Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Au second trimestre de l'année, le FAI annonce avoir recruté 172 000 clients en fibre, et revendique ainsi la couronne face à ses concurrents : 161 000 pour Orange, 95 000 pour SFR et 82 000 pour Bouygues Telecom, selon les chiffres de Free.

Ces chiffres ne doivent cependant pas cacher une autre réalité : 15 000 clients ont été perdus sur le fixe en trois mois. Ils sont désormais 6 396 000 au 30 juin, au lieu de 6 411 000 au 31 mars.

Sur le mobile, c'est la même situation :  Free se vante de gagner 70 000 abonnés sur son forfait 4G, mais en perd 147 000 sur celui à 2/0 euros, soit une perte sèche de 77 000 en trois mois. Iliad se rassure en affirmant que « les pertes d’abonnés se sont concentrées sur les forfaits à faible ARPU (forfait voix 2 euros par mois et forfaits fixes sous promotion agressive) ». En Italie par contre, les recrutements vont bon train : 532 000 clients de plus, soit 3 841 000 abonnés.

Côté finances, le chiffre d'affaires du groupe est en hausse de 7,9 % à 2,486 milliards d'euros pour le premier semestre… la croissance provenant de l'Italie. En France, les revenus ne grimpent que de 0,7 % à 2,309 milliards d'euros.

Dans le détail, le fixe est en baisse de 1,5 % à 1,312 milliards d'euros, contre 3,7 % de mieux sur le mobile à 997 millions d'euros. Le FAI annonce la « fin de la dépendance aux offres très promotionnelles ». Pour rappel, il proposait pendant un temps des forfaits mobile à moins de 1 euro par mois et moins de 5 euros sur le fixe. Désormais, les deux sont entre 9 et 10 euros par mois lors des promotions. 

Le résultat opérationnel courant est de 243 millions, contre 406 millions un an auparavant (soit une baisse de 40 %). C'est encore pire dans le cas du résultat net (60,8 % de baisse) : 91 millions au lieu de 232 millions. Le ratio d'endettement gagne un point pour arriver à 2,8x. Tous les documents financiers sont disponibles par ici.

Enfin, le FAI annonce être entré en négociations exclusives avec InfraVia (fonds d’infrastructure français) « afin de mettre en place un partenariat visant à accélérer le déploiement de la fibre optique (FTTH) dans les zones de moyenne et faible densité en France (soit environ 26 millions de lignes) via une société dédiée »… mais aussi à récupérer des fonds.  

« Iliad a créé une société dédiée à la gestion active des lignes fibres qui assurera notamment l’acquisition et l’exploitation des tranches de co-financement FTTH du Groupe dans les zones concernées. Free transfèrerait à cette société les contrats de cofinancement existants et environ un million de prises déjà déployées et cofinancées. Le Groupe cèderait 51 % de cette société à InfraVia sur la base d’une valeur d’entreprise d’environ 600 millions d’euros ». 

Cette société proposera à Free un contrat de très long terme, mais pourra également développer des partenariats avec des opérateurs tiers. Pour rappel, l'Autorité de la concurrence vient de donner son feu vert à Free pour la vente des pylônes à Cellnex, une opération permettant à terme de récupérer deux milliards d'euros. 

Une version un peu plus calme que d’habitude en nouveautés, avec surtout des améliorations techniques, donc sous le capot. Sous Windows par exemple, l’utilisateur sera davantage guidé pour paramétrer les niveaux de priorité, pour donner notamment plus de puissance processeur à l’onglet actif, et en soustraire à ceux en arrière-plan.

Sous macOS, le navigateur cherche à basculer autant que possible sur WebGL, afin de solliciter le GPU davantage que le CPU. Le navigateur essaye dans la foulée de n’appeler que le GPU intégré dans les portables, pour éviter de basculer sur le dédié, nettement plus gourmand. Les utilisateurs de MacBook Pro à deux GPU devraient donc constater une amélioration de leur autonomie. Toujours sur Mac, les fichiers en cours de téléchargement récupèrent enfin une barre de progression sur leur icône dans le Finder.

Firefox 69 supprime également l’option « Toujours activer » pour Flash. Désormais, les utilisateurs n’auront plus le choix qu’entre l’activation site par site ou la désactivation totale. Le navigateur sera disponible dans la journée au téléchargement. Il sera donc proposé en mise à jour entre aujourd'hui et demain.

Notez que Firefox 70 devrait sortir en bêta dans la foulée. On ne connait pas encore sa liste précise de nouveautés, mais on sait qu’il épinglera les sites n’utilisant pas HTTPS et devrait embarquer la nouvelle icône du navigateur.

C'est en effet le 2 septembre 1986 qu'il est né. Les noms de domaines de premier niveau étaient alors gérés par l'Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique (INRIA). 

De son côté,  l'Association Française pour le Nommage Internet en Coopération (AFNIC) a vu le jour en 1997

Il faudra attendre 2006 pour que tous les particuliers majeurs et justifiants d'une adresse en France puissent « enregistrer un nom de domaine directement en .fr ». Avant, seuls les associations, professionnels et organismes publics avaient cette possibilité. 

Le cap des 3 millions de noms de domaines a été dépassé en 2016. L'AFNIC en revendique 3 406 343 pour son 33e anniversaire. 

Selon l'AFP citant des sources proches du dossier, le fichier date de 2018 et comporte aussi les dates de naissance et communes de résidence. Le site Vetigend ayant laissé fuiter le document a été fermé à la demande de la gendarmerie, mais aussi Vetipol par mesure de sécurité, même s'il n'était a priori pas concerné. 

« Il faut cependant relativiser la portée de ces informations par ailleurs disponibles dans le domaine public », affirme le ministère de l'Intérieur à nos confrères. 

Suite à une rencontre entre les dirigeants des chaînes et le ministère de la Culture, on en sait désormais plus sur le fameux projet de loi.  Le texte autoriserait la publicité adressée qui permettra de cibler les messages commerciaux auprès des téléspectateurs, à l’instar de ce qui existe sur Internet. 

Un décret du 27 mars 1992 « fixant les principes généraux définissant les obligations des éditeurs de services en matière de publicité, de parrainage et de télé-achat » interdit à ce jour ce type de publicités. Son article 13 expose en effet que « les messages publicitaires doivent être diffusés simultanément dans l'ensemble de la zone de service », prohibant toute granularité. 

Autre réforme en piste, relevé par Les Échos, les télévisions vont pouvoir s’écarter d’un autre interdit : la publicité pour le cinéma. Le texte en gestation promet « des quotas réservés aux films européens et d'art et d'essai » avancent nos confrères.

De même, les jours interdits vont disparaître. Il sera ainsi possible aux chaînes de diffuser des films pour rattraper leur retard sur Netflix et consorts. Concomitamment, ces plateformes en ligne vont être soumises à des obligations d’investissements dans les œuvres européennes et françaises.

La fusion Hadopi-CSA est elle aussi au programme. Serpent de mer depuis 2010, le sujet viendrait sur la table parlementaire dans le cadre du projet de loi, avec des questions épineuses pour assurer le passage de relais. La Hadopi vient à ce titre de réclamer 9 millions d’euros de subventions. Une demande qui ne tient pas compte de cette possible fusion.

Autre confirmation : l’inclusion d’un volet anti-piratage. Un texte est sur la rampe. Nous l’avions dévoilé fin juillet. Il prévoit différentes mesures notamment pour protéger les compétitions sportives ou encore lutter contre les sites miroirs.

Le projet de loi sera présenté en novembre en conseil des ministres, après passage devant le Conseil supérieur de l’audiovisuel et le Conseil d’État. Son examen est prévu pour l’année prochaine. 

Dans un tweet qui nous a été adressé hier par un lecteur, on constate que le FAI a commencé à diffuser une alerte à ses abonnés, concernant la fin de son contrat avec Altice France.

En effet, tout comme Free, Orange doit renégocier sous peu son contrat avec la maison mère des chaînes BFM/RMC (mais aussi de SFR), cette dernière lui demandant plusieurs millions d'euros. 

Selon Le Figaro, Orange serait plutôt enclin à se faire payer pour proposer ces chaînes du fait de leur faible audience et des coûts de transport qu'elles occasionnent. Une situation complexe, qu'Altice semble vouloir traiter avec plus de diplomatie qu'avec Free.

Il faut dire que si un accord est trouvé, Xavier Niel et ses équipes seront isolés. Dans le cas inverse, c'est BFM/RMC qui sera en position de faiblesse. Orange est donc dans une situation d'arbitre privilégiée, dont Stéphane Richard va sans doute jouer.

Le pot aux roses a été découvert par VPN Mentor le 20 août. Le service (français) de réservation de billets d'avion en ligne a été contacté le 25 août et la brèche bouchée le 29 août. Parmi les données accessibles se trouvaient les nom, date de naissance, sexe, email, numéro de téléphone, adresse, date de voyage, destination et tarif des clients d'Option Way.

Dans un communiqué, la société confirme mais ajoute qu'elle n'a pas constaté d’autres connexions anormales : « à notre connaissance, seul VPN Mentor a pu accéder à cette faille de sécurité. VPN Mentor étant un média reconnu de la détection des failles de cybersécurité, leur vocation n’est pas d’exploiter les données exposées à des fins frauduleuses ».

Option Way donne des détails : « La faille de sécurité concernait la sécurisation de notre système d’indexation des logs, qui n’a pas été correctement mise à jour le 24 juillet 2019 [...] Ce système contient des données des réservations aériennes (données personnelles des voyageurs et des vols) sur une période de 15 jours glissants, mais aucune donnée de cartes bancaires ». 

Bien évidemment, la société annonce avoir renforcé sa sécurité. Elle prend contact avec ses partenaires, clients et fournisseurs afin de les informer de cette faille de sécurité, conformément au RGPD.

Le constructeur automobile a lancé les commandes de la troisième génération de sa voiture électrique. Elle propose une autonomie pouvant atteindre 395 km (test WLTP) grâce à sa batterie de 52 kWh. Elle est dotée d'une charge rapide : jusqu’à 150 kilomètres d’autonomie en 30 minutes.

Renault indique qu'il « commercialise toutes les versions de Nouvelle ZOE, au choix du client, avec la batterie en location ou en achat intégral ». Les prix varient entre 44 et 124 euros par mois dans le premier cas, tandis qu'il faudra débourser 8 100 euros pour acheter la batterie.

Le tarif de 169 euros par mois correspond à une location longue durée de 37 mois dans les conditions suivantes : 125 euros pour la voiture et 44 euros par mois pour la batterie (7 500 km par an maximum). Il faut également ajouter un premier loyer de 8 000 euros (2 000 euros après déduction du bonus écologique).

Tous les détails sont disponibles par ici.

Didier Casas, directeur général adjoint du FAI, « conteste vigoureusement » la procédure de l'Arcep : « C'est incompréhensible de la part du régulateur », comme le rapporte La Tribune.

Pour rappel, la procédure prévoit un prix fixe pour au moins 40 MHz de fréquences pour chacun des quatre opérateurs nationaux, soit un total de 160 MHz. Sur les 310 MHz disponibles, il resterait donc 150 MHz à attribuer, avec des enchères cette fois-ci, dans la limite de 100 MHz par opérateur. 

Pour Didier Casas, le « scénario noir » serait qu'Orange et SFR, qui disposent de plus de moyens selon le directeur général adjoint de Bouygues Telecom, récupèrent chacun 60 MHz supplémentaires (pour arriver à la limite de 100 MHz). Bouygues Telecom et Free se partageraient alors les 30 MHz restants. Le dirigeant souhaite ainsi que les blocs à prix fixe soient de 60 MHz au lieu de 40 MHz, contre 90 MHz pour le plafond. 

Pour rappel, il ne s'agit pour le moment que d'un « projet de modalités et conditions d’attribution d’autorisations d’utilisation de fréquences » de la part de l'Arcep, qui est mis en consultation publique jusqu'au 4 septembre. L'Arcep y parle d'« au moins 40 MHz » et « jusqu'à 100 MHz », laissant entrevoir une possible évolution.

Rien ne dit pour autant que ce sera le cas. Sébastien Soriano et Pierre-Jean Benghozi (membre du collège de l'Arcep) prônaient un discours d'ouverture en octobre dernier, avec la possibilité d'ouvrir les fréquences à des acteurs mutualisateurs… avant de fermer totalement cette possibilité dans son projet d'attribution des fréquences.

Si l'on connaît depuis longtemps des vidéos modifiées par une intelligence artificielle pour changer la tête et/ou le discours d'une personne, il en est de même pour l'audio uniquement.

L'année dernière, une étude du Future of Humanity Institute pointait les possibles effets pervers de l'intelligence artificielle (notamment les deepfakes). Cette année, Google a lancé un concours pour trouver des contre-mesures aux deepfakes audio.

Le risque est bien présent puisqu'une société allemande en a fait les frais, comme le rapporte The Next Web. Des voleurs ont imité la voix du patron de l'entreprise pour appeler le directeur d'une filiale et lui demander le virement en urgence de 243 000 dollars à un fournisseur hongrois. 

Le dirigeant n'y a vu que du feu et pensait être en train de discuter avec son patron. Les voleurs ont tenté de demander un second virement, sans succès cette fois-ci. Les fonds ont ensuite été virés au Mexique et dans d'autres pays. Le nom de la société n'est pas précisé.

Un parfait exemple des risques liés aux deepfakes audio.

L’annonce  a été faite le 30 août et ne concerne finalement qu’Edge Chromium. Pour l’actuelle version d’Edge (Spartan) et Internet Explorer 11, la décision était déjà connue.

Il s’agit donc surtout d’aligner le prochain Edge sur le reste : d’ici décembre 2020, il sera débarrassé de son plug-in Flash intégré. Entretemps, Flash sera désactivé par défaut et ne pourra plus être réactivé que manuellement, site par site, ou via des règles de groupe en entreprise. 

2020 devrait donc constituer pour Flash l’année de son « décès » puisque toutes les planifications faites par les éditeurs de navigateurs ne vont pas plus loin. Le HTML5 et les problèmes de sécurité à répétition auront eu raison de la technologie d’Adobe, tout du moins sur le web.

Avec les Freebox One et Delta, Netflix Essentiel est inclus dans l'abonnement. Les clients qui le souhaitent peuvent passer sur Standard (2 écrans, HD) et Premium (4 écrans, 4K) en payant la différence directement sur leur facture Free. 

En France, Netflix a augmenté ses tarifs (jusqu'à deux euros de plus) en juin dernier. Les clients Free n'étaient pas encore concernés, mais c'est désormais le cas. Le FAI envoie un email à ses clients. Dans le cas d'un forfait Premium, le message est le suivant : 

« Nous vous informons que Netflix a changé ses tarifs et qu’à compter du 1er octobre 2019, votre option Netflix Premium actuellement facturée 6 euros par mois passera automatiquement au tarif de 8 euros par mois, soit une augmentation de 2 euros par mois ».

N'espérez pas en profiter pour résilier votre abonnement Freebox sans frais : « Nous tenons à vous rappeler que cette option est sans engagement. Vous pouvez à tout moment procéder à la résiliation de votre option Netflix Premium et choisir l’option Netflix Essentiel (SD), utilisable uniquement sur 1 écran à la fois, incluse dans votre offre Freebox ».

La société a publié les résultats de son premier trimestre et les chiffres ne sont pas bons. Les revenus d'Archos sont en baisse de 57 % au premier semestre (11,5 millions d'euros, contre 26,8 millions l'année dernière), tandis que ceux de Logic Instrument grimpent de 3 %. Soit une baisse de 47 % pour le groupe Archos.

Le résultat opérationnel courant est de - 5,8 millions d'euros (contre - 4,2 millions l'année dernière), tandis que le résultat net plonge à - 26,6 millions contre - 5,1 millions au premier semestre 2018. 

La trésorerie d'Archos est de 6,4 millions d'euros, en baisse de 7,8 millions en six mois, « principalement » à cause de la perte d'exploitation de 5,8 millions d'euros. Bref, parler de « situation difficile » est un euphémisme. 

Et les mauvaises nouvelles ne s'arrêtent pas là. Archos avait annoncé en avril « la conclusion d'un partenariat à long terme, comprenant des accords capitalistiques et commerciaux » avec le groupe vietnamien Vingroup. 

Problème : « Le 23 juillet 2019, Archos a annoncé que le partenariat stratégique conclu avec VinSmart ne sera pas mis en place. Archos a en effet été informé par courrier adressé par VinSmart le 22 juillet 2019, que compte tenu de l’absence de satisfaction de certaines conditions suspensives de nature opérationnelle, il était mis un terme immédiat aux accords capitalistiques et commerciaux conclus le 29 avril 2019 [...] Par voie de conséquence, Archos ne percevra pas les fonds attendus en cas d’entrée de VinSmart à son capital ».

Désormais, « la société s’emploie à réduire drastiquement ses frais fixes pour que ceux-ci soient en phase avec une activité en forte baisse. Dans le même temps, la société se restructure rapidement, concentre sa gamme autour des produits phares et à valeur ajoutée et se recentre sur le territoire français ».

Le rendez-vous est donné et confirmé, même si la date était connue : Apple l’avait laissée en clair dans une bêta d’iOS 13. Toutes les plateformes logicielles d’Apple bénéficieront ensuite d’une nouvelle version dans les semaines suivantes.

Il se murmure que des iPhone « Pro » devraient être présentés, sans pour autant apporter de différences fondamentales dans le design des iPhone introduits depuis le X. le gros du changement serait pour l’année prochaine.

Parmi les bruits de couloir, la disparition du 3D Touch, une meilleure résistance à l’eau, une finition mate et bien sûr une partie photo revisitée, intégrée dans une zone carrée et embarquant un zoom ultra grand angle. Et, comme d’habitude, un nouveau SoC qui devrait s’appeler sans surprise A13. Son petit sobriquet serait cette fois « Matrix ».

Selon MacRumors, la commercialisation des nouveaux appareils devrait se faire entre les 13 et 20 septembre.

Comme d’habitude pour ce genre d’évènement, nous assurerons un suivi en direct.

Selon L'Equipe, le tarif mensuel du bouquet de chaînes sportives pourrait passer de 19 à 25 euros par mois (+31,6 %). Le tarif de 9 euros pour les abonnés de SFR serait inchangé.

« Pour conserver le tarif de la saison dernière, les clients de RMC Sport devront s'engager sur un an » préviennent nos confrères. Actuellement, l'engagement annuel est à 168 euros par an, soit 14 euros par mois.

Lorsque vous cassez un iPhone, vous avez trois possibilités : aller en Apple Store, se rendre dans une boutique agréée par Apple ou passer par un magasin indépendant du réseau. Devant les prix pratiqués hors garantie par Apple, beaucoup se tournent vers la troisième option, avec des résultats parfois mitigés.

Lorsque le téléphone est sous garantie, un Apple Store ou une boutique agréée ne font aucune différence. Les compétences, outils et composants sont les mêmes, avec préservation de la garantie. En cas de boutique agréée, Apple la rémunère directement pour le travail effectué.

C’est donc un changement important qu’Apple prépare. La firme teste actuellement avec 20 boutiques réparties en Amérique du Nord, Asie et Europe un programme de certification gratuite autorisant la réception de pièces authentiques d’iPhone et des outils spécifiques pour les réparer. Même chose pour tout ce qui touche à la documentation technique.

Un revirement aussi soudain que bienvenu, puisqu’une guerre des prix aura probablement lieu, mais cette fois avec des composants dont l’origine sera certifiée. Ce qui ne peut que contribuer à la longévité des appareils… si les enseignes ne s’attribuent pas les mérites d’une certification qu’elle n’auront pas passée.

La certification des boutiques se fera en ligne. Actuellement, seules celles aux États-Unis peuvent se lancer, mais le programme sera prochainement étendu à d’autres pays. L’Asie et l’Europe devraient être rapidement concernées puisque des boutiques y testent déjà le programme.

L'année prochaine, deux missions sont prévues pour se rendre sur la planète rouge : ExoMars 2020 de l'ESA et Mars2020 de la NASA. Comme le veut la coutume, les rovers sont baptisés. L'Agence spatiale européenne a choisi Rosalind Franklin en hommage à « l'éminente scientifique à l'origine de la découverte de la structure de l'ADN », tandis que son homologue américaine lance un concours ouvert à tous les étudiants outre-Atlantique. 

Les élèves de la maternelle à la terminale ont jusqu'au 1er novembre pour soumettre leur proposition. L'annonce du nom sera faite en février après une sélection et un sondage public. 

Les dernières versions de Skype se sont enrichies de bon nombre de fonctionnalités, même si elles sont toutes déjà utilisées dans d’autres messageries.

Skype garde par exemple les messages commencés mais non envoyés comme brouillons, les marque comme tels et permet de les reprendre. On peut également marquer des messages comme favoris, réunis dans une zone dédiée. Il suffit de faire un clic droit sur un message puis de sélectionner « Ajouter un signet ». 

Les fichiers et médias peuvent dorénavant être prévisualisés avant leur envoi, pour éviter d’éventuelles erreurs. L’utilisateur peut leur adjoindre une description. Côté réception, l’affichage des médias évolue pour se rapprocher de ce que l’on voit ailleurs : une vue de type album affichant une mosaïque et le nombre d’autres photos.

Enfin, tous les utilisateurs de Skype sous Linux, macOS et Windows 10 peuvent utiliser la vue fractionnée. Plus qu’une nouveauté, c’est surtout un retour à une très vieille présentation, avec d’un côté la liste des contacts, de l’autre une fenêtre par conversation. 

Microsoft vante les mérites de l’approche : plus question de se tromper de conversation. À se demander pourquoi tout a été réuni dans une seule fenêtre en premier lieu.

Selon un rapport de Politico, l’entreprise a payé entre 150 et 200 millions de dollars à la Federal Trade Commission. Une enquête était en cours à la suite de demandes émanant de plusieurs associations de défense de la vie privée.

En ligne de mire, YouTube Kids, qui aurait violé la COPPA (Children’s Online Privacy Protection Act) en récoltant des informations sur les enfants. La loi oblige les entreprises à avertir les parents et à leur donner à tout le moment la possibilité de visualiser les données collectées. En outre, la publicité est interdite sur ce type de site.

À propos de publicité, Bloomberg note de son côté que Google a justement déplacé YouTube Kids vers un site à part pendant l’enquête de la FTC. Il était auparavant une simple rubrique du site principal. Un changement qui aurait pu être fait pour simplifier la gestion des données et s’assurer qu’aucune publicité n’y soit déployée par erreur.

La punition est cependant loin d’être suffisante au goût de certains. Jeff Chester, directeur du Center for Digital Democracy, a ainsi indiqué à Politico que l’amende « aurait dû être d’au moins un demi-milliard de dollars ». Il considère la somme versée – le chiffre précis n’a pas été précisé – comme « un signal que la loi peut être enfreinte ».

Chris Beard quittera son poste à la fin de l’année, sans date précise pour l’instant. Directeur général de Mozilla Corp, il sera remplacé temporairement par Mitchell Baker, toujours à la tête de la fondation. L’entreprise va donc se chercher un nouveau patron.

Beard aura exercé à son poste un peu plus de cinq ans, récupérant à l’époque un Firefox en bien mauvaise posture. Il restera donc comme celui ayant accompagné le navigateur dans sa forte modernisation (projet Quantum), lui laissant un sentiment de devoir accompli.

« Aujourd’hui, nos produits, technologies et efforts politiques sont plus forts et retentissants sur le marché que jamais, et nous avons bâti de nouvelles capacités organisationnelles significatives et une force financière pour alimenter notre travail » écrit-il, ajoutant que Mozilla est désormais prête à saisir les opportunités qui s’offriront à elle.

Une vision positive, mais qui ne saurait gommer plusieurs points noirs, dont les deux principaux : sa toujours trop forte dépendance à Google et les parts de marché de Firefox, devenues bien faibles face à un Chrome tout puissant actuellement. 

Dimanche 1er septembre, veille de la rentrée scolaire, « une panne informatique nationale liée à la centralisation des plans de vol » a eu lieu, c'est le message diffusé par le compte Aéroport de Paris, sans plus de précision.

Elle est survenue vers 2h30 du matin et a été résolue en fin de matinée, mais des retards ont encore eu lieu le reste de la journée. Effet boule de neige oblige, d'autres aéroports européens ont rapidement été impactés. 

La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) affirme que cette panne « n'a eu aucun impact sur la sécurité des vols ». Elle ajoute qu'une « enquête sera conduite pour analyser les raisons de cette panne exceptionnelle ».