Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Le régulateur propose en « consultation publique son projet d’évolution de la régulation pour 2020-2023 dans le cadre de la préparation des analyses de marchés fixes ». Le but est de terminer le processus et d’adopter les nouvelles décisions d’ici fin 2020. 

Son projet s’articule autour de plusieurs axes : « une régulation pro-investissement pour faire de la fibre la nouvelle infrastructure de référence », « créer les conditions de la bascule du cuivre vers la fibre dans l’intérêt de tous les Français », mettre en place de « nouveaux indicateurs pour mesurer la qualité de service de la fibre » et proposer un « marché véritablement concurrentiel » pour les entreprises.

Sur ce dernier point, le gendarme veut « un marché de gros d’offres activées dynamique, qui puisse s’appuyer sur plusieurs offreurs et laisse sa place à un modèle d’opérateur uniquement de gros (modèle dit "wholesale only"), au bénéfice d’un large écosystème d’opérateurs d’entreprises ».

Cette problématique est au cœur des débats depuis plusieurs mois maintenant avec « l’affaire Kosc ». Cet opérateur avait été lancé justement pour mettre de la concurrence dans le duopole Orange et SFR, mais il est aujourd‘hui en redressement judiciaire et ne peut donc pas mener son rôle correctement. 

Dans un entretien  à nos confrères des Échos, Sébastien Soriano reconnait qu’Orange a « joué le jeu en créant les conditions d’entrée du nouvel opérateur », mais regrette que le FAI « Orange reste tout-puissant sur ce marché ».

Dans tous les cas, les « PME ne sont pas assez converties au numérique et les télécoms y ont leur part : ce n'est pas acceptable ». Le gendarme veut donc mettre « de l’animation » dans ce marché, de plusieurs manières : « Nous proposons de simplifier la régulation tout en la durcissant, offre par offre. Certains prix doivent être respectés ».

Pour participer aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020 vous avez jusqu'à ce 7 février pour suivre la procédure précise le site Service Public (sauf exceptions). 

L'inscription peut se faire en mairie ou par Internet, de manière simplifiée depuis l'année dernière. Une procédure permet également de vérifier si vous êtes inscrit dans telle ou telle commune.

C’est sur Twitter que la plateforme annonce la nouvelle, qui devrait faire plaisir à nombre de ses utilisateurs, tant cette fonctionnalité peut être gênante au quotidien.

Pour en profiter, rendez-vous dans le menu, puis Gérer les profils, sélectionnez votre profil et décochez la case Lecture automatique des aperçus pendant la navigation sur tous les appareils. Elle se trouve juste sous celle pour la Lecture automatique de l'épisode suivant d'une série.

Netflix précise que « la prise en compte de cette option peut ne pas être immédiate. Pour forcer la mise à jour, passez sur un autre profil, puis revenez sur le vôtre. Il sera ainsi rechargé avec le nouveau réglage ».

Le fournisseur d’accès à Internet suit le mouvement et annonce la disponibilité du service Prime Video sur sur ses nouvelles Box TV 4K.

Mais le FAI va plus loin, à l’image de ce que propose Free avec sa Freebox Delta : « Proposée au tarif de 43,9 euros par mois, l’offre fibre Victoria de Videofutur inclut désormais pendant 12 mois l’ensemble des avantages Amazon Prime ».

Il est aussi précisé que, « au bout de 12 mois, si le client se réengage, il bénéficie de nouveau d’un an d’Amazon Prime sponsorisé par Videofutur ».

Le géant américain explique que la nouvelle « icône Google Maps reflète [sa] nouvelle manière de cartographier le monde. Elle se base sur un élément clé de Google Maps depuis ses débuts : le repère en forme d'épingle », avec le quatuor de couleurs cher à la société.

Une mise à jour « commémorative » est disponible sur Android et iOS. Elle propose « un écran d'accueil simplifié afin d'accéder facilement à vos fonctionnalités préférées (dont vos adresses enregistrées, avis et listes) ».

Parmi les nouveautés qui arriveront prochainement, il y a des informations sur la température, l’accessibilité (un travail commencé il y a longtemps), la sécurité avec la présence d’un dispositif de surveillance ou une ligne d’assistance, le nombre de voitures disponibles dans un train au Japon, etc.

L’entreprise en profite aussi pour mettre en ligne les 15 lieux préférés des utilisateurs sur Street View : une grimpette sur El Capitan de Yosemite, un tour dans la Station spatiale internationale, le festival de glace sur le lac Khövsgöl en Mongolie, le Mont Blanc, les cerisiers en fleur à Tokyo, etc.

Anniversaire oblige, une rétrospective des principaux changements apportés à Maps est disponible par là. Elle débute au 8 janvier 2005, lors de son lancement. Elle continue avec l'arrivée de Earth quelques mois plus tard, de Street View en 2007, du mode hors ligne en 2015, etc.

Enfin, Sundar Pichai y va aussi de sa petite anecdote personnelle

En novembre 2017, lors du Forum mondial de la démocratie, le secrétaire général du Conseil de l'Europe, Thorbjørn Jagland, signait un accord pour « promouvoir un Internet sûr et ouvert, dans lequel les droits de l'homme, la démocratie et l'état de droit sont respectés dans l'environnement en ligne ».

Huit sociétés étaient partenaires : Apple, Deutsche Telekom, Facebook, Google, Microsoft, Kaspersky Lab, Orange et Telefónica. Des associations étaient aussi présentes : Computer & Communications Industry Association (CCIA), DigitalEurope, European Digital SME Alliance, l'Association européenne des opérateurs de réseaux de télécommunications (ETNO), la GSMA et l’Initiative mondiale des réseaux (GNI).

En mai 2018, Cloudflare et EuroISPA rejoignent le groupe. Hier, cinq de plus sont venus grossir la liste : Element AI, the International Communications Consultancy Organisation (ICCO), the Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), Intel et le RIPE Network Coordination Center.

Le film sortira le 13 mai et Lionsgate a mis en ligne une bande-annonce pour patienter. Il s’agit pour rappel du neuvième volet de la saga Saw. 

Voici le pitch : «  Pris au piège involontairement dans un mystère qui s'approfondit, Zeke [Chris Rock, ndlr] se retrouve au centre du jeu morbide du tueur ».

Comme toujours, il ne s’agit pas de « simples » meurtres, mais de crimes violents avec une mise en scène toute particulière (âmes sensibles, s'abstenir).

Google renforce ses règles en matière de contenu « mixte » avec cette annonce, qui vise à renforcer la sécurité des utilisateurs et leur éviter d'éventuelle déconvenues.

En effet, si vous êtes sur une page dite sécurisée, avec chiffrement de la connexion via SSL/TLS, il était possible de télécharger un fichier via HTTP. 

Un problème puisque l'utilisateur n'était pas forcément informé que cette ressource ne bénéficiait pas du même niveau de protection. 

Ce sera donc interdit à compter de Chrome 86, attendu pour octobre 2020. D'ici là, chaque nouvelle version du navigateur bloquera ou avertira sur de nouveaux types de fichiers, dès Chrome 82 prévu pour avril.

En décembre, le fabricant devait marcher sur les pas de SpaceX en effectuant un vol de test de sa capsule habitable. Un problème d’horloge plus tard, elle était sur une mauvaise orbite et ne pouvait plus rejoindre la Station spatiale internationale. Elle est finalement venue se poser sur Terre plus tôt que prévu.

Mais un second incident passé sous silence à l’époque s’est déroulé durant ce vol qualificatif. Il a été évoqué durant une réunion publique du Aerospace Safety Advisory Panel de la NASA, comme le rapporte The Verge.

Une équipe mixte NASA et Boeing – alias Independent Review Team – est en effet en train d’analyser « un problème du "valve mapping software", qui a été diagnostiqué et corrigé en vol ». Sans cela, les conséquences qui auraient pu survenir « ne sont pas claires » précise Boeing.

Quoi qu’il en soit, l’enquête officielle continue et la NASA doit maintenant décider si elle demande un nouveau vol de test ou si elle se contente du succès (ou échec) partiel de décembre.

La société se base sur son outil PCMark 10 pour indiquer que les résultats du navigateur sont 10 % supérieurs à la version précédente en moyenne. 

« Vous pouvez le vérifier vous-même en l'utilisant dans notre test applicatif avant et après l'avoir installé » précise la société. Il est en effet possible de modifier le navigateur utilisé dans les paramètres.

L’annonce n’a pas été faite par Elon Musk sur Twitter, mais par la présidente de SpaceX (Gwynne Shotwell) lors d’une réunion avec des investisseurs chez JPMorgan Chase & Co.

« En ce moment, nous sommes une société privée, mais Starlink est le type d’affaires que nous pouvons pousser à introduire en bourse », explique-t-elle, comme le rapporte Bloomberg. Pour autant rien ne semble encore finalisé.

La constellation de satellites Starlink doit pour rappel permettre de proposer Internet avec une couverture mondiale. Gwynne Shotwell promet un prix « inférieur à ce que vous payez actuellement pour environ cinq à 10 fois la vitesse ».

Le lancement commercial est prévu pour cette année.

La société présente ses résultats pour le quatrième trimestre 2019 et pour l’ensemble de son année fiscale. Malgré un quatrième trimestre supérieur aux prévisions, les revenus sont en baisse sur l’année avec 6,489 milliards de dollars, contre 7,5 milliards en 2018.

Le bénéfice net suit la même tendance avec 1,5 milliard de dollars en 2018, contre 1,8 milliard douze mois auparavant. Les contenus téléchargeables et les microtransactions représentent quasiment 50 % du chiffre d’affaires de la société avec 3,37 milliards de dollars, en baisse de 837 millions (20 %) par rapport à 2018.

Cette annonce a été faite par Julien Codorniou, vice-président de la plateforme pour les entreprises, lors d’une longue Interview accordée à Journal du Net.

« Au sein de l'analytics de Workplace, l'IA va aussi permettre de mesurer le sentiment global d'une société, et de pouvoir identifier des anomalies ou des opportunités, par exemple en analysant les sentiments d'un employé qui est moins actif ou qui présente un risque de churn ».

Le dirigeant en profite aussi pour revenir sur le cas du CERN qui a décidé de quitter Workplace : « L'affirmation selon laquelle ils ont eu le choix de payer ou de perdre leurs droits administratifs et leurs droits sur les données de Workplace n'est pas exacte. Ils pourraient rejoindre Workplace aujourd'hui sur notre niveau Essential, ce qui leur permettrait d'utiliser Workplace gratuitement et de conserver les mêmes droits d'administration et de données ». 

Dans la barre des tâches, il est possible de lancer directement des recherches, mais cette fonctionnalité n’affichait qu’un écran noir pour des utilisateurs ces derniers jours. 

Microsoft confirme et précise qu’il s’agissait d’un « problème temporaire côté serveur », qui est désormais corrigé « dans la plupart des cas ».

La société explique que, si vous avez toujours des soucis, il faut redémarrer l’ordinateur. Enfin, « dans de rares cas, vous devrez peut-être terminer manuellement le processus SearchUI.exe ou SearchApp.exe via le Gestionnaire des tâches ».

En octobre dernier, les juges de la cour d’appel fédérale des États-Unis avaient majoritairement approuvé la décision de la Federal Communications Commission (FCC).

Mais ils laissaient « la porte ouverte aux États fédérés, estimant qu'ils [sont] libres d'adopter leur propre loi sur ce sujet ». Des pétitions avaient alors été déposées pour une nouvelle audition.

Mais c'est peine perdue : les juges ont décidé qu’ils ne reviendraient pas sur leur décision, comme le rapporte Reuters.

Robert Heaton explique dans un billet de blog sa découverte. Tout commence lorsqu’il installe sa tablette graphique sur un nouvel ordinateur et que le logiciel lui demande d’accepter sa politique de confidentialité.

Alors qu’il allait cliquer sur Accepter sans autre forme de procès, il se demande pourquoi « un appareil qui est essentiellement une souris » en a besoin ? Il y apprend que Google Analytics est utilisée par Wacom, pour récupérer « des données agrégées d'utilisation, des informations de session technique et des informations sur votre matériel », sans plus de précisions.

Robert Heaton détaille ensuite comment il est parti à la recherche des données envoyées par Wacom, notamment en utilisant Wireshark. Il découvre alors que la société envoie de nombreuses informations, dont la liste des applications lancées et les heures correspondantes.

Pour le moment, Wacom se contente de répondre sur Twitter qu'il est possible de désactiver ce pistage via ses paramètres de confidentialité. Une position déjà adoptée par d'autres, qui n'a pas toujours été d'une grande efficacité face à la grogne des utilisateurs.

Le réseau social a augmenté son chiffre d’affaires de près de 100 millions de dollars, mais son bénéfice net est passé de 255 millions de dollars fin 2018 à 119 millions sur les trois derniers mois de 2019. Sur l’année complète, tout va bien avec 1,47 milliard de bénéfice contre 1,2 milliard en 2018.

La société revendique aussi une hausse de 21 % de ses utilisateurs « monétisables » par jour, qui sont désormais 152 millions au niveau mondial. 

Une croissance bien plus importante qu’en 2018 (+9 %) et en 2017 (+12 %). C'est une bonne nouvelle selon les marchés financiers puisque le cours de l’action grimpe de plus de 15 %.

 

Nokia revendique un chiffre d’affaires de 23,3 milliards d’euros pour 2019, en hausse de 3 % sur un an. Les bénéfices suivent la tendance inverse avec 3 % de baisse pour arriver à 1,23 milliard d’euros. 

Selon son directeur général, Rajeev Suri, le quatrième trimestre marque « la fin d'une année difficile » pour le fabricant, qui parvient même à dépasser les estimations, notamment grâce une réduction des coûts.

Les investissements nécessaires pour la 5G ont par contre été importants. La société a donc décidé de ne pas verser de dividendes cette année.

Ils pourraient reprendre sur son année fiscale 2020, si le seuil des 2 milliards d'euros de trésorerie est atteint.