Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Désactiver la version mobile
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Nouvel épisode dans la triste suite des scandales liés à l’analyse vocale et aux « assistants ». The Guardian a publié les confessions d’un Anglais travaillant en Chine pour une entreprise ayant eu accès à des fichiers audio provenant de Skype et Cortana.

Ce type de travail « humain » a justement été révélé par le dossier des enceintes connectées, où l’on apprenait que les GAFAM se servaient tous de sous-traitants, souvent étrangers, pour perfectionner leur reconnaissance vocale.

Dans le cas présent, les conditions de travail ont de quoi surprendre : les données étaient disponibles depuis une interface web, accessible depuis l’ordinateur à domicile, dans Chrome, avec un simple duo identifiant/mot de passe envoyé en clair par email.

Surtout, l’employé était capable d’écouter des conversations entières. Lui- même anglais, il ne pouvait écouter que les discussions et commandes vocales dont les appareils étaient réglés en « British English ».

Tout aussi impressionnant, le manque de gestion des personnes impliquées. Il n’y avait par exemple aucune assistance technique, ni de réelle procédure de validation avant d’embaucher les personnes. Selon le concerné, seuls lui ont été demandés quelques détails bancaires.

Ces informations sont en fait le prolongement de celles révélées par Vice l’été dernier. Microsoft affirme depuis que ces pratiques ont été complètements revues.

Les sous-traitants sont désormais sélectionnés avec soin, en provenance d’une courte liste de pays, dont la Chine ne fait plus partie. En outre, les extraits audio sont maintenant limités à 10 secondes.

L’éditeur promet qu’il sera plus transparent sur ce qu’il fait avec ces informations, mais les dégâts sont en partie déjà faits. On aurait apprécié, à l’instar d’Apple (elle aussi fautive), que Microsoft demande directement à l’utilisateur s’il voulait participer à l’amélioration de la reconnaissance vocale. Après tout, Windows 10 pose la question pour la reconnaissance manuscrite.

Le compromis trouvé par les députés et sénateurs, mercredi 8 janvier, en commission mixte paritaire, est désormais disponible (PDF). Sauf énorme surprise, il sera définitivement adopté par l’Assemblée et le Sénat d’ici quelques semaines.

Au programme, notamment : introduction d’indices de « réparabilité » et de « durabilité » des produits, extension de la garantie légale de conformité pour les biens d’occasion (smartphones reconditionnés, etc.), obligation de fournir des mises à jour pendant au moins deux ans pour les appareils numériques, impression « à la demande » des tickets de caisse et de carte bancaire, vidéo-verbalisation des dépôts illicites de déchets, interdiction de détruire les invendus neufs, etc.

C’est en tout cas ce qu’indiquent Les Echos en se basant sur plusieurs sources. Il est question de fibre pour les « petits opérateurs télécoms régionaux qui s'adressent surtout aux entreprises ».

La SNCF viendrait donc se placer aux côtés d’Orange et SFR qui dominent le marché, mais aussi de Kosc qui est en redressement judiciaire et à la recherche d’un repreneur. 

Nos confrères expliquent que la société des chemins de fer dispose déjà de plus de 20 000 km de fibre, notamment utilisée pour relier ses gares. Elle en loue déjà à des clients, mais uniquement sous la forme de fibre « noire », c'est-à-dire sans aucun équipement. Là il serait question d’offres « activées » ou prêtes à l’emploi.

L'Internet des objets se banalise, au point qu'il devient de plus en plus difficile d'acheter une télévision qui ne soit pas connectée à Internet. Alfred Ng, journaliste à CNet, explique qu'un nombre croissant d'industriels espèrent faire de même avec la reconnaissance faciale dans les cinq prochaines années.

Visitant le CES 2020, il a eu la surprise de découvrir que Konami Gaming, fabricant de machines à sous, avait inséré sa photo dans son système de reconnaissance faciale, sans lui demander son avis au préalable, ce qui est légal aux États-Unis.

Pour la première fois cette année, le système de délivrance de badge du CES reposait aussi en partie sur la reconnaissance faciale. LG y a présenté une porte scannant le visage pour la déverrouiller, et une boîte de stockage de marijuana utilisant elle aussi la biométrie y a remporté un prix de l'innovation.

Un porte-parole de Konami a expliqué à Ng que cela permettait d'accélérer le temps d'enrôlement, passant de 1 minute 30 à 30 secondes, mais également que cela permettrait d'afficher des publicités ciblées en fonction du profil des utilisateurs. Au cours de l'interview, son porte-parole parlait des visages comme de « QR Codes ».

Konami lui a par ailleurs expliqué ne pas avoir d'employés spécifiquement chargés de la protection de la vie privée, mais des juristes chargés de s'assurer que ses systèmes respectent les standards a minima des lois et régulations telles que le RGPD.

À la fin de l'interview, Ng a demandé à ce que son profil, ainsi que toutes les données collectées par le système biométrique de fabricants de machines à sous soient effacés. À quoi les salariés de Konami ont répondu qu'ils allaient demander à leur prestataire de service biométrique d'effacer les données, mais qu'eux ne pouvaient pas le faire. 

Le bâtiment est sorti de terre depuis des mois et il ne manquait plus que l’annonce officielle du géant américain. C’est désormais chose faite.

Le centre de distribution de 55 000 m2 débutera ses activités en mai 2020 et « entraînera la création de plus de 500 emplois en CDI dans la région », selon le revendeur. « Ce nouveau site vise à fluidifier les processus de réception et de tri des produits, en amont de la préparation de commande », ajoute-t-il.

« La 5G est-elle vraiment utile ? », interpellent Hugues Ferreboeuf, directeur du projet « sobriété » au Shift Project, groupe de réflexion sur la transition énergétique, et Jean-Marc Jancovici, son président, dans une tribune au Monde. Ils dénoncent l’absence de réflexion sur le boum de consommation énergétique et les risques économiques que représente le déploiement de la 5G.

65 % de la consommation énergétique directe d’un opérateur mobile vient du fonctionnement des équipements fournissant la couverture radio. Or, il y a aujourd’hui un consensus pour dire qu’un équipement 5G consomme trois fois plus qu’un équipement 4G, et qu’ajouter des équipements 5G aux sites existants (2G, 3G, 4G) conduira à doubler la consommation du site. De plus, avec la 5G, il faudra trois fois plus de sites qu’avec la 4G pour assurer la même couverture.

Au final, déplorent-ils, avec ce déploiement, la consommation d’énergie des opérateurs mobiles serait multipliée par 2,5 à 3 dans les cinq ans à venir, ce qui représenterait environ 10 TWh supplémentaires, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité du pays.

Selon Cnet, qui dit avoir reçu l’information de l’entreprise, le nouveau design annoncé au printemps dernier a commencé son déploiement, auprès d’un premier groupe d’utilisateurs d’abord.

Les concernés verront une petite fenêtre leur proposer de tester cette nouvelle mouture, dont l’interface a été largement modernisé.

Le design remanié se veut beaucoup plus clair, moins encombré, mettant l’accent sur les éléments importants et sur la facilité à retrouver une information ou une fonction. La colonne centrale, sur fond gris clair est encadré par la colonne d’accueil à gauche, celles des suggestions à droite, et en haut par les sections et le champ de recherche.

Peut-être que la « vraie » nouveauté de ce design est sa compatibilité avec le mode sombre. Lui aussi avait été annoncé et est maintenant attendu de pied ferme, pour contrebalancer une interface encore plus blanche que précédemment.

Le nouveau design doit répondre à plusieurs impératifs, à commencer par un renouement avec les utilisateurs. Facebook a beau avoir environ 2,5 milliards d’utilisateurs, il est moins utilisé par les jeunes populations, qui lui préfèrent d’autres services, comme Snapchat, Instagram (qui appartient à Facebook) ou même TikTok.

Cette version est également l’occasion de repartir sur des bases « neuves », avec le remaniement des outils centrés sur la vie privée et la sécurité, en dépit des limitations que nous avions soulignées il y a peu.

On est par contre toujours sans nouvelle des versions « desktop » du client Messenger, elles aussi annoncées au printemps dernier.

Après s’être amusée au CES avec des données publiées par des journalistes, HBO vient de mettre en ligne une vidéo pour annoncer la date de sortie de la saison 3 de la série Westworld : le 15 mars 2020.

Le reste de la vidéo détaille certains événements clés d’un futur inquiétant avec l'assassinat du président américain à Buenos Aires en 2024, une catastrophe thermonucléaire en 2025 à Paris, la seconde guerre civile en Russie en 2037… mais tout cela n‘est presque rien comparé à un « événement critique » en 2058. La suite d’ici deux mois.

L’agence spatiale américaine explique qu’ils étaient plus de 18 000 candidats potentiels. Sur les onze lauréats, cinq sont des femmes. L’Agence spatiale canadienne (CSA)  participe pour sa part avec deux astronautes supplémentaires : un homme et une femme. Les CV des 13 sélectionnés sont disponibles par ici.

L’avenir qui les attend promet d’être animé. Ils vont non seulement participer aux missions dans la Station spatiale internationale, mais aussi à l’exploration de notre système solaire avec le retour de l’Homme sur la Lune et des départs vers Mars. 

Depuis 2012, le système de reconnaissance faciale expérimental de San Diego, en Californie, a compilé 65 000 visages. Utilisé par 30 services de police et de sécurité, au moyen de 1 300 smartphones ou tablettes, il leur permet de comparer les visages de suspects à leur base de données de 1,8 millions de personnes recherchées.

Un porte-parole de la police a cependant reconnu qu'il n'aurait, faute de statistiques, gardé la trace d'aucune arrestation ni poursuite. Les policiers préfèreraient utiliser le système de reconnaissance des empreintes digitales, dont la base de données est nationale, et pas régionale comme l'est le système de reconnaissance faciale.

D'après l'Electronic Frontier Foundation, San Diego serait la ville concentrant le plus de technologies de surveillance des 23 comtés du côté nord de la frontière mexicaines. Elle utilise en effet un logiciel de reconnaissance des tatouages, des plaques d'immatriculation ou encore des drones.

En 2015, un système de reconnaissance faciale des élèves y avait déjà fait scandale, avant d'être annulé. Et l'an passé, l'État de Californie a aussi adopté un moratoire de trois ans sur la reconnaissance faciale policière.

C’est un peu un klaxon 2.0 que vient de tweeter Elon Musk. Dans la courte vidéo, on entend la voiture lancer à un piéton : « Well, don't just stand there. Hop in ».  

Le patron de Tesla ajoute que cette fonctionnalité sera compatible avec le mode Sentinelle qui surveille les abords de la voiture. Dans tous les cas, Elon Musk n’a donné aucun détail supplémentaire sur cette fonctionnalité ni sur son calendrier de déploiement.

Les clients d’une Smart Battery Case concernée peuvent se la faire remplacer à neuf dans un Apple Store ou une boutique agréée.

Selon la fiche du programme de remplacement, il ne s’agit pas d’un problème de sécurité. Les symptômes sont une absence de charge de la batterie ou une charge intermittente, soit une absence de charge de l’iPhone par la batterie.

Seuls les modèles pour iPhone XS, XS Max et XR peuvent comporter un problème, s’ils ont été fabriqués entre janvier et octobre 2019. Contrairement à d’autres programmes de remplacement, il faudra se rendre sur place pour qu’un technicien vérifie l’éligibilité du modèle.

Qwant va devenir moteur par défaut des administrations. Préalablement, un audit sera mené par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (Anssi), le ministère des Armées, l’École normale supérieure et la direction interministérielle du numérique (Dinum).

Objectif ? Jauger la part de Bing dans les résultats du moteur dit européen.

Selon ActeursPublics, qui a eu accès à ces documents, 36 % des requêtes reposaient sur Qwant lors d’un contrôle effectué le 25 septembre dernier. Microsoft occupant donc 64 % des résultats. 

« Le rapport indique que le taux de requêtes reposant sur l’index Qwant devait grimper à 50 % d’ici la fin de l’année 2019 » préviennent nos confrères. 

Faute de temps, l’audit s’est porté sur le seul Qwant Search, « dans son utilisation classique (pas de compte Qwant, pas d’activation du mécanisme Qoz1…) telle qu’il serait principalement utilisé par les agents publics dans le cas de l’installation par défaut du moteur Qwant ». Les recherches d’images, de vidéos, d’actualités et la musique ont ainsi été écartées. 

Disco Dingo vit ses derniers jours de support. Canonical le rappelle dans un message, tout en rappelant les instructions de mise à jour.

Il est recommandé aux concernés de migrer vers Ubuntu 19.10 via le gestionnaire de mise à jour. Si la dernière mouture n’y est pas présente, il peut être nécessaire d’aller dans les options du gestionnaire et de cocher la case de notification des nouvelles versions, en sélectionnant « Toute nouvelle version ».

Rappelons qu’une distribution Ubuntu est d’ordinaire supportée pendant neuf mois, soit le temps que la version suivante soit sortie avec un délai supplémentaire de trois mois.

Les utilisateurs goutant peu les migrations semestrielles peuvent installer la branche LTS, qui ne reçoit de changements significatifs que tous les deux ans, et dotée d’un support de cinq ans.

La prochaine Ubuntu 20.04, nommée Focal Fossa, sera d’ailleurs une LTS.