions de lignes Fibre Entreprise et 15 millions de lignes DSL ».

Le début de l'année est l'occasion pour l'opérateur d'afficher ses objectifs : « à fin 2019, Kosc Telecom proposera une couverture de plus de 12 millions de lignes Fibre Professionnelle et se mobilise pour dépasser les 10 millions de lignes Fibre Entreprise avec garanties »

Il rappelle qu'il propose depuis avril 2018 son offre classique de Fibre Professionnelle et qu'il « se mobilise à présent sur le segment des offres avec garanties pour poursuivre son action en faveur d’une concurrence plus dynamique sur le marché Entreprises ».

Pour rappel, son directeur général, Antoine Fournier, nous expliquait l'année dernière que la différence entre les offres Fibre Professionnelle et Entreprise tenait justement à la garantie de rétablissement (GTR) en 4 heures pour ces dernières.

Le Mobile World Congress 2019 sera évidemment placé sous le signe de la 5G, mais aussi sous celui des smartphones pliables. Royole a déjà lancé son FlexPai, Samsung a présenté un prototype en novembre, et Xiaomi a fait de même il y a quelques jours.

Alors que le MWC de Barcelone approche à grands pas, un autre fabricant se positionne sur ce segment : Huawei. Via un tweet, le fabricant donne rendez-vous le 24 février à 14h pour suivre sa conférence et en apprendre davantage. On peut y voir un smartphone plié en deux, avec semble-t-il un écran des deux côtés.

La dernière build de Windows 10, disponible dans le canal rapide du programme Insiders, permet aux applications Win32 de fonctionner dans l’environnement Mixed Reality.

Cette capacité était jusqu’à présent réservée aux seules applications du Store. Un utilisateur possédant un casque compatible peut donc lancer un Spotify ou même un Visual Studio en environnement virtuel. L’ergonomie risque en revanche de varier fortement.

Pour lancer la fonction, il faut ouvrir le Pins Panel, puis aller dans « Toutes les applications ». Vous y trouverez un dossier « Classic Apps (Beta) », dans lequel vous pourrez sélectionner et lancer – théoriquement – n’importe quelle application Win32.

Microsoft prévient que cette fonction est en cours de développement et qu’elle risque donc de planter. Auquel cas les testeurs sont invités à envoyer leurs retours.

Notez que cette build 18329 contient quelques autres nouveautés, notamment un panneau de recherche affichant désormais toutes les applications les plus utilisées. Pour rappel, dans la prochaine version majeure de Windows 10 (attendue pour avril), la recherche est découplée de Cortana.

VISA s'est également jointe à la valse des résultats, pour le 1er trimestre de son exercice 2019. La société spécialiste des solutions de paiement y est apparue en grande forme, avec un chiffre d'affaires de 5,5 milliards de dollars, en hausse de 13 % sur un an, accompagné d'un coquet bénéfice net de 3 milliards de dollars (+21 %).

L'ensemble des voyants de l'entreprise sont également au vert, à commencer par le volume de paiement, qui a progressé de 7 % sur un an, à 2 196 milliards de dollars, dont 980 milliards aux États-Unis. Cela représente un total de 50 milliards de transactions (+11 % sur un an), dont un tiers réalisées sur des cartes de crédit, soit plus de 6 300 transactions par seconde. La blockchain a encore des progrès à faire.

Le nombre de cartes en circulation s'établit quant à lui à 3,334 milliards (+4 % sur un an), dont 1,107 milliard de cartes de crédit.

C'est en tout cas l'information remontée par DigiTimes en se basant sur des retours de plusieurs observateurs. De son côté, le fabricant a refusé de commenter « les spéculations du marché ».

En cause, des ventes en baisse sur les cartes mères et les cartes graphiques. De 16 millions en 2016, les premières sont passées à 12,6 millions en 2017 et 11,45 millions en 2018. Cette année, elles devraient rester au-dessus de 10 millions.

Sur les cartes graphiques, il était question de 3,5 millions en 2016, 4,8 millions en 2017 (le marché était alors poussé par les cryptomonnaies) et de nouveau 3,5 millions en 2018. Ce segment ne devrait pas être touché par les licenciements, qui cibleraient donc principalement les équipes en charge des cartes mères.

La version 3.30 avait déjà fourni une intéressante liste d’améliorations de performances, l’environnement réduisant sa consommation de mémoire vive dans plusieurs cas, fluidifiant les animations et ponctionnant moins de ressources.

GNOME Shell 3.32 suit le même chemin, sous l’impulsion des efforts conjoints du GNOME Project et de Canonical, Ubuntu s’en servant depuis l’abandon d’Unity.

L’un des développeurs impliqués, Georges Stavracas, explique en détails sur son blog les opérations réalisées, et surtout les bénéfices que les utilisateurs en retireront : réduction de l’utilisation GPU, chargement plus rapide des icônes, animations de démarrage plus fluides, plus grand nombre d’images par seconde.

Bien que Canonical soit très impliqué dans ces efforts, les progrès réalisés ne seront pas que pour Ubuntu. Projet libre oblige, les améliorations sont intégrées au GNOME Project et rejailliront donc sur les autres distributions.

Si le calendrier est respecté, GNOME 3.32 sortira le 13 mars. Comme d’habitude, il faudra attendre que les distributions l’utilisant soient mises à jour, ce qui n’intervient souvent qu’avec la version majeure suivante. Pour Ubuntu, il s’agira de la version 19.04, alias Disco Dingo.

Sans fleur ni couronne, AT&T a confirmé à nos confrères de Deadline la fermeture définitive de Machinima, et le licenciement de 81 employés. Une nouvelle qui survient quelques semaines après le retrait de l'ensemble du catalogue de vidéos de sa chaîne YouTube.

Quelques employés de l'entreprise rejoindront toutefois Otter Media, la filiale de AT&T dont dépendait Machinima. Ironie du sort, Otter avait déjà licencié 10 % de ses effectifs en décembre dernier.

En avril dernier, Microsoft s’amusait à publier le code de son ancien File Manager en open source, sous licence MIT. Il était le gestionnaire de fichiers avant que l’Explorateur le remplace dans Windows 95.

Il ne s’agissait pas tout à fait du code original, Microsoft l’ayant modifié pour le rendre exécutable sur des Windows récents.

L’éditeur va maintenant plus loin : le Windows File Manager est disponible dans le Store. Il permet à ceux qui voulaient le tester de l’installer facilement et d’aller renifler l’air du bon vieux temps. Avant de revenir vite vers une approche plus moderne de la gestion de fichiers.

Microsoft prévoit une session bien particulière le mois prochain à la Games Developer Conference, qui se tiendra du 18 au 22 mars à San Francisco. L’éditeur y évoquera un SDK commun à plusieurs plateformes.

Le service Xbox Live s’étendra ainsi au-delà des équipements Windows 10 (PC, Xbox…) pour toucher Android, iOS et la Switch de Nintendo. Historique des Succès, liste de contacts, clubs et autres seraient accessibles depuis n’importe laquelle de ces plateformes.

Selon Microsoft, le kit permettra aux développeurs de chercher un plus grand « engagement » des communautés de joueurs. Le kit est forcément en préparation depuis un bon moment, mais le succès de titres tels que Fortnite ne peut que motiver l’éditeur à poursuivre.

L’arrivée de ce SDK confirme d’ailleurs l’objectif de Microsoft : devenir une société de services capable de jeter des ponts entre différentes plateformes. La publication récente de la version 1.0 finale du Project Rome était un autre exemple de cette volonté.