Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Conférence Build oblige, Microsoft a évoqué certaines nouveautés en préparation dans son nouvel Edge, résumées dans une vidéo. Par exemple, de nouveaux outils de sécurité et de vie privée, réunis au sein d’un tableau de bord.

Selon les retours des internautes, trop d’informations seraient à prendre en compte. On pourra donc régler les blocages selon trois niveaux : sans restriction, équilibré (par défaut) et strict. Ce dernier bloquera par exemple presque tous les traqueurs, au prix parfois de soucis de compatibilité avec les sites.

Les Collections permettront de mettre de côté des informations recueillies au fur et à mesure du surf sur le web. Texte, images et autres peuvent être envoyés dans la barre latérale, puis y être classés et partagés, exportés dans Word ou Excel. On pourra créer autant de collections que nécessaire.

Les outils pour développeurs sont également remaniés, mais les avantages cités par Microsoft sont pour beaucoup inhérents à l’utilisation de Chrome, comme la possibilité de déboguer aussi bien des sites web classiques que des PWA.

Plus important, la nouvelle WebView a fait une première apparition, permettant aux applications Win32 et UWP de s’y essayer. Pour rappel, ces dernières doivent utiliser Edge pour avoir droit de résider dans le Store.

Le nouvel Edge embarquera également un mode Internet Explorer pour les entreprises. Il se réfèrera à l’Enterprise Mode Site List pour basculer automatiquement dans le mode compatibilité. Microsoft promet que ce dernier sera complet et sans surprise.

Bien que Microsoft n’en parle pas dans son billet, une première démonstration d’Edge pour macOS a été réalisée sur scène. Le visuel était sans surprise : aucune différence fonctionnelle par rapport à la version Windows, ce qui était exactement le but recherché.

On ne sait pas encore quand la préversion sortira, mais elle serait pour « très bientôt ». Aucune nouvelle en revanche des moutures pour Windows 7 et 8.1, également prévues.

Après la mise en ligne de sa version d'avril (19.04), Canonical et les développeurs commencent à travailler sur la prochaine évolution de la distribution, dont le nom restait à définir.

On savait déjà que la première partie était Eoan, en lien avec l'est ou l'aube. La seconde sera Ermine, du nom du petit animal. Les versions quotidiennes de l'édition Kylin d'Ubuntu font désormais mention de ce nom, les autres ne devraient plus tarder.

Reste maintenant à découvrir les nouveautés qui seront apportées, outre les habituelles mises à jour du noyau, des paquets intégrés et de l'interface graphique.

Sa sortie est annoncée pour le 17 octobre prochain.

L'annonce a été faite dans la soirée, il est désormais possible de combiner une publication existante avec un « commentaire » intégrant un contenu multimédia.

Cette nouvelle capacité réduit grandement la visibilité du message de départ pour le moment. Comme souvent, elle ne concerne que certains clients, Tweetdeck ne l'autorisant pas pour l'instant.

Le Conseil d’État vient de confirmer, dans une décision en date du 24 avril, les 15 jours d’arrêt qui avaient été infligés à un gendarme, en 2016, suite à la consultation non autorisée de plusieurs fichiers internes.

Ce capitaine affecté au centre opérationnel de la gendarmerie de Rouen s’était en effet permis d’interroger plusieurs « fichiers opérationnels de la gendarmerie » à des fins personnelles (en l’occurrence pour rechercher des informations « sur l'employeur de sa fille ainsi que sur des membres de sa famille »). Il avait également « consulté sans justification plus de 300 fiches individuelles de renseignements entre le 1er août 2014 et le 22 avril 2015 ».

« Un tel manquement est constitutif d'une faute de nature à justifier une sanction disciplinaire, indépendamment des suites réservées aux procédures judiciaires éventuellement engagées », a jugé le Conseil d’État. À ses yeux, le gendarme s’est rendu coupable d’un « détournement de la finalité d'un traitement de données à caractère personnel ».

Les quinze jours d’arrêt qui lui ont été infligés n’étaient pas davantage disproportionnés, « eu égard aux responsabilités » du capitaine, « à la nature des faits reprochés et au caractère répété et persistant des manquements constatés ».

Ce nouveau design affiche plus d'informations utiles sur l'écran afin que vous puissiez rester au maximum concentré sur la route, explique le géant du Net.

Parmi les nouveautés : Android Auto continuera de jouer la musique en cours de lecture sur votre smartphone, une barre de navigation permet de contrôler des applications tout en ayant les indications routières affichées, un nouveau centre de notifications, un thème sombre et de nouvelles polices, etc.

Il faudra encore patienter un peu pour en profiter puisque cette mise à jour d'Android Auto n'arrivera que plus tard cet été sur les voitures compatibles.

Le réseau social espère ainsi mieux mettre en avant des contenus originaux et recherchés par les utilisateurs. Pour y arriver, Facebook va renforcer l'incidence de trois facteurs sur son algorithme : la fidélité des utilisateurs, la durée des vidéos ainsi que le temps de visionnage, et enfin l'originalité.

Les changements seront progressivement mis en place au cours des prochains mois. Ils concernent à la fois les vidéos dans votre fil d'actualités, celles dans l'onglet Watch et les recommandations Plus de vidéos.

Microsoft propose depuis hier soir un nouvel abonnement baptisé Visual Studio Subscription et destiné aux sociétés ayant souscrit un Enterprise Agreement, ou les clients d’une version Pro ou Enterprise de Visual Studio via l’abonnement GitHub Enterprise Step-up.

Objectif, réunir dans un seul abonnement moins onéreux Visual Studio et GitHub Enterprise. Une manière de propulser GitHub chez toujours plus de développeurs, avec moult promesses de déploiement rapide, de gains de temps sur Git ou encore d’intégration native avec Azure DevOps.

Ces abonnements n’étant disponibles qu’en entreprises, les structures intéressées sont invitées à se rapprocher de leur gestionnaire de comptes.

Notez également que les identités GitHub sont maintenant supportées pour la connexion à Azure. Elles récupèrent donc l’étiquette SSO (Single sign-on) et peuvent être utilisées partout où un compte Microsoft le serait.

Après la déconvenue du navigateur de Mozilla ce week-end et la publication d'un premier correctif, son écosystème se met à jour.

C'est le cas de Tor Browser, dont l'équipe précise que le numéro de version de Firefox « sera toujours affiché comme 60.6.1esr. Nous ne l'avons pas modifié afin de proposer cette build plus rapidement ».

Quelques petits correctifs ont également été intégrés au passage afin de s'assurer que le nouveau certificat intermédiaire utilisé est bien fonctionnel par exemple.

Il était déjà possible de recevoir des fonds en quelques secondes sur un compte de la banque en ligne de Crédit Mutuel Arkéa depuis le début de l'année. On peut désormais en envoyer depuis les applications Android et iOS.

La brochure tarifaire n'a pas été mise à jour mais aucune tarification ne semble à l'ordre du jour pour le moment, comme chez Boursorama. Il faut par contre respecter un plafond plus faible que la procédure classique : 2000 euros par jour plutôt que 6 000 euros par opération.

Ce n'est pas la seule évolution technique récente de Fortuneo, qui vient d'intégrer Google Pay et Samsung Pay à son offre de paiement mobile.

Des centaines de comptes sont concernés, comme le rapporte ZDNet.com. Plusieurs services d'hébergements sont touchés : Bitbucket, GitHub et GitLab. La manière d'accéder aux comptes reste floue, mais il semblerait pour le moment que le ou les pirates aient récupéré/deviné les identifiants et mots de passe des victimes.

Dans tous les cas, la méthode reste la même. Une fois le dépôt vidé, un message est laissé à l'intention des développeurs : « Pour récupérer votre code perdu et éviter toute fuite, envoyez-nous 0,1 bitcoin (BTC) sur notre adresse 1ES14c7qLb5CYhLMUekctxLgc1FV2Ti9DA et contactez-nous par email à admin@gitsbackup.com avec votre identifiant Git et une preuve de paiement ».

Il est également précisé qu'à défaut de paiement dans les 10 jours, le code sera rendu public ou « utilisé d'une autre manière ». Pour l'instant, aucun mouvement récent n'est visible sur ce compte.

À Motherboard, Jeremy Galloway, chercheur en sécurité chez Atlassian (qui possède Bitbucket), estime qu'il y aurait un millier de victimes, sans donner plus de détails. Bitbucket et GitLab indiquent n'avoir détecté aucune intrusion dans leurs systèmes.

Un très court teaser a été publié par Microsoft pour ce qui ressemble à une version « Go » de Minecraft.

La vidéo montre une utilisatrice voyant à travers son écran de smartphone une réalité augmentée avec des éléments du jeu, dont le cochon et les villageois.

On n’en sait guère plus, sinon que le jeu sera davantage dévoilé le 17 mai sur Minecraft.net.

Visual Studio Online est enfin ce qu’il devait être : une version en ligne de l’environnement de développement. Le nom a été recyclé puisqu’il correspondait avant à ce qui est devenu Azure DevOps.

On parle donc d’un IDE en ligne, conçu comme compagnon pour les versions classiques et Code de Visual Studio. Les extensions de ce dernier sont toutes supportées, de même que les espaces de travail et IntelliCode.

Il n’a pas vocation à devenir un outil principal, mais plutôt à dépanner un développeur qui aurait besoin de faire une retouche rapide du code sans son environnement habituel, s’occuper d’une pull request ou rejoindre une session Live Share, puisque ces dernières sont aussi supportées.

La préversion de VSO est pour l’instant privée. On ne sait pas encore quand elle sera ouverte publiquement.

La plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) vient de publier un rapport alarmant sur la biodiversité. L’écologue Franck Courchamp du CNRS revient sur les conclusions.

« L’état de tous les écosystèmes de la planète a même empiré au cours de ces deux voire trois dernières décennies. Ce qui peut paraître paradoxal puisque nous connaissions déjà le problème et que des engagements forts ont commencé à être pris », explique-t-il.

« On peut considérer qu’on est en train de rentrer dans une sixième extinction de masse. Plus précisément, depuis l’arrivée de l’homme sur Terre, on estime qu’au moins 2 % des espèces vivantes se sont éteintes, et cela pourrait rapidement atteindre 25 % au moins si rien n’est fait pour enrayer le déclin actuel ».

Sans grande surprise, « il y a cinq facteurs globaux, tous d’origine humaine ». Seul point positif : « il est possible d’enrayer ce déclin » avec « des politiques ambitieuses de protection des espèces ».