Options Mon compte Next INpact
Affichage
Modifications sauvegardées
  • Smileys
  • Images
  • Commentaires par actu
  • Commentaires sous les news
  • Taille de police
Close

Vous consultez la version mobile de ce contenu.

Cliquez ici pour être redirigé vers la version complète, ou attendez 5 secondes. Fermez ce pop-up pour continuer sur la version mobile.

5
secondes

Les adeptes du navigateur pourront ainsi l'installer plus facilement grâce à ce système de packaging et de diffusion compatible avec 22 distributions

L'autre grande nouveauté réside dans la barre de recherche qui a été retravaillée pour être plus agréable à l'oeil mais aussi plus efficace, plus rapide… à vous envoyer chez Google (qui reste le partenaire privilégié de Mozilla dans de nombreux pays), diront les mauvaises langues. 

Elle renvoie vers vos sites préférés, avec des suggestions devant être plus convaincantes. Elle est accessible avec le raccourci habituel : CTRL+L.

Les notes de versions évoquent les habituelles corrections de bugs, mais aussi la possibilité d'utiliser les certificats fournis par le système sous macOS (expérimental) et d'exclure certains domaines d'une résolution via DNS over HTTPS pour les entreprises. 

L'attribut loading est désormais accessible pour les images, pouvant être placé sur lazy pour un chargement progressif (ou eager, utilisée comme valeur par défaut). Tous les changements concernant les développeurs sont détaillés par ici.

Le service de Cloud Gaming du géant américain continue l'expansion de son programme de test. Mais il ne sera pas accessible tout de suite chez nous « au vu du contexte actuel ».

Ce projet reste « une priorité pour Xbox et Microsoft » précise l'entreprise dans son billet de blog. 11 nouveaux pays sont ainsi concernés par cette nouvelle vague d'ouverture en Europe, dont la France.

Vous pouvez vous inscrire à une liste d'attente dès maintenant, si vous disposez d'un appareil mobile sous Android. Vous recevrez un email dès que les accès du programme de test seront ouverts et si vous êtes retenus.

Hasard ou pas du calendrier, il a fallu attendre le lendemain du lancement de Disney+ en France pour que la plateforme de streaming se décide enfin à revoir la gestion de son contrôle parental.

Il était déjà possible de restreindre les contenus en fonction de la catégorie d'âge (7+, 13+, 16+, 18+), mais on pouvait changer de profils comme de chemise puisqu’aucune protection n’était mise en place.

On peut désormais limiter l’accès via un code PIN. Il faudra se rendre dans les paramètres de votre compte, puis dans la section Profils et contrôle parental, dérouler le menu du profil qui vous intéresse et cliquer sur Verouillage des profils dans le menu.

D’autres petits changements sont présents, comme la possibilité de supprimer des séries ou contenus individuels pour un profil en particulier. Tous les détails se trouvent par ici.

Dans une interview au Monde, Olivier Véran, ministre de la Santé et Cédric O, secrétaire d’État au Numérique donnent de nouveaux détails sur l’application de tracking envisagée par la France.  « Nous en sommes à une phase exploratoire, mais nous ne voulons fermer aucune porte »

Ce projet, « StopCovid » permettrait « de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif afin de pouvoir se faire tester soi-même, et si besoin d’être pris en charge très tôt, ou bien de se confiner », indique le secrétaire d’État. L’application serait installée volontairement. 

« Lorsque deux personnes se croisent pendant une certaine durée, et à une distance rapprochée, le téléphone portable de l’un enregistre les références de l’autre dans son historique. Si un cas positif se déclare, ceux qui auront été en contact avec cette personne sont prévenus de manière automatique ».

Ils n’indiquent pas qui sonnerait alors l’alerte. La solution reposerait en tout cas sur le Bluetooth, sans géolocalisation. « Elle retracera l’historique des relations sociales qui ont eu lieu dans les jours précédents, sans permettre aucune consultation extérieure, ni transmettre aucune donnée ».

Les données seraient anonymes, effacées au bout d’une période donnée. « Personne n’aura accès à la liste des personnes contaminées, et il sera impossible de savoir qui a contaminé qui ». Le code sera ouvert et la CNIL sera associée à ce projet. 

Sa présidente est d’ailleurs auditionnée à 10h aujourd’hui à l’Assemblée nationale. Les deux représentants du gouvernement expliquent également ne pas savoir « aujourd’hui ni si l’application fonctionnera ni quelle sera la stratégie de déconfinement ». 

De même, « nous ne sommes pas certains de réussir à franchir toutes les barrières technologiques, car le Bluetooth n’a pas été prévu pour mesurer des distances entre les personnes ». 

Olivier Véran assure dans cette interview que « depuis le premier jour de la crise épidémique, nous avons décidé d’être dans l’anticipation, c’est-à-dire de disposer au moment opportun de tous les moyens possibles pour lutter contre la diffusion du virus ».

Mises à jour correctives pour les iPhone et iPad pris en charge par iOS 13. Plusieurs soucis sont éliminés, dont celui affectant les appels FaceTime qui étaient devenus impossibles avec les appareils sous iOS 9.3.6, macOS 10.11.6 et versions antérieures.

Les nouvelles versions s’occupent également d’un problème qui empêchait parfois le Bluetooth d’être activé via les actions rapides du centre de contrôle. Sur les iPad Pro 12,9" de 4e génération et 11" de 2e génération, plus de soucis également pour la lampe qui pouvait refuser de s’éteindre.

On ne sait pas encore si ces mises à jour s’occupent du bug avec le VPN découvert récemment. Pour rappel, iOS ne bascule pas les connexions existantes à l’activation d’un réseau privé virtuel, pouvant occasionner un éventuel repérage de l’appareil. La solution préconisée en attendant un correctif et d’activer puis désactiver le mode avion pour réinitialiser les connexions.

Les nouvelles versions sont comme d’habitude depuis les réglages des appareils, dans Général > Mises à jour logicielles.

L’annonce a évidemment été faite sur Twitter. Le dirigeant explique que cette somme sera récupérée par la vente progressive d’une partie de ses actions Square. Ce milliard de dollars représente environ 28 % de sa fortune personnelle.

Les fonds seront alloués via sa fondation Start Small et un tableau partagé permet de suivre l'évolution des subventions. Une première de 100 000 dollars a été attribuée à America's Food Fund.

« Quand nous aurons désamorcé cette pandémie, l'argent sera redirigé vers la santé et l'éducation des filles, ainsi que le revenu universel », explique l’homme d’affaires. 

L’AFP rappelle que « Jeff Bezos, le patron d'Amazon et homme le plus riche au monde, a annoncé sur Instagram il y a cinq jours qu'il donnait 100 millions de dollars aux banques alimentaires américaines ». Nos confrères ajoutent que « Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, et sa femme Priscilla Chan ont de leur côté offert 25 millions de dollars pour la recherche de traitements contre le coronavirus ».

Après l’annonce du prolongement de deux ans de leur contrat, Bouygues Telecom et SFR font part de leur agacement.

« Free n’a aucunement besoin de ce genre de filet de sécurité dans les zones très denses, où il déploie activement son réseau depuis plus de dix ans », affirme ainsi Didier Casas, directeur général de Bouygues Telecom, comme le rapporte le Figaro.

De l’agacement également chez Arthur Dreyfuss, secrétaire général de SFR : « Douze ans après avoir obtenu sa licence, ce nouveau contrat témoigne d’un bien triste constat. Le 4e opérateur n’investit pas suffisamment dans son réseau mobile contrairement à ses promesses répétées depuis douze ans ».

Pour rappel, Free Mobile ne dispose pas de licence 2G, la prolongation de l’itinérance sur ce point n’est donc pas surprenante. Sur la 3G, l’opérateur se justifie par « l’impossibilité […] de rattraper le standard de couverture du marché qui a nettement augmenté avec l’accord de mutualisation Crozon [entre Bouygues Telecom et SFR, ndlr] et les obligations New Deal ».

La balle est dans le camp de l’Arcep qui examine actuellement le contrat.

En cette période de pandémie et de confinement, les fake news sont encore plus nombreuses et leur propagation se fait parfois comme une traînée de poudre. Les réseaux sociaux et les messageries sont généralement utilisés comme moyen de transport.

WhatsApp annonce une nouvelle mesure visant à essayer de limiter le fléau :

« L’année dernière, nous avons parlé aux utilisateurs du concept des messages transférés un grand nombre de fois. Ces messages sont marqués d’une double flèche pour indiquer qu’ils ne proviennent pas d’un contact direct. En effet, ces messages sont moins personnels que les messages typiques envoyés sur WhatsApp. Nous mettons désormais en place une limite pour que ces messages ne puissent être transférés que vers une discussion à la fois ».

Pour rappel, un changement avait déjà été mis en place au niveau mondial en janvier 2019 : « Tous les utilisateurs des dernières versions de WhatsApp ne peuvent désormais transférer de messages que vers cinq discussions à la fois ».

La plateforme ménage la chèvre et le chou en affirmant à ses utilisateurs que « Transférer des messages, est-ce mal ? Absolument pas ». 

La plateforme vient de publier un billet de blog où elle propose de plonger dans les « performances commerciales des nouvelles sorties sur Steam ».

Selon Steam, deux tendances seraient à noter : 

  • « Au fil des ans, le nombre de jeux qui rencontrent du succès sur Steam n'a cessé d'augmenter. C'est le sujet de la première partie de cet article.
  • Les perspectives de revenus se sont améliorées pour la plupart des jeux en 2019. C'est ce que nous verrons dans la deuxième partie de cet article ».

Dans les notes de recherches, on peut voir de jolis graphiques expliquant que le nombre de jeux récoltant plus de 5 000 dollars durant les deux premières semaines de lancement est en augmentation. Il en est de même pour les paliers à plus de 50 000, 100 000 et 250 000 dollars. 

Mais comme le note Ars Technica, cela cache une autre statistique intéressante : environ 81 % des jeux lancés sur Steam rapportent moins de 5 000 euros durant les deux premières semaines.

Nos confrères expliquent qu’ils ont dû récupérer les données via Spy Steam pour récolter les données nécessaires puisque Valve ne les communique pas. Selon leur analyse, le pourcentage était de 84 % en 2018, 79 % en 2017, 72 % en 2016, 62 % en 2015 et ensuite moins de 50 % les années précédentes.

« Bartolomeo, du nom du frère cadet de Christophe Colomb, a été installé par bras robotique sur l’avant du laboratoire spatial le 2 avril 2020 », explique l’Agence spatiale européenne

Elle vient de publier une photo pour l’occasion. Cette plateforme a été apportée par la 20e mission cargo de SpaceX à bord d’une capsule Dragon. 

Bartolomeo propose pour rappel une dizaine d’emplacements pour recevoir des modules d’expériences : « Un utilisateur pourra proposer une charge utile de seulement 5 kg en partageant l’emplacement avec d’autres expériences, ou profiter d’un emplacement de 450 kg à lui seul ». Une liaison descendante à 10 Gb/s est aussi disponible.

Selon Microsoft, les joueurs en avaient assez de devoir jongler avec Alt+Tab pour passer d’un jeu à une application spécifique comme Gamecaster de Xsplit. L’éditeur prépare donc des widgets insérables dans la barre, en partenariat avec les entreprises concernées.

Un Widget Store spécifique sera ajouté dans la barre, permettant d’aller récupérer des compléments. Ces derniers assureront le lien entre la barre et l’application qu’il pilote, évitant des allers-retours. Dans d’autres cas, le complément peut être fourni par l’application elle-même.

La dernière version de Gamecaster inclut par exemple le widget. Pour les participants au programme Insider de la Xbox qui auraient déjà le logiciel, il suffit de se rendre dans le Store associé pour récupérer le widget.

Des compléments en bêta sont également disponibles pour les applications Cortex et Gold. La première en particulier permet via ses fonctions Boost et Restore de couper tous les services jugés inutiles pendant une session de jeu, puis de les relancer quand elle est terminée. Ces fonctions sont accessibles depuis le widget.

Intel est lui aussi partenaire du nouveau service. Dans une prochaine mouture bêta de son IGCC (Intel Graphics Command Center), un widget ira automatiquement se ficher dans la barre de jeu. Il « permettra dans un premier temps d’accéder aux paramètres graphiques, aux profils d’utilisation de l’énergie ainsi qu’au streaming et à la capture vidéo ». Il évoluera ensuite.

Un kit de développement est disponible pour les développeurs intéressés. Mais attention, il faudra dans tous les cas passer par une validation avant que le widget ne puisse être insérable dans la barre.

Microsoft n’a pas donné de date de sortie pour la fonction, mais promet qu’elle sera là « bientôt ».