Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

La position du moteur a fait débat ces derniers mois sur le sujet, apparaissant comme plutôt engagé en faveur d'un texte dont de nombreuses dispositions posent problème.

La députée Laetitia Avia avait d'ailleurs mis en avant ce soutien, allant jusqu'à diffuser une vidéo où l'on voit Eric Léandri vanter la nécessité d'un tel texte, appelant à son équilibre et à « des discours [en ligne] qui sont de plus en plus beaux et de plus en plus ouverts ».

De quoi créer une fracture entre les défenseurs du web et Qwant, qui se présente comme proche de leurs valeurs en général. Nouveau PDG, nouvelle approche ? En tous cas, Guillaume Champeau à tenu à « préciser la position » de l'entreprise sur son blog.

Il vise notamment à sensibiliser le Sénat qui aura à examiner ce texte à compter de demain, avant un retour devant l'Assemblée Nationale, qui aura le dernier mot. 

Il rappelle que Qwant a manifesté très tôt un soutien « de principe », non pas au texte, mais au « renforcement de la lutte contre les contenus haineux sur Internet, qui doit se faire dans le respect des droits et des libertés fondamentaux ».

Mais surtout la volonté du moteur « de trouver un dispositif équilibré permettant une meilleure réactivité face aux propos les plus graves et manifestement illicites, qui ne doivent pas être promus à travers nos résultats de recherche ».

Le compte ne semble cependant pas y être pour l'entreprise, qui s'engage sur un point : le législateur doit « renoncer à l’obligation pénale de retrait en 24 heures ».

Champeau pointe la possible inconstitutionnalité de la mesure, mais aussi son coût pour des acteurs tels que Qwant, qui n'ont pas les moyens des grandes plateformes et pourraient dépendre des outils qu'elles sont susceptibles de mettre en place pour faciliter ce travail.

Le discours de celui qui est désormais le moteur de recherche de l'administration française sera-t-il entendu ? Réponse dans les semaines qui viennent.

L’Agence spatiale américaine rappelle qu’elle était une figure de proue des débuts de la NASA pour qui elle a travaillé entre 1953 et 1986. Ceux qui ont vu le film Les Figures de l'Ombre s'en rappellent peut-être. 

« Son dévouement et son talent en tant que mathématicienne ont aidé à envoyer des humains sur la Lune et, avant cela, a permis à nos astronautes de faire leurs premiers pas dans l’espace », explique Jim Bridenstine.

En 2015, elle a reçu la médaille présidentielle de la Liberté des mains de Barack Obama, alors président des États-Unis. Pour la NASA, elle est présentée comme une « légende ».

Microsoft est l’un des acteurs les plus impliqués dans la migration vers des solutions de sécurité sans mots de passe. Le support de FIDO2 est ainsi présent dans Windows 10 depuis un moment, tout comme l’ancien et le nouvel Edge.

On pouvait s’étonner que certains produits d’entreprise ne le soient pas encore, notamment le service d’annuaire maison dans son Cloud, Azure AD.

Ce support est désormais disponible en préversion, et permet aux entreprises de tester tout produit compatible (clés USB, biométrie, cartes et autres) pour la connexion aux comptes.

Dans un environnement hybride de test, il faudra installer un patch spécifique sur Windows Server, utiliser au moins la build 18945 de Windows 10 (donc via le canal Insiders) et avoir au moins la version 1.4.32.2 d’Azure AD Connect.

Aucune date n’est fournie pour la version finale. La page d’annonce contient les instructions d’activation.

C’est en tout cas la conclusion à laquelle est arrivée Patently Apple en examinant les sites des différents magasins physiques. Par contre, la plupart ne sont ouverts que durant moins de 8h par jour, au lieu de généralement 12h.

Nos confrères se sont également fait l’écho de certains analystes prévoyant que la reprise à la normale de la chaîne de production d’Apple devrait prendre encore un mois. Foxconn a par exemple repris progressivement la production d’iPhone.

Les conséquences sont déjà tangibles puisqu‘Apple a annoncé une probable baisse de ses résultats pour le trimestre en cours par rapport à ses estimations.

L’annulation du MWC de Barcelone n'empêche pas les fabricants d’annoncer leurs nouveautés, via des conférences diffusées en direct. C’est le cas de Honor qui avait plusieurs produits à lancer.

Commençons par le Honor 9X Pro, un smartphone de 6,59" sous Android AOSP sans les services Google. À la place, nous retrouvons la boutique maison Huawei AppGallery et l’assistant Huawei.

Il est équipé d’un SoC Kirin 810 avec 6 Go de mémoire vive et 256 Go de stockage. À l’arrière, trois capteurs de 48, 8 et 2 Mpixels sont présents, comme sur le Honor 9X. Honor annonce une disponibilité en mars pour 249 euros.

Passons au Honor View 30 Pro, un smartphone 5G de 6,7" avec un SoC Kirin 990. Il avait été annoncé en Chine l’année dernière et on apprend simplement qu’il « sera bientôt commercialisé, la Russie étant le premier marché à donner le coup d'envoi de sa vente officielle ».

Honor a aussi annoncé que ses portables MagicBook 14 et 15 seraient disponibles en France à partir de fin mars, dès 599 euros avec 256 Go de stockage. Les deux portables sont équipés d’une caméra rétractable et d’un lecteur d’empreintes digitales sur le bouton Power.

La version de 14" pèse 1,38 kg pour une épaisseur de 15,9 mm, contre 1,53 kg pour celle de 15". Un processeur AMD Ryzen 5 3500U est aux commandes, avec 8 Go de mémoire vive. On retrouve un port USB Type-C servant aussi à recharger les machines.

Il était aussi question d’une montre connectée MagicWatch 2, mais celle-ci avait déjà été annoncée fin janvier. Le fabricant indique cette fois-ci la présence d’une application « suivi des cycles féminins » et d’une mise à jour OTA fin mars pour ajouter une fonction de suivi SpO₂ durant les séances d'entraînement. Elle est vendue à partir de 180 euros.

Enfin, voici les Magic Earbuds, des écouteurs True Wireless avec réduction active du bruit et pas moins de trois micros. Ils seront disponibles en avril, pour 129 euros.

Elles sont toutes les trois annoncées avec un niveau de dangerosité « élevée » et l’une d’entre elles a été récompensée à hauteur de 5 000 dollars par Google (les deux autres ont été identifiées en interne).

La société précise par contre qu’il « a connaissance de rapports selon lesquels un prototype d’exploitation pour la faille CVE-2020-6418 est disponible », sans plus de détails si ce n’est qu'il concerne le moteur JavaScript V8.

Il est donc recommandé de se mettre à jour.

Il s’agit de la « plus grosse levée de fonds de la fintech européenne » selon les Echos. « Nous allons maintenant nous concentrer sur la recherche de la rentabilité […] Nous voulons renforcer l'usage quotidien de nos produits, et donc notre rentabilité », affirme Nikolay Storonsky, directeur général de la néobanque.

La levée de fonds a été menée par le fonds américain TCV avec la participation d’autres investisseurs comme DST Global et Lakestar.

Revolut compte actuellement plus de 2 000 employés et revendique plus de 10 millions de clients, essentiellement en Europe. 

Après Facebook et Sony, c’est donc au tour du studio derrière la saga des Metal Gear Solid d’annoncer son retrait de la Game Developers Conference (16 au 20 mars prochain).

Kojima Productions confirme que cela comprend également les présentations que devaient faire Hideo Kojima le 19 mars et Eric Johnson le 16 mars. Les raisons avancées sont toujours les mêmes : « des préoccupations grandissantes liées au nouveau coronavirus ».

La nouvelle version de l’environnement intégré est disponible en version finale. Elle inclut plusieurs fonctions qui devraient simplifier la vie des développeurs.

L’émulateur se voit ainsi équipé de deux apports importants. Le premier concerne les développeurs d’applications embarquant un suivi GPS : ils peuvent maintenant sélectionner des coordonnées depuis une vue Google Maps intégrée, voire définir une route. Deuxièmement, le support des appareils à écrans multiples fait sa grande entrée.

L’éditeur de design profite de son côté d’une vue partagée affichant à la fois le code et les éléments d’interface associés. Le développeur peut ainsi modifier ces derniers tout en observant à la volée les changements dans le code.

Parmi les autres améliorations, signalons la présence de zipflinger comme outil de packaging pour le débogage des applications, qui devrait aboutir à des compilations plus rapides. En outre, un nouveau sélecteur de couleur permet d’en choisir directement depuis les valeurs des ressources de l’application. Les téléchargements de composants SDK peuvent être repris en cas d’interruption et les développeurs pourront attacher des sources Kotlin aux APK importés.

Reprenant la dénomination de ses appareils photo, le fabricant met à jour ses smartphones. Le Xperia 1 II est, selon le fabricant,  le premier « au monde qui prend des photos en rafale jusqu’à 20 ips avec suivi AF/AE et une connectivité 5G ». Il est étanche et certifié IP68. 

Il intègre un écran OLED 4K HDR 21:9 de 6,5", un Snapdragon 865 avec 8 Go de mémoire et 256 Go de stockage, Android 10, trois capteurs optiques de 12 Mpixels à l’arrière, une couche de verre Corning Gorilla 6… et tout ce que l’on peut attendre d’un smartphone à 1 200 euros (disponible au printemps). Tous les détails techniques sont disponibles par ici.

Le Xperia 10 II est un modèle de milieu de gamme annoncé à 369 euros. Il dispose aussi d’Android 10, est certifié IP68 et débarquera au printemps.

La diagonale de son écran OLED mesure 6" avec un Snapdragon 665 aux commandes, épaulé par 4 Go de mémoire et 128 Go de stockage. Trois caméras de 12, 8 et 8 Mpixels sont présentes à l’arrière. Toutes les caractéristiques techniques sont disponibles sur cette page.

Comme l’expliquent les développeurs du logiciel, la version 2.10.16 n’avait finalement pas été proposée à cause d’un bug critique. La mouture 2.10.18 reprend donc à son compte les améliorations de la précédente et en ajoute de nouvelles.

Les outils sont ainsi désormais regroupés par défaut dans la boite d’outils, tandis que les glissières utilisent toutes un style compact jugé plus pratique. Améliorations d’interface également pour la prévisualisation des transformations, et pour les zones « dockables », en surbrillance quand une fenêtre compatible est déplacée.

Un nouvel outil 3D Transform fait son apparition pour les rotations et étirements d’objets, la peinture symétrique a été améliorée, les brosses ABR se chargent plus rapidement, le support des PSD est plus efficace et l’interface utilisateur a été simplifiée pour la fusion et l’ancrage des couches.

Le nouvel Edge, sorti le 15 janvier, active par défaut la prévention du suivi. À l’instar de Firefox, elle se paramètre selon trois niveaux : basique, normal et strict. Le dernier bloque la majorité des dispositifs de suivi, certaines publicités étant emportées au passage. Ce réglage peut cependant empêcher certains sites de fonctionner correctement.

La nouvelle mouture d’Edge pour iOS embarque cette prévention du suivi, avec les trois mêmes réglages. Les avertissements sont les mêmes : plus l’utilisateur monte en protection, plus les sites sont susceptibles de rencontrer des problèmes. Le niveau « normal » est sélectionné par défaut et reste recommandé.

Notez que la version pour iOS embarque par défaut Adblock Plus. La prévention du suivi n’est pas un bloqueur de publicités, même si certaines disparaissent effectivement en niveau strict. Les utilisateurs souhaitant naviguer « tranquillement » et sans publicités pourront donc laisser le niveau normal et s’en remettre à Adblock.

Enfin, la nouvelle mouture permet de synchroniser les données avec l’ancien ou le nouvel Edge.

Suite à l’annulation du MWC de Barcelone, le fabricant a décalé sa conférence au 6 mars, comme le rapporte PlayFullDroid

Nos confrères ont également une fiche technique sur le site vietnamien du constructeur. On y apprend que le smartphone disposerait d’un écran de 6,5", avec 8 Go de mémoire, 256 Go de stockage, trois caméras de 48, 13 et 8 Mpixels à l’arrière, une de 32 Mpixels en façade…

Aux dernières nouvelles, il devrait disposer d’un écran à 120 Hz et d’un Snapdragon 865. Des points à confirmer dans une semaine et demie.