Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

La plateforme veut pour rappel changer la manière de consommer du contenu vidéo sur smartphone. Les films et séries sont découpés pour ne pas dépasser 10 minutes avec une particularité : l’angle de vue est différent suivant l’orientation de votre smartphone (portrait ou paysage).

Comme prévu, Quibi (Quick et bites) est désormais disponible sur Android et iOS, avec 90 jours gratuits à l’occasion du lancement. Il faudra souscrire à un abonnement payant (les mensualités commenceront dans trois mois) pour en profiter.

Vous pouvez le résilier immédiatement depuis le Play Store ou l’App Store et continuer à profiter de l’offre d’essai sans risque d’oublier par la suite. Pour le moment, un seul type d’abonnement à 8,99 euros par mois sans publicité est proposé. Une version avec publicité devrait également arriver.

Ce week-end, Bouygues Telecom a décidé d’ajouter 15 Go à son forfait 60 Go, sans changer le prix : 13,99 euros par mois.

Par contre, le roaming est en baisse : 8 Go seulement depuis l’Europe et les DOM, contre 10 Go auparavant. Comme toujours chez B&You, le forfait est sans engagement. 

Le forfait à 15,99 euros par mois ne change pas : 60 Go de 4G, de la data illimitée le week-end et 10 Go en roaming. Le forfait 100 Go (10 Go en roaming) repasse pour sa part à 15,99 euros par mois, sans changement de conditions.

Au journal de France 2 hier soir, Christophe Castaner a confirmé à son tour que le gouvernement réfléchissait à une solution pour exploiter les données personnelles des téléphones et tracer les éventuelles contaminations.

« Le tracking fait partie des solutions retenues par un certain nombre de pays, donc nous avons fait le choix de travailler en lien avec eux pour regarder ces solutions. Je suis convaincu que si elles permettent de lutter contre le virus et, si évidemment, elles respectent les libertés individuelles, c’est un outil qui sera retenu et soutenu par l’ensemble des Français ».

La semaine dernière, le premier ministre évoquait déjà cette option, précisant que cette solution reposerait sur une base volontaire. L’idée ? Une application suivant le graphe social et les déplacements des personnes pour savoir qui a rencontré qui durant les 21 derniers jours.

Fin mars, la CNIL soulignait déjà l’importance de protéger les données personnelles. L’alternative était simple selon son analyse : ou bien faire reposer ce traitement sur le consentement de chaque personne, ou bien s’appuyer sur une loi dédiée.

Plusieurs matériaux prometteurs ont été envoyés à bord de l’ISS durant la mission Proxima de Thomas Pesquet. Ils « ont été sélectionnés pour leur propension à répondre à un stimulus en repoussant les micro-organismes, en empêchant leur croissance, ou en créant leur propre biofilm afin de former un bouclier protecteur ».

Cette expérience peut avoir des débouchés dans la conception des futurs véhicules spatiaux, mais aussi pour le développement de surfaces antimicrobiennes au quotidien : « les boutons d’ascenseur, les poignées de porte mais aussi dans les bars, les transports publics et dans d’autres zones très fréquentées ».

Il s’agit de l’expérience Matiss (Microbial Aerosol Tethering on Innovative Surfaces in the international space Station). Le choix de l’ISS n’est pas anodin : « L’environnement confiné de la Station spatiale internationale, à bord de laquelle sont constamment recyclés l’eau et l’air et stockés des déchets, est un environnement idéal pour tester de telles surfaces ».

L’ESA ne revient pas (pour le moment ?) sur les résultats des expériences et sur les éventuels débouchés pour la conception de produits.

Spécialisée dans les « processeurs dédiés aux nouveaux systèmes intelligents », Kalray codéveloppera avec NXP des « solutions de conduite autonomes sûres, fiables et évolutives ».

« L’investissement sera réalisé par l’émission réservée au bénéfice de NXP BV, société du groupe NXP, de 503 461 actions ordinaires avec suppression du droit préférentiel de souscription des actionnaires de la Société. À la suite du règlement-livraison des Actions Nouvelles, le groupe NXP détiendra environ 9,95 % du capital de Kalray et de ses droits de vote », explique le groupe.

La livraison des actions devrait intervenir demain et leur admission sur Euronext Growth à Paris est prévue pour le 8 avril 2020.  Enfin, Kalray proposera que Sean Pitonak, senior vice président de NXP, rejoigne son conseil de surveillance.

Cet investissement arrive après un rapprochement entre les deux sociétés au CES 2019 de Las Vegas.

Alors que Zoom n’en finit plus de devoir s’excuser des problèmes de sécurité et de protection de la vie privée, des chercheurs en sécurité de Citizen Lab ont montré qu’une partie des appels passés par les Américains étaient routés vers la Chine.

Les mêmes chercheurs avaient déjà prouvé que les clés de chiffrement étaient envoyées en Chine. Le problème était donc encore plus sérieux.

Zoom a répondu rapidement, expliquant que les appels ont tous une fonction de géorepérage. Traduction : un appel américain est censé rester aux États-Unis, de même qu’un appel européen reste en Europe.

Eric Yuan, PDG de l’entreprise, explique dans un billet de blog publié vendredi soir que les appels commencent leur voyage en passant par une série de serveurs primaires, avant d’être répartis entre d’autres.

Il affirme que dans un nombre de circonstances « extrêmement limité », une erreur réorientait une partie des appels vers deux serveurs chinois, après avoir augmenté significativement la capacité d’accueil en Chine pour faire face à la demande. L’entreprise n’a cependant donné aucun chiffre.

Le souci serait maintenant réglé, mais vient s’ajouter à la pile déjà élevée de problèmes accumulés sur plusieurs semaines. Dans le cas présent, ce routage était d’autant plus problématique que la loi chinoise impose aux sociétés y exerçant de tenir à disposition tous les moyens nécessaires pour récupérer les données en cas de « besoin ».

En novembre dernier, le prototype MK1 faisait « boom », puis SN1 après s'être élevé de quelques mètres en février. Il y a quelques jours, SN3 ne résistait pas non plus à un test de pression.

Elon Musk est rapidement sorti du bois pour expliquer qu’il pourrait « s’agir d’une erreur de configuration de test » plus qu’un problème sur le prototype en lui-même. Un quatrième vaisseau est en cours de construction

Mi-mars, l’ESA (Entertainment Software Association) annulait officiellement l’édition 2020 de l'Electronic Entertainment Expo (E3). Finalement, aucun événement en ligne n’aurait lieu et les organisateurs se tourneraient vers l’édition 2021 qui se tiendrait mi-juin selon Games Industry.

De son côté, IGN proposera son propre événement en ligne en juin : Summer of Gaming. Nos confrères ont déjà une longue liste de partenaires : 2K, Square Enix, SEGA, Bandai Namco, Amazon, Google Stadia, Twitter, Devolver Digital et THQ Nordic.

La nouvelle version de la distribution Linux est disponible en test depuis vendredi. Elle doit sortir officiellement le 25 avril, si aucun problème sérieux n’est trouvé d’ici là. Elle remplacera la 18.04 comme LTS, avec un support courant jusqu’en 2025.

Les améliorations sont d’abord d’ordre esthétique, avec un nouvel écran de démarrage, un thème Yaru modernisé, une bascule automatique entre thèmes clair et sombre, l’intégration de GNOME 3.36 (révisions graphiques, meilleures performances, support des couleurs 10 bits, etc.) et bien sûr l’éternel nouveau fond d’écran.

Parmi les autres composants, on note le rafraichissement complet de la chaine d’outils pour les développeurs : glibc 2.31, OpenJDK 11, rustc 1.41, GCC 9.3, Python 3.8.2, ruby 2.7.0, php 7.4, perl 5.30 ou encore golang 1.13.

À plus haut niveau, on trouve Firefox 74, Thunderbird 68.6.0, LibreOffice 6.4, PulseAudio 14 (préversion pour l’instant), BlueZ ou encore la version 20.0 de la pile OpenGL Mesa.

Attention cependant, car Ubuntu 20.04 n'est disponible que pour les machines 64 bits. Les actuels utilisateurs de la 18.04 ne pourront donc pas faire de mise à jour si leur (très ancien) processeur ne gère que le 32 bits.

Nous reviendrons prochainement dans un article plus complet sur les nouveautés de cette nouvelle mouture.

La semaine dernière, Twitter publiait des explications sur certaines données privées mises en cache dans Firefox. La découverte était récente et le service s’était adapté pour en tenir compte.

Mais le phrasé était particulier et donnait l’impression que Firefox était à blâmer. Pourtant, c’est bien Twitter qui présentait ses excuses et avait modifié le code de son côté pour que l’incident ne se reproduise pas.

Dans un billet, Mozilla s’explique : il n’y a aucune erreur dans Firefox. Le navigateur a sa manière de mettre les données en cache, que les éditeurs doivent prendre en compte. Twitter semble n’avoir découvert que tardivement la possibilité d’interdire à certaines données d’y être placées (directive no-store).

Pour les intéressés, l'un des développeurs de Firefox a publié des explications plus complètes dans un billet séparé

LXD 4.0 est disponible en version finale depuis vendredi. Il s’agit d’une version majeure dont le support sera assuré jusqu’en juin 2025.

La mouture contient un grand nombre d’améliorations, particulièrement sur le réseau, le stockage et la sécurité. Pour le premier par exemple, on trouve du neuf pour les baux DHCP, le support des nftables, la configuration des adresses sources NAT et MAC ou encore ipvlan pour les conteneurs.

L’un des plus gros apports de LXD 4.0 est le support des machines virtuelles, Ubuntu ne voulant plus se contenter des seuls conteneurs. L’expérience utilisateur est annoncée comme cohérente dans les deux cas, comprendre que le mécanisme de création est semblable.

L'hyperviseur est proposé pour les distributions Linux les plus courantes, ainsi que macOS et Windows.

Brut, le CNC, France Télévisions, Gaumont, M6, Pathé Films, La Fondation Jérôme Seydoux Pathé, Groupe TF1, UGC Images et 2P2L s’associent dans ce nouveau projet éphémère. 

Lancée chez les principaux opérateurs télécom (Bouygues Telecom, Canal+, Free, Orange, SFR) et la plateforme OTT Molotov, elle proposera des contenus culturels et éducatifs. 

« Tous les bénéfices de cette chaîne seront reversés à l’alliance "Tous unis contre le virus" de la Fondation de France, l’AP-HP et l’Institut Pasteur ainsi qu’à la Fondation Hôpitaux de Paris - Hôpitaux de France ». 

Des dons seront également collectés pour venir en aide aux personnels soignants, soutenir des projets de recherche ou encore « des acteurs de terrain et des associations qui œuvrent auprès des plus vulnérables ».

Pour y accéder, il faudra se rendre sur ces canaux : 

  • Bouygues Telecom : canal 233
  • Canal+ : sur MyCanal
  • Free : canal 47
  • Molotov
  • Orange : canaux 31 et 211
  • SFR : canal 239 

Le Blic, le Bloc et l’Arp invitent Franck Riester à repousser la publication du décret levant l’interdiction de la publicité pour le cinéma à la télévision et assouplissant les règles de diffusion des œuvres cinématographiques sur les services de TV.

« Nous souhaitons en effet vous alerter sur les conséquences particulièrement néfastes et aggravantes qu’entrainerait, dans le contexte actuel de fermeture des salles de cinéma en raison de la crise sanitaire, l’adoption des mesures relatives à l’ouverture du secteur du cinéma à la publicité télévisée ». 

Selon ces organisations, « les très nombreux reports de sorties de films déjà annoncés ou à venir vont conduire à une situation critique, au moment de la reprise de l’activité des salles, en raison d’une concurrence décuplée ».

Conséquence anticipée : cette levée « amplifierait fatalement la capacité des majors hollywoodiennes, au vu de leurs moyens financiers, à truster les écrans publicitaires à forte audience pour soutenir leurs sorties au détriment des films de la diversité et des acteurs nationaux indépendants ». 

Trottinette électrique, gyropode, monoroue ou overboard devront être munis « de feux de position avant, de feux de position arrière, de catadioptres oranges latéraux, d’un catadioptre blanc avant, [et] d’un avertisseur sonore ». 

Voilà ce qu’annonce l’exécutif dans une notification adressée à la Commission européenne. 

Le gouvernement prépare ainsi un arrêté pour définir les caractéristiques techniques d’éclairage obligatoires pour ces engins de déplacement personnel motorisés. 

Microsoft a récemment mis en ligne une page permettant de préparer une réunion, exactement à la manière de Zoom. L’hébergeur de l’évènement n’a pas plus besoin du client installé sur sa machine (fixe) pour se connecter et discuter.

Il obtient alors un lien qu’il peut envoyer aux personnes concernées. L’ensemble est plus pratique que la méthode habituelle qui nécessite de savoir à l’avance qui sera là et de créer un groupe. Les salons créés n’ont pas de date d’expiration.

Le micro et la webcam sont pris en charge (évidemment), mais le support officiel ne prend en compte que Chrome et Edge. S’agissant tous deux de navigateurs basés sur Chromium, il est possible que Brave, Opera et Vivaldi puissent fonctionner eux aussi.

Les fonctions de base sont gérées, notamment le texte, les partages de fichiers et la possibilité d’enregistrer les appels. Comme dans le client classique, cette dernière fonction déclenche une alerte chez les participants.

Comme le rapporte TechCrunch, l’Agence spatiale américaine a mis en ligne un document intitulé « NASA’s Plan for Sustained Lunar Exploration and Development ».

Dès l’introduction, la NASA rappelle que « la Lune est la porte d'entrée du système solaire ». Dans le cadre de son programme Artemis, elle prévoit donc d’y installer une base fixe afin de mener des expériences et de préparer l’arrivée de l’humain sur Mars. 

L’Agence peut compter sur de nombreux volontaires pour son programme : ils sont plus de 12 000 à avoir répondu à l’appel de la NASA pour devenir un astronaute « Artemis Generation ».